L’« étude » de l’Université de Calgary sur la “désinformation russe” sur les réseaux sociaux canadiens : entre diffamation et stigmatisation

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.
Récemment, une équipe de chercheurs dirigée par le professeur agrégé en Sciences sociales Jean-Christophe Boucher de l'Université de Calgary a publié une pseudo étude, c'est-à-dire un document tendancieux intitulé en français : "Désinformation et guerre russo-ukrainienne sur les réseaux sociaux canadiens". Sans faire d'analogie avec la liste ukrainienne "Myrotvorets" (qui signifie “pacificateur”), l'équipe de Boucher se lance dans une véritable chasse aux sorcières en utilisant la discrimination et la stigmatisation, un processus qui — à terme — marque l'individu ou le groupe d'un opprobre : « les stigmatisés sont ceux et celles qui subissent une réprobation sociale parce qu'ils auraient contrevenu à une loi ou une norme sociale ». [Wikipédia] Dans les cas les plus extrêmes, cela pourrait conduire jusqu'à de la violence physique, ou du moins mentale, contre les personnes et groupes ciblés dans ce rapport. Je fais remarquer que plusieurs canadiens sont cités dans ce document, dont Maxime Bernier, le professeur Denis Rancourt et Ezra Levant de Rebel News.

Selon l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), « la notion de stigmatisation s’inscrit dans un processus social complexe mettant en relation plusieurs autres concepts tels que l’étiquetage social et la discrimination, la déviance et la normalisation des comportements, la vulnérabilité et les rapports de pouvoir, la représentation sociale, voire même l’identité. (...) En somme, l’étiquetage social peut être vu comme un processus social complexe, allant du simple ciblage — qui ne porte pas nécessairement à conséquence — et pouvant conduire à la stigmatisation, voire même à la discrimination envers les personnes et les groupes concernés. Plus précisément, la stigmatisation consiste en un processus par lequel les individus se trouvent marqués, étiquetés, suite à une expérience de rejet social : la stigmatisation a pour effet de réduire l’identité de l’individu à une seule facette (celle marquée par la « déviance »); la lutte contre cette étiquette qui lui est accolée devient, par conséquent, le principal obstacle à sa réintégration sociale. »

La « pseudo étude » de Boucher est similaire au rapport chapeauté par trois universités du Québec, intitulé “Le mouvement conspirationniste au Québec”, qui avait pour objectif principal, comme je l'avais écrit dans un article du 4 juillet 2022 : « de discréditer celles et ceux parmi les plus honnêtes qui ont un avis différent de celui du narratif officiel promu par les gouvernements et les médias "mainstream', sachant très bien que le grand public ne fera pas la distinction entre le bon grain et l’ivraie ».

Je reproduis ci-dessous un excellent article de l'avocat, journaliste et militant Dimitri Lascaris, qui vous expliquera plus en détail la teneur et la résultante de la pseudo étude du professeur de l'Université de Calgary, Jean-Christophe Boucher.

L’« étude » de l’Université de Calgary sur la « désinformation russe » est une désinformation pro-OTAN

Le 8 juin 2022, les médias canadiens ont largement publié un article de la journaliste de la Presse canadienne Marie Woolf concernant une nouvelle « étude » qui prétend que le Canada est « ciblé » par la Russie avec de la « désinformation ». L’étude de huit pages, qui peut être lue ici, a été compilée par une équipe de chercheurs dirigée par le professeur adjoint Jean-Christophe Boucher de l’Université de Calgary.

L’article de Woolf sur l’étude ne révèle pas que la recherche de Boucher est financée, à hauteur de 2,4 millions de dollars, par le ministère de la Défense nationale du Canada.

Selon Woolf, Boucher affirme que « l’appareil d’État russe » est « associé à » de nombreux comptes tweetant au Canada et influence les messages qui sont retweetés, aimés ou répétés encore et encore par différents comptes. Boucher affirme que la “voie d’influence” de nombreux “tweets pro-russes” remonte à des comptes “associés à la Russie”.

L’étude, cependant, ne fournit aucun élément de preuve à l’appui de ces affirmations. Il n’identifie même pas un seul compte Twitter que ses auteurs pensent être “associé à la Russie” ou faisant partie de “l’appareil d’État russe”. De plus, les termes amorphes « appareil d’État russe » et « associé à la Russie » n’apparaissent nulle part dans l’étude.

Que dit réellement l’étude ?

Les auteurs de l’étude commencent par postuler que cinq récits constituent la “désinformation russe”. Ces cinq récits sont :

  1. Laisser entendre que l’expansionnisme de l’OTAN légitime l’invasion russe
  2. Présenter l’OTAN comme une alliance agressive utilisant l’Ukraine comme mandataire contre la Russie
  3. Promouvoir une méfiance générale envers les institutions et les élites
  4. Suggérant que l’Ukraine est un État fasciste ou a de vastes influences fascistes
  5. Promouvoir une méfiance spécifique envers le gouvernement libéral du Canada, et en particulier envers le premier ministre Trudeau

Ensuite, sous le titre « Approches et méthodologie », les auteurs précisent que les données qui sous-tendent leur analyse sont composées de 6,2 millions de Tweets du monde entier depuis janvier 2022. Un filtre de localisation a été appliqué à cet ensemble de données pour limiter l’analyse aux Tweets associés à Profils Twitter canadiens. Les auteurs ont ensuite utilisé une « analyse du réseau social » pour créer un réseau de retweet, établissant une connexion entre les comptes et cartographiant les conversations en ligne relatives à la guerre en Ukraine. Un algorithme de détection de communauté aurait permis aux auteurs de diviser les profils en différents groupes et d’identifier les “principaux influenceurs” promouvant les cinq “récits pro-russes”. Enfin, les auteurs ont utilisé un « algorithme d’apprentissage en profondeur » pour catégoriser les principaux récits discutés dans chacun des groupes.

Sur la base de leur méthodologie, les auteurs ont compilé des listes censées montrer les principaux diffuseurs de la désinformation russe.

Les cinq récits sont-ils de la « désinformation » ?

Les auteurs de l’étude n’expliquent jamais ce qu’ils entendent par « impliquer que l’expansion de l’OTAN légitime l’invasion russe ». Suggèrent-ils que l’identification de l’expansion de l’OTAN comme cause de la guerre en Ukraine revient à « légitimer » l’invasion de la Russie ? Si tel est le cas, ils se trompent gravement ou se trompent volontairement, car il existe une distinction importante entre chercher à comprendre les causes du comportement d’un gouvernement et croire que son comportement est légitime. J’ai moi-même soutenu que l’invasion de l’Ukraine par la Russie viole le droit international et doit être condamnée, mais que l’expansion de l’OTAN a clairement contribué à la décision d’invasion de la Russie. Si nous voulons vraiment mettre fin à cette guerre et aux immenses souffrances qu’elle cause, alors il nous appartient de comprendre les causes de la guerre. Il est peu probable que vous résolviez un problème sans en connaître la cause.

L’étude n’offre aucun argument ou preuve pour étayer son affirmation selon laquelle les cinq récits sur lesquels elle s’est concentrée constituent de la “désinformation”. Au contraire, les auteurs supposent simplement que ces récits sont faux ou trompeurs. Ils font cette hypothèse malgré de nombreuses preuves du contraire.

Par exemple, les principales personnalités de la politique étrangère des États occidentaux ont averti à plusieurs reprises qu’en rompant leurs nombreuses promesses faites à l’URSS de ne pas s’étendre vers l’est, les grandes puissances de l’OTAN finiraient par provoquer la Russie et que l’expansion de l’OTAN se terminerait par une tragédie. Les dirigeants de l’OTAN ont systématiquement et à plusieurs reprises ignoré ces avertissements. Ainsi, l’affirmation selon laquelle l’expansion de l’OTAN a contribué à l’invasion de l’Ukraine par la Russie est étayée par le dossier historique.

Il en va de même pour l’affirmation selon laquelle l’OTAN est une alliance militaire agressive. Même avant les augmentations récemment annoncées des dépenses militaires de l’OTAN, les dépenses militaires collectives des États de l’OTAN représentaient environ dix-sept fois les dépenses militaires de la Russie. Les États-Unis disposent à eux seuls de sept cent cinquante bases militaires dans quatre-vingts pays, tandis que la Russie compte moins de vingt bases militaires dans huit pays. L’OTAN a détruit la Libye. Les puissances de l’OTAN ont dévasté l’Afghanistan au cours d’une guerre de 20 ans marquée par la brutalité et la corruption. L’OTAN a bombardé la Serbie pendant 78 jours, faisant au moins 500 morts parmi les civils. À la lumière de ces faits et d’autres facilement vérifiables, seul un propagandiste pro-OTAN insisterait sur le fait que l’OTAN est une alliance purement défensive.

Quant à l’affirmation selon laquelle l’OTAN utilise l’Ukraine comme mandataire pour affaiblir la Russie, nous n’avons qu’à tenir compte des mots désormais tristement célèbres du puissant membre du Congrès américain Adam Schiff : « les États-Unis aident l’Ukraine et son peuple afin que nous puissions combattre la Russie là-bas. et nous n’avons pas à combattre la Russie ici. »

Les preuves abondent également pour affirmer qu’il existe « d’importantes influences fascistes en Ukraine ». Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie (après laquelle il est devenu interdit en Occident de mentionner les néonazis ukrainiens), le Congrès a interdit aux armes américaines d’aller au bataillon ukrainien néonazi Azov. À peu près au même moment, plus de quarante militants des droits de l’homme ont demandé à la Haute Cour d’Israël d’interdire les exportations d’armes israéliennes vers l’Ukraine au motif que ces armes pourraient se retrouver entre les mains de néonazis. En novembre de l’année dernière, le Ottawa Citizen a rapporté que les responsables canadiens qui ont rencontré des membres du bataillon ukrainien néo-nazi Azov n’ont pas dénoncé l’unité, mais craignaient plutôt que les médias ne dévoilent les détails de la rencontre. Cela faisait suite à un rapport antérieur du Ottawa Citizen selon lequel l’armée canadienne avait formé des néonazis ukrainiens (ce rapport a également révélé que l’armée canadienne avait formé des Irakiens impliqués dans la torture et le viol).

Quant aux troisième et cinquième récits « pro-russes », devons-nous sérieusement croire qu’il s’agit de « désinformation » pour promouvoir la méfiance envers les élites ou envers le gouvernement de Justin Trudeau ? Un catalogue complet des antécédents de malhonnêteté de Trudeau pourrait occuper un livre entier. Par souci de brièveté, je me limiterai au mantra de Trudeau selon lequel son gouvernement est un défenseur de « l’ordre international fondé sur des règles ». Israël est un régime d’apartheid et l’Arabie saoudite commet un génocide au Yémen, mais le gouvernement Trudeau permet aux entreprises canadiennes et à l’armée canadienne de faire le commerce d’armes mortelles avec ces deux régimes. Le soutien du gouvernement Trudeau à l’apartheid israélien est si extrême qu’en 2018, le gouvernement a conclu un accord de libre-échange « amélioré » avec Israël quelques jours seulement après qu’un tireur d’élite israélien a tiré sur un médecin canado-palestinien. Ce ne sont là que quelques exemples des relations du gouvernement Trudeau avec les auteurs de violations des droits de la personne pro-occidentaux.

Lorsqu’il s’agit de semer la méfiance chez les Canadiens, le gouvernement Trudeau n’a pas besoin de l’aide des Russes.

Par conséquent, la prémisse de base de l’étude de l’Université de Calgary est fausse : les récits que l’étude définit comme de la « désinformation pro-russe » trouvent un appui abondant dans les archives historiques. Le fait que ces récits apparaissent à plusieurs reprises dans le discours de Twitter reflète simplement qu’il existe des preuves substantielles pour les étayer. La prévalence de ces récits dans le discours de Twitter ne prouve pas que la Russie « cible » le Canada avec de la désinformation.

Désinformation pro-OTAN déguisée en analyse académique

En fin de compte, l’étude de l’Université de Calgary est de la désinformation pro-OTAN, mais pourquoi attendrions-nous autre chose que de la désinformation pro-OTAN de la part d’un universitaire dont la recherche reçoit des millions de dollars de financement du ministère de la Défense nationale du Canada ?

En septembre de l’année dernière, les médias canadiens ont rapporté que les chefs militaires canadiens considéraient la pandémie comme une occasion unique de tester des techniques de propagande sur un public sans méfiance. À la lumière de telles révélations, aucune personne sensée ne compterait sur des chercheurs financés par le DoD pour nous dire ce qui est et n’est pas de la désinformation.

En fin de compte, l’étude de l’Université de Calgary n’est pas conçue pour éduquer les Canadiens sur la désinformation russe. Elle cherche plutôt à discréditer les « influenceurs majeurs » qui s’opposent au récit de l’OTAN sur la guerre en Ukraine en insinuant, sans la moindre preuve, que ces personnes sont des promoteurs de la propagande russe ou, pire, des agents du gouvernement russe.

Il est presque certain que cette étude sera désormais citée par les bellicistes et les militaristes du Parlement canadien et des médias d’entreprise comme motif pour s’engager dans une censure encore plus agressive de ceux qui s’opposent à l’ingérence désastreuse de l’Occident en Ukraine. Selon toute vraisemblance, plus de censure est l’objectif réel mais inavoué de cette lamentable « étude ».



À propos de Dimitri Lascaris

Après avoir obtenu son diplôme de la faculté de droit de l’Université de Toronto en 1991, Dimitri a commencé sa carrière juridique au sein du cabinet d’avocats Sullivan & Cromwell de Wall Street, travaillant d’abord dans les bureaux du cabinet à New York, puis rejoignant les bureaux du cabinet à Paris, en France.

Alors qu’il travaillait chez Sullivan & Cromwell, Dimitri a représenté de grandes institutions financières, dont Goldman Sachs, dans le cadre d’importantes émissions de titres. L’une de ces offres était la vente au public d’Allstate Insurance Company qui était, à l’époque, la plus grande offre publique initiale d’actions de l’histoire des États-Unis .

En 2004, Dimitri s’est joint à l’un des principaux cabinets d’avocats en recours collectifs au Canada, Siskinds LLP. Chez Siskinds, Dimitri a cofondé et dirigé la plus grande et la plus accomplie équipe d’avocats en recours collectifs en valeurs mobilières au Canada. De 2004 à 2016, l’équipe des recours collectifs en valeurs mobilières de Siskinds a récupéré plus de 450 millions de dollars pour les investisseurs lésés. En 2012, Dimitri a été nommé par Canadian Lawyer Magazine comme l’un des 25 avocats les plus influents au Canada, et en 2013, il a été nommé par Canadian Business Magazine comme l’une des 50 personnes les plus influentes dans les affaires canadiennes. Le Canadian Business Magazine a décrit Dimitri comme « le plus féroce défenseur des droits des actionnaires ».

De 2011 à 2013, Dimitri a siégé au comité consultatif sur la divulgation de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario. En juillet 2016, il a pris sa retraite de Siskinds afin de se consacrer au journalisme, à l’activisme et au travail juridique pro bono. Il a été correspondant de The Real News Network et est actuellement membre de son conseil d’administration, aux côtés de membres bien connus de la communauté progressiste, dont l’acteur Danny Glover et le cinéaste Robert Lang.

Dimitri a siégé au conseil d’administration de nombreuses autres sociétés sans but lucratif d’intérêt public, notamment The Unity Project for the Relief of Homelessness, Pro Bono Ontario et Toronto350. En 2014, Dimitri a présenté la pétition de désinvestissement des combustibles fossiles de Toronto350 au président de l’Université de Toronto.

Lors des élections fédérales canadiennes de 2015, Dimitri s’est présenté pour le Parti vert du Canada dans la circonscription de London West. Par la suite, il a été porte-parole en matière de justice dans le cabinet fantôme du Parti vert du Canada et porte-parole en matière de justice dans le cabinet fantôme du Parti vert du Québec (PVQ). En 2018, il a été élu membre du comité exécutif du PVQ .

En mars 2020, Dimitri a annoncé sa candidature à la direction du Parti vert du Canada. La course à la direction s’est terminée en octobre 2020. Dimitri a terminé à la deuxième place sur huit candidats, recueillant 45,5% des voix au huitième et dernier tour de scrutin.

Louis-René Jacommos
5

« Je suis toujours autant étonné par vos écrits et surtout par leur contenu d'une justesse impressionnante. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
747960cookie-checkL’« étude » de l’Université de Calgary sur la “désinformation russe” sur les réseaux sociaux canadiens : entre diffamation et stigmatisation
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
1
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x