Nouvelle étude indépendante du probabiliste et économiste Damian Rafal : Le nombre officiel de décès de Covid est une surestimation multiple

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Le 17 mai 2021, je publiais sur mon site internet l’étude indépendante du probabiliste et économiste Damian Rafal, intitulée : « La mortalité supposée de Covid-19 est fortement surestiméeLa méthode mathématique-logique pour mesurer le nombre réel de victimes de Covid-19 aux États-Unis en 2020, la révision due à l’annonce soudaine du CDC du nombre nouveau et plus élevé de comorbidités. » Or, cette étude a été censurée du site d’archive alternatif de prépublications en sciences Vixra, et a donc disparu de cette plateforme car le résultat de la dernière version prouve que les vaccins ne pourraient jamais être efficaces pour ceux qui représentent 94 % des décès officiels du “Covid-19” (aux États-Unis). L’auteur m’a donc écrit pour me demander de supprimer entièrement l’étude de mon site Web et, si je le souhaitais, de publier son étude révisée qui est disponible depuis octobre 2022 sur la plateforme de prépublication suisse Zenodo.

Cette nouvelle étude, intitulée « Le nombre officiel de décès de Covid est une surestimation multiple — La méthode mathématique-logique pour mesurer le nombre réel de victimes mortelles de Covid-19. L’analyse des lignes directrices, les États-Unis en 2020 », est trois fois plus longue que la précédente. Selon Monsieur Rafal, l’ancienne étude n’était pas tout à fait correcte, car le CDC fournissait des données irréelles (par exemple, les décès dus au Covid-19 ne concernent pas 55 % des hommes. C’est prouvé dans la dernière version de l’essai ; les risques d’être infectés par le Covid-19 ne sont sensiblement pas les mêmes dans les différents sous-groupes d’âge et les données permettant de le mesurer ne sont apparues que fin 2021), car il est difficile de pallier le manque de 5 à 6 ans d’études médicales puis d’années de pratique (et les propositions d’aide ont été ignorées, — environ 50 essais et 50 fois rejetés). Damian Rafal a d’abord supposé que les données médicales de 2008, comme la liste CCW des maladies chroniques aux États-Unis, sont matures et disent donc ce qui est réellement … mais sur la même liste, il y a maintenant 30 conditions, et non 21 comme en 2008, ce qu’il « soupçonnerait normalement si la liste précédente datait du XIXe siècle, et non de 2008 ».

Vous pouvez lire ci-dessous un extrait de l’étude de Damian Rafal. Vous pouvez aussi la télécharger au format PDF, ainsi qu’une traduction approximative en français.


Le nombre officiel de décès de Covid est une surestimation multiple

La méthode mathématique-logique pour mesurer le nombre réel de victimes mortelles de Covid-19. L’analyse des lignes directrices, les États-Unis en 2020.

Il semble qu’il n’y ait pas d’essai correct analysant le nombre réel de victimes de Covid-19 à trouver. Que signifient les données présentées dans les tableaux du CDC « Décès liés au coronavirus » ? La seule information objective est la suivante : « xxx milliers de personnes sont décédées et ont probablement été infectées par le Covid-19 ». Mais combien de ces personnes seraient encore en vie sans le Covid-19 ? L’objectif de cet article est de présenter la méthode mathématique et logique qui permet de révéler le nombre réel de victimes mortelles du Covid-19 aux États-Unis. Les idées de solutions sont originales, mathématiques et logiques ; nous avons utilisé des estimateurs construits par nos soins. Les données calculées sont généralement légèrement arrondies, car la présentation de la méthode est l’objectif principal de l’article.

Un peu moins de 10 % des personnes déclarées victimes du Covid-19 aux États-Unis en 2020 sont mortes de la complicité du Covid-19 et toutes les autres seraient de toute façon décédées au même moment ou dans un délai très proche (également sans le Covid-19) parce que leurs décès résultaient de la structure normale de l’âge des décès aux États-Unis, créant l’âge moyen de la mort dans l’année donnée. Le nombre officiel de victimes du Covid-19 correspond dans sa grande majorité au “double comptage” des personnes qui seraient mortes de toute façon dans le même temps (ou dans un temps très proche de l’identique) même sans le Covid-19. L’analyse “ex post” est nécessaire pour découvrir le nombre réel de décès dus à Covid-19.

Introduction

Combien de personnes seraient encore en vie sans le Covid-19 ? La raison principale des décès est le “vieillissement” = l’avancée en âge et toutes les maladies (conditions) dont la fréquence et les effets mortels sont très fortement corrélés avec le vieillissement (ce qui signifie, avec la faiblesse générale de l’organisme) ; ces conditions trouvent leurs sources dans le corps lui-même ou dans une condition qui progresse avec le temps et l’avancée en âge. Ensuite, il y a les décès causés par des causes totalement externes, comme les différentes blessures. Les infections ont des effets accablants (les effets mortels sont fortement corrélés à la faiblesse générale de l’organisme/à l’âge). La mortalité infantile est un autre groupe important de causes de décès. Le fait essentiel à retenir est que le nombre de maladies chroniques et l’espérance de vie sont également très fortement corrélés. L’objectif de ce document est de montrer comment calculer le nombre réel de victimes mortelles de Covid-19.

L’influence potentielle de diagnostics erronés (par exemple, le Covid-19 au lieu de la grippe ou d’autres coronavirus) sur le résultat final n’est pas prise en compte dans les calculs.

Les méthodes

Les idées de solutions sont originales, mathématiques et logiques. Quelques suppositions logiques ont dû être résolues. Dans un premier temps, on a estimé quel serait l’âge moyen de décès en 2020 dans un groupe similaire (à celui dont on suppose qu’il est tué par le Covid-19), mais si l’on n’y trouvait que les personnes décédées en 2020 pour d’autres raisons et si l’on excluait celles qui sont réellement décédées à cause du Covid-19 (et qui, par ailleurs, devraient vivre plus longtemps). On a ensuite calculé l’espérance de vie moyenne des personnes appartenant à l’ensemble du groupe des “décès dus au Covid-19”, si elles étaient encore en vie. Les calculs ont largement utilisé les bases de données du CDC, du NSC et d’autres institutions, ainsi que Life Table. Des estimateurs construits par nos soins ont été utilisés. Pour comprendre les procédures de calcul et leurs conséquences, le lecteur doit suivre la résolution et les explications données ci-dessous. Les données obtenues sont en outre légèrement arrondies. En général, certains résultats intermédiaires sont légèrement arrondis et la méthode est parfois légèrement simplifiée pour faciliter les calculs et parce que les données d’entrée n’étaient pas toujours très précises, alors que la présentation de l’idée est l’objectif principal de cet article ; cependant, cela ne peut pas influencer de manière significative le résultat final de cette analyse.

Conclusions

a) L’analyse “ex post” est nécessaire pour découvrir le nombre réel de décès dus à Covid-19.
b) Le nombre officiel de “décès dus au Covid-19” est principalement le résultat d’un double comptage des personnes qui seraient mortes au même moment (ou presque), sans infection, lorsque le Covid-19 a commencé à accompagner des personnes déjà en “état de mort” ou même lorsqu’il n’y a pas eu d’infection, mais seulement un résultat positif au test PCR. Ainsi, aux États-Unis, en 2020, il n’y a pas eu 363 000 véritables “décès impliquant le Covid-19”, mais seulement 25 000 d’entre eux. Le reste des décès devrait, à notre avis, être considéré comme attribué à tort au Covid-19.
c) Un nombre très limité de décès excessifs (d’une année sur l’autre) peut être dû au Covid-19. Les principales raisons de cette surmortalité devraient très probablement être les suivantes :
– les “morts de désespoir
– la détérioration de l’accès au traitement pour des maladies autres que la Covid-19
– la peur de certains patients de se rendre chez un spécialiste ou à l’hôpital (panique).
d) Un comptage comparatif conjoint des cas mortels Covid-19 + grippe + pneumonie-sans-Covid-19 est tout à fait nécessaire.
e) Le Covid-19 (compte tenu de la très forte disparition simultanée de la grippe) n’a pas pu constituer à lui seul une augmentation nette significative du nombre de décès. Avec la disparition du Covid-19, il est très probable que la grippe se rétablisse.
f) L’analyse pour l’année 2020 est très instructive ; les analyses ultérieures devraient intégrer des effets négatifs plus importants de la “boucle intrinsèque”, mais aussi potentiellement des vaccins et des mutations du Covid-19 – si elles sont imposées par les vaccins.
g) Si les décès du groupe officiel 2020-DIC n’ont, dans leur grande majorité (environ 94 %), rien à voir avec le Covid-19 (en raison d’hypothèses mécaniques totalement irrationnelles) ou si le Covid-19 a pu accélérer une partie de ces décès de quelques semaines, les vaccins ne pourront jamais être efficaces pour cette grande majorité.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Alain Blais
5

« Bravo! Guy pour ton travail de journalisme. Tu es un des très rares qui fait encore du vrai journalisme. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.