Le scientifique Isaac Newton fut le dernier des magiciens, le dernier des Babyloniens et des Sumériens, selon l’eugéniste John M. Keynes

J’ai récemment fait l’acquisition du livre de l’écrivain britannique Michael White (1959 – 6 février 2018), intitulé “Isaac Newton: The Last Sorcerer” (Isaac Newton : Le dernier sorcier), dans ma boutique préférée de livres d’occasion en anglais ThriftBooks, au prix magique de 5,29 $US. Il s’agit d’un superbe ouvrage de 416 pages en parfait état (1.4″ x 6.4″ x 9.5″), avec une couverture rigide et une jaquette en couleur. Il comprend plusieurs photographies et illustrations, ainsi que des références bibliographiques et un index. Ce livre qui est pratiquement introuvable aujourd’hui dans sa version originale a été publié une première fois en 1997 par la maison d’édition Fourth Estate en Angleterre. Pour ma part, je me suis procuré la première édition américaine publiée un an plus tard par l’éditeur Addison-Wesley. J’ai acheté ce livre afin de parfaire mes connaissances personnelles en prévision d’un projet d’écriture bien particulier.

Le physicien et mathématicien anglais Isaac Newton a produit des travaux explorant la chronologie, l’interprétation biblique (en particulier de l’Apocalypse) et l’alchimie. Certaines de ces choses pourraient être considérées comme occultes. Le travail scientifique de Newton a peut-être eu une importance personnelle moindre pour lui, car il a mis l’accent sur la redécouverte de la sagesse des anciens. Une grande partie des écrits de Newton sur l’alchimie a peut-être été perdue dans un incendie dans son laboratoire, de sorte que la véritable étendue de son travail dans ce domaine peut avoir été plus grande que ce que l’on sait actuellement. Les écrits de Newton suggèrent que l’un des principaux objectifs de son alchimie pourrait avoir été la découverte de la pierre philosophale (un matériau censé transformer les métaux vils en or), et peut-être dans une moindre mesure, la découverte du très convoité Elixir de Vie. Newton aurait cru qu’un arbre de Diane, une démonstration alchimique produisant une “croissance” dendritique d’argent à partir d’une solution, était la preuve que les métaux « possédaient une sorte de vie ».


VEUILLEZ ADHÉRER AU CLUB VIP POUR LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE ….

Ce contenu est uniquement réservé aux membres BRONZE ($10 mensuel), ARGENT ($25 trimestriel), PLATINE ($35 semestriel), OR ($50 annuel), DIAMANT ($500 unique à vie), EXPRESS ($5 sans abonnement), et GRATUIT (Essai + abonnement).
Se connecter S’abonner maintenant
864640cookie-checkLe scientifique Isaac Newton fut le dernier des magiciens, le dernier des Babyloniens et des Sumériens, selon l’eugéniste John M. Keynes
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.