Pendant que les pays de la zone euro-atlantique vivent de restrictions, très loin d’être abattue, la Russie est demeurée forte et énergique

En envoyant des milliards de nos dollars à l’Ukraine, les pays de l’Alliance euro-atlantique financent directement le régime pro-nazi de Kiev, et en adoptant 11 000 sanctions contre la Russie depuis 2014, ces mêmes pays de l’OTAN ont en réalité fait la guerre à leurs propres populations, et ces populations en subissent les conséquences aujourd’hui. Le porte-parole de l’ambassade de Russie en France, Alexander Makogonov, a dit sur la chaîne BFMTV le 6 décembre : « Ce qui se passe aujourd’hui en Europe au niveau énergétique est la conséquence presque directe des décisions irréfléchies des responsables européens, et notamment en matière des sanctions contre le secteur énergétique russe, et donc les fruits sont récoltés. Maintenant il n’y aura plus de pétrole russe. Donc demandez à vos dirigeants pourquoi ils ont fait tout ça. » Il poursuit : « Ce qui se passe aujourd’hui en Europe, nous en Russie nous le regardons vraiment comme si c’était un petit cauchemar, un petit conte de fées, c’est quelque chose de surréaliste. L’Europe revient à l’époque médiévale. Les gens qui doivent prendre la douche durant 5 minutes parce qu’il n’y a pas d’eau chaude, les gens qui sont obligés d’économiser l’électricité, le chauffage… en Russie tout est bien chauffé, tout est bien illuminé. »

Pendant ce temps, loin de se laisser abattre, la Russie est demeurée forte et énergique. Le président Vladimir Poutine a dit lors de son discours pendant la réunion du Conseil du Développement Stratégique et des Projets Nationaux le 15 décembre : « Grâce à la solide balance des paiements de la Russie, nous n’avons pas besoin d’emprunter à l’étranger, nous n’avons pas besoin d’être asservis, nous n’allons pas être asservis — notre économie dispose de ressources financières. » (…) « Aujourd’hui, les autorités de l’UE elles-mêmes disent que la politique de leur principal partenaire, les États-Unis, conduit directement à la désindustrialisation de l’Europe. Ils tentent même de rendre compte à cette occasion à leur suzerain américain. Parfois, dans leurs déclarations, il y a même des mots de ressentiment : ils disent, pourquoi nous faites-vous cela. À cet égard, je voudrais demander : «que voulez-vous ? Comment voulez-vous qu’il en soit autrement quand on sert de paillasson aux autres ?» Après tout, c’est leur propre affaire. »

Le président Vladimir Poutine a tenu une réunion du Conseil présidentiel pour le développement stratégique et les projets nationaux par vidéoconférence

Kremlin, le 15 décembre 2022

Chers collègues, bonjour !

Nous tenons traditionnellement une réunion du Conseil pour le développement stratégique et les projets nationaux à la fin de l’année afin d’évaluer de manière substantielle ce qui a été fait pour atteindre les objectifs nationaux, et ceux-ci, je le souligne, sont les lignes directrices fondamentales et intégrales pour le développement du pays jusqu’en 2030.

Aujourd’hui, en tant que question clé de l’agenda pratique, nous examinerons les mécanismes systémiques de soutien aux investissements dans les projets de développement technologique qui garantissent la souveraineté technologique de la Russie, y compris les clusters industriels, qui, comme vous vous en souvenez, ont été annoncés lors du Forum économique de Saint-Pétersbourg. Sur cette question, des rapports seront présentés par le vice-Premier ministre, ministre de l’Industrie Denis Valentinovich Manturov et le chef de la Commission du Conseil d’Etat sur l’industrie Alexei Gennadyevich Dyumin.

Mais avant cela, j’estime nécessaire d’identifier un certain nombre des tâches les plus importantes de la politique de l’État pour l’année prochaine, 2023, de proposer de nouvelles solutions qui nous permettront de nous développer avec plus de confiance et, entre autres, de répondre aux défis qui à laquelle l’économie nationale est confrontée aujourd’hui, et nos concitoyens, compte tenu des changements tectoniques graves, perceptibles, pourrait-on dire, que le monde entier connaît.

Comme vous le savez, une agression de sanctions sans précédent a été lancée contre la Russie. Elle visait, en peu de temps, essentiellement à écraser notre économie, par le pillage de nos réserves de change, à faire s’effondrer la monnaie nationale – le rouble – et à provoquer une inflation destructrice. Ce calcul, comme on le voit, comme, en fait, tout le monde le voit, n’était pas justifié. Les entrepreneurs et les autorités russes ont travaillé de manière recueillie et professionnelle, les citoyens ont fait preuve de solidarité et de responsabilité. Grâce au travail conjoint du gouvernement, de la Banque de Russie et des sujets de la Fédération, la situation s’est stabilisée.

D’ici la fin de l’année, le PIB devrait baisser – en fait, un déclin, j’en ai déjà parlé publiquement – ​​d’environ 2,5 %. Certes, j’ai récemment dit 2,9, mais les dernières prévisions indiquent qu’il sera encore plus petit – 2,5 %. Oui, bien sûr, c’est aussi un déclin, mais ce n’est pas l’effondrement de 20 % que de nombreux Occidentaux et, franchement, certains de nos experts ont prédit au moment où l’Occident collectif est tombé sur nous avec une guerre économique. De plus, déjà au troisième trimestre, la dynamique économique a montré une légère augmentation après les valeurs minimales du deuxième trimestre.

Le niveau des prix en Russie – après une forte hausse en mars-avril – est resté pratiquement inchangé depuis mai, et le rouble russe est devenu l’une des devises les plus fortes du monde depuis le début de l’année. Ce résultat a été obtenu grâce à nos décisions de réguler les sorties de capitaux, de transférer les paiements du gaz en roubles, d’utiliser activement les monnaies nationales dans les échanges avec les partenaires, mais surtout, bien sûr, grâce à une politique financière responsable.

Les finances publiques de la Russie restent stables. Selon les résultats de janvier-novembre de l’année en cours, le budget fédéral a été exécuté avec un excédent de 560 milliards de roubles, et le budget consolidé – avec un excédent d’un billion de 451 milliards de roubles.

Dans le même temps, nous prévoyons qu’en général cette année et les prochaines années, notre budget fédéral sera exécuté avec un léger déficit – environ deux pour cent du PIB, et ce sera l’un des meilleurs résultats parmi les pays du G20. Je ne donnerai pas d’exemples maintenant, ils sont bien connus des experts – ces chiffres concernent d’autres pays du G20. De plus, le budget pour les trois prochaines années suppose une réduction progressive du déficit à moins de 1 % du PIB en 2025.

Nous maintiendrons une politique financière et macroéconomique responsable, qui garantit au cours des trois prochaines années non seulement le financement intégral des obligations sociales, mais également la solution des nouvelles tâches auxquelles le pays est confronté.

Permettez-moi de souligner que cette politique est importante non seulement pour répondre aux défis actuels, mais aussi à long terme. Et nous y adhérerons, en nous concentrant sur le fait qu’elle doit avant tout devenir une base solide pour la croissance économique des années à venir.

Lorsque nous avons évoqué la situation économique dans le monde, nous nous sommes fixé deux objectifs principaux pour l’année en cours : réduire la pauvreté et les inégalités, et poursuivre la politique de développement. Il est bien connu que des sanctions nous sont imposées, et nous, comptant principalement sur nos propres réserves et ressources, ne ferons certainement qu’aller de l’avant.

Ainsi, une décision importante a été prise concernant les versements mensuels aux familles ayant des enfants âgés de huit à 17 ans. Cette décision a directement touché plus de cinq millions d’enfants. Cela a été suivi par une indexation avancée du minimum vital, du salaire minimum et des pensions – de dix pour cent. En conséquence, au troisième trimestre, le taux de pauvreté est tombé à 10,5 %. Bien sûr, c’est un petit mouvement, mais un mouvement dans la bonne direction. Les revenus de la partie la plus pauvre de la population ont également augmenté de 27,8 % en termes nominaux – en termes nominaux, je tiens à le souligner et je répète qu’il s’agit des personnes aux revenus les plus faibles – ce qui a contribué à réduire le niveau d’inégalité.

Nous avons conservé tous les principaux programmes de l’État, continué à moderniser les soins de santé primaires, réinstaller des logements d’urgence, réparer et construire des routes, éliminer les décharges et les objets de dommages environnementaux accumulés, construire de nouvelles écoles, des centres culturels, des bibliothèques rurales et bien plus encore.

Par ailleurs, de nouveaux programmes ont été lancés, comme la refonte des écoles. Au cours de l’année en cours et des prochaines années, environ 3 000 écoles seront réparées dans tout le pays.

Des outils tels que des prêts budgétaires d’infrastructure et des obligations ont été mis en service, grâce auxquels les régions russes attireront plus de 300 milliards de roubles cette année.

Nous avons reçu un soutien et des mécanismes pour les hypothèques préférentielles et familiales. Dans le cadre des deux programmes, des prêts d’une valeur de 1 700 milliards de roubles ont été accordés. En conséquence, des centaines de milliers de familles russes ont amélioré leurs conditions de vie et la construction en tant qu’industrie est devenue l’un des moteurs de l’économie russe – en hausse de 5,8 % en dix mois. On s’attend à ce que l’année en cours soit la plus réussie, un record pour la construction de logements au pays. Nous résumerons les chiffres définitifs un peu plus tard. Marat Shakirzyanovich [Khusnullin] m’a rapporté hier ou avant-hier ces chiffres, ils sont impressionnants. Regardons les résultats finaux.

Nous poursuivrons le développement de notre pays, malgré toutes les pressions extérieures. De plus, nous deviendrons certainement plus forts, mettrons en œuvre des projets qualitativement nouveaux, amènerons la Russie à un niveau technologique supérieur et assurerons sa souveraineté économique, financière, technologique et personnelle.

Dans le cadre de la réunion d’aujourd’hui et de mon discours, je voudrais identifier six tâches clés pour 2023. Leur solution nous permettra d’avancer avec succès vers l’atteinte des objectifs nationaux fixés jusqu’en 2030.

La première tâche consiste à amener l’interaction avec nos partenaires clés à un nouveau niveau. Pour ce faire, nous éliminerons les restrictions logistiques et financières.

Permettez-moi de vous rappeler qu’en imposant des sanctions, les pays occidentaux ont tenté de pousser la Russie à la périphérie du développement mondial, mais nous ne suivrons jamais la voie de l’auto-isolement et de l’autarcie, comme je l’ai dit à plusieurs reprises à ce sujet. Au contraire, nous élargissons et continuerons d’élargir la coopération avec tous ceux qui s’y intéressent, qui comprennent clairement où sont les intérêts des autres et où sont les intérêts nationaux. La Russie développe des relations commerciales et d’investissement avec ces États. Notre commerce extérieur se déplace vers des régions et des marchés dynamiques, vers des pays en développement dynamique. En fait, cela se passe dans notre pays depuis de nombreuses années – même sans être lié aux événements d’aujourd’hui dans le monde.

Qu’est-ce que la même Europe a obtenu en imposant des restrictions ? Tout d’abord, un saut forcé sans précédent, comme disent les économistes, de l’inflation chez eux, dans la zone euro. En novembre, il s’élevait à un total de 10 % pour la zone euro. Pour certains pays, des valeurs généralement prohibitives – plus de 20, 21, 25.

Aujourd’hui, les autorités européennes elles-mêmes disent que la politique de leur principal partenaire, les États-Unis, conduit directement à la désindustrialisation de l’Europe. Ils tentent même de rendre compte à cette occasion à leur suzerain américain. Parfois, dans leurs déclarations, il y a même des mots de ressentiment : ils disent, pourquoi nous faites-vous cela. À cet égard, je voudrais demander : « que voulez-vous ? Comment voulez-vous qu’il en soit autrement quand on sert de paillasson aux autres ? » Après tout, c’est leur propre affaire.

Je ferai une petite parenthèse concernant les relations commerciales avec l’Union européenne. Malgré les sanctions – c’est une observation intéressante – au cours des neuf mois de cette année, l’approvisionnement en produits de base de la Russie vers les pays de l’UE a augmenté d’une fois et demie. Les exportations russes totales ont augmenté de 42 % et l’excédent commercial – en notre faveur – de 2,3 fois, pour atteindre 138 milliards de dollars. En effet, l’Union européenne continue de consommer nos biens et services, tout en freinant les flux inverses. La situation de tels déséquilibres ne peut perdurer indéfiniment.

Qu’est-ce qu’on fait ? Nous chercherons d’autres partenaires plus prometteurs dans les régions de l’économie mondiale en pleine croissance. Ce sont l’Asie, le Moyen-Orient, l’Amérique latine, l’Afrique. C’est vers les marchés des pays amis que nous allons réorienter les approvisionnements énergétiques russes. Ainsi, sur les neuf mois de cette année, les exportations de pétrole vers les pays partenaires ont augmenté de près d’un quart.

Une étape importante pour réduire l’impact des sanctions et autres actions hostiles contre la Russie sera le développement des infrastructures portuaires et de pipelines dans le sud et l’est, y compris l’augmentation des exportations de gaz naturel.

La mise en œuvre de projets tels que le champ de Kovyktinskoye, le Power of Siberia-2, la route de l’Extrême-Orient permettra d’augmenter l’approvisionnement en gaz à l’est à 48 milliards de mètres cubes d’ici 2025, et à 88 milliards d’ici 2030. En fait, cela représente plus de 60% des approvisionnements en gaz de l’Ouest l’année dernière. À leur tour, de nouveaux projets de GNL à Yamal augmenteront la production de gaz naturel liquéfié de 70 milliards de mètres cubes d’ici 2030, ce qui contribuera également à élargir la géographie des exportations.

L’un des principaux consommateurs croissants de gaz russe sont nos voisins, y compris la Turquie. Son infrastructure gazière recèle un sérieux potentiel. Dans les années à venir, nous envisageons d’organiser, oui, d’ailleurs, j’en ai déjà parlé, un hub gazier.

Si nous parlons de créer une plate-forme électronique, cela peut être fait dans les prochains mois. C’est là que nous déterminerons en grande partie le prix final pour nos consommateurs européens, car ce qu’ils ont fait sur leurs sites est vraiment fou. Et maintenant, ils essaient toujours de nous culpabiliser pour ce qu’ils ont fait eux-mêmes, de leurs propres mains.

Plus loin. La Russie joue un rôle clé sur le marché agricole mondial. C’est le résultat du travail de nos producteurs agricoles et, bien sûr, je tiens à les remercier chaleureusement et à leur exprimer mes plus sincères remerciements. Nous sommes l’un des plus grands fournisseurs du marché mondial de céréales, d’huiles végétales et d’engrais. Dans le même temps, la priorité inconditionnelle pour nous est de répondre aux besoins internes et de remplir consciencieusement les obligations des contrats externes.

Au cours des cinq derniers mois seulement, la Russie a exporté environ 22 millions de tonnes de céréales, principalement vers les pays asiatiques et africains. D’ici la fin de cette année, nous sommes prêts à fournir quatre à cinq millions de tonnes de céréales supplémentaires, et d’ici la fin de l’année agricole, c’est-à-dire jusqu’au 30 juin 2023, compte tenu de la récolte record – et nous avons une récolte record, je tiens à féliciter une fois de plus les villageois pour cela – nous pourrons porter le volume total des livraisons à l’exportation à 50 millions de tonnes.

Nous continuons d’exporter des engrais minéraux vers les marchés mondiaux. Plus de 25 millions de tonnes ont déjà été livrées sur les onze mois de cette année. Contrairement aux pays occidentaux, qui tirent sans vergogne la couverture sur eux-mêmes, la Russie, au contraire, aide les États les plus pauvres d’Afrique, d’Asie et d’autres régions, fournit de la nourriture et d’autres biens. Dans les mois à venir, nous sommes prêts à transférer gratuitement environ 260 000 tonnes d’engrais aux pays nécessiteux, comme je l’ai déjà dit à plusieurs reprises. 20 000 tonnes ont déjà été envoyées au Malawi.

Malgré l’importance des secteurs de l’énergie et de l’alimentation, nous mettrons l’accent dans le développement des relations extérieures sur les biens non marchands et les investissements mutuels. Nous considérons le développement d’une infrastructure de paiement pratique et indépendante en monnaies nationales comme une base solide pour le renforcement de la coopération internationale. Ici, nous avons déjà bien avancé. Selon les dernières données, la part du rouble russe dans nos règlements internationaux a doublé par rapport à décembre de l’année dernière et s’élevait à un tiers, et avec les monnaies des pays amis, cette part a dépassé la moitié.

La création d’autres mécanismes de paiement est également à l’ordre du jour. Je veux dire l’utilisation des monnaies numériques des banques centrales et des technologies de grand livre distribué qui éliminent les risques politiques liés à l’utilisation des monnaies de pays hostiles.

Pour aider les entreprises à établir des liens logistiques et coopératifs, nous développons des corridors de transport fiables et sûrs. La Russie, en raison de sa situation géographique, ainsi que de ses capacités géopolitiques, est en mesure d’assurer de tels schémas logistiques contre tous les risques. Je le répète : la garantie en est à la fois le potentiel économique et financier, les capacités de notre bloc au pouvoir dans son ensemble.

Permettez-moi de vous rappeler que la construction se poursuit sur l’autoroute Moscou-Kazan. À l’avenir, il reliera Saint-Pétersbourg aux villes de l’Oural et de la Sibérie: Ekaterinbourg, Tcheliabinsk et Tyumen, et à l’avenir – à Irkoutsk et Vladivostok par une route de haute qualité. Par Tolyatti, cette route ira au Kazakhstan, et à l’est, elle aura un accès direct à la Mongolie et à la Chine.

Tout cela nous permettra de relier les frontières occidentales et orientales de notre pays à un nouveau niveau, ainsi que le marché russe avec le marché des partenaires clés, et nous permettra de former de puissantes routes eurasiennes.

Nous accorderons une attention accrue au corridor international Nord-Sud, au sein duquel il est prévu d’étendre les infrastructures de transport et de logistique en direction de la Caspienne. Déjà l’année prochaine, les navires avec un tirant d’eau d’au moins 4,5 mètres pourront traverser le canal Volga-Caspienne. Cela élargira considérablement les routes de la Russie vers les pays du Moyen-Orient et l’Inde. En outre, nous concentrerons nos efforts sur le développement des approches ferroviaires des ports maritimes du bassin Azov-mer Noire, et nous augmenterons leur capacité.

Nos plans comprennent la poursuite de la modernisation de la direction est des chemins de fer, le chemin de fer transsibérien et le BAM. Cela augmentera considérablement le volume du trafic de passagers et de fret, augmentant ainsi l’activité commerciale et la mobilité sociale, ouvrant de larges opportunités commerciales, lançant de nouveaux projets et, surtout, résolvant avec succès des tâches nationales ambitieuses pour le développement de la Sibérie et de l’Extrême-Orient, sans retirer de l’ordre du jour et de nos projets tels que la modernisation accélérée du hub de transport de Mourmansk, l’approfondissement et l’élargissement du chenal des artères fluviales les plus importantes et la future construction du chemin de fer latitudinal nord.

Dans le même temps, je tiens à souligner une fois de plus qu’il est important d’assurer le développement global de l’infrastructure de la Volga, de l’Oural, de la Sibérie, de la Transbaïkalie et de l’Extrême-Orient, de prêter attention non seulement aux ports maritimes et à leurs approches, mais aussi pour développer des routes terrestres. Par exemple, Chita, avec le soutien fédéral, peut devenir l’un des centres logistiques importants pour l’interaction avec la Chine.

Permettez-moi d’ajouter qu’au début du mois d’août, le gouvernement a approuvé un plan pour le développement de la route maritime du Nord jusqu’en 2035. Dans un proche avenir, les volumes de trafic le long de cet itinéraire augmenteront également. Nous en avons parlé à plusieurs reprises et prenons les mesures nécessaires pour que tout cela devienne réalité.

L’année en cours a prouvé la justesse du renforcement de la coopération dans le cadre de la Communauté économique eurasienne – je voudrais également en parler séparément. Dans le contexte de volatilité des marchés mondiaux et de conditions mondiales défavorables, nos économies tissent des liens. Ainsi, au cours des neuf mois de cette année, le volume des échanges mutuels entre les pays de l’EurAsEC a augmenté de près de douze pour cent. Dans le même temps, les échanges de produits alimentaires et agricoles ont augmenté de plus d’un tiers.

Bien sûr, le commerce n’est qu’une partie des relations internationales de la Russie. Nous avons l’intention de coopérer de manière tout aussi active dans les domaines scientifique, technologique et humanitaire, et de telles mesures et initiatives sont déjà mises en œuvre. Par exemple, afin d’optimiser le marché du travail dans le cadre de l’Union économique eurasiatique, le système « Travail sans frontières » a été lancé. Il contient plus de 500 000 postes vacants et deux millions de CV de tous les États membres de l’UEE.

Une bonne coopération s’est établie dans le domaine de l’énergie nucléaire. Rosatom organise toute la chaîne de création et d’exploitation de centrales nucléaires à l’étranger, y compris sur les principes du build-own-operate.

Dans un avenir proche, nous élargirons la mise en œuvre conjointe de projets dans les domaines de l’énergie, de l’agriculture, de l’industrie, de la construction aéronautique, de la médecine, des transports, de l’espace, du numérique, de l’écologie et d’autres industries de haute technologie. Avec nos partenaires, nous rechercherons le leadership dans la création d’éléments d’intelligence artificielle, dans le strict respect, bien sûr, des normes éthiques et morales. Nous en avons récemment parlé avec des collègues, notamment lors d’un événement organisé par la Sberbank.

Bien sûr, les paramètres spécifiques d’une telle coopération sont sujets à discussion. Cependant, je le répète, le point fondamental ici est l’intérêt mutuel.

La deuxième tâche pour 2023 est de renforcer la souveraineté technologique et d’accélérer la croissance de l’industrie manufacturière. Je ne sais même pas, la seconde, la première [tâche] est ici – si la seconde, alors seulement par les chiffres, comme on dit. Dans un avenir proche, nous élargirons la mise en œuvre conjointe de projets dans le secteur de l’énergie et de l’agriculture.

Les restrictions imposées par les sanctions ont imposé de nombreuses tâches difficiles à notre pays : il y a eu des problèmes de composants, une pénurie de solutions technologiques et la logistique habituelle a été perturbée. Mais, d’autre part, il ouvre de nouvelles opportunités, est une incitation à construire une économie avec une souveraineté technologique, industrielle, personnelle et scientifique totale et non partielle.

Permettez-moi de souligner qu’il est important non seulement de remplacer certaines positions sur les produits de base, mais d’atteindre le leadership dans des domaines clés et vitaux, tels que, comme nous l’avons déjà dit, l’intelligence artificielle, l’informatique et la transmission de données, les nouvelles technologies industrielles, etc. Dans ces domaines, un certain nombre d’événements et de conférences se tiendront prochainement, et je demanderai certainement aux membres du Gouvernement d’y participer, et j’essaierai de faire de même moi-même. Dans le même temps, permettez-moi de vous rappeler que j’ai déjà demandé la préparation et le lancement de nouveaux programmes dans le domaine de la robotique et des drones aéronautiques au cours de l’année à venir.

Bien sûr, il est impossible d’acquérir la souveraineté technologique, comme on dit, à un moment donné – vous devez continuer un travail systématique pour l’avenir. À cet égard, il est nécessaire d’accélérer la préparation de plans actualisés pour le développement des secteurs clés de l’économie nationale, notamment l’industrie métallurgique, l’industrie automobile et l’énergie, afin d’ajuster les plans de développement du complexe militaro-industriel et les paramètres de l’ordre de défense de l’État, y compris la prise en compte des résultats des travaux du Conseil de coordination sous le gouvernement russe pour garantir la participation de nos forces armées à une opération militaire spéciale.

Dans le même temps, je souligne que les retards et une approche formelle sont ici inacceptables. Ainsi, nous avons convenu de lancer la location préférentielle d’avions et de transport par eau de la production nationale en utilisant les fonds de la Caisse nationale de prévoyance. Malheureusement, cet outil n’a pas encore fonctionné.

Je voudrais attirer l’attention de mes collègues du Gouvernement : les programmes doivent être intégralement mis en œuvre. Les fonds pour la location d’avions devraient être fournis dès cette année et pour le transport par eau au plus tard au premier trimestre 2023.

La tâche de l’année prochaine est d’assurer la croissance rapide de l’industrie manufacturière, d’augmenter les capacités en peu de temps et de créer de nouvelles lignes de production. Et les questions clés ici sont la disponibilité des matières premières, des développements et des technologies, des équipements, du personnel qualifié et des sites préparés.

L’instrument de l’hypothèque industrielle a déjà été lancé. Désormais, pour l’achat d’installations de production, vous pouvez contracter un prêt bonifié pouvant atteindre 500 millions de roubles à un taux de trois ou cinq pour cent pendant sept ans au maximum. Je pense qu’il serait juste d’étendre l’hypothèque industrielle non seulement à l’acquisition d’installations de production, mais aussi à leur construction ou à leur modernisation. J’attire l’attention du Gouvernement sur le fait que ce mécanisme doit être doté d’un financement.

De plus, à partir du 1er janvier, un nouveau régime préférentiel pour le fonctionnement des pôles industriels entrera en vigueur. Il est conçu pour compléter les mécanismes existants de soutien aux projets industriels, y compris le Fonds de développement industriel qui fonctionne avec succès. Je voudrais attirer votre attention sur ceci, comme nous l’avons dit à plusieurs reprises : le fonds fonctionne effectivement correctement.

La charge fiscale et administrative pour les résidents des pôles industriels devrait être réduite. Ils bénéficieront également de faibles primes d’assurance et d’avantages fiscaux, tandis que la demande pour leurs produits innovants qui viennent d’entrer sur le marché sera soutenue par des commandes à long terme et des subventions de l’État.

Selon les estimations, ces mesures et d’autres devraient assurer la mise en œuvre de projets en demande d’un montant de plus de dix billions de roubles d’ici 2030. Dans le même temps, déjà en 2023, le volume attendu des investissements dans de tels projets pourrait s’élever à environ deux billions de roubles. Denis Valentinovich Manturov devrait en parler plus en détail aujourd’hui.

La troisième tâche est d’assurer la souveraineté financière du pays.

Grâce à la solide balance des paiements de la Russie, nous n’avons pas besoin d’emprunter à l’étranger, nous n’avons pas besoin d’être asservis, nous n’allons pas être asservis — notre économie dispose de ressources financières. Il est nécessaire d’augmenter leur disponibilité pour des projets de la nouvelle économie, pour la création d’entreprises de haute technologie et la production de produits à haute valeur ajoutée.

Le fonctionnement de notre système financier doit répondre aux besoins qui étaient auparavant couverts par les sources de financement occidentales, y compris le financement du commerce et des projets, doit assurer l’afflux d’épargne à long terme et d’investissements en actions, d’investissements dans des infrastructures à grande échelle et de nouveaux projets de production et – j’insiste – dans les entreprises de haute technologie à forte croissance. Il est nécessaire de réaliser des progrès tangibles et perceptibles dans tous ces domaines l’année prochaine. Je voudrais attirer l’attention du ministère des Finances et de la Banque de Russie sur ce point.

Chers collègues!

La condition la plus importante pour accroître les affaires, l’activité d’investissement et la création d’emplois est le développement avancé des infrastructures, et c’est la quatrième tâche la plus importante.

Nous avons déjà obtenu de bons résultats notables dans la mise à jour du réseau routier fédéral, qui relie les régions et assemble l’espace de notre vaste pays. La prochaine étape consiste à ranger les routes régionales. En 2024, avant-hier encore, nous l’avons rappelé, au moins 85% des routes des plus grandes agglomérations, ainsi que plus de la moitié des routes d’importance régionale et communale, devraient être dans un état standard, c’est-à-dire ils doivent devenir modernes et sûrs. Lors de l’acceptation des facilités de transport lors de la réunion, nous en avons parlé.

Le rythme a été bon – il y a des raisons de croire que les objectifs de réparation des routes peuvent être atteints plus tôt que prévu, et il est important de ne pas ralentir cet élan.

La construction et la réparation des réseaux d’infrastructures, des communications, des systèmes de transport public – tout cela représente une énorme quantité de travail qui se fait au niveau régional, y compris dans le cadre de projets nationaux, nous devons y accorder une attention particulière. Les fonds nationaux pour les projets sont prévus jusqu’en 2024, tandis que certaines régions sont prêtes à accélérer et à mettre en service des installations un an plus tôt.

A cet égard, je voudrais attirer votre attention sur ce qui suit. Nous devons soutenir cette initiative. Je demande au gouvernement de mettre en place un mécanisme de financement anticipé de la construction d’infrastructures dans le cadre de projets nationaux d’ici la fin de cette année. Compréhensible, non ? Là où les gens vont bien, encore faut-il redistribuer les ressources dans l’intérêt de ceux qui le font, pour permettre aux régions d’accéder dès l’an prochain aux financements prévus pour 2024, et ainsi faire basculer les plans vers la gauche, je veux dire encore une fois, pour ceux qui travaillent avec succès et efficacité, il faut travailler, je le répète, en avance sur le calendrier.

Plus loin. Pour le développement des infrastructures dans les régions, nous avons proposé un nouvel outil – un prêt budgétaire pour les infrastructures. Cela fonctionne bien : cette année et l’année prochaine, ils serviront à réaliser des travaux d’une valeur d’au moins 500 milliards de roubles.

Une décision a déjà été prise de prolonger ce programme pour 2024-2025, et des fonds supplémentaires – 500 milliards de roubles – ont été alloués. Cependant, ces volumes, je veux dire le volume de travail, ne suffisent bien sûr pas. De nombreux projets soumis par les régions n’ont pas reçu de financement garanti, et ils – beaucoup d’entre eux – sont déjà prêts à être mis en œuvre, vous pouvez commencer ici et maintenant.

Je demande au gouvernement d’augmenter l’année prochaine la ressource des prêts budgétaires d’infrastructure, d’allouer 250 milliards supplémentaires pour le développement des transports, des infrastructures communales et sociales, et des programmes de modernisation de l’habitat et des services communaux.

Ce faisant, je voudrais souligner quelques points importants.

Premièrement. Nous avons lancé un programme de développement des villes d’Extrême-Orient. Nous avons déjà examiné les plans de Petropavlovsk-Kamtchatski. Au début de l’année prochaine, nous discuterons des plans de développement de plusieurs autres villes.

Je constate que tous leurs besoins ne sont pas actuellement assurés financièrement. À cet égard, je propose d’allouer une limite distincte de 100 milliards de roubles sur les 250 milliards supplémentaires prévus pour les projets des villes d’Extrême-Orient.

Deuxièmement. Les 500 milliards dont je parlais de prêts budgétaires d’infrastructure ont été répartis entre les régions en fonction de la population, puis les projets les plus importants, les plus préparés et les plus efficaces ont été sélectionnés. Je propose une limite supplémentaire de 250 milliards, qui vient d’être annoncée, à fournir également sur la base d’un concours ouvert – cela inclut ce que j’ai dit à propos des villes d’Extrême-Orient – basé sur le plus grand effet socio-économique. Je demande au gouvernement d’organiser un tel concours au tout début de l’année prochaine.

J’estime également qu’il est possible d’étendre le programme d’obligations d’infrastructure. Ici, le volume total des projets mis en œuvre a atteint 150 milliards de roubles. Je propose de doubler ce montant dans un proche avenir.

Plus loin. La construction de logements et l’amélioration des conditions de vie des citoyens restent une de nos priorités inconditionnelles. Ici, un rôle particulier est attribué au développement du marché hypothécaire, y compris les programmes avec participation de l’État.

En raison de la situation économique actuelle, le nombre de prêts hypothécaires, y compris les prêts bonifiés, a objectivement diminué, et nous avons pris des mesures pour ajuster et stabiliser ce marché. Ainsi, après des sauts du taux hypothécaire en mars-avril à douze pour cent sur mes instructions, j’ai demandé de le faire, le taux hypothécaire préférentiel a été réduit à sept pour cent. Le 31 décembre, l’hypothèque préférentielle expire. À cet égard, j’estime nécessaire de prendre les décisions suivantes.

Premièrement. Comme convenu, nous réduirons les mécanismes des hypothèques préférentielles – nous en avons discuté avec vous hier, chers collègues – nous réduirons cela, mais nous le ferons en douceur. Qu’est-ce que je veux dire exactement : nous prolongerons les hypothèques préférentielles dans toute la Russie jusqu’au 1er juillet 2024. Dans le même temps, le taux sera légèrement plus élevé, passant à huit pour cent.

Deuxièmement. Parallèlement, au contraire, l’accès au crédit immobilier familial, qui devient notre principal outil, sera élargi. Désormais, seules les familles dans lesquelles des enfants sont nés depuis 2018 peuvent bénéficier d’un tel prêt. Maintenant, je propose de donner accès aux hypothèques à un taux de 6 % pour les familles ayant au moins deux enfants de moins de 18 ans. Il s’agit d’une nouvelle proposition, veuillez l’élaborer dès que possible et procéder à sa mise en œuvre.

Troisièmement. Je propose une solution spéciale pour les nouvelles régions du sud-ouest de la Russie – les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, ainsi que les régions de Kherson et de Zaporozhye. Pour les résidents de ces sujets de la Fédération, je propose de fournir des hypothèques pour de nouvelles constructions, c’est-à-dire des logements dans de nouveaux bâtiments, à un taux réduit de deux pour cent. Il est clair que maintenant il y a un nouveau chantier à ses débuts, mais ce sera un outil pour étendre cette construction. Oui, le volume de construction de logements ici est encore limité, mais l’introduction d’hypothèques préférentielles, à mon avis, et mes collègues sont d’accord avec cela, servira de condition au développement à long terme de la construction dans de nouveaux territoires.

Plus loin. Partout, dans chaque ville et village de Russie, les appartements et les maisons des citoyens, les installations industrielles et sociales doivent être alimentées en eau et en chaleur de manière fiable.

Nous avons convenu de lancer un vaste programme de construction et de réparation de logements et de services communaux à partir de 2023. D’ici dix ans, il est prévu d’attirer au moins 4,5 billions de roubles dans cette région. Y compris de l’État, 30 milliards de roubles sont prévus pour le programme en 2023 et 100 milliards de roubles en 2024. Cependant, selon les estimations, cela ne suffira bien sûr pas à changer radicalement la situation du système de logement et de services communaux.

À cet égard, je demande au gouvernement, en collaboration avec les régions, de donner la priorité à l’allocation de prêts budgétaires d’infrastructure pour résoudre les problèmes dans ce domaine, et lors de la préparation du budget pour les prochaines périodes, je propose de discuter de l’allocation de ressources supplémentaires pour le mêmes finalités.

La croissance de l’économie et de l’initiative commerciale, les opportunités industrielles et d’infrastructure, le potentiel scientifique et technologique du pays – tout cela devrait créer de puissantes incitations sociales. Un tel développement devrait conduire à une réduction de la pauvreté et des inégalités, à une réduction de l’écart de potentiel des régions et à une augmentation des revenus réels des citoyens.

Et à cet égard, chers collègues, la tâche clé suivante est, en fait, une tâche systémique, transversale, qui concentre et intègre le travail dans tous les autres domaines. Malgré les difficultés objectives de l’année en cours, nous obtiendrons des résultats positifs dans la réduction de la pauvreté, et l’année prochaine, nous devons consolider cette tendance positive.

Nous fournissons un soutien ciblé aux groupes de citoyens les plus vulnérables : les retraités, les familles avec enfants, ainsi que ceux qui se trouvent dans une situation de vie difficile. Les pensions augmentent chaque année à un taux supérieur à l’inflation. Cette année, comme je l’ai déjà dit, ils ont été relevés deux fois, dont à partir du 1er juin de dix pour cent supplémentaires.

Parallèlement aux retraites, le minimum vital a été indexé pour la deuxième fois en un an, auquel sont liées de nombreuses prestations et prestations sociales. Ils ont également augmenté respectivement, ce qui affecte directement les revenus d’environ 15 millions de personnes.

Permettez-moi de souligner que la clé de l’augmentation du bien-être matériel des familles russes et de leurs revenus réside dans des taux de croissance économique élevés – c’est bien sûr le fondement des fondations – et, tout comme de nouveaux emplois bien rémunérés, non seulement dans grandes agglomérations et mégapoles, mais aussi dans les petites villes et les petits villages.

Au cours de l’année à venir, la tâche prioritaire du gouvernement et des sujets de la Fédération devrait être d’assurer une croissance sensible et tangible des salaires réels. L’un des indicateurs les plus importants ici est le salaire minimum. Cette année, il a été augmenté deux fois – de 8,6% et de 10%, et à partir du début de la nouvelle année, il s’élèvera à plus de 16 000 roubles par mois.

Il est nécessaire d’augmenter encore le salaire minimum, et à un rythme supérieur à l’inflation et à la croissance moyenne des salaires. Parmi ceux qui travaillent, il ne devrait pas y avoir de pauvres qui arrivent à peine à joindre les deux bouts. Le travail, c’est le travail qui doit procurer à une personne un revenu décent. Bien sûr, j’attends avec impatience vos propositions, chers collègues, sur d’éventuelles étapes supplémentaires dans cette direction.

Plus loin. La protection de la maternité et de l’enfance, le soutien des familles et la préservation des personnes est une valeur absolue, indiscutable pour chacun d’entre nous, pour tout le pays. Et c’est une autre tâche importante, la sixième, pour les autorités à tous les niveaux.

Je voudrais noter que le soi-disant budget pour enfants – le ministère des Finances a commencé à construire des travaux, et dans ce paradigme, le budget pour enfants – est une bonne invention, le montant des dépenses budgétaires pour soutenir les familles en Russie a considérablement augmenté au cours des dernières années. C’est la section qui connaît la croissance la plus rapide du principal document financier – le budget.

Compte tenu des ondes négatives superposées dans le domaine de la démographie, une situation difficile se dessine dans ce domaine. Oui, nous avons réussi à surmonter les conséquences de la pandémie de coronavirus et à réduire la mortalité, mais la forte baisse du taux de natalité a en fait annulé ces acquis.

Je demande au gouvernement de préparer un ensemble spécial de mesures au début de l’année prochaine pour inverser cette tendance, je comprends que ce n’est pas une tâche facile en raison d’un certain nombre de circonstances, mais nous devons y travailler – nous devons changer la situation pour le mieux, assurer une augmentation du taux de natalité et une augmentation de l’espérance de vie en Russie.

Je précise qu’à partir du 1er janvier 2023, nous allons transformer le système de soutien à la maternité et à l’enfance : nous lançons une allocation mensuelle unique pour les familles nécessiteuses ayant des enfants de la naissance à 17 ans. L’allocation sera attribuée sur une seule demande d’un parent ou d’une femme enceinte, et en une seule fois pour tous les enfants de la famille. Dans le même temps, le montant des prestations pour les femmes enceintes sera augmenté et passera de la moitié à un niveau de subsistance de la population valide dans la région de résidence.

Je le répète : l’enregistrement et la réception des prestations doivent être aussi clairs, simples et pratiques que possible pour les citoyens. Et bien sûr, il doit servir de véritable soutien aux familles.

Je vous demande également de tenir compte des situations de vie spécifiques lorsque les revenus familiaux, par exemple les salaires, ont un peu augmenté et que, selon des signes formels, la famille est privée du droit aux allocations familiales, mais bien qu’en général sa situation financière ait pas beaucoup changé. Ici, il faut bien sûr prévoir une période transitoire. Des ordres à cet égard ont déjà été donnés. J’attends des propositions précises du gouvernement dans un proche avenir.

Séparément, je veux parler du système de santé. Son développement au cours des années précédentes a permis d’éviter de nombreux scénarios négatifs pendant la pandémie, ce sont des choses assez évidentes. Je tiens encore une fois à remercier les médecins pour ce travail. Nous avons pu prendre rapidement des décisions flexibles, concentrer les efforts et les ressources là où c’était le plus nécessaire. Nous continuerons à suivre cette approche.

Je voudrais souligner qu’un effet de percée dans le système de santé peut être obtenu grâce à l’utilisation des nouvelles technologies, nous en avons également parlé à plusieurs reprises. À cet égard, je demande au ministère de la Santé d’accélérer les travaux de création d’un profil de santé numérique d’un citoyen, d’introduire des technologies d’intelligence artificielle et de télémédecine pour améliorer la qualité des soins médicaux – comme cela est mis en œuvre à Moscou, nous avons également récemment parlé de cela, et dans un certain nombre d’autres régions. Et bien sûr, il est nécessaire d’augmenter la motivation des professionnels de la santé, de la lier à l’état et à l’évolution de la santé des citoyens, à leurs propres évaluations du travail des polycliniques et des hôpitaux.

Permettez-moi de vous rappeler que nous avons lancé l’année dernière un programme de modernisation des soins de santé primaires. Dans les polycliniques, les FAP, les gens cherchent d’abord de l’aide, et c’est par leur travail, en règle générale, qu’ils évaluent la qualité du système de santé. Je demande aux dirigeants des régions de garder sous contrôle l’avancement de ce programme. Permettez-moi de souligner que le principal critère de succès ici n’est pas quelques rapports secs sur les activités menées, les réparations, mais une réelle augmentation de la satisfaction des citoyens à l’égard des soins médicaux.

Les employés des soins primaires travaillent avec une charge de travail colossale, qui est également associée à une pénurie de personnel. Pendant la pandémie, des élèves de terminale et des résidents sont venus en aide à leurs collègues. Je propose de consolider cette pratique : introduire les postes de médecins stagiaires afin que les résidents de deuxième année d’études puissent travailler dans leur spécialité, principalement en soins primaires.

En outre, [je propose] d’introduire de manière permanente un paiement supplémentaire sur les salaires des spécialistes des soins primaires à partir du 1er janvier de l’année prochaine – nous en avons déjà parlé. Le montant de ce paiement sera de 4,5 à 18,5 mille roubles par mois. J’attire votre attention sur le fait qu’il devrait en être de même pour chaque catégorie spécifique d’agents de santé, quelle que soit la région de la Fédération de Russie.

Le renforcement du maillon primaire, la constitution de ses ressources humaines est extrêmement important pour la prévention et le dépistage précoce des maladies, pour prévenir les risques de mortalité prématurée. Dans le domaine d’une attention particulière sont les personnes souffrant de diabète, par exemple. En Russie, il y a maintenant plus de cinq millions de personnes avec un tel diagnostic officiellement établi, et en fait, très probablement, bien sûr, plus. Étant donné que la maladie ne se fait souvent pas sentir immédiatement, une personne peut ne pas soupçonner qu’elle est malade.

Nous avons déjà des programmes de lutte contre les maladies cardiovasculaires et oncologiques et nous produisons des résultats. Je demande au gouvernement de lancer le même programme à grande échelle de lutte contre le diabète l’année prochaine. Tatyana Alekseevna [Golikova] le sait, Ivan Ivanovitch Dedov en parle beaucoup, écrit des articles, m’envoie ceux qui sont pertinents. Nous devons répondre à cela. Ce travail devrait inclure le diagnostic précoce de la maladie, la garantie d’approvisionnement des citoyens en produits médicaux, y compris les consommables et les médicaments, et, bien sûr, le travail préventif, c’est-à-dire l’ensemble des mesures qui déterminent la qualité et l’espérance de vie des personnes atteintes Diabète.

Il est également nécessaire d’augmenter le volume et la couverture de la pharmacothérapie pour les patients atteints d’hépatite C. Cela permettra aux personnes de reprendre une vie normale et bien remplie et, dans la plupart des cas, de guérir complètement. Je demande au gouvernement de trouver des sources de financement pour un tel programme.

Et plus loin. Il y a un peu moins de deux ans, la Fondation Circle of Kindness a commencé à fonctionner en Russie. Pendant ce temps, plus de quatre mille huit cents enfants souffrant de maladies rares graves ont reçu son aide. Le Fonds paie pour eux des médicaments extrêmement coûteux, des traitements coûteux, aide à sauver des vies.

Permettez-moi de vous rappeler que tout a commencé avec l’achat de médicaments pour les enfants atteints d’amyotrophie spinale, et aujourd’hui, le fonds couvre déjà 59 maladies. La liste des médicaments achetés s’est agrandie presque trois fois. Des prothèses articulaires coulissantes et d’autres produits médicaux auparavant inaccessibles aux familles sont achetés. Une recherche et une livraison de moelle osseuse pour transplantation sont en cours, y compris à partir de bases de donneurs étrangers.

Dans un avenir proche, l’âge jusqu’auquel vous pouvez recevoir une aide du fonds sera augmenté – nous en avons discuté avec des collègues ce matin – de 18 à 19 ans. Je vous demande de le faire. Dans un délai d’un an après l’âge de la majorité, avec précaution, sans préjudice pour le patient, transférez le financement d’un traitement ultérieur aux dépens des fonds prévus pour les adultes.

Nous pouvons affirmer avec certitude que, dans le cadre de ses attributions actuelles, la fondation garantit le traitement de tous les enfants atteints de maladies graves. Son budget est tout à fait suffisant pour cela – je tiens à le souligner – il est tout à fait suffisant, et il se forme, je vous le rappelle, par une augmentation de l’impôt sur une partie des revenus des citoyens qui gagnent plus de cinq millions de roubles par an. Soit dit en passant, je veux lancer un appel à ces citoyens, à ces personnes auprès desquelles cette taxe est prélevée: tout l’argent va exactement à l’usage auquel il est destiné.

Et je voudrais attirer l’attention du Gouvernement : les indicateurs de performance établis du fonds, leur mise en place ne signifient nullement qu’à l’avenir il est possible de limiter le financement du Cercle de la Bonté. Au contraire, il est nécessaire de développer et de renforcer les domaines de son travail. Il y a une ressource pour cela, le fonds dispose d’importantes sommes d’argent. Aujourd’hui, ils ne comptaient qu’avec Tatyana Alekseevna et avec le ministre des Finances : d’ici la fin de cette année, plus de 80 milliards de roubles seront accumulés.

Je considère également qu’il est juste d’utiliser ces fonds pour la santé des enfants et pour cela, je propose d’élargir le mandat du fonds. Il est nécessaire de prévoir la possibilité de payer des types et des volumes supplémentaires de rééducation des enfants malades aux frais du Cercle de la bonté. Je tiens à souligner qu’il dépasse les volumes fournis par le programme de réadaptation individuelle.

Les enfants doivent pouvoir non seulement recevoir un traitement, mais aussi se rétablir. À cet égard, il est nécessaire de prévoir le paiement de moyens techniques de rééducation coûteux, ainsi que des fonds pour le développement du système musculo-squelettique.

De plus, le Cercle de la bonté entreprendra l’achat de médicaments pour les enfants atteints d’autres maladies complexes, qui ne sont actuellement pas entièrement financés par les budgets régionaux. Je demande au ministère de la Santé, Tatyana Alekseevna, de réglementer tout cela.

Chers collègues!

L’avenir réussi d’une personne dépend d’une éducation de qualité et d’un développement diversifié. De telles opportunités doivent être offertes partout, dans toutes les régions de notre pays.

Nous construisons des jardins d’enfants et des écoles. D’ici la fin de l’année prochaine, tous les enfants de moins de trois ans auront des places dans une crèche. Permettez-moi de vous rappeler qu’en 2018, au début du projet, la sécurité était de 78 %. De 2019 à 2024, au moins 1 300 écoles seront construites, plus d’un million de places d’études seront introduites.

Comme je l’ai déjà dit, un programme de refonte des écoles existantes a été lancé. Je le répète, une telle mise à jour devrait tenir compte des opinions des enseignants, des élèves et, bien sûr, des parents. Ils savent mieux comment tout doit s’arranger dans leur propre école. Ce qu’il faut faire pour rendre l’espace éducatif confortable, moderne, motivant pour la réussite scolaire.

Je propose qu’après 2024, lorsque les principales activités de construction seront terminées, nous devrions suivre un cours vers la rénovation régulière des espaces éducatifs dans les écoles et les jardins d’enfants, afin que de base, sans aucun rappel ni ordre, pour effectuer les réparations majeures à temps, acheter des équipements éducatifs l’équipement, appliquer les technologies modernes et les méthodes d’enseignement.

Et bien sûr, les mêmes normes élevées en termes d’équipement des classes, de fourniture de manuels, de repas chauds, de personnel, d’accessibilité des cercles et des sections devraient être dans les organisations éducatives des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, dans les régions de Zaporozhye et de Kherson.

Il est très important que l’enseignement général en Russie soit basé sur les meilleures méthodes avancées. Nous avons un certain nombre d’écoles très solides. Ils occupent des positions de leader dans les classements mondiaux et leurs étudiants deviennent des gagnants et des lauréats d’Olympiades internationales.

Je suggère que nous parlions constamment de cela aussi – de la nécessité de reproduire l’expérience de telles écoles dans notre pays et sur leur base dans chaque district fédéral pour ouvrir des écoles de premier plan similaires, une sorte de fleuron qui servirait d’autres écoles comme un bon , guide fiable, source de bonnes pratiques, de méthodes et de personnel. En particulier, je propose de construire une de ces écoles sur le territoire des nouveaux sujets de la Fédération.

Je sais que des projets pertinents existent déjà dans un degré élevé de préparation à Nizhny Novgorod, Pskov, Riazan, Belgorod et Veliky Novgorod. Je vous demande de déterminer dans un avenir proche toutes les régions où de tels projets seront mis en œuvre, ainsi que de choisir un modèle de financement de la construction. Je demande au ministère de l’Éducation de prendre en charge la coordination de ce travail.

Parlons maintenant du lycée. Au cours de la prochaine décennie, 25 nouveaux campus universitaires de classe mondiale offrant les conditions les plus modernes d’étude et d’activité scientifique devraient être créés en Russie. Plus d’un million de mètres carrés de bâtiments et de laboratoires seront construits, où plus de 25 000 étudiants et jeunes scientifiques étudieront et se livreront à des travaux créatifs. Ces campus devraient devenir des points d’attraction pour les enfants talentueux de tout le pays, ainsi que des centres pour le développement de la science et de l’économie des régions où se trouvent ces établissements d’enseignement.

Les huit premiers projets ont déjà démarré à Moscou, Nizhny Novgorod, Oufa, Kaliningrad, Ekaterinbourg, Novossibirsk, Tcheliabinsk et Tomsk. Et, bien sûr, nous devons accélérer ce travail, nous devons l’accélérer. En 2025-2026, neuf autres campus seront construits dans des villes telles que Samara, Yuzhno-Sakhalinsk, Khabarovsk, Perm, Arkhangelsk, Tyumen, Veliky Novgorod, Ivanovo, ainsi que sur le territoire fédéral Sirius. Des décisions appropriées ont été prises. Ensuite, lors de la prochaine sélection, nous déterminerons huit autres régions qui recevront de nouveaux campus universitaires.

Quant au projet national “Culture”, dans son cadre se met en place un magnifique projet de création de bibliothèques modèles. Ils sont déjà devenus de véritables centres culturels. Récemment, j’ai eu l’occasion de vérifier cela en mode visioconférence. Ils sont devenus de bons modèles dans les petites villes et les zones rurales. Compte tenu de la demande pour cette initiative, je propose d’allouer un financement annuel supplémentaire pour le développement du réseau de bibliothèques.

Permettez-moi de vous rappeler qu’aujourd’hui, les enfants âgés de 14 à 22 ans peuvent visiter gratuitement les musées, les théâtres et d’autres événements culturels grâce à la Pushkin Card. Depuis cette année, déclarée “Année de l’art et du patrimoine culturel des peuples de Russie”, la valeur faciale de la carte a été portée à cinq mille roubles.

En outre, le gouvernement a été chargé de mettre en œuvre un nouveau programme fédéral visant à moderniser l’infrastructure des loisirs pour enfants. Egalement discuté ce matin avec des collègues. Nous le lancerons l’année prochaine.

Chers collègues!

Toutes les tâches que j’ai mentionnées sont d’une importance particulière pour chaque ville et village, pour chaque citoyen de notre pays, sans exagération, où qu’il vive. La solution de ces problèmes impose les exigences les plus strictes et les plus élevées aux pouvoirs publics à tous les niveaux. Les spécialistes dans ce domaine doivent être exigeants envers eux-mêmes et les résultats de leur travail et, bien sûr, doivent être ouverts, réceptifs aux pratiques et approches modernes, à l’utilisation des dernières technologies et méthodes de travail.

J’en ai parlé lors d’une récente conférence sur l’intelligence artificielle, j’ai déjà évoqué cet événement, j’espère que vous y avez également prêté attention. Et maintenant, je voudrais attirer l’attention de tous mes collègues: nous devons accorder une attention particulière à l’amélioration de la qualité de l’administration publique, en passant à un modèle de gestion basé sur de grandes bases de données, y compris dans des domaines tels que la santé, l’éducation, le logement et les collectivités services, qui vient d’être mentionné. C’est la clé du succès de notre travail commun, la principale condition pour atteindre les objectifs de développement national.

En conclusion de mon discours, je voudrais souligner une autre tâche, qui est désormais d’une importance primordiale. Je veux dire assurer la sécurité, restaurer la vie paisible dans les républiques de Lougansk et de Donetsk, dans les régions de Zaporozhye et de Kherson.

Nous atteindrons certainement notre objectif, et à l’avenir, sur toutes les questions clés pour les personnes dans l’économie, la sphère sociale et dans le domaine de la gestion, ces régions ne feront plus qu’un avec le pays. Nous avons déjà suivi cette voie avec la Crimée et Sébastopol et nous savons ce qu’il faut faire.

En particulier, des normes pan-russes de sécurité sociale seront introduites dans les nouvelles régions. Un programme de capital maternité apparaîtra ici, les familles dans le besoin recevront des paiements de l’État, les pensions augmenteront, etc. Nous développerons les soins de santé primaires, construirons des jardins d’enfants, des crèches et des écoles.

En général, d’ici quelques années, les normes d’aide sociale, de soins de santé, d’éducation, de culture et de transport seront élevées au niveau des régions russes voisines.

Et, bien sûr, nous allons stimuler l’activité économique dans les nouveaux territoires et développer leur potentiel industriel et agricole. Il faut assurer une croissance multiple des investissements, l’émergence de nouvelles entreprises, y compris dans le domaine de la construction de logements, pour améliorer la qualité des infrastructures routières et ferroviaires, communales et énergétiques.

Je demande au Gouvernement de préparer un programme spécial pour le développement socio-économique des nouvelles entités constitutives de la Fédération d’ici la fin du premier trimestre de l’année prochaine. À l’horizon 2030, tous devraient atteindre le niveau panrusse en termes de qualité des infrastructures, des services sociaux et de nombreux autres paramètres de la qualité de vie.

Et je voudrais attirer votre attention sur le fait que cette période de temps relativement longue ne signifie en aucun cas que cette tâche puisse être reportée à plus tard – il est nécessaire d’assurer dès maintenant le développement rapide de nouveaux sujets de la Fédération, et d’obtenir des résultats dans chaque domaine chaque année. La responsabilité en incombera personnellement aux ministres et vice-premiers ministres concernés.

Passons directement à l’ordre du jour maintenant.
Thomas Adjouati
5

« Bonjour, je tenais à vous remercier pour le travail que vous effectuez, je suis déçu de vous avoir découvert si tard… Bonne continuation et encore un grand merci ! Bon courage pour la suite. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
787700cookie-checkPendant que les pays de la zone euro-atlantique vivent de restrictions, très loin d’être abattue, la Russie est demeurée forte et énergique
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Richard Garneau

Superbe travail Guy ! Dommages que la plupart de mon entourage dort au gaz et ne se fies qu’aux merdias mainstream…Je te suis aussi sur VK ça va faire bientôt 1 an que j’y suis…je délaisses de plus en plus FAKEbook….Et le fait d’être sur la liste noire du poudré Zelen est la preuve que certains dérangent …Et passes de Joyeuses Fêtes !

20221207_142718_HDR.jpg
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
1
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x