Cette entrevue de Angela Merkel qui a indigné Vladimir Poutine : « Comment la Russie peut-elle à nouveau faire confiance à l’Occident ? »

Le 7 décembre 2022, Angela Merkel a accordé une entrevue au journal Die Zeit, en Allemagne, concernant sa nouvelle phase de vie, ses erreurs possibles dans sa politique russe, son rôle dans la crise des réfugiés et la question de savoir si les chanceliers allemands sont maltraités. Durant cette entrevue, l’ancienne chancelière explique que l’objectif du protocole de Minsk signé le 5 septembre 2014 était en réalité de laisser du temps à l’OTAN pour armer l’Ukraine et de se préparer à une guerre avec la Russie. Elle déclara : « L’accord de Minsk de 2014 était une tentative de donner du temps à l’Ukraine. Elle a utilisé ce temps pour devenir plus forte, comme vous pouvez le voir aujourd’hui. L’Ukraine de 2014/15 n’est pas l’Ukraine d’aujourd’hui. Comme vous l’avez vu lors de la bataille de Debaltseve (ville ferroviaire du Donbass, oblast de Donetsk, ndlr) début 2015, Poutine aurait facilement pu les envahir à l’époque. Et je doute fort que les pays de l’OTAN auraient pu faire autant alors qu’ils le font maintenant pour aider l’Ukraine. Il était clair pour nous tous que le conflit était gelé, que le problème n’avait pas été résolu, mais cela a donné à l’Ukraine un temps précieux. »

Lors d’une conférence de presse tenue le 9 décembre, le dirigeant russe Vladimir Poutine a commenté les remarques de l’ancienne chancelière : « Pour être honnête, c’était absolument inattendu pour moi. Je ne m’attendais pas à entendre cela de sa part. C’est décevant. La confiance est presque tombée à zéro. Il ne s’agissait donc pas de respecter ces accords mais d’armer l’Ukraine. Nous pensions pouvoir parvenir à un accord dans le cadre des accords. Après de telles déclarations, comment négocier ? A propos de quoi ? Avec qui ? Est-il possible de négocier avec eux ? Où sont les garanties ? »

Retrouvez ci-dessous l’entrevue de Angela Merkel pour le journal Die Zeit…

Entrevue de Angela Merkel pour le journal Die Zeit

DIE ZEIT : Madame Merkel, vous n’êtes plus chancelière, mais vous avez toujours la même apparence qu’avant.

Angela Merkel : Pensiez-vous que je viendrais avec une queue de cheval ? Mes vêtements sont pratiques pour moi, je me suis lié d’amitié avec la coiffure. Bien sûr, je vous rencontre en tant qu’ancienne chancelière. Mais vous pouvez en tirer la conclusion inverse que je n’ai pas joué un rôle artificiel en tant que chancelière. C’était moi. Et c’est ce que je suis aujourd’hui, sous une forme un peu plus expéditive, disons-le ainsi. Je dois faire moins attention au maquillage. Mais je peux vous rassurer : je ne suis pas assis en veste dans mon salon. Je vais prendre un cardigan.

ZEIT : En 2019, vous avez reçu le président ukrainien Volodymyr Zelenskyj devant la Chancellerie et soudain vous vous êtes mis à trembler très fort et visiblement de tous. La femme privée Merkel a-t-elle gêné la chancelière Merkel ?

Merkel : C’était définitivement un moment déprimant. En quelque sorte, je me suis évanouie un instant, et cela dans une situation très officielle, lors de la suppression des honneurs militaires. Il y avait évidemment beaucoup de tension qui montait en moi. C’était lié à la mort de ma mère. Je n’ai pas eu assez de temps pour l’accompagner dans ses dernières semaines. Il faisait aussi chaud, comme toujours, les objectifs des caméras étaient pointés sur moi comme des canons de fusil et soudain j’ai eu cette sensation : tu es complètement transparente.

ZEIT : L’écrivaine américaine Siri Hustvedt a vécu des expériences similaires et a écrit un livre à ce sujet, The Trembling Woman. Elle y demande : Ai-je peur de quelque chose qui m’est complètement caché ? Vous êtes-vous posé une question comme celle-ci ?

Merkel : Je me suis demandé : Qu’est-ce que c’est ? C’était clair, il y avait quelque chose que je n’arrive pas à articuler. C’était vers la fin de mon mandat et aussi après la décision de ne pas me représenter. Et c’était fondamentalement une autre indication que cette décision était la bonne.

ZEIT : Pensez-vous qu’en Allemagne, nous irons jamais si loin qu’un politicien de haut niveau puisse également dire dans une telle situation : j’ai demandé une aide psychothérapeutique ?

Merkel : Je n’étais pas obligée de le faire, mais cela ne me dérangerait pas si un politicien disait cela. Bien sûr, je suis allé chez le médecin pour m’assurer que tout allait bien sur le plan neurologique, j’étais et je suis toujours intéressée par ma santé.

ZEIT : Diriez-vous que la nature ou Dieu vous a béni avec une certaine intrépidité ?

Merkel : Confiance en Dieu, je dirais, ou optimisme, oui.

ZEIT : Vous vous êtes emmêlée avec Helmut Kohl, dans le bureau duquel vous êtes maintenant assise. C’était un poids lourd politiquement, mais aussi physiquement un colosse. Il a fallu une certaine intrépidité pour le rencontrer.

Merkel : J’ai également vécu cela dans d’autres contextes avec des hommes en politique – la voix plus profonde, le corps beaucoup plus large, les deux sont également utilisés. L’ancien ministre fédéral Rexrodt pouvait parler dans le micro au-dessus de ma tête, même si je m’étais battue pour un siège au premier rang. Helmut Kohl pouvait aussi parler très fort lorsqu’il était en colère.

ZEIT : Vous voulez dire qu’il a ensuite crié ?

Merkel : Ensuite, c’était énorme et vous deviez vous demander si vous vouliez et pouviez y résister. Le fait que j’aie parfois dit des choses inhabituelles pour la pratique politique est lié à mon parcours. Je n’ai pas été façonnée par le Student Union, le Young Union, le RCDS depuis l’enfance, mais j’ai apporté mon propre langage et mes propres idées. C’était parfois perceptible et semblait intrépide pour certains – mais ce n’était pas le cas.

ZEIT : Vous avez dit à plusieurs reprises que cela vous avait fait réfléchir que la RDA s’est effondrée moins par manque de libertés démocratiques que par le fait qu’elle ne fonctionnait pas économiquement. Notre ancien rédacteur en chef Helmut Schmidt, en tant que quelqu’un qui avait connu une dictature et n’était pas entièrement irréprochable, a déclaré que cela lui laissait une certaine méfiance à l’égard de son propre peuple. Avez-vous quelque chose comme ça aussi ?

Merkel : Je n’appellerais pas cela de la méfiance envers les siens, mais une méfiance générale envers nous, les humains, parce que les humains sont capables de l’incompréhensible. L’Allemagne a poussé cela à l’extrême d’une manière terrible sous le national-socialisme. C’est pourquoi je suis tellement convaincue que la structure de notre État et la Loi fondamentale contiennent un haut degré de sagesse, dans laquelle l’indépendance de la presse, du pouvoir judiciaire, les processus démocratiques sont bien pensés. Est-il rapide de remettre cela en question, par exemple de déclarer des décisions de justice non plausibles ? Par exemple, j’ai moi-même été réprimandée par la Cour constitutionnelle fédérale pour avoir déclaré en 2019 que le résultat de l’élection du Premier ministre en Thuringe en février devait être annulée par des votes de l’AfD. J’aurais pu en dire beaucoup sur cette décision, Je ne l’ai pas fait, mais je devais et je dois la respecter. Nous ne devons jamais ramollir ici.

ZEIT : Craignez-vous que le système ne s’effondre à nouveau rapidement ?

Merkel : Il doit être vécu par chacun, sinon il peut rapidement s’effondrer. C’est pourquoi je ne pense pas non plus que des dictons comme la “bulle de Prenzlauer Berg” soient bons. Bien sûr, ce n’est pas toute l’Allemagne, mais nous ne devons jamais déclarer certains des individus d’un pays comme des étrangers et les autres comme des représentants de la vraie démocratie, pour ainsi dire. Cela ne se termine pas bien.

ZEIT : Votre chancellerie a été fortement influencée par un sujet qui est venu relativement tard : la politique des réfugiés en septembre 2015. Dans ce contexte, interrogée sur les conséquences de votre politique libérale, vous avez répondu : « Si nous commençons maintenant, nous devons nous excuser si nous montrons un visage amical dans les situations d’urgence, alors ce n’est pas mon pays. » Beaucoup ont trouvé cette phrase très autoritaire et aussi ostracisante. Il semblait à certains que vous aviez le droit de dicter comment le pays devrait être.

Merkel : Quand j’ai entendu cette phrase, je pensais aux gens de la gare principale de Munich qui accueillaient les réfugiés qui arrivaient. J’ai vu ma décision de les laisser entrer comme étant conforme à nos droits et valeurs fondamentaux. Et je voulais faire respecter ces valeurs fondamentales avec la phrase.

ZEIT : Mais la phrase avait quelque chose d’un message pour les gens, n’est-ce pas ?

Merkel : Je n’avais pas pensé à cette phrase pendant des jours avant. C’était une réponse très émotive, mais toujours pas aléatoire. Cela était basé sur ma compréhension que la dignité humaine ne devrait pas être simplement quelque chose qui sort d’un discours du dimanche, mais qu’elle a des implications pratiques. Marquer cela d’autoritaire et dire : Eh bien, c’est comme ça que sont les Allemands de l’Est, ils se tiennent à côté du pays – j’ai pensé que c’était audacieux.

ZEIT : N’avez-vous jamais été troublée par l’idée que vos politiques ont néanmoins contribué de manière significative à la division du pays ?

Merkel : Bien sûr, cela me concernait. Et bien sûr, politiquement, c’est toujours merveilleux quand 90% sont d’accord, et surtout je suis d’accord. Mais il y a des situations dans lesquelles la controverse ne peut être évitée. J’ai aidé les personnes qui se tenaient à notre porte, pour ainsi dire, et en même temps, avec l’accord UE-Turquie, j’ai contribué à lutter contre les causes profondes de la fuite.

ZEIT : En tant que femme politique dont on dit qu’elle aime penser depuis la fin, avez-vous anticipé le prix de cette polémique, donc l’avez-vous accepté ?

Merkel : Je croyais que cet argument pouvait être gagné. Et j’étais fermement convaincue qu’il fallait que je prenne ce risque car, à l’inverse, cela aurait aussi divisé la société si je ne le faisais pas.

ZEIT : Agiriez-vous différemment à tout moment aujourd’hui ?

Merkel : Non !

ZEIT : A aucun moment ?

Merkel : Bien sûr, j’apprends. C’est pourquoi, avec le recul, je travaillerais beaucoup plus tôt pour éviter qu’une situation comme celle de l’été 2015 ne se produise, par exemple en augmentant les montants du Programme alimentaire mondial pour les camps de réfugiés dans les pays voisins qui sont particulièrement touchés par la migration, comme nous l’avons fait ensuite.

ZEIT : Dans votre chancellerie, le nombre de crises et leur simultanéité a augmenté d’année en année…

Merkel : Dans ma mémoire, les deux premières années ont été une période très calme, puis la crise financière mondiale, la crise de l’euro, a commencé, et les nouvelles sur la protection du climat n’ont cessé de s’aggraver. Après le premier rapport du Club de Rome, il semblait qu’en réalité les choses allaient un peu mieux que prévu. Cependant, à chaque rapport du Conseil international sur le climat du GIEC, cela devenait plus alarmant, de sorte que la question se pose de savoir si nous avons encore le temps de réagir de manière appropriée. Mais peut-être que les crises sont la norme dans la vie humaine, et nous n’avons eu que quelques années spéciales.

ZEIT : Vous demandez-vous si les années de calme relatif étaient aussi des années d’oublis et si vous n’étiez pas seulement une gestionnaire de crise, mais aussi en partie la cause des crises ?

Merkel : Je ne serais pas une personne politique si je ne m’en occupais pas. Prenons la protection du climat, dans laquelle l’Allemagne a fait beaucoup en comparaison internationale. En ce qui concerne le sujet lui-même, cependant, je concède : à en juger par ce que dit le Rapport international sur le climat du GIEC aujourd’hui, il ne s’est pas passé assez de choses. Ou regardons ma politique envers la Russie et l’Ukraine. J’arrive à la conclusion que j’ai pris les décisions que j’ai prises à l’époque d’une manière que je peux comprendre aujourd’hui. C’était une tentative d’empêcher une telle guerre. Le fait que cela n’ait pas réussi ne signifie pas que les tentatives étaient mauvaises.

ZEIT : Mais vous pouvez toujours trouver plausible la façon dont vous avez agi dans des circonstances antérieures et la considérer encore comme fausse aujourd’hui au vu des résultats.

Merkel : Mais cela suppose aussi de dire quelles étaient exactement les alternatives à l’époque. Je pensais que le lancement de l’adhésion à l’OTAN de l’Ukraine et de la Géorgie discuté en 2008 était une erreur. Les pays n’avaient pas les conditions préalables nécessaires pour cela, et les conséquences d’une telle décision n’avaient pas été pleinement prises en compte, tant en ce qui concerne les actions de la Russie contre la Géorgie et l’Ukraine que l’OTAN et ses règles d’assistance. Et l’accord de Minsk de 2014 était une tentative de donner du temps à l’Ukraine.

NOTE DE L'ÉDITEUR : Le protocole de Minsk est un ensemble d'accords pour les républiques autoproclamées de Donetsk et Louhansk, qui se sont séparées de l'Ukraine sous l'influence russe. L'objectif était de gagner du temps avec un cessez-le-feu afin de parvenir plus tard à une paix entre la Russie et l'Ukraine.

Elle a également utilisé ce temps pour devenir plus forte, comme vous pouvez le voir aujourd’hui. L’Ukraine de 2014/15 n’est pas l’Ukraine d’aujourd’hui. Comme vous l’avez vu lors de la bataille de Debaltseve (ville ferroviaire du Donbass, oblast de Donetsk, ndlr) début 2015, Poutine aurait facilement pu les envahir à l’époque. Et je doute fort que les pays de l’OTAN auraient pu faire autant alors qu’ils le font maintenant pour aider l’Ukraine.

ZEIT : Lors de votre première apparition publique après la fin de votre mandat de chancelière, vous avez dit que vous aviez déjà reconnu en 2007 la façon dont Poutine pense l’Europe et que le seul langage qu’il comprend est la dureté. Si cette prise de conscience est venue si tôt, pourquoi avez-vous poursuivi une politique énergétique qui nous a rendus si dépendants de la Russie ?

Merkel : Il était clair pour nous tous que le conflit était gelé, que le problème n’avait pas été résolu, mais cela a donné à l’Ukraine un temps précieux. Bien sûr, on peut maintenant se poser la question : pourquoi la construction de Nord Stream 2 a-t-elle encore été approuvée dans une telle situation ?

ZEIT : Oui, pourquoi ? D’autant plus qu’il y avait déjà de très vives critiques sur la construction du gazoduc à cette époque, par exemple de la Pologne et des États-Unis.

Merkel : Oui, on pourrait avoir des opinions différentes. De quoi s’agissait-il ? D’une part, l’Ukraine attachait une grande importance à rester un pays de transit pour le gaz russe. Elle voulait faire passer le gaz par son territoire et non par la mer Baltique. Aujourd’hui, on agit parfois comme si chaque molécule de gaz russe venait du diable. Ce n’était pas comme ça, le gaz était contesté. En revanche, ce n’était pas le cas que le gouvernement fédéral avait demandé l’approbation de Nord Stream 2, les entreprises l’ont fait. En fin de compte, pour le gouvernement fédéral et pour moi, il s’agissait de décider si nous ferions une nouvelle loi en tant qu’acte politique pour refuser expressément l’approbation de Nord Stream 2.

ZEIT : Qu’est-ce qui vous a empêché de le faire ?

Merkel : D’une part, un tel refus en combinaison avec l’accord de Minsk aurait, à mon avis, dangereusement aggravé le climat avec la Russie. D’autre part, la dépendance à la politique énergétique est née du fait qu’il y avait moins de gaz des Pays-Bas et de Grande-Bretagne et des volumes de production limités en Norvège.

ZEIT : Et il y a eu la sortie de l’énergie nucléaire. Egalement initié par vous.

Merkel : C’est vrai, et la décision de tous les partis de produire moins de gaz en Allemagne également. Vous auriez dû décider d’acheter du GNL plus cher au Qatar ou en Arabie saoudite, les États-Unis ne sont devenus disponibles en tant que pays exportateur que plus tard. Cela aurait considérablement aggravé notre compétitivité. Aujourd’hui, sous la pression de la guerre, c’est ce que je soutiens, mais à l’époque cela aurait été une décision politique beaucoup plus massive.

ZEIT : Auriez-vous dû prendre cette décision de toute façon ?

Merkel : Non, d’autant plus qu’il n’y aurait eu aucune acceptation. Si vous me demandez une autocritique, je vais vous donner un autre exemple.

ZEIT : Le monde entier attend un mot d’autocritique !

Merkel : C’est peut-être le cas, mais l’attitude des critiques ne correspond pas à mon opinion sur de nombreux points. S’incliner simplement devant eux juste parce que c’est attendu, je pense que ce serait bon marché. J’avais tellement de pensées à l’époque ! Ce serait carrément un signe d’inadéquation si, juste pour avoir un peu de paix et sans vraiment penser comme ça, je disais simplement : Oh, d’accord, maintenant je m’en rends compte aussi, c’était faux. Mais je vais vous dire un point qui me dérange. Cela a à voir avec le fait que la guerre froide n’a jamais vraiment pris fin parce que la Russie n’était fondamentalement pas en paix. Lorsque Poutine a envahi la Crimée en 2014, il a été expulsé du G8. L’OTAN a également stationné des troupes dans les États baltes pour montrer que nous, en tant qu’OTAN, sommes prêts à nous défendre. En outre, nous, au sein de l’Alliance, avons décidé de consacrer 2 % du produit intérieur brut de chaque pays à la défense. La CDU et la CSU étaient les seules à avoir encore cela dans leur programme gouvernemental. Mais nous aussi, nous aurions dû réagir plus rapidement à l’agressivité de la Russie. L’Allemagne n’a pas atteint l’objectif de 2 % malgré l’augmentation. Et je n’ai pas non plus prononcé un discours passionné à ce sujet tous les jours.

ZEIT : Pourquoi pas ? Parce que vous pensiez secrètement que vous n’en aviez pas besoin ?

Merkel : Non, mais parce que j’ai agi selon le principe d’Helmut Kohl : ce qui compte, c’est ce qui sort à la fin. Donner un discours entraînant pour finir comme un tapis de chevet n’aurait pas aidé le budget. Mais quand je regarde à travers l’histoire pour trouver des recettes réussies, j’en viens à la décision à double voie de l’OTAN …

ZEIT : … à cause de cette décision, Helmut Schmidt a finalement perdu sa chancellerie…

Merkel : C’est vrai, ce qui n’a fait qu’accroître mon respect pour lui. Ce qui était intelligent dans la double décision de l’OTAN, c’était la double approche de la modernisation et de la diplomatie. Traduit par l’objectif de 2 %, cela signifie que nous n’avons pas fait assez pour dissuader en augmentant les dépenses de défense.

ZEIT : Vous avez dit ceci à Alexander Osang pour un portrait dans Der Spiegel : « Tolérer la critique fait partie de la démocratie, mais en même temps j’ai l’impression qu’un président américain est traité avec plus de respect en public qu’un chancelier allemand. » Qu’est-ce que vous vouliez dire exactement par là ?

Merkel : D’une part, je voulais dire qu’aujourd’hui les décisions politiques du passé sont jugées très rapidement sans rappeler le contexte et examiner de manière critique les alternatives. La deuxième chose est que certaines personnes ne sont tout simplement pas d’accord avec le fait qu’après 30 ans en politique et 16 ans en tant que chancelière, j’ai volontairement quitté mes fonctions à l’âge tendre de 67 ans, et dis maintenant que je voudrais faire des “nominations agréables”. Pour moi, cela signifie que je n’ai pas toujours à me justifier si je veux aussi fixer mon propre agenda. Je ne veux pas toujours être guidée par ce qui vient de l’extérieur.

ZEIT : Vous parlez aussi de la discussion sur l’aménagement de votre bureau ? On n’a pas compris que vous employiez neuf personnes.

Merkel : C’est peut-être un effet secondaire. Quelle preuve de performance dois-je fournir pour que l’équipement soit justifié ?

ZEIT : Au début de votre mandat, vous avez souligné que dans le passé, il y avait des cultures avancées apparemment invincibles qui ont sombré parce qu’elles ne pouvaient pas changer assez vite. Se pourrait-il que, malgré toutes les connaissances sur le degré de réchauffement climatique, l’humanité ne parvienne tout simplement pas à organiser sa propre survie parce que tout le monde ne veut pas se serrer les coudes ?

Merkel : Ma devise en politique a toujours été : nous pouvons le faire. Et c’est pourquoi je n’ai jamais eu affaire à de tels scénarios catastrophiques en tant que politicienne, mais j’ai toujours cherché des solutions. En tant que citoyen, vous pouvez vous poser la question, mais comme je suis encore à un stade intermédiaire, je dirais qu’il faut tout faire pour que cela n’arrive pas exactement.

ZEIT : 30 % d’émissions de CO₂ chinoises, près de 2 % d’émissions allemandes, ce sont les chiffres.

Merkel : Mais cela ne justifie pas le fait que nous n’ayons rien à faire. Nous pouvons être un modèle, même si d’autres ne nous emboîtent pas encore le pas. La Chine est le plus gros émetteur aujourd’hui, c’est vrai. C’est à la fois un rival, un concurrent et un partenaire. Obtenir ce droit sera la grande question diplomatique de l’avenir. Mais la guerre en Ukraine a encore une fois considérablement aggravé les chances de sauver le climat car elle menace de passer au second plan.

ZEIT : Avez-vous une idée de comment cette guerre peut se terminer ? Et est-il totalement hors de question que vous puissiez y jouer un rôle ?

Merkel : La deuxième question ne se pose pas. Au premier : Pour être honnête, je ne sais pas. Il mettra un jour fin aux négociations. Les guerres se terminent à la table des négociations.

ZEIT : Précisément parce que cette guerre a eu tant d’effets dramatiques, la question de savoir quand et dans quelles circonstances commencer les négociations peut-elle être laissée à la seule Ukraine ?

Merkel : Il y a une différence entre une paix dictée, que je ne veux pas, comme beaucoup d’autres, et des discussions amicales et ouvertes entre nous. Je ne veux pas en dire plus.

ZEIT : Tant d’imprévus se sont produits pendant et après votre mandat. Auriez-vous pu imaginer qu’au cours des dernières années de votre mandat de chancelière et à ce jour, les critiques les plus sévères sont venues et viennent toujours de Springer-Verlag – avec l’éditeur duquel vous entretenez une relation amicale ?

Merkel : La liberté de la presse est un atout très important. (sourire)

ZEIT : Acceptez-vous la critique ? Avez-vous lu l’image?

Merkel : Même si je ne les lis pas, il y a forcément quelqu’un qui retiendra la critique sous mon nez.

ZEIT : Lorsque vous avez dit au revoir il y a un an, comme tous les chanceliers sortants, vous avez été autorisée à choisir trois chansons. Vous avez sélectionné , entre autres, “Qu’il pleuve des roses rouges pour moi”. Elle dit : «…soumettez-vous, soyez content. Je ne peux pas me soumettre, je ne peux pas être content, je veux encore gagner, je veux tout ou rien » et puis « pour développer à nouveau loin de l’ancien, de ce qui attend, profitez au maximum. » Quelle ligne contient le plus d’Angela Merkel ?

Merkel : J’ai choisi la chanson dans son ensemble. Je voulais dire que j’attends avec impatience un chapitre de ma vie. J’ai vécu des choses merveilleuses, c’était aussi épuisant. Mais c’était une grande chose : qui peut devenir chancelier de la République fédérale d’Allemagne ? Je l’ai toujours fait avec plaisir, et maintenant il y a toujours une certaine tension : que peut-il se passer d’autre au-delà ?

André Doyer
5

« Excellentes publications de recherche et je suis toujours fier de vous lire comme chrétien. Et je vous visite à tous les jours. Un grand merci pour ce que vous faites. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
784830cookie-checkCette entrevue de Angela Merkel qui a indigné Vladimir Poutine : « Comment la Russie peut-elle à nouveau faire confiance à l’Occident ? »
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
1
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x