La responsabilité doctrinale au sein de l’Église sera dispersée ou atomisée dans divers organes synodaux. — Patriarcat Catholique Byzantin

Le 20 juin 2023, le document Instrumentum Laboris de l’Assemblée générale du Synode sur la synodalité a été publié. Ce document affirme qu’il est nécessaire d’entamer une discussion sur l’évolution du rôle de l’évêque de Rome et de reconsidérer l’exercice de sa primauté au sein d’une Église synodale. La primauté est censée être exercée d’une manière différente – synodale. En fait, il s’agit de détruire l’institution de la papauté. La responsabilité doctrinale au sein de l’Église sera dispersée ou atomisée dans divers organes synodaux, c’est-à-dire des conseils synodaux ou ce que l’on appelle des organes continentaux.

Ce qui est tout à fait révolutionnaire, c’est que non seulement les évêques, mais aussi les laïcs devraient participer à la prise de décision par le biais de la synodalité ! Plus tard, ce sera uniquement la compétence des soi-disant conseils synodaux, qui seront contrôlés par les personnes LGBTQ, les francs-maçons et les lobbies transhumanistes. Le projet pilote de ces conseils synodaux est déjà promu en Allemagne. Le conseil synodal est censé assumer la plus haute compétence sur le territoire d’une nation donnée. Il n’est soumis ni à la conférence épiscopale, ni à l’évêque diocésain, ni au Vatican. Ce conseil aura également la plus haute compétence doctrinale. C’est la fin du catholicisme et du christianisme, la fin de l’enseignement et de la morale orthodoxes au sein de l’Église. Il s’agit d’une transition programmée de l’Église vers une Anti-Église du Nouvel Âge. C’est la mise en œuvre du plan maçonnique visant à créer une seule religion, une seule monnaie et un seul gouvernement.

Dans l’Église synodale, le pape n’aura plus la plus haute autorité en tant que successeur de Pierre. Sa position pourra alors être comparée à celle de la reine/du monarque britannique. Cela met effectivement fin à la primauté papale.

Pourquoi ce système n’abolit-il pas complètement la papauté ? Parce qu’ils ont besoin de son autorité, qui n’est plus qu’apparente, afin de tromper les catholiques restants comme si ces résolutions suicidaires venaient de leur Saint-Père, qu’ils croient infaillible même lorsqu’il couvre ou prêche des hérésies.

Tel est le vrai visage de la synodalité, dont les racines empoisonnées remontent au Concile de Vatican II, qui a proclamé l’aggiornamento avec l’esprit du monde. Avec la déclaration Nostra Aetate, le Concile a établi le respect des cultes païens et, de facto, de leurs démons. Les termes ambigus des documents conciliaires ont fait place à l’hérésie du modernisme. Ce système, qui culmine aujourd’hui dans la synodalité, ne laisse aucune place à la vérité et à la repentance. C’est là que l’Église profonde s’est révélée, comme l’a clairement identifié l’ancien nonce des États-Unis, Carlo Maria Viganò. Il a clairement indiqué que cette Église profonde est en alliance avec l’État profond.

Bergoglio poursuit secrètement et subtilement la transformation de l’Église en une Anti-Église du Nouvel Âge par le biais d’une propagande et d’une idolâtrie LGBTQ publiques. Bergoglio couvre la sodomie et la pédophilie dans les plus hautes sphères de l’Église (par exemple, le cardinal McCarrick). Il a créé un précédent d’idolâtrie en intronisant le démon Pachamama (2019) et en se consacrant à Satan au Canada sous la direction d’un sorcier (2022). Le pape non valable François Bergoglio s’est attiré un anathème multiple, c’est-à-dire la malédiction de Dieu et l’expulsion de l’Église (Gal 1:8-9). Le fait est que l’Église n’a pas de pape valide ; l’Église est en état de Sede Vacante. Cela découle de l’essence même des enseignements de l’Église catholique. Un hérétique qui s’est expulsé de l’Église ne peut en être le chef. Quiconque l’accepte comme chef de l’Église s’est séparé du Christ qui est le Chef de cette Eglise.

Espérer que Bergoglio sera suivi par un pape orthodoxe et légitime est un faux espoir. La structure et l’esprit que Bergoglio a fait fructifier rendent la chose impossible aujourd’hui.

Aujourd’hui, le pape invalide abuse de l’autorité suprême. Les évêques du monde entier le tolèrent et sont ainsi complices de la destruction de l’Église catholique. Chaque évêque est tenu devant Dieu et devant l’Église de se séparer de ce pape trompeur et non valable. Selon la bulle dogmatique de Paul IV, personne n’est tenu d’obéir à un hérétique. Toutes les actions d’un hérétique sont sans force et non contraignantes. Cela s’applique au pseudo-pape Bergoglio.

Dans cette situation, la papauté ne peut être sauvée que de manière extraordinaire.

Le Patriarcat Catholique Byzantin est la voix de celui qui crie dans le désert. Le 14 octobre 2019, lors du Synode des évêques, de manière extraordinaire dans cette situation extraordinaire, pour le bien de l’Église, ce Patriarcat a élu l’ancien nonce aux États-Unis, Carlo Mario Viganò, comme successeur légitime de l’apôtre Pierre, c’est-à-dire en tant que pape. L’archevêque concerné n’a pas accepté cette fonction, mais ne l’a pas rejetée non plus. L’Église est bâtie sur les apôtres et les prophètes (Ep 2,20). Si l’Église se trouve dans une situation désespérée, Dieu intervient par l’intermédiaire des prophètes. Nous le voyons dans l’histoire des Églises de l’Ancien et du Nouveau Testament. L’archevêque en question a été choisi par Dieu par le biais du ministère prophétique. Jusqu’à présent, il se trouve dans une situation similaire à celle du roi David. Il faudrait maintenant qu’au moins un évêque diocésain, avec son diocèse, se sépare de la secte bergoglienne et crée ainsi les conditions pour que le nouveau pape accepte sa charge. Si on laisse passer ce moment historique, la secte de Bergoglio installera progressivement, après les soi-disant visites du Vatican, ses gens dans tous les diocèses. Les véritables évêques catholiques seront contraints de se convertir à l’accueil des personnes LGBTQ impénitentes, faute de quoi ils seront mis à la porte. C’est ce qu’a déclaré Bergoglio aux médias en janvier 2023.

Grâce à l’esprit du monde et à ce qu’on appelle le processus synodal, l’atmosphère dans les diocèses changera tellement qu’il sera bientôt trop tard pour sauver l’enseignement orthodoxe et la papauté.

Bergoglio a nommé comme nouveau préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi un Argentin qui a le même esprit d’apostasie que lui. Le 1er juillet 2023, il lui a écrit à l’occasion de sa nomination : « Le dicastère que vous présiderez, en d’autres temps, en est venu à utiliser des méthodes immorales ». Appeler la vérité la vérité et l’hérésie l’hérésie, punir le mal et protéger le bien sont considérés par Bergoglio comme des méthodes immorales. Bergoglio poursuit : « Il s’agissait de périodes où, au lieu de promouvoir la connaissance théologique, on poursuivait d’éventuelles erreurs doctrinales. Ce que j’attends de vous est certainement quelque chose de très différent ».

Bergoglio utilise des expressions telles que “connaissances théologiques” et ”éventuelles erreurs doctrinales” afin de promouvoir les hérésies et les LGBTQ.

Ainsi, le nouveau programme de Bergoglio pour la Congrégation pour la Doctrine de la Foi consiste à promouvoir avec autorité les hérésies et l’immoralité, et à éliminer l’orthodoxie et les lois de Dieu. C’est une rébellion contre Dieu, un suicide de l’Église et un suicide de la papauté !

Que faire concrètement en ces jours qui précèdent l’assemblée générale synodale au Vatican ? S’unir quotidiennement, en particulier dans la prière du Rosaire, et effectuer une véritable pénitence. Cela signifie appeler la vérité la vérité et un hérétique un hérétique. Il est nécessaire de se séparer de lui et de laisser la place à un pape orthodoxe.

+ Élie
Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin
+ Méthode OSBMr / + Timothée OSBMr
Evêques secrétaires
Suzanne Goedike
5

« Merci pour tout ce beau travail que vous faites afin que nous soyons bien informés. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
937900cookie-checkLa responsabilité doctrinale au sein de l’Église sera dispersée ou atomisée dans divers organes synodaux. — Patriarcat Catholique Byzantin
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
teo

N’étant pas croyant, sans nier qu’un Créateur ou Entité Supérieure existe, il me semble que les croyants et fidèles de l’Église, devraient se manifester en nombre, pour affirmer leur choix, sans eux l’église n’existerais pas. Si rien ne sera fait en ce sens, elle disparaîtra d’un point de vu spirituel. Elle n’est pas indispensable, peut-être le moment est-il venu de vivre sa foi sans aide extérieure. Je ne pense pas que prier sert à quelque chose, si Dieu nous à donné la liberté, ce n’est pas pour rien, mais bien pour en faire bon usage. Nous verrons bien ce qu’il adviendra, un renouveau sera t-il possible, le bon choix aura-il le dessus?

Merci M Boulianne

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
1
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x