Sensibles aux préoccupations ukrainiennes en 1992, les dirigeants russes tenaient l’Ukraine comme le “principal facteur de déstabilisation”

Veuillez trouver ci-dessous la traduction libre d'un article publié le 30 janvier 2023 par la National Security Archive (Archives de la sécurité nationale), intitulé "The First Months of U.S. Relations with the New Russia, 1992" (Les premiers mois des relations américaines avec la nouvelle Russie, 1992).

Fondée en 1985 par des journalistes et des universitaires pour vérifier la montée du secret gouvernemental, la National Security Archive combine une gamme unique de fonctions : centre de journalisme d'investigation, institut de recherche sur les affaires internationales, bibliothèque et archive de documents américains déclassifiés ("la plus grande collection non gouvernementale au monde" selon au Los Angeles Times), principal utilisateur à but non lucratif de la loi américaine sur la liberté de l'information, cabinet d'avocats d'intérêt public défendant et élargissant l'accès public aux informations gouvernementales, défenseur mondial du gouvernement ouvert et indexeur et éditeur d'anciens secrets.

Washington DC, le 30 janvier 2023 — L’administration George HW Bush était réticente à adopter les “relations de profonde confiance mutuelle et d’alliance” proposées par la Fédération de Russie nouvellement indépendante et son dirigeant, Boris Eltsine, au début de 1992, selon des documents américains déclassifiés publié aujourd’hui par les archives de la sécurité nationale.

La gestion prudente des relations américano-soviétiques par l’administration Bush à la fin de l’Union soviétique en 1991 s’était principalement concentrée sur le commandement et le contrôle des armes nucléaires soviétiques restantes qui étaient dispersées dans 16 républiques, ainsi que sur l’encouragement de réformes économiques radicales en Russie, sans beaucoup d’aide économique américaine — juste des exhortations.

Les documents montrent qu’Eltsine était avide de nouveaux arrangements spectaculaires de contrôle des armements qui dépasseraient tout ce que l’ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev avait proposé dans sa « course aux armements à l’envers » à la fin des années 1980, et qu’Eltsine cherchait le soutien américain pour que la Russie prenne la place de l’Union soviétique dans un monde bipolaire. Mais les années 1990 ont été les années du « moment unipolaire » américain en géopolitique, et des années tragiques pour la Russie, où le régime par décret a remplacé toute démocratie parlementaire, l’économie s’est effondrée deux fois dans la dépression et l’héritage a été un retour à l’autoritarisme. Eltsine décrit franchement ses difficultés économiques et avertit ses homologues américains que s’il n’y a pas d’aide aux pays du Commonwealth, « il y aurait un renversement ».

Le sujet des relations avec l’Ukraine revient dans presque toutes les conversations. Eltsine s’est engagé à résoudre les différends à l’amiable et décrit sa relation avec le président Leonid Kravtchouk comme « très bonne ». Le président russe comprend les pressions intérieures auxquelles Kravtchouk est confronté de la part des groupes nationalistes au parlement. Tout en essayant d’être sensibles aux préoccupations ukrainiennes, les dirigeants russes estiment que l’Ukraine est « notre principal facteur de déstabilisation ». Yegor Gaidar estime que les problèmes russo-ukrainiens prendront beaucoup de temps à être entièrement résolus, mais assure à Bush qu’il n’y aura pas de « cas de type yougoslave dans les relations russo-ukrainiennes ». L’Ukraine, le Kazakhstan et la Biélorussie ont accepté de renvoyer les armes nucléaires soviétiques à la Russie pour démantèlement et ont signé le protocole de Lisbonne les faisant parties au traité START I en tant qu’États non nucléaires en mai 1992.

Déclassifiés à la suite des demandes du Freedom of Information Act par les archives de la sécurité nationale, ces documents représentent les premiers points forts d’une collection de référence à venir couvrant l’ensemble des années 1990, les relations américano-russes de la fin de l’Union soviétique à la montée de Vladimir Poutine, à être publié par ProQuest dans la série primée Digital National Security Archive. La publication d’aujourd’hui comprend des transcriptions des deux premières réunions au sommet entre Eltsine et Bush en 1992, des messages au plus haut niveau du secrétaire d’État américain James Baker, des communiqués perspicaces de l’ambassade américaine à Moscou et des conversations franches avec le principal réformateur de l’équipe économique d’Eltsine, Egor Gaïdar.

Entre autres révélations, les documents montrent qu’Eltsine propose de retirer les ogives MIRV (qui permettent à un seul missile de toucher plusieurs cibles) de tous les missiles balistiques russes — une priorité absolue pour les contrôleurs d’armes américains depuis deux décennies — seulement pour faire face à la résistance du département américain de la Défense et des chefs d’état-major interarmées parce que le nombre total d’ogives américaines qui en résulterait serait inférieur à leur liste excessive de cibles requises. La proposition américaine de dé-MIRVing ne s’étendait qu’aux missiles terrestres, l’essentiel de l’arsenal stratégique russe, et non aux missiles basés sur des sous-marins où les États-Unis avaient un gros avantage.

Dans ses mémoires, le secrétaire d’État James Baker reproche de manière mémorable à ses collègues Dick Cheney (le secrétaire à la Défense) et Colin Powell (président des chefs d’état-major) : « Ils nous ont offert ce que nous voulions, et ce que personne d’autre n’a jamais approché : zéro ICBM MIRV, et sans éliminer les SLBM MIRV. Nous ne pouvons pas laisser cela nous échapper car nous pensons que nous avons besoin d’un nombre total plus élevé. Ce n’est pas viable avec le public ou avec le Congrès. »

Les deux transcriptions Bush-Eltsine montrent le président russe en plus de son mémoire, plongeant même dans les arcanes nucléaires. Mais des câbles de l’ambassade des États-Unis à Moscou éclairent les inquiétudes persistantes concernant Eltsine, qui a annulé un discours prévu apparemment parce qu’il « a dû être soigné le week-end dernier pour une énorme gueule de bois », ce qui était « un problème assez courant pour Eltsine ».

Un autre câble de l’Ambassade conclut : « dans ses antécédents et son tempérament, Eltsine semble curieusement inapte à diriger une société autocratique vers un avenir démocratique », mais « le peuple russe ne veut pas d’un autre Lénine à sa tête ; ils veulent un tsar avec une touche commune ».

Le contexte politique américain de ces conversations n’est pas dit dans les documents. Bush a dû faire face à une campagne de réélection difficile en 1992, y compris une opposition primaire de son propre parti au printemps, et finalement une contestation par un tiers également — ​​tous l’accusant de consacrer trop de temps aux affaires étrangères. L’économie américaine est entrée en récession économique et Bush a fait face à un déficit budgétaire qui a renforcé sa réticence à fournir une aide significative à la Russie. L’approbation écrasante du public pour le succès de Bush dans la courte guerre du Golfe de 1991 s’était depuis longtemps dissipée. En août 1992, Bush a insisté pour ramener un Baker réticent en tant que directeur de campagne, pour perdre contre Bill Clinton en novembre. Pourtant, au crédit de Bush et de Baker,

LES DOCUMENTS :

LTC Royston E. Potter
5

« J’espère que Karen Kingston reviendra et qu’elle sera guérie. Le travail que vous avez accompli pour rassembler toutes ces informations fait honte au FBI et à la CIA, confirmant presque leur criminalité. Je vous remercie pour votre honnêteté, vos efforts sincères et votre travail acharné. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.