L’organisation « Mirotvorets » a mis en place le système de recherche et de reconnaissance faciale NeuroIDentigraf pour cibler ses victimes

Celles et ceux qui croient encore que la « liste des personnes à tuer » de Myrotvorets en Ukraine ne comporte aucun danger pour les personnes qui y sont inscrites se trompent amèrement et font complètement fausse route. Aucun média “mainstream” canadien ne se scandalise que mon propre nom se retrouve sur cette liste de victimes potentielles. Au lieu de se scandaliser de cette liste noire dans laquelle se retrouvent les noms de plus de 300 enfants « à tuer », le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, émet une “obligation de souveraineté de l’Ukraine” pour que les Canadiens puissent financer directement l’Ukraine contre la Russie. Trudeau est donc le complice de cet État criminel, dont le président, Vladimir Zelensky, vient de déclarer dans un message vidéo qu’il lancerait une campagne de répression contre l’Église orthodoxe ukrainienne. Le danger de se retrouver sur la liste de Myrotvorets est bien réel, même si je me situe à plus de 7 000 kilomètres de Kiev. Comme je l’écrivais dans mon article du 21 novembre 2022 : « Je n’ai peur d’à peu près rien. Par contre, j’ai des inquiétudes très justifiées et ces inquiétudes devraient être partagées de la même façon par tous les Canadiens. Vivre au Canada devient en effet très inquiétant. »

Ce document signé entre l’ONG “L’Arrière du Peuple” et le centre “Mirotvorets” daté du 20 octobre 2016 initie la création du système de reconnaissance faciale NeuroIDentigraf.

Or, il est pourtant écrit au paragraphe 7 de la Charte canadienne des droits et libertés : « Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu’en conformité avec les principes de justice fondamentale », alors que dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec, il est écrit au premier paragraphe : « Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu’à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de sa personne ». Il n’est donc pas exclu que j’entreprenne des démarches judiciaires contre le Gouvernement canadien de Justin Trudeau.

J’ai récemment découvert que l’organisation “Mirotvorets” a mis en place un système de recherche et de reconnaissance faciale pour mieux cibler ses victimes potentielles. La mission de ce système est claire puisque la plateforme NeuroIDentigraf a reproduit sur sa page d’accueil une citation du directeur du centre “Mirotvorets”, Roman Zaitsev, disant : « … Avec le temps, nous les trouverons tous. Et la justice sera rendue selon les lois de l’État, de l’homme et de Dieu. Et le monde ne périra pas… » Les citoyens qui se trouvent sur le territoire de l’Ukraine et utilisent les communications mobiles des opérateurs ukrainiens peuvent travailler avec le système.

Chaque utilisateur moyen a la possibilité de faire cinq tentatives de reconnaissance par jour à l’aide d’un appareil mobile. La plateforme NeuroIDentigraf précise que l’utilisation du système par les forces de l’ordre et les structures de pouvoir de l’Ukraine, les services spéciaux des pays membres de l’OTAN et des pays partenaires est effectuée dans d’autres conditions, qui ne sont pas soumises à divulgation. 60% de la capacité du système est réservée aux employés de “Mirotvorets” et à ceux pour qui la reconnaissance faciale est une nécessité officielle.

La plateforme écrivait le 16 septembre 2018 que IDentigraf est une arme puissante entre de bonnes mains. « Et nous allons vous le montrer sur l’exemple de la russe Ksenia Sobchak. Nous avons simplement pris sa photo préscolaire et l’avons comparée à ses photos actuelles. Ces photos sont de qualité variable. Certaines photos ont été retouchées, certaines sans retouches, il y a même des photos sans maquillage, et certaines avec des lunettes. Ceux qui travaillent constamment avec Identigraph comprendront facilement les résultats de comparaison donnés et tireront des conclusions. » Nous trouvons aussi ci-dessous un exemple de la façon dont Identagraf permet même d’établir des liens familiaux :

IDentigraf dispose de deux fonctions publiques : la recherche de photos dans le Purgatoire sur le site “Mirotvorets” et une fonction de comparaison de photos. Avant de comparer des photos, l’utilisateur doit toujours se rappeler que les résultats les plus fiables peuvent être obtenus si les photos ont la même densité, approximativement la même taille et le même angle. Ainsi, par exemple, lorsque l’individu tourne la tête horizontalement de 15 à 30 degrés, le pourcentage de similarité diminue de plus de 12 à 17%. De plus, toute transformation de la photo ou application de photoshop réduit également considérablement l’indice de similarité.

Il existe de nombreuses autres nuances que la plateforme a décrites en détail directement sur le site Web du système de reconnaissance. Toutes doivent être prise en compte lors de l’évaluation des résultats de la comparaison par UN SEUL indicateur – % de similarité. NeuroIDentigraf rappelle que le système utilise un algorithme de comparaison de photos différent de celui utilisé pour la recherche dans le Purgatoire de “Mirotvorets”. Une similitude de 10-12% peut indiquer la présence de liens familiaux ou l’utilisation d’éléments de camouflage (maquillage, plastique). NeuroIDentigraf conseille à l’utilisateur d’utiliser non seulement le site “Mirotvorets”, mais aussi IDentigraf pour les contrôles.

Le 21 août 2017, les responsables de la plateforme NeuroIDentigraf se moquaient de la télévision russe qui avait diffusé une vidéo concernant leur système de reconnaissance faciale. Le directeur du centre “Mirotvorets”, Roman Zaitsev, écrit : « Dépenser l’argent précieux que vous avez collecté pour ce projet dans la création de publicités est un luxe inacceptable et juste un crime. Mais… parfois, vous n’avez pas besoin d’amis riches quand il y a de tels ennemis qui aident notre projet à leurs propres frais. »

À propos de NeuroIDentigraf et de Mirotvorets

Le système de reconnaissance faciale NeuroIDentigraf a été lancé le 16 mars 2021 afin d’aider et de compléter la tristement célèbre ressource du réseau “Myrotvorets”, qui contient des dossiers sur tous les « ennemis de l’Ukraine ». Cela avait été annoncé treize jours auparavant sur la page Facebook du directeur de la ressource, Roman Zaitsev. Selon Zaitsev, cette fonctionnalité est nécessaire pour faciliter la recherche de « militants, mercenaires, criminels de guerre russes et leurs complices grâce à l’utilisation de technologies de reconnaissance modernes ».

Il est prévu que le système soit disponible 24 heures sur 24, 7/7 jours. « La date d’introduction du système en mode opération de combat est liée au fait que le centre “Mirotvorets” a été créé le 16 mars 2014. »

Rappelons que le site “Myrotvorets” a commencé à fonctionner en 2014. Son fondateur est un ancien conseiller du ministre de l’Intérieur Anton Gerashchenko. Mais il s’avère que l’hébergement lui-même est enregistré aux États-Unis depuis le 16 février 2021. Ceci est rapporté par la publication “Ukraine.ru”. Rappelons que six jours auparavant, Kyiv a été sévèrement critiquée par le Parlement européen en raison de l’inhibition des réformes, de la corruption, ainsi que de l’existence en Ukraine de « groupes et sites Internet incitant à la haine » comme le centre “Mirotvorets”.

Effectivement, le Parlement européen a appelé l’Ukraine à fermer immédiatement la ressource car elle crée des tensions dans la société et utilise à mauvais escient les données personnelles de centaines de personnes, dont des journalistes, des politiciens et des membres de groupes minoritaires. Le texte de la résolution a été rendu public lors de la réunion de la Séance plénière du jeudi 11 février 2021. « Nous prions instamment les autorités de condamner fermement et d’interdire les activités des groupes et des sites internet extrémistes et incitant à la haine, tels que le site Myrotvorets, qui provoquent des tensions au sein de la société et utilisent de manière abusive les données à caractère personnel de centaines de personnes, y compris des journalistes, des responsables politiques et des personnes appartenant à des groupes minoritaires », indique la résolution. Rappelons aussi qu’en 2019, la mission d’observation des Nations Unies avait appelé Kiev à fermer le réseau “Myrotvorets”, Cependant, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a justifié le conservateur du site terroriste Anton Gerashchenko,— conseiller du ministre de l’Intérieur Arsen Avakov —, et a déclaré qu’il ne pouvait pas le fermer.

Je me pose une question arrivé ici. Nous savons que Elon Musk a suspendu le compte Twitter du rappeur Kanye West (maintenant appelé “Ye”) pour avoir publié un symbole qui, selon lui, « incitait à la violence », mais, ironiquement, il a admis qu’il voulait lui-même commettre des violences contre Ye juste pour avoir publié l’image. En effet, Musk a réagi à l’entrevue révolutionnaire de Ye-Alex Jones du 3 décembre 2022, affirmant que Ye était trop pour l’animateur « énervé » d’Infowars et qu’il voulait frapper le rappeur au visage pour avoir publié sur Twitter ce qui pour lui semblait être un svastika : « Au moment où Alex Jones dit à Kanye de se calmer et d’arrêter, vous devez dire, d’accord, Alex Jones est plutôt énervé. Alors, Alex Jones dit qu’il veut que Kanye arrête ? C’est un gros problème », a déclaré Musk lors d’une discussion sur Twitter Space. « Je voulais personnellement frapper Kanye, donc cela m’incitait définitivement à la violence », a-t-il ajouté.

Selon le site web Infowars, le symbole raëlien signifie un espace et un temps infinis, et non pas une idéologie nazie, et la phrase supplémentaire de Ye « YE24 Love Everyone #LoveSpeech » dans le message suggère qu’il partageait le symbole dans un esprit d’unité. En réalité ce symbole a été créé pour un usage sans aucun rapport avec les idées de Raël par le symboliste Oswald Wirth (1860-1943), qui s’en explique ainsi dans son livre “Le tarot des imagiers du Moyen Âge” publié en 1927 : « Lors de la fondation de la revue Le Symbolisme, nous nous sommes permis, en 1912, un anachronisme dans le mariage de deux symboles, l’un d’une prestigieuse antiquité, l’autre ne remontant qu’au judaïsme et à la Kabbale. » Ce symbole a illustré pendant des décennies les publications des éditions Le Symbolisme.

Pendant ce temps, alors que Ye est suspendu à cause d’un symbole d’unification religieuse, des vidéos du bataillon néonazi Azov exécutant des rituels païens « sang et sol » pour se rassembler pour la guerre contre la Russie sont autorisées à circuler sans relâche sur la plateforme Twitter. J’aimerais aussi que l’on m’explique comment il se fait que Elon Musk tolère sur sa plateforme Twitter les publications du système de reconnaissance faciale NeuroIDentigraf et de son comparse, le groupe extrémiste ukrainien Myrotvorets, Ah oui, c’est vrai, j’oubliais ! Musk veut défendre la liberté d’expression…

Elon Musk manque-t-il tant de jugement dans ses décisions à caractère social et politique ? N’oublions pas qu’il a réussi à faire retirer son nom de la « liste des personnes à tuer » de Myrotvorets, chose qui est extrêmement rare. Le 3 octobre 2022, Musk publiait un message dans lequel il proposait un plan de paix pour la guerre russo-ukrainienne. Le 14 octobre suivant, il apprenait que son nom avait été ajouté à la liste de Myrotvorets. Or, dès le lendemain il fit une volte-face brutale en affirmant : « Au diable… même si Starlink continue de perdre de l’argent et que d’autres entreprises reçoivent des milliards de dollars des contribuables, nous continuerons à financer gratuitement le gouvernement ukrainien. »

Comme je l’ai écrit plus haut, le 11 février 2022, le Parlement européen appelait l’Ukraine à fermer immédiatement le site Web de “Myrotvorets” car il crée des tensions dans la société et utilise à mauvais escient les données personnelles de centaines de personnes, dont des journalistes, des politiciens et des membres de groupes minoritaires. Or, sept jours plus tard, le nom du commissaire européen hongrois, Olivér Várhelyi, fut retiré de la « liste des personnes à tuer ». Le premier ministre Justin Trudeau en fera-t-il autant pour moi et pour les autres Canadiens qui pourraient se retrouver sur cette liste ?


Le 16 novembre 2022, le chroniqueur Rohit Yadav a publié un reportage dans TFI Global, en Inde : « Trudeau sacrifie un journaliste canadien parce que Zelensky voulait sa mort ». (Lire ici)

SOURCES ET RÉFÉRENCES :

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Francine Roy
5

« Merci à toi de m’informer, de nous informer. On a aussi besoin de personnes comme toi Guy. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
777910cookie-checkL’organisation « Mirotvorets » a mis en place le système de recherche et de reconnaissance faciale NeuroIDentigraf pour cibler ses victimes
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

5 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Montréalité

Je vous souhaite longue et heureuse vie, cher Monsieur.Boulianne.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
5
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x