Histoire édifiante et curieuse de Rothschild Ier, roi des Juifs, par Satan. Suivi du Jugement rendu contre J. Rothschild et contre Georges Dairnvaell

Il me fait un très grand plaisir de vous annoncer que j’ai réédité et publié le texte du pamphlétaire du XIXe siècle Mathieu Georges Dairnvaell, intitulé “Histoire édifiante et curieuse de Rothschild Ier, roi des Juifs, par Satan” (BnF). En effet, celui-ci publia en 1846 un pamphlet de 36 pages lançant le canard selon lequel la fabuleuse richesse de la dynastie bancaire Rothschild a été amassée par Nathan Rothschild en obtenant une connaissance préalable de l’issue de la bataille de Waterloo (1815) grâce à un vaste système de messagerie et en utilisant cette information pour jouer avec succès sur le marché boursier. Dairnvaell aurait ainsi contribué à la montée de ce que Michel Dreyfus a appelé « l’antisémitisme économique ». Ce premier texte est suivi de la réponse du baron James Mayer de Rothschild, intitulée “Grand procès entre Rothschild Ier, roi des Juifs, et Satan dernier, roi des imposteurs” (BnF), ainsi que par le “Jugement rendu contre J. Rothschild et contre Georges Dairnvaell, auteur de l’Histoire de Rothschild Ier”, par le tribunal de la saine raison (BnF). Ces trois textes rédigés il y a près de deux siècles sont désormais réunis en un seul et même ouvrage qui vous aidera à parfaire vos connaissances personnelles concernant ce chapitre de l’histoire.

Photographie de James de Rothschild (± 1845 et 1861)

Dans le journal Northern Star du 5 septembre 1846, Friedrich Engels recommande Dairnvaell pour avoir lancé « un nouveau mode d’attaque » contre les financiers, dans lequel « le roi Rothschild a été obligé de publier deux défenses contre ces attaques d’un homme que personne ne connaît, et dont la totalité de la propriété consiste dans le costume qu’il porte. » Le philosophe allemand continue : « Le public s’est emparé de la controverse avec le plus grand intérêt. Une trentaine de pamphlets ont été publiés pour et contre. La haine contre Rothschild et les seigneurs de l’argent est énorme, et un journal allemand dit que Rothschild pourrait prendre cela comme un avertissement qu’il ferait mieux d’installer son quartier général ailleurs que sur le volcan toujours brûlant de Paris. »

Mathieu Georges Dairnvaell (né : Mathieu Georges le 2 février 1818 à Marseille ; date de décès inconnue) était un journaliste et pamphlétaire français utilisant le nom de plume Satan, publiant entre 1838 et 1851. Ses parents sont inconnus. Claude Pichois souligne que “Dairnvaell” a publié ses pamphlets sous de nombreux pseudonymes, dont le plus persistant, “Dairnvaell”, a de multiples orthographes (Dairnvæll, Dairnwoel, Dairnwœll, etc.) ; en outre, “Mathieu Georges” est peut-être dérivé d’un nom anglais. Enfant, il étudie dans l’un des meilleurs pensionnats du Midi, généralement en tant qu’élève le plus pauvre. Sa première œuvre publiée est une satire républicaine intitulée “Les Moscoviennes”, dédiée à Nicolas Ier de Russie. Il enchaîne avec deux autres satires, “La Naissance d’un prince” et “Euménides”. Il devient ensuite membre de la rédaction de l’Indicateur de Marseille, contribuant à de nombreux articles sur le théâtre et les œuvres de Shakespeare. En 1839, il publie un roman de 64 pages, “Simon Maurice, ou, noble et paysan”. Il affirme avoir été rédacteur en chef du Corsaire du Midi pendant deux ans. Vers la fin de l’année 1840, Dairnvaell se rend à Paris et commence à publier une série de pamphlets sur les gens, les faits et les signes des temps, qu’il poursuivra jusqu’au 2 décembre 1851. Outre le nombre de pamphlets qui lui sont attribués, il est probable qu’il en existe beaucoup d’autres écrits anonymement ou sous des pseudonymes ; en tout cas, ils sont d’actualité et exigus.

Dairnvaell, qui se décrivait lui-même comme « un écrivain sans nom, sans position, sans titre ni rang, pas même Chevalier de la Légion-d’honneur ou académicien, un écrivassier obscur », n’a jamais dépassé le stade de l’obscurité, mais son canard de Waterloo a pris une vie propre.

Le canard de la bataille de Waterloo

Le déraillement à Fampoux

Le 8 juillet 1846, un train de la ligne du Nord, dont les frères de Rothschild étaient les plus gros investisseurs, déraille en traversant un marais près du village de Fampoux, faisant 57 morts et plus de 100 blessés (Accident ferroviaire de Fampoux). Un magazine satirique, Le Charivari, publie neuf jours plus tard un article qui établit un lien entre le système ferroviaire, la Bourse et le baron James de Rothschild.

Profitant de l’indignation générale suscitée par le déraillement, Dairnvaell rédige le premier des quatre pamphlets publiés en 1846 contre les intérêts bancaires des Rothschild, intitulé “Histoire édifiante et curieuse de Rothschild Ier, Roi des Juifs” (36 pages). Le baron James répondit promptement par un pamphlet, également de 36 pages, intitulé “Réponse de Rothschild I roi des juifs à Satan dernier, roi des imposteurs”, le premier tour de la guerre des pamphlets étant suivi de près par Friedrich Engels.

Le récit de Waterloo de Dairnvaell

Selon le récit dramatique, mais non étayé, de Dairnvaell, Nathan Rothschild se trouvait personnellement en Belgique pour observer la bataille de Waterloo. Dès qu’il s’est rendu compte que la victoire de Wellington était certaine, il s’est précipité à Ostende, mais les marins n’ont pas voulu le faire traverser la mer du Nord, car une tempête se préparait. Une grande quantité d’or fut échangée avant qu’ils n’acceptent de l’emmener en Angleterre, et il arriva à Londres avec 24 heures d’avance sur le messager de Wellington. Profitant de cette situation, Nathan et ses frères gagnent “vingt millions” (supposons des francs ; un million de livres sterling), en vendant d’abord à bas prix des consols du gouvernement, comme s’ils avaient connaissance d’une victoire française, puis, une fois que les prix ont baissé, en faisant des achats massifs. Les obligations d’État étaient l’instrument d’investissement le plus courant à Paris à cette époque.

Élaboration du récit de Waterloo

Le carnard de Waterloo est devenu plus crédible lorsque, au lieu que Nathan Mayer Rothschild soit présent en personne à Waterloo, la nouvelle de la victoire de Wellington a été envoyée par pigeon voyageur ou à cheval, avec un capitaine déjà sous contrat et attendant avec un navire pour transporter le messager à travers la mer du Nord. Il était bien connu que les Rothschild avaient leur propre système de courrier, et cette histoire semble en être un excellent exemple.

L’histoire est également racontée dans une version dans laquelle l’économiste David Ricardo a bénéficié d’informations anticipées, qu’il a utilisées pour amasser une fortune à la bourse. C’est à cette version que croyait le lauréat du prix Nobel d’économie, Paul Samuelson.

“Chemin de fer du Nord. Catastrophe de Fampoux”, lithographie par Félix Robaut (1799-1880). Archives départementales du Pas-de-Calais (France), 4 J 486/25 (www.archivespasdecalais.fr).

Mathieu Georges Dairnvaell : « Histoire édifiante et curieuse de Rothschild Ier, roi des Juifs, par Satan »

Suivi du Grand procès entre Rothschild Ier, roi des Juifs, et Satan dernier, roi des imposteurs par le Baron James de Rothschild

Vous pouvez consulter un extrait du livre ici ► ► ►
ISBN : 979-8-39-504262-0
Format : 98 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, illustré,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Disponible au format Papier – 20.60 $CA

Disponible au format PDF – 10.30 $CA

payloadz
AUSSI DISPONIBLE CHEZ : Lulu | eBay | Biblio | TheBookPatch | Gumroad | Delcampe | Amazon
AUSSI DISPONIBLE AU FORMAT ePUB : Smashwords | Apple | Barnes & Noble | Gardners | Kobo | Odilo | Scribd

Nathan Rothschild et la bataille de Waterloo

Rédigé par les Rothschild pour les archives Rothschild de Londres

Que Nathan Mayer Rothschild (1777-1836) ait été la première personne à Londres à connaître la victoire de Wellington à Waterloo en 1815 a été affirmé si souvent qu’il est largement accepté comme un fait historique. Pas moins une historienne qu’Elizabeth Longford a répété cette affirmation dans sa grande biographie du duc dans les années 1970, et plus récemment, elle est apparue dans l’histoire officielle de la famille Rothschild de Niall Ferguson. Une deuxième affirmation est tout aussi largement connue : que Rothschild a exploité ses connaissances exclusives pour faire une tuerie à la Bourse, employant probablement une sorte de tromperie pour augmenter ses profits. Des versions en sont apparues dans l’Encyclopaedia Britannica et le Dictionary of National Biography, dans des dizaines d’histoires de Waterloo, de la Bourse et de la communauté juive britannique, dans des ouvrages sur les pratiques commerciales et l’intelligence, et dans des romans. Dans une veine plus sinistre, il a constitué la base d’un film de propagande nazi de 1940, Die Rothschilds : Aktien auf Waterloo, et il continue de trouver grâce sur les sites Web néonazis et antisémites.

L’histoire tient plus de la légende que de la réalité. Non seulement rien dans les archives historiques qui subsistent ne suggère que Rothschild ait été le premier à Londres à connaître Waterloo, mais nous pouvons dire avec une certaine confiance qu’un autre homme avait cette distinction. Quant à Nathan Rothschild qui a fait un meurtre, s’il est probable qu’il ait réalisé des bénéfices cette semaine-là, tout gain ne peut avoir été que modeste par rapport aux fortunes réalisées par d’autres. Et il n’est pas question d’escroquerie.

Comment un conte aussi mal fondé a réussi à gagner en popularité et en respectabilité est une curiosité en soi, et il est impossible d’échapper à l’influence de l’antisémitisme. Comme l’a constaté Victor, 3e Lord Rothschild (1910-1990) lorsqu’il a enquêté sur ces questions, l’événement décisif a été la publication à Paris en 1846 d’une brochure intitulée Histoire Edifiante et Curieuse de Rothschild 1er, Roi des Juifs, dont l’auteur a signé lui-même simplement “Satan”. Une attaque contre James de Rothschild (1792-1868) en tant que capitaliste impitoyable et ennemi du peuple français, il s’est vendu à travers l’Europe par dizaines de milliers et il comprenait l’histoire sinistre de la façon dont le frère de James, Nathan, a profité de la mort de Français à Waterloo. Nathan, dit-on, a été témoin de la bataille en personne et s’est précipité vers la côte, où il a intimidé et soudoyé un pêcheur pour qu’il le transporte en Angleterre à travers une terrible tempête. Il arriva ainsi à Londres vingt-quatre heures avant le journal officiel et « gagna vingt millions d’un seul coup » à la bourse. Un tel opportunisme cynique aux dépens des Français, insistait “Satan”, était typique des Rothschild : « Cette famille est notre mauvais génie ».

Au fur et à mesure que la richesse et la renommée des Rothschild augmentaient au cours des décennies suivantes, la curiosité et l’envie des autres augmentaient également, et l’histoire de “Satan” était fréquemment répétée et tout aussi fréquemment embellie. Notamment, l’élément de subterfuge commercial a été ajouté. À peine Nathan avait-il atteint la City de Londres, a-t-on affirmé, qu’il avait délibérément provoqué un effondrement de la confiance des marchés boursiers en encourageant les rumeurs selon lesquelles Wellington avait été vaincu. Ce n’est que lorsque les prix étaient proches du fond, et après que de nombreux investisseurs aient été ruinés, qu’il a commencé à acheter, et de cette façon il a pu doubler les gains qu’il avait réalisés lorsque la victoire a été connue. Un historien remarquait : « Nous ne pouvons estimer combien de serviteurs en livrée, combien de Watteau et de Rembrandt, combien de pur-sang dans les écuries de ses descendants », l’homme au pilier [Rothschild] a gagné ce jour-là.


Vue du Québec
5

« Merci M. Boulianne pour votre travail. Beaucoup n’ont pas conscience de l’ampleur de l’investissement que cela demande. Merci pour votre dévouement, votre engagement est inestimable. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
889180cookie-checkHistoire édifiante et curieuse de Rothschild Ier, roi des Juifs, par Satan. Suivi du Jugement rendu contre J. Rothschild et contre Georges Dairnvaell
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x