Abraham Blondeau — Un an plus tard : ce que nous avons appris du Convoi de la liberté du Canada. Pourquoi tout semble brisé au Canada ?

UN ARTICLE DE ABRAHAM BLONDEAU — Il y a un an, le monde était saisi par des scènes de gros camions stationnés en plein centre-ville d’Ottawa, de gens protestant et dansant sur la colline du Parlement, et la capitale nationale était assiégée de châteaux gonflables et de jacuzzis. Des milliers de Canadiens manifestaient contre la réponse à la COVID-19 et les mandats de vaccination dans un mouvement qui ne se produit qu’une fois par génération. Pourtant, après trois semaines de manifestations contre les politiques destructrices du Premier ministre Justin Trudeau, le gouvernement canadien a invoqué la Loi sur les mesures d’urgence, jamais utilisée auparavant, qui lui a donné le pouvoir de geler les comptes bancaires des manifestants, de les arrêter et de disperser brutalement les manifestations dans la capitale. C’était un moment controversé, regardé par le monde entier.

Un an plus tard, la Commission sur l’état d’urgence, dirigée par le juge Paul Rouleau et chargée d’enquêter sur le recours à la Loi sur les mesures d’urgence et sur d’autres questions connexes, a publié son rapport complet le 17 février. « Le rapport de 2 092 pages en cinq volumes déposé au Parlement vendredi », a rapporté la CBC, « est probablement le compte rendu le plus complet qui sera jamais produit sur les troubles de l’année dernière, et il fournit un verdict objectif qui fait autorité sur la décision historique de Justin Trudeau d’invoquer la Loi sur les mesures d’urgence. ‘La décision d’invoquer la loi était appropriée,’ écrit Rouleau. »

Après avoir entendu 76 témoins et 50 experts, et vu plus de 8 900 pièces à conviction, l’enquête officielle du gouvernement a conclu qu’il était justifié que Trudeau se donne des pouvoirs extraordinaires pour saisir des biens sans procédure régulière, pour permettre la brutalité policière et pour intimider les Canadiens qui manifestaient pacifiquement contre son gouvernement. Bien que le rapport de la commission n’absout pas le gouvernement fédéral ou provincial d’erreurs, il conclut avec autorité que le seuil légal pour suspendre les libertés civiles avait été atteint.

Est-ce vraiment ce qui s’est passé ? Qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir du Canada ?

Vous pourriez être d’accord avec la commission, ou furieux du verdict. Quoi qu’il en soit, la seule façon d’expliquer ce qui se passe au Canada est de comprendre ce que la Bible dit de ces événements modernes. Beaucoup de choses se sont passées au cours de la dernière année. Regardez la vidéo ci-dessous pour vous rappeler les scènes d’Ottawa.

Bien que les manifestations aient certainement perturbé la vie quotidienne à Ottawa, il n’y a eu aucun cas de crime ou de violence. Tous les responsables du maintien de l’ordre public et les représentants du gouvernement ont admis, sous serment devant la commission, qu’il n’y a pas eu de cas de violence, mais seulement que cela « avait l’air violent ». La Loi sur les mesures d’urgence ne peut être promulguée que s’il existe une menace existentielle pour le Canada. Regardez cette vidéo et demandez-vous si cette manifestation ressemble à une menace existentielle pour le Canada.

Les politiques du gouvernement Trudeau ont été bien plus dommageables pour le Canada que la manifestation du Convoi de la liberté. Maintenant, rappelez-vous comment le gouvernement Trudeau a sévi contre les manifestants, qui étaient perturbateurs, mais qui n’ont commis aucune violence, aucun crime, et qui coopéraient avec la police.

En outre, les banques canadiennes ont gelé jusqu’à 210 comptes bancaires suite à l’ordre du gouvernement, bloquant un total de 7,8 millions de dollars. Certaines institutions financières ont dressé des listes noires de personnes ayant effectué des transactions « suspectes ». Cela a provoqué une ruée sur les banques, poussant certaines d’entre elles à fermer leurs services de guichet automatique. Imaginez vivre dans un pays où vous ne commettez aucun crime, mais où le gouvernement gèle votre argent sans décision de justice.

Mais cela ne s’est pas arrêté là. Plusieurs politiciens du Cabinet étaient favorables à l’envoi de l’armée pour disperser les manifestants.

L’un des principaux problèmes est que les gouvernements fédéral et provinciaux et les forces de l’ordre n’ont pas respecté les procédures légales dans la gestion du Convoi de la liberté. La police disposait déjà d’outils dans le code juridique pour dégager les véhicules et les personnes si elle le souhaitait, mais elle ne les a pas utilisés. Pas une fois la loi anti-émeute n’a été lue aux manifestants, ce qui est nécessaire pour déclarer une manifestation illégale. En utilisant la Loi sur les mesures d’urgence, le pouvoir judiciaire a été retiré de l’équation. Le gouvernement et la police n’avaient pas besoin de s’adresser à un tribunal pour approuver leurs actions, et les individus ne pouvaient pas demander l’aide d’un juge. Cela équivaut à un contournement de l’État de droit. L’avocat Keith Wilson a expliqué certains de ces problèmes dans une interview sur CPAC :

Avec le rapport officiel du juge Rouleau, un précédent a été créé qui permet au gouvernement de s’octroyer des pouvoirs de temps de guerre pour arrêter une manifestation politique. Ce précédent juridique est un moment dangereux pour le pays, et il a légalisé la direction dictatoriale du gouvernement de Trudeau.

Mais vous ne devriez pas être surpris par ce résultat. En fait, la Trompette a prédit en mai de l’année dernière que l’enquête du gouvernement allait dissimuler la corruption, pas l’exposer. La Trompette a écrit : « Cette enquête est une commission politique visant à cibler et à attaquer ceux qui contestent le gouvernement Trudeau. Pire encore, Paul Rouleau a travaillé pour le Parti libéral en tant que conseiller au bureau du Premier ministre dans les années 1980, et il est un donateur du Parti libéral. Comment l’enquête peut-elle être ‘indépendante’ et équitable avec un conflit d’intérêt aussi évident ? »

Comme le commente le Hill Times, le rapport Rouleau est une « grande victoire » pour les libéraux : « La publication du rapport de la commission Rouleau sur l’utilisation de la Loi d’urgence représente ‘un jour de grande victoire pour les libéraux,’ qui leur permet de dire : ‘C’est ce que nous vous avons dit depuis le début,’ disent les observateurs. » Comme la Trompette l’a décrit, il s’agit de la plus grande dissimulation de l’histoire du Canada.

Bien que certaines contestations juridiques soient toujours en cours devant les tribunaux, il est extrêmement improbable qu’elles aient une quelconque portée juridique maintenant qu’il est « officiellement officiel » que Trudeau s’est comporté correctement.

Le Convoi de la liberté et son soutien à travers le pays étaient une manifestation de colère, de frustration et de consternation face à l’ingérence excessive du gouvernement dans la vie des gens pendant la pandémie. Lorsque je suis allé voir moi-même la manifestation, alors que le Convoi de la liberté se rendait à Ottawa, des Canadiens de tous âges se tenaient dans le froid glacial pendant des heures pour faire passer un message. Un an plus tard, un rapport officiel peut blanchir le gouvernement, mais la colère et la frustration demeurent.

Cela apparaît clairement lorsque l’on voit les manifestants en colère qui se présentent partout où M. Trudeau se rend dans le pays. Les gens sont en colère, mais ils ne voient pas de solutions claires. Il ne semble pas y avoir de responsabilité pour les personnes qui mènent le pays à sa perte.

Vous êtes peut-être frustré par la direction que prend le pays. Vous êtes peut-être frustré par le coût élevé de la vie, l’effondrement des services publics, la hausse de la criminalité, les problèmes endémiques de drogue, les scandales gouvernementaux et l’ineptie des dirigeants. Tout semble aller de mal en pis. Où que vous regardiez, le pays est en panne. Une manifestation massive, qui ne se produit qu’une fois par génération n’a pas fonctionné. Les dernières élections n’ont rien changé. Que peut-on faire pour changer la direction désastreuse que prend le pays ? Tous ces événements obligent les Canadiens à faire face à une dure vérité : seul Dieu peut sauver le Canada.

La trajectoire descendante du Canada est due à la convergence de plusieurs différentes forces. Premièrement, il y a le sabotage délibéré du pays par ses propres dirigeants. Comme l’a prophétisé le regretté Herbert W. Armstrong dans les années 1950 et 1960, les États-Unis et les pays du Commonwealth britannique ont subi une infiltration communiste de l’éducation et des institutions clés, qui cherchait à effectuer une révolution idéologique à partir de l’intérieur. Une génération plus tard, presque tous les postes de direction dans ces pays sont occupés par des idéologues communistes comme Trudeau. Cela provoque une affliction amère, comme l’a prophétisé 2 Rois 14:26. (Vous pouvez en lire plus sur cette prophétie dans le livre gratuit de Gerald Flurry, rédacteur en chef de la Trompette, intitulé L’Amérique sous attaque).

Une deuxième force est la faute des gens de ces nations. Alors qu’elles souffrent de politiques destructrices, des générations successives de Canadiens se sont rebellées et ont rejeté l’obéissance aux lois de Dieu. Au lieu d’adopter les Dix Commandements, nos sociétés ont adopté un style de vie à la Sodome et Gomorrhe, favorisant la transsexualité, la consommation de drogues, la promiscuité, la pornographie, l’athéisme et les familles brisées. M. Armstrong a expliqué dans Les Anglo-Saxons selon la prophétie que ces nations descendent de l’ancien Israël, et que Dieu a catapulté nos nations vers la grandeur en raison de Sa promesse au patriarche Abraham, donnant une grande richesse et une grande sécurité. Mais en désobéissant à Ses lois, nous avons attiré des malédictions sur nous. Lévitique 26, Deutéronome 28, Ésaïe 3 et de nombreuses autres prophéties expliquent les malédictions dont souffre le Canada.

Le gouvernement Trudeau a été une malédiction pour le peuple canadien pendant huit longues années, et il a causé beaucoup de malheur et de souffrance. Pourtant, la Bible souligne que le peuple canadien en est également responsable à cause de sa propre désobéissance à Dieu. Et la solution pour tous les deux est la même : se tourner vers le grand Dieu de la Bible.

Les événements dramatiques du Convoi de la liberté et la dissimulation qui s’en est suivi sont tous destinés à nous apprendre la leçon de la repentance envers Dieu. Aucun homme ou mouvement politique ne peut réparer le pays. Seul Dieu peut sauver nos nations d’afflictions amères et pardonner nos péchés contre Lui. Regardez ce que Dieu promet en 2 Chroniques 7:14 : « Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. » Vous pouvez revendiquer cette promesse. Vous pouvez changer la direction de votre vie et échapper aux malédictions dont souffre le pays, mais c’est nécessaire d’agir. Pour nous, c’est l’une des leçons les plus difficiles à apprendre, mais c’est le seul chemin vers un avenir meilleur.

Abraham Blondeau
Abraham Blondeau
Rédacteur, laTrompette.fr

Anthologie2020PUB007

Suzanne Yortal
5

« Bonjour M. Boulianne. Je lis assez régulièrement vos articles et écoute les vidéos que vous mettez en ligne et je dois vous dire que j'apprécie hautement votre honnêteté ainsi que votre intégrité. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.