Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse en Ukraine nous propulsent, inéluctablement et semble-t-il sans souci, vers l’Armageddon nucléaire

Je vous transmets ci-dessous une traduction française d'un article de Boyd D. Cathey intitulé "The Four Horsemen of the Apocalypse: In Ukraine" (Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse : En Ukraine). Cet article fut publié une première fois sur le site de l'auteur et repris le même jour sur le site Web The Unz Review.

Boyd D. Cathey est titulaire d'un doctorat en histoire européenne de l'Université catholique de Navarre, à Pampelune, en Espagne, où il a été boursier Richard Weaver, et d'une maîtrise en histoire intellectuelle de l'Université de Virginie. Il a été assistant de feu Russell Kirk et registraire d'État de la Division des archives et de l'histoire de la Caroline du Nord.

Quatre forces critiques soutiennent et motivent vigoureusement les politiques américaines et de l’OTAN en Ukraine. Ces forces soutiennent sans limite apparente le gouvernement Zelensky contrôlé par les mondialistes et corrompu à Kiev dans sa guerre sans fin contre la Russie. Et comme les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse du dernier livre du Nouveau Testament, ces Armées de la Nuit nous propulsent, inéluctablement et apparemment sans souci de ce qui nous attend, vers l’Armageddon nucléaire. Comment cela a-t-il été possible ? Comment se fait-il que les citoyens américains, en effet, les citoyens de la plupart des pays européens aient, pour la plupart, accepté docilement cet état de fait ?

D’un point de vue rationnel et géopolitique, le conflit en Ukraine ne devrait vraiment pas nous préoccuper. Ce n’est pas notre rôle d’être le gendarme du monde et d’intervenir dans tous les conflits, dans tous les coins reculés du monde. Nous n’avons, je dirais, aucun intérêt stratégique réel là-bas, sauf peut-être pour encourager un règlement pacifique. Les Russes ne nous menaçaient pas, ni l’OTAN, d’une manière perceptible ou majeure. L’Ukraine est dans leur cour, pas la nôtre. Et pourtant, nous nous retrouvons embourbés dans un conflit qui ne cesse de s’étendre et de s’élargir dans un pays que la plupart des Américains ne peuvent même pas trouver sur une carte qui pourrait bien entraîner la troisième guerre mondiale.

Nous devons assumer la majeure partie de la responsabilité de ce qui s’est passé. Le président George HW Bush et le secrétaire James Baker ont promis à Gorbatchev que l’OTAN ne s’étendrait jamais aux frontières de la Russie (en échange de la dissolution du Pacte de Varsovie et de l’URSS). Pourtant, c’est exactement ce qui s’est passé. Puis ont suivi les « révolutions colorées »/coups d’État à Tbilissi, Kiev, etc., avec l’instrumentalité et la complicité de la finance internationale américaine et des agents sur le terrain (lire Victoria Nuland, etc.) qui n’ont fait qu’intensifier la méfiance et l’hostilité russes légitimes.

Le moment décisif pour la Russie a été l’éviction d’un président ukrainien légitimement élu et ami de la Russie par un coup d’État fomenté par les Américains à Kiev en février 2014 et son remplacement par un sbire américain trié sur le volet, suivi de l’intensification de la politique ukrainienne généralisée. la persécution gouvernementale de la majorité russe dans les régions orientales du Donbas… suivie d’une augmentation spectaculaire de cette persécution anti-russe dans le Donbass fin 2021 et début 2022.

L’auteur Ben Abelow a décrit succinctement ce qui a suivi dans son excellent manuel, “Comment l’Occident a amené la guerre en Ukraine”. Ce bref volume est fortement approuvé par des autorités telles que les Profs. John Mearsheimer et Paul Robinson, l’ambassadeur Jack Matlock, et d’autres, et reste un superbe texte sur le conflit.

Certes, on peut faire valoir que l’incursion russe en Ukraine était une erreur stratégique, ironiquement, parce que c’était exactement ce que nos élites de la politique étrangère souhaitaient … une opportunité de s’attaquer directement aux Russes par des moyens militaires, en utilisant l’Ukraine comme un mandataire impuissant, et peut-être effectuer un changement de régime à Moscou, ou au moins éliminer la Russie en tant qu’obstacle à la suzeraineté mondiale américaine. Pourtant, le président Poutine croyait, sans doute, qu’il n’avait pas d’autre option. Néanmoins, cela a fait le jeu du War Party.

Au cours des deux dernières décennies, notre nation a montré une réticence presque totale à poursuivre toute sorte de négociations avec la Russie sur la paix en Ukraine (par exemple, les torpillages répétés par les États-Unis de Minsk I et II). La guerre sert nos objectifs de politique étrangère, et nous avons réussi à manœuvrer les Russes pour qu’ils effectuent la première action offensive majeure.

Qui sont donc ces quatre forces qui nous ont dangereusement poussés dans un conflit dans lequel nous n’aurions jamais dû nous engager ? Quelles sont les véritables raisons de leur plaidoyer hystérique et sans limites, de sorte que des dizaines de médias et la plupart de nos dirigeants politiques semblent avoir perdu toute scintille de jugement rationnel ?

Premièrement, la force peut-être la moins visible mais la plus efficace est ce que le président Dwight Eisenhower appelait il y a plus de soixante ans « le complexe militaro-industriel », c’est-à-dire les sous-traitants militaires immensément puissants et influents et leur réseau complexe de contrôle et d’influence, à la fois dans et hors des couloirs du pouvoir à DC, dans nos forces armées et dans notre politique. Chaque année, des milliards de dollars de bénéfices sont générés pour Raytheon, McDonnell Douglas, Goldman Sachs et d’autres supranationales. La guerre en Ukraine a été une aubaine financière incroyable pour eux : missiles, chars, armements et équipements de toutes sortes. Ils doivent être construits et achetés (généralement à des prix gonflés et exorbitants). Et les poches de nos politiciens sont toujours prêtes pour une grosse part,

Ensuite, il y a l’opposition zélée de la gauche fanatique à ce qu’elle perçoit comme la montée d’un populisme chrétien néo-tsariste et d’un néo-fascisme (anti-LGBTQ, etc.) à Moscou. La Russie sous Poutine est devenue pour eux le lieu de l’opposition à leur programme universaliste d’un nouvel ordre mondial, une opposition à une réinitialisation mondiale globale, impliquant l’OTAN, les États-Unis, l’UE et le Forum économique mondial. Dans un moment de franchise, le membre du Congrès démocrate Jamie Raskin (D-Maryland) a résumé (25 octobre 2022) la position officielle (si elle n’est pas dite) américaine et mondialiste sur le conflit et les vrais problèmes impliqués :

« Moscou est actuellement une plaque tournante de la tyrannie corrompue, de la censure, de la répression autoritaire, de la violence policière, de la propagande, des mensonges et de la désinformation du gouvernement et de la planification des crimes de guerre. C’est un centre mondial de la haine antiféministe, antigay, anti-trans, ainsi que la patrie de la théorie du remplacement pour l’exportation. En soutenant l’Ukraine, nous nous opposons à ces vues fascistes et soutenons les principes urgents du pluralisme démocratique. »

Raskin est un juif d’extrême gauche, et son message est souvent aussi frénétique et fanatique que celui de n’importe quel membre du Squad au Congrès. Avec une différence majeure : il est haut placé et bien connecté, une partie de l’establishment de la direction démocrate. Donc, quand il parle, il parle avec une certaine autorité pour le parti et sa direction. Mais pas seulement pour le Parti démocrate, mais pour les forces internationales qui comprennent parfaitement que la Russie et son président se dressent contre leur chemin vers une forme d’hégémonie mondiale post-marxiste, bien pire que tout ce que Joseph Staline ait jamais imaginé.

Ensuite, il y a les néoconservateurs et leur haine frénétique de la Russie (beaucoup de néocons ont une généalogie trotskiste et travailliste sioniste qui rappelle l’antisémitisme de la Russie impériale dans la Zone de colonisation). Ce sont les néocons qui ont prôné une guerre sans fin, que ce soit en Ukraine, en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Somalie, en Bosnie, etc., dans leur quête zélée pour imposer ce qu’ils conçoivent comme une « démocratie libérale » dans le monde entier (ce que mon mentor Russell Kirk jadis qualifiée avec dédain de « pax americana »). Il n’est pas rare de voir un Brian Kilmeade sur Fox ou lire un Rich Lowry dans les pages de l’admirable National Review, épouser ce point de vue exprimé avec une vigueur débridée.

À ces forces s’ajoutent ce que l’on pourrait appeler les « troupes terrestres » – la grande majorité de ceux qui soutiennent la politique américaine en Ukraine : ceux qui ne sont pas très instruits ou qui dépendent simplement des médias de l’establishment, qui sont complètement à sens unique sur le conflit, pour leur information. Leurs opinions pourraient bien être basées sur une réceptivité au sentiment « anti-russe » persistant hérité de la guerre froide (similaire au sentiment anti-allemand qui a survécu à la Seconde Guerre mondiale) auquel de nombreux Américains participent.

Ces forces ont alimenté un cocktail extrêmement dangereux. Si quelqu’un s’y oppose, il est immédiatement qualifié d’« apologiste de Poutine » ou de partisan du « nouvel Hitler » : tout cela est de la foutaise. Mais, triste à dire, cela semble fonctionner. J’ai demandé plus d’une fois dans mes colonnes… N’y a-t-il pas des adultes dans la salle ? Ou sommes-nous destinés à dériver vers une conflagration aux proportions terribles ?

Dans le Livre de l’Apocalypse de saint Jean de Patmos, il raconte que dans un rêve, l’Agneau de Dieu convoque et lui révèle quatre créatures qui chevauchent des chevaux blancs, rouges, noirs et pâles. Au fil des siècles, ces quatre cavaliers ont été diversement identifiés dans l’eschatologie chrétienne comme des signes avant-coureurs du jugement dernier et de la fin des temps. Le premier cavalier de la révélation de Saint-Jean, monté sur un cheval blanc et portant un arc, symbolise et invoque la conquête, la peste ou peut-être même la venue de l’Antéchrist. Le deuxième cavalier, monté sur un cheval rouge sang, porte une épée et est considéré comme le créateur de la guerre, des conflits et de l’anarchie. Le cavalier du troisième cheval est considéré comme un marchand et monte un cheval noir symbolisant la famine. Enfin, le dernier cavalier sur le cheval pâle représente la Mort et les pouvoirs de l’Enfer. Et comme nous le dit l’évangéliste : « Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre. » (Apocalypse 6:8)

Le complexe militaro-industriel, avec ses tentacules étendus et immondes, peut être considéré symboliquement comme chevauchant le cheval noir de la cupidité, de la domination financière et de la famine. Les Néocons et leurs épigones peuvent être représentés par un cavalier assis sur un cheval rouge, faisant avancer avec zèle le conflit, l’anarchie et la guerre fratricide.

Le cheval pâle, dont le cavalier symbolise la mort et l’envoûtement par les puissances de l’Enfer, pourrait bien représenter la masse de l’humanité, séduite et lamentablement trompée par les trois premiers cavaliers, et dont la fuite en avant comme des lemmings entraînera la destruction et l’effondrement du monde – et de la civilisation – tels que nous les avons connus. Il n’est pas difficile de visualiser des personnalités éminentes telles que Lindsey Graham et Mitch McConnell dans ce groupe.

Enfin, la gauche déchaînée et fanatique chevauche le cheval blanc de la conquête, de la peste et de l’annonce de l’Antéchrist, proclamant la fin de la civilisation chrétienne et le triomphe de ce que le poète irlandais William Butler Yeats appelle la « bête brute » (dans son poème eschatologique de 1919, « The Second Coming ») : le retour d’un Satan triomphant, jadis tenu en échec pendant vingt siècles par un “berceau à bascule” (Rocking Cradle) mais maintenant lâché sur le monde.

Il n’est pas trop ésotérique de suggérer que les États-Unis et le monde se trouvent maintenant dans une situation où, pour suivre à nouveau Yeats,

« Les choses s’effondrent; le centre ne peut pas tenir ;
La simple anarchie est déchaînée sur le monde,
La marée ensanglantée est lâchée, et partout
La cérémonie de l’innocence est noyée ;
Les meilleurs manquent de toute conviction, tandis que les pires
sont pleins d’une intensité passionnée… »

Y a-t-il encore des voix qui sonneraient le clairon et leurs avertissements seraient entendus ? En effet, y a-t-il de grandes figures comme les prophètes de l’Ancien Testament qui pourraient plaider avec succès pour que nous nous détournions de la guerre, de la criminalité et du mal ? Ou, notre civilisation est-elle devenue si infectée et délabrée qu’elle a suivi son cours ?

Cette question, pour le moment, reste sans réponse.


«Le Nouvel Ordre Mondial ne peut plus exister. Au pire, ce sera un Nouvel Ordre Occidental qui s’abattra sur nous comme une horde de loups enragés et vengeurs.»

— Guy Boulianne

Jean Tardy
5

« Vous faites aussi partie de ceux qui révélaient les racines historiques profondes du putsch avant que l'accélération du printemps 2020 ne les rendent plus visibles. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
827370cookie-checkLes Quatre Cavaliers de l’Apocalypse en Ukraine nous propulsent, inéluctablement et semble-t-il sans souci, vers l’Armageddon nucléaire
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

5 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
J Perrousset

Bonsoir monsieur Boulianne,
Je ne puis m’empêcher de vous transmettre cette parodie digne de nos meilleurs anciens chansonniers françaismalheureusement disparus .
Du compte Youtube “La Mite dans la Caverne”
Sur un air de “Jacques Brel”

“Il est bien gentil Zelinski…mais ”

Texte sur son blog
https://lamitedanslacaverne.blogspot.com/2023/02/il-est-bien-gentil-zelensky-mais.html?m=1

Un extrait
“T’as voulu du pognon et t’as eu du pognon
T’as voulu des obus et t’as eu des obus
T’as voulu des canons, et t’as eu des canons
T’as exigé des tanks on t’a donné des tanks
T’as voulu des avions, tu auras des avions
Nous on veut nos retraites, mais Macron fait le sourd
Toi t’as eu la légion, il nous prend pour des c..s
Comme toujours”

Il est excellent et manie la langue française avec beaucoup de talents.

Drôle, et c’est une façon percutante de dénoncer, di ce n’était le nombre de morts des deux côtés juste pour satisfaire une poignée de dingues qui veulent avaler le monde entier.

Bonne soirée.

Mélusine888

Bonjour Cher Guy Boulianne. Avez-vous lu de Rudoplh Steiner: l’Apocalypse, Triades, Paris 1978. Je suis astrologue. Notons que les quatre cavaliers de l’ Apocalypse correspondent aux quatre signes fixes: Taureau (le rouge bien sûr), lion (le blanc ou christ), le Noir (ou Aigle), le scorpion, et enfin le verseau (cheval vert). Si pour le moment, rien ne se passe vraiment (bien que cela stagne comme le cheval qui remue du sabot), c’est parce que la plupart des planètes sont rétrogages. Dit autrement: elles procrastinent. En France on frappe le pavé pour la retraite mais Borne la bien nommée reste sur ses la (garde)… sans jeu de mot. L’Ukraine et les russes se regardent en chien de faience. En, Amérique ça biden et trumpise. Mais attention, les rétrogradations ne durent pas indéfinitivement. Je suis surtout celle de mars en gémeaux (le journalisme, la communication). Il sort de sa phase de rétrogradation. A suivre…

Je conseille la lecture du livre d’Ariane Bilheron: l’internationale nazie : « Et si les nazis avaient sacrifié l’Allemagne, mais n’avaient pas perdu la guerre ? Cette thèse, aussi inconcevable pour certains qu’elle est évidente pour d’autres, fut émise pour la première fois en 1945 par Hannah Arendt, la grande philosophe du totalitarisme. En 2022, après Le débat interdit, écrit avec Vincent Pavan, et les Chroniques du Totalitarisme 2021, Ariane Bilheran suggère de revenir à ce texte d’Hannah Arendt pour mettre en perspective l’actualité du monde, et sa dérive totalitaire. »

https://www.bookelis.com/politique/52258-L-Internationale-nazie.html

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
5
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x