Avec la sortie du film choc “Sound of Freedom”, suivez l’équipe de Tim Ballard contre le trafic sexuel des enfants dans “Opération Toussaint”

Avec la sortie toute récente du nouveau film choc “Sound of Freedom”, je vous invite à regarder le documentaire “Opération Toussaint : l’opération Underground Railroad et la lutte pour mettre fin à l’esclavage des temps modernes” du cinéaste Nick Nanton. Vous pourrez suivre l’équipe d’anciens officiers des forces de l’ordre dirigée par Tim Ballard, à la recherche de responsables du trafic humain et à la tête d’un réseau de prostitution d’enfants à Haïti. Leur but, les faire comparaître devant la loi et libérer les jeunes victimes. Rejoignez-les alors qu’ils passent sous couverture à Haïti, pour faire comparaître devant la loi des trafiquants sexuels sortis de prison grâce à des pots-de-vin. Tim Ballard a passé plus d’une décennie à travailler comme agent spécial pour le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS), où il a été affecté au groupe de travail sur les crimes contre les enfants sur Internet (ICAC) et déployé en tant qu’agent d’infiltration pour l’équipe américaine de saut sur le tourisme sexuel impliquant des enfants.

Il a travaillé dans ce rôle et depuis dans tous les types d’affaires dans la lutte pour démanteler les réseaux de traite des enfants. Il a travaillé aux États-Unis et dans plusieurs pays étrangers pour infiltrer des organisations de trafic d’enfants. Il a réussi à démanteler des dizaines de ces organisations et à sauver des enfants de l’esclavage et de l’exploitation.

Alors qu’il travaillait pour le gouvernement, Ballard a compris à quel point la lutte contre la traite et l’exploitation des enfants à travers le monde était encore nécessaire. En 2013, lui et une équipe d’anciens agents du gouvernement ont quitté la sécurité de leur carrière pour accomplir le travail de sauvetage d’enfants en tant que fondation privée — Operation Underground Railroad. Chez O.U.R., Tim a créé une équipe qui peut travailler dans n’importe quelle juridiction et en collaboration avec les forces de l’ordre pour sauver directement les enfants. Cette équipe existe aujourd’hui et opère partout dans le monde.

Cela dit, j’organise moi-même une levée de fonds au bénéfice de “Operation Underground Railroad”. Vous pouvez encourager la mission de l’organisation en faisant un don à votre guise, en cliquant ici.

À propos de l’organisation “Operation Underground Railroad”

L’Operation Underground Railroad (O.U.R.) est une organisation à but non lucratif anti-trafic sexuel fondée en 2013 par Tim Ballard, basée aux États-Unis. Elle a mené plusieurs opérations d’infiltration, certaines en dehors des États-Unis, et a fait don de ressources technologiques et monétaires aux forces de l’ordre qui luttent contre le trafic sexuel.

Ballard a déclaré qu’avant de fonder O.U.R., il avait servi 12 ans en tant qu’agent spécial américain pour le Département de la sécurité intérieure, au sein de l‘Internet Crimes Against Children Task Force (ICAC) et de l’U.S. Child Sex Tourism Jump Team. Selon The Atlantic, « les porte-parole de la CIA et du DHS ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas confirmer le dossier d’emploi de Ballard sans son autorisation écrite, qu’il n’a pas fournie ». Selon Ballard, il était frustré par le manque de stratégies employées pour sauver les enfants kidnappés et victimes de la traite dans les pays sous-développés, et par l’incapacité de poursuivre les contrevenants dans des affaires non liées aux États-Unis. Par la suite, il quitte la fonction publique en octobre 2013 pour fonder Operation Underground Railroad.

L’opération Underground Railroad mène des opérations d’infiltration pour sauver des enfants qui ont été victimes de la traite. Le groupe de travail spécialisé, composé d’anciens agents de la CIA, des Navy SEALs et des opérations spéciales, collabore avec les gouvernements et les forces de l’ordre et les forme étape par étape aux meilleures pratiques pour secourir les victimes de la traite des enfants. En encadrant les forces de l’ordre tout au long du processus — des techniques d’enquête à la collecte de preuves pour la poursuite des contrevenants, en passant par l’exécution d’un sauvetage — les autorités locales sont habilitées à lutter plus agressivement contre la traite dans leur juridiction. Ce processus crée un impact efficace, à long terme et durable sur la façon dont les gouvernements étrangers et les organismes chargés de l’application de la loi traitent ces problèmes. Nous collaborons étroitement avec les ambassades étrangères des États-Unis et la sécurité intérieure, et ne travaillons jamais dans un pays sans le consentement explicite du gouvernement.

Où l’Operation Underground Railroad travaille : Asie, Amérique du Nord, Afrique, Amérique du Sud.

Le modèle de suivi de l’organisation est conçu pour offrir aux survivants la possibilité de guérir de leurs abus et de devenir autonomes grâce à l’éducation et à la formation professionnelle. Le groupe de travail pense que l’éducation est essentielle pour promouvoir l’accès à l’emploi et que les initiatives d’autonomisation doivent être menées en collaboration avec le gouvernement local, les organisations de la société civile et les entreprises pour être durables. Son programme de suivi privilégie les collaborations à plusieurs niveaux pour offrir aux survivants toutes les possibilités de réintégration, d’emploi et d’une vie épanouissante sans abus. Les survivants expriment fréquemment un intérêt à acquérir des compétences dans les domaines de la coiffure et de la beauté, de la couture, du jardinage, de l’informatique, de l’anglais, de la conduite automobile, de l’hôtellerie et certains aspirent à fréquenter l’université.

Il est important de noter qu’à mesure que les enfants vieillissent hors des systèmes de suivi dans leur pays, il est impératif qu’ils reçoivent une formation professionnelle pour combler le fossé entre les soins institutionnalisés et l’indépendance. O.U.R. s’efforce de fournir aux forces de l’ordre du monde entier des opportunités de formation pour améliorer leur capacité à lutter contre la traite dans leurs juridictions. L’une des initiatives de formation les plus efficaces est la formation à la cyberenquête.

En raison du rôle croissant d’Internet dans l’exploitation des enfants, l’Operation Underground Railroad pense que l’un des moyens les plus efficaces de lutter contre la traite des êtres humains consiste à accroître la capacité des gouvernements et des forces de l’ordre à suivre l’activité en ligne des prédateurs d’enfants et à tirer parti de ces enquêtes pour localiser les victimes et poursuivre les contrevenants. O.U.R. collabore avec des experts dans le domaine pour enseigner les techniques de cyber-enquête et proposer des logiciels conçus pour faciliter les enquêtes médico-légales numériques, en particulier en ce qui concerne le matériel d’exploitation des enfants (alias pédopornographie).

Le film “Sound of Freedom” : basé sur une histoire vraie (sauf pour les parties qui ne le sont pas)

“Sound of Freedom” est un film d’action américain de 2023 réalisé et co-écrit par Alejandro Monteverde, et mettant en vedette Jim Caviezel, Mira Sorvino et Bill Camp. L’acteur Jim Caviezel joue le rôle de Tim Ballard, un ancien agent du gouvernement qui se lance dans une mission pour sauver les enfants des trafiquants sexuels en Colombie. Le film est produit par Eduardo Verástegui, qui joue également un rôle dans le film.

Le film est sorti le 4 juillet 2023 aux États-Unis par Angel Studios et a été un succès au box-office, rapportant plus de 41 millions de dollars dans le monde. La bonne performance de “Sound of Freedom” au box-office américain a convaincu les Cinémas Guzzo de former un partenariat avec Angel Studios pour distribuer une version sous-titrée en français du film au Québec à partir du 14 juillet. « Angel Studios a choisi de passer par nous pour distribuer le film. On est techniquement le distributeur, mais on n’a pas acheté les droits », souligne Vincent Guzzo, rappelant qu’à l’exception des productions de quelques grands studios, tout film diffusé au Québec doit avoir un distributeur québécois. [Radio-Canada]

“Sound of Freedom” est un film pionnier qui raconte l’histoire réelle de la fondation de l’Operation Underground Railroad, dépeignant le parcours remarquable de Tim Ballard en s’engageant pour la cause cruciale de la libération des enfants des griffes du trafic sexuel à travers le monde. Bien sûr, comme tout film basé sur une histoire vraie, il peut y avoir des éléments exagérés ou fabriqués à des fins dramatiques. Alors, quelles scènes de “Sound of Freedom” sont réellement factuelles et lesquelles ne le sont pas ? Découvrons-le !

Quelles scènes du film sont réellement factuelles et lesquelles ne le sont pas

Par l’Operation Underground Railroad

➦ L’opération de sauvetage sur l’île de Colombie a vraiment eu lieu. VRAI

Le film montre un raid sur une île pour sauver des enfants d’un grand réseau de trafic. Dans la vraie vie, c’était l’un des trois démontages coordonnés qui se sont produits ce jour-là en Colombie, menés par O.U.R. en collaboration avec les enquêtes de sécurité intérieure (HSI). Au total, 123 survivants ont été secourus, dont 55 mineurs. Connue sous le nom d’“Opération Triple Prise”, elle reste la plus grande entreprise de l’O.U.R. à ce jour. Dans “Sound of Freedom”, le film décrit le démontage qui s’est produit juste à l’extérieur de Carthagène, où environ 50 victimes ont été secourues. Dans le film, tous les survivants sont des enfants, mais dans la vraie vie, ils n’étaient pas tous mineurs.

Le personnage “Fuego” dans le film est une personne réelle qui a été arrêtée lors de l’opération Triple Take. En tant qu’opérateur d’infiltration pour O.U.R., Tim a négocié directement avec lui. Fuego portait un chapeau de Che Guevara, un révolutionnaire marxiste, et quand Tim lui a posé des questions à ce sujet, il s’est vanté : « Parce que je suis le révolutionnaire dans la vente de filles. »

Lors de la confrontation finale avec Fuego dans l’opération Triple Take, juste avant l’arrivée des forces de l’ordre, Tim lui a demandé s’il pouvait emprunter son chapeau. Tim a déclaré : « C’était symbolique pour moi comme la fin de sa révolution. » Plus tôt cette année-là, O.U.R. avait déjà mené ses premières opérations en Haïti, à Carthagène et en République dominicaine, l’opération Triple Take étant la quatrième.

L’opération Triple Take a fini par remporter le cas de l’année de HSI en 2015, une opération qu’ils ont appelée “Clear Hope”.

➦ “Giselle” est basé sur une vraie personne. VRAI

Au début du film, on voit une femme nommée “Giselle” recruter une jeune fille et son frère pour ce que le père des enfants considère comme une opportunité de mannequinat. Le personnage de Giselle est vaguement basé sur une femme nommée Kelly Johana Suarez, une ancienne reine du concours de beauté et mannequin professionnelle au début de la vingtaine, connue sous le nom de “Miss Cartagena”, qui a vraiment recruté et trafiqué des enfants en utilisant ses références en Colombie.

La réputation de Suarez dans sa maison d’Obrero, un quartier pauvre du sud de Carthagène, a fait d’elle un recruteur efficace de jeunes filles et garçons pour le trafic sexuel. Son rôle de confiance en tant que leader dans sa communauté appauvrie a été acquis grâce à son ancienne expérience de concours de beauté et à ses études en travail social.

Sous la surface, Suarez n’était rien de moins qu’un monstre. Elle a utilisé sa bonne réputation et sa crédibilité pour attirer les enfants loin de leur famille en promettant d’en faire des modèles à succès, mais au lieu de cela, elle les a vendus au commerce du sexe en plein essor.

➦ Les enfants représentés dans le film étaient de véritables survivants de la traite. VRAI

Le film dépeint de nombreux enfants différents qui sont présentés comme des victimes du trafic sexuel. Tous ces personnages représentent de vraies personnes O.U.R. a sauvé à un moment ou à un autre. L’histoire du petit garçon, connu dans le film sous le nom de “Teddy”, est particulièrement particulière.

Dans le film, après que Tim ait sauvé Teddy, le garçon lui offre un collier de type plaque d’identité avec “Timoteo” écrit dessus. Fidèle à l’histoire vraie, la sœur du petit garçon avait offert ce collier à son frère dans le film avant qu’ils ne soient séparés. Pour eux, il symbolisait l’espoir d’être sauvé.

Dans la vraie vie, cela s’est produit alors que Tim était encore un agent spécial HSI, et le petit garçon a vraiment offert ce collier à Tim. Sur celui-ci, il y a une référence scripturaire de 1 Timothée 6:11 et les mots “Homme de Dieu” inscrits dessus. Ce n’est que lorsque Tim l’a ramené à la maison pour montrer à sa famille que son fils a fait remarquer que son nom y figurait. « Pour moi, appelez ça chance, hasard, coïncidence, Dieu, peu importe comment vous voulez l’appeler, c’était un message », a déclaré Tim. « Ce collier symbolisait maintenant un appel pour moi. Cela signifiait tellement et j’ai décidé, alors et là, que c’était ça, c’est ce que je suis appelé à faire, c’est ce que je ferai pour le reste de ma vie. »

De plus, bien que la sœur de Teddy soit une personne dans la vraie vie, l’histoire de Tim refusant d’abandonner la recherche pour trouver “l’unique”, comme le montre le film, est basée sur l’histoire vraie de la recherche continue de Gardy par O.U.R.

➦ Tim a tué quelqu’un. FAUX

Vers la fin de “Sound of Freedom”, le film montre Tim tuant un homme pour sauver un enfant. Cela ne s’est pas produit.

L’opération Underground Railroad existe pour sauver les enfants du trafic sexuel et de l’exploitation sexuelle, et nous allons là où personne d’autre ne le fera pour trouver ne serait-ce qu’un seul enfant. Mais nous ne fonctionnons pas comme un groupe d’autodéfense ; nous travaillons avec les autorités et les gouvernements locaux et contribuons à la cause de la liberté en équipement, en fonds et en agents d’infiltration. Nos agents d’infiltration n’utilisent d’armes dans aucune de nos opérations.

Tim Ballard n’a jamais tué personne, contrairement à ce qui est dépeint dans le film.

Autre remarque importante : nous veillons à ne pas créer de demande de trafic d’enfants lorsque nos agents sont sous couverture.

➦ Le personnage “Vampiro” est basé sur une personne réelle. VRAI

Le personnage de “Vampiro”, également connu sous le nom de “Batman”, est basé sur une personne réelle. Tout ce qui a été dit à son sujet lorsqu’il est présenté à Tim dans le film est vrai, sauf lorsqu’il est dit qu’il a passé du temps en prison. Le vrai Batman n’a jamais été en prison.

Dans le film, Batman dit à Tim qu’il a changé sa vie et a commencé à aider dans la lutte contre le trafic sexuel parce qu’il a couché avec une prostituée et s’est ensuite rendu compte que c’était une fille de 14 ans. La réalisation qu’il ajoutait à l’obscurité l’a presque conduit au suicide jusqu’à ce que Dieu intervienne et qu’il redirige ses efforts. C’est vrai, sauf pour la partie où il dit avoir couché avec une fille de 14 ans. Dans la vraie vie, la femme avec qui il a couché était une victime adulte de la traite et il s’est rendu compte que sa jeune fille était exploitée pendant son absence, ce qui l’a poussé à se joindre au combat.

Batman a participé à l’opération Triple Take, mais il n’a pas réellement participé à l’opération Carthagène, comme le montre le film. Le même jour, il dirigeait en fait l’une des autres entreprises de l’opération Triple Take à Medellín, en Colombie.

➦ Tim est allé seul dans la jungle colombienne pour sauver une petite fille. FAUX

Dans le film, Tim se fait passer pour un médecin et se rend dans une jungle quelque part en Colombie pour retrouver la sœur du petit garçon, peu après l’opération Triple Take. Cela ne s’est pas produit. Cependant, dans la vraie vie, Tim a dirigé un groupe d’opérateurs O.U.R., se faisant passer pour des médecins, dans une jungle à la frontière d’Haïti et de la République dominicaine quelques années après l’opération Triple Take à la recherche de Gardy.

Personne n’a été secouru, mais l’opération a fait avancer la recherche de Gardy et les opérateurs ont pu fournir des soins médicaux à de nombreux enfants dans le besoin.

➦ Cette histoire décrit à quoi ressemble généralement la traite des êtres humains. FAUX

Au début du film, il montre des images de caméras de sécurité de plusieurs enlèvements différents. Il s’agit de vraies images, et bien que ce type de traite des êtres humains existe, ce n’est pas la majorité. Lorsque nous entendons l’expression “trafic sexuel”, notre esprit imagine souvent des ruelles poussiéreuses et sombres dans des pays étrangers où des enfants orphelins des rues sont kidnappés, exploités et vendus. Et c’est une réalité horrible, mais il est également important de comprendre que le trafic sexuel n’est pas seulement un problème étranger, mais une préoccupation intérieure aiguë aux États-Unis qui ne cesse d’augmenter.

Selon le National Center for Missing and Exploited Children, la traite des êtres humains a été signalée dans les 50 États (NCMEC, 2022). Les prédateurs sont des entraîneurs de football et des professeurs de confiance, des voisins d’en face, des oncles et des tantes.

Le film représente également des enfants dans des conteneurs d’expédition. Il est important de noter qu’Hollywood a fait preuve de créativité en décrivant les différentes manières dont les enfants peuvent être victimes de la traite. Bien qu’il existe des cas où des enfants sont transportés dans divers véhicules, la plupart de la traite se fait par le biais d’un processus de préparation manipulatrice. “Sound of Freedom” illustre bien cela dans les scènes de mannequinat d’enfants où les enfants (et parfois leurs parents) sont amenés à croire qu’ils peuvent gagner de l’argent en faisant du mannequinat, recevoir de la nourriture s’ils viennent chez eux, ou recevoir de l’amour s’ils deviennent le petit ami/la petite amie du trafiquant -— et cela se termine par l’exploitation sexuelle ou la traite. Il est essentiel que les parents, les jeunes adultes, les adolescents et les enfants connaissent les signes de toilettage afin qu’ils puissent reconnaître quand quelqu’un peut avoir de mauvaises intentions.

Lorsque nous nous sommes engagés dans cette lutte en 2013, nous n’avions jamais imaginé l’ampleur du soutien que nous recevrons de la part de ceux qui sont déterminés à faire la différence à nos côtés, en faisant leur propre lumière sur la question du trafic sexuel et de l’exploitation sexuelle des enfants. Pour cela, nous n’abandonnerons jamais le combat et continuerons d’aller dans les endroits les plus sombres jusqu’à ce que ce crime n’existe plus. Merci de continuer à être la lumière que nous emmenons dans les ténèbres.

➼ Voici une suggestion d’article pour compléter votre lecture :

Jojo
5

« J’aime vos articles car ils permettent de remettre les choses en perspective et la planète entière en a grandement besoin… surtout en ce moment! »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
918780cookie-checkAvec la sortie du film choc “Sound of Freedom”, suivez l’équipe de Tim Ballard contre le trafic sexuel des enfants dans “Opération Toussaint”
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

20 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mira

Bonjour,

Qui dit la vérité ?

Extraits (klatv) :

“Nous nous tournons maintenant vers Hollywood et l’industrie cinématographique.
Car nous pouvons nous consoler parce qu’ENFIN quelqu’un fait le ménage et informe sur le marché des enfants ! Tim Ballard et l’acteur de renommée mondiale Jim Caviezel ont sorti le film « Sound of Freedom » ! Les lanceurs d’alerte pleurent de joie, la délivrance semble être là ! Le film a toutefois été cofinancé par l’un des hommes les plus riches du monde, Carlos Slim Helú, qui est également accusé de trafic d’êtres humains. Il est par ailleurs donateur de la Fondation Cliton. On le voit souvent photographié avec Bill Gates. Le Carlos Slim Helú Health Institute collabore également avec la Fondation Gates. Carlos Slim Helú est en relation d’affaires proche avec les Rothschild et finance la Fondation Bill & Melinda Gates. Fabian Marta, un autre partisan du film contre le trafic d’enfants « Sound of Freedom », a été arrêté et inculpé de complicité d’enlèvement d’enfants, selon un dossier judiciaire du Missouri. Tim Ballard, le prétendu sauveur des enfants victimes du trafic d’enfants, porte une cravate maçonnique, ressemble étrangement au prédateur sexuel « Timothy Ray Ballard », Tim Ballard travaille avec Henry Kissinger et semble être membre de la société secrète des Templiers, tout comme Jim Caviezel. L’acteur Jim Caviezel fait ouvertement les signes de la secte, sur laquelle nous reviendrons dans un instant, et rencontre le pape. Il y a même de forts soupçons que le film soit destiné à un « programme d’identification des enfants » lancé par les francs-maçons en 1997. Toutes les données des enfants sont enregistrées – une étape préliminaire à la puce sous la peau. Selon le rapport Reese, des organisations douteuses participent à ce programme, comme par exemple « la Clinton Global Initiative » ou le « Podesta Group », les fameux collectionneurs d’art pédophiles du scandale des e-mails Wikileaks-Podesta… Le rapport Reese révèle également que les studios Angel, qui ont produit le film « Sound of Freedom », sont liés, en tant qu’organisations d’aide, aux mêmes groupes soupçonnés d’être impliqués dans le côté criminel du trafic d’enfants, comme les Clinton et les Podesta. Après la fondation de cette base de données sur les enfants, le trafic d’êtres humains a augmenté. En l’espace de 9 ans, le chiffre d’affaires de l’industrie de la traite des êtres humains est passé d’environ 30 milliards de dollars à 150 milliards de dollars par an.“”
https://www.kla.tv/26833

Marylise DUSUEL

Très contente de vous avoir retrouvé, M. Boulianne, ayant été abonnée pendant longtemps à votre newsletter. Heureuse de constater que vous n’avez rien perdu de votre acuité et qualité d’analyse.

Catherine Austin Fitts

Jim Caviezel était un fervent chrétien bien avant le tournage en 2004 de La Passion du Christ de Mel Gibson, dans lequel il jouait le rôle de Jésus. Mais certaines des choses qui se sont produites sur le plateau pendant le tournage étaient si inhabituelles – et l’intensité du rôle était si profonde – qu’il est devenu un homme différent.

À trois reprises lors du tournage de La Passion du Christ, une personne sur le plateau a été frappée par la foudre, un événement qui n’arrive qu’à environ 240 000 personnes par an. L’un d’eux était Jim Caviezel lors du tournage de la scène du sermon du Christ sur la montagne. Quelles sont les chances ?

L’acteur, qui avait 33 ans à l’époque, raconte qu’après le coup de foudre, du feu est sorti de sa tête et que son corps s’est illuminé. Cinq minutes plus tard, une deuxième personne près de lui a été touchée. Pendant le tournage, l’épaule de M. Caviezel s’est disloquée alors qu’il portait l’énorme crucifix en bois pesant 150 livres; alors qu’il était suspendu à la croix, les conditions de vent étaient si fortes qu’il a développé une infection pulmonaire. De plus, l’acteur a dû travailler avec un œil fermé enflé pendant plusieurs jours, ce qui a gravement impacté sa vision et produit de graves migraines.

Avant d’endosser le rôle de Jésus de Nazareth, Caviezel était une étoile montante à Hollywood. Par la suite, personne n’a voulu lui offrir de rôles significatifs et, selon ses propres mots, l’industrie a commencé à le “fuir”. Mel Gibson, apparemment, a prédit que cela arriverait et a demandé à l’acteur s’il comprenait qu’il « pourrait ne plus jamais travailler ». La réponse de Jim, telle que racontée dans une interview, était que « nous avons tous une croix à porter ».

Comme l’avait prédit Mel Gibson, Caviezel a dû quitter Hollywood et a entamé une carrière à la télévision, notamment dans la série “Person of Interest”, qui a duré six ans. Il s’agit d’une série de science-fiction à la fois divertissante et éducative sur les dangers de la surveillance excessive des citoyens par le gouvernement.

Actuellement, Caviezel peut être vu dans le rôle principal du film Sound of Freedom, dans lequel il joue Tim Ballard, un ancien agent de la sécurité intérieure qui travaille dans le monde entier pour sauver des enfants du trafic et des abus sexuels. Le film a été achevé il y a cinq ans, mais aucune plateforme (Netflix, Amazon, etc.) n’a voulu s’en charger.

Maintenant, cependant, « les enfants de Dieu ne sont plus à vendre ».

Jim Caviezel est plus qu’un acteur fort, et il ne fait aucun doute qu’il ne travaille pas pour sa propre carrière et sa propre renommée. Il est devenu une force de bien pour des milliers d’âmes dans ce monde.

Nous l’avons choisi comme Héros de la semaine.

Catherine Austin Fitts
http://www.solari.com

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
20
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x