Le vice-président du Conseil de sécurité de la Russie, Dmitri Medvedev, a publié ce message : « Nous sommes au bord d’un conflit mondial »

Aujourd'hui le 9 mars 2023, l'ancien président de la fédération de Russie, aujourd'hui vice-président du Conseil de sécurité de la Russie, Dmitri Medvedev, a publié un nouveau message sur sa chaîne Telegram que je m'empresse de partager avec vous. Il écrit : « Après tout, il est évident pour toutes les forces raisonnables que si les États-Unis veulent la défaite de la Russie, nous sommes au bord d'un conflit mondial. Si les États-Unis veulent vaincre la Russie, nous avons le droit de nous défendre avec n'importe quelle arme, y compris nucléaire. »

Environ deux représentations

1. Hier, il y avait un message du président de la Russie à l’Assemblée fédérale, qui, entre autres, annonçait la suspension de notre participation à START-3. Une décision tardive, dont j’avais noté l’inévitabilité l’an dernier. La décision motivée par la guerre déclarée par les États-Unis et d’autres pays de l’OTAN à notre pays. Une décision qui aura une énorme résonance dans le monde en général et aux États-Unis en particulier. Après tout, l’establishment américain a pensé jusqu’à présent à quelque chose comme ceci : nous vous gâterons partout et en tout, nous fournirons des quantités gigantesques d’armes au régime de Kiev, nous travaillerons pour vaincre la Russie, nous vous limiterons et vous détruirons, mais la sécurité stratégique est une question distincte. Elle n’est pas liée au contexte général des relations entre les États-Unis et la Russie. C’est presque une vache sacrée.

Cette conclusion est pire qu’un crime – c’est une grossière erreur des Américains. Une erreur générée par leur mania grandiosa. Leur sentiment de supériorité et d’impunité. Après tout, il est évident pour toutes les forces raisonnables que si les États-Unis veulent la défaite de la Russie, nous sommes au bord d’un conflit mondial. Si les États-Unis veulent vaincre la Russie, nous avons le droit de nous défendre avec n’importe quelle arme, y compris nucléaire. Et comme Vladimir Poutine l’a dit à juste titre : « Il est impossible de vaincre la Russie sur le champ de bataille ». C’est avec cela que la suspension (pour l’instant) de START-3 est liée. Laissons les élites déconnectées aux États-Unis réfléchir à ce qu’elles ont accompli. Nous observerons également la réaction des autres puissances nucléaires – membres de l’OTAN : la France et la Grande-Bretagne. Leurs forces nucléaires stratégiques n’étaient généralement pas incluses dans l’équilibre des ogives nucléaires et des transporteurs lors de la préparation des accords entre les États-Unis et l’URSS (Russie), mais il est grand temps de le faire.

2. Biden s’est adressé au peuple russe devant une foule de Polonais. En fait, il a prononcé un sermon dans la clé messianique traditionnelle pour l’Amérique, ajustée pour la folie sénile. Des mots bien élevés sur l’importance de défendre la démocratie et sur le fait que les États-Unis n’attaqueront pas la Russie. Cela avait l’air malhonnête et ridicule. Qui est cet étrange grand-père, émetteur d’un air ahuri depuis la Pologne ? Pourquoi fait-il appel au peuple d’un autre pays à un moment où il est plein de problèmes domestiques ? Avec quelle frayeur devrions-nous écouter un politicien d’un État hostile qui respire la haine de notre patrie ? Pourquoi les citoyens russes devraient-ils faire confiance au dirigeant des États-Unis, qui a déclenché le plus de guerres aux XXe et XXIe siècles, mais nous reprocher notre agressivité ? Une personne qui dirige toutes ses capacités intellectuelles affaiblies uniquement pour faire en sorte que la Russie subisse une « défaite stratégique ».

Et plus loin. Pour paraphraser une expression célèbre, Biden a déclaré à Varsovie : « Si la Russie arrête son invasion, elle se terminera tout de suite. Si les Ukrainiens cessent de se défendre, ce sera la fin de l’Ukraine ». C’est un mensonge raffiné. La vérité est tout autre.

Si la Russie arrête l’« opération militaire spéciale » sans remporter la victoire, la Russie n’existera pas, elle sera mise en pièces. Si les États-Unis cessent de fournir des armes au régime de Kiev, la guerre prendra fin.



À propos de Dmitri Medvedev

Dmitry Anatolyevich Medvedev (né le 14 septembre 1965 à Leningrad, URSS) est un homme d’État et une personnalité politique russe. Premier vice-président de la Commission industrielle militaire de la Fédération de Russie depuis le 26 décembre 2022. Vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie depuis le 16 janvier 2020. Président du parti Russie unie depuis le 26 mai 2012. Doctorat en droit (1990).

Président de la Fédération de Russie (7 mai 2008 – 7 mai 2012). Président du gouvernement de la Fédération de Russie (8 mai 2012 – 15 janvier 2020). En 2000-2001, 2002-2008 – Président du conseil d’administration d’OAO Gazprom. Du 14 novembre 2005 au 7 mai 2008 – Premier vice-Premier ministre de la Fédération de Russie, conservateur des projets nationaux prioritaires.

Le 10 décembre 2007, les dirigeants des partis “Russie unie”, “Russie juste”, “Force civile”, “Parti agraire de Russie” ont annoncé qu’ils proposaient la candidature de Dmitri Medvedev à l’élection présidentielle de 2008, le même jour elle a été soutenue par le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine. Le 2 mars 2008, après avoir recueilli 70,3 % (52 530 712) des voix des électeurs ayant pris part aux élections, il est élu président de la Fédération de Russie.

Le 7 mai 2008 il a pris ses fonctions de président de la Fédération de Russie, devenant le plus jeune président de l’histoire de la Russie moderne (42 ans et 7 mois).

Dmitri Medvedev, considéré comme plus libéral que Vladimir Poutine, s’est fixé comme tâche principale en tant que président un programme de modernisation à grande échelle visant à renouveler l’économie et la société russes, à réduire la dépendance du pays vis-à-vis du pétrole et du gaz et à surmonter les conséquences de la crise économique mondiale. Il a été l’initiateur de la réforme des forces de l’ordre et a également lancé une campagne contre la corruption en Russie. Avec le soutien du gouvernement de la Fédération de Russie dans un certain nombre de régions, des territoires de développement avancé (TOSED) ont été créés afin de développer des dossiers et d’attirer des investissements. Dans le même temps, sous la présidence de Medvedev, la Russie a joué un rôle clé dans la guerre en Géorgie.

Medvedev avec Poutine le 27 mars 2000, un jour après la victoire de Poutine à l’élection présidentielle.

Le 24 septembre 2011, il dirige la liste électorale de Russie unie aux élections à la Douma d’État et propose de soutenir Vladimir Poutine aux élections présidentielles en Russie en 2012. Le 7 mai 2012, le président russe Vladimir Poutine a présenté la candidature de Dmitri Medvedev à la Douma d’État de Russie pour sa nomination au poste de président du gouvernement de la Fédération de Russie, et le 8 mai 2012, la Douma d’État a donné à Vladimir Poutine son consentement à la nomination (sa candidature a été soutenue par Russie unie, le Parti libéral démocrate et 5 députés de la faction Russie juste ; 54 Russes de droite et la faction du Parti communiste ont voté contre).

Le 15 janvier 2020, le gouvernement Medvedev a démissionné. Le 16 janvier, un nouveau poste a été créé – vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, que Medvedev a pris. Après l’invasion russe de l’Ukraine, Medvedev a commencé à parler avec une rhétorique extrêmement militante et est devenu l’un des principaux orateurs du “parti de la guerre” au sein de la direction russe. En particulier, Medvedev a déclaré que la tâche de la Russie dans la guerre avec l’Ukraine est la nécessité « d’arrêter le souverain suprême de l’enfer, quel que soit le nom qu’il utilise — Satan, Lucifer ou Iblis ». En lien avec l’invasion russe de l’Ukraine en 2022, il fait l’objet de sanctions personnelles de la part de l’Union européenne, des États-Unis, de la Grande-Bretagne, du Canada, de la Nouvelle-Zélande et du Japon.

Pierre Charette
5

« Je voulais juste t'envoyer un ptit mot pour te dire que je te suis sur youtube et ta page web et je voulais te remercier en même temps pour ce que tu fais, tu es très courageux. Bref, je suis avec toi et t'encourage. Merci ! »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.