Le vaccin COVID ARNm est une arme biologique et il doit être interdit, selon le comité exécutif républicain du comté de Brevard, en Floride

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

ATTENTION : Bien qu’un groupe républicain de Floride ait accepté d’envoyer une lettre demandant aux autorités de l’État d’interdire les vaccins contre le Covid, celui-ci ne semble pas avoir le pouvoir légal d’interdire les vaccins. Des publications récentes sur les réseaux sociaux ont affirmé que l’État américain de Floride interdirait les vaccins contre le Covid. Un utilisateur de Facebook a posté une vidéo le mois dernier et a déclaré : « Ça arrive ! Les vaccins COVID sont interdits en Floride parce qu’ils sont des armes biologiques éprouvées. » Un autre exemple est l’ancien policier québécois Maxime Ouimet qui prétend faussement dans une vidéo publiée sur TikTok que l’ARNm sera reconnu OFFICIELLEMENT arme biologique en Floride. Or, ceci est faux. On peut bien espérer ce que l’on veut, mais avant de croire quoi que ce soit, il faut s’assurer que les informations proviennent de sources sûres. Cela nous évitera de nous faire tromper abusivement.

J’en ai quand même marre de ces prétendus « alerteurs » qui se targuent d’informer les gens, alors qu’ils diffusent des informations faussées, tronquées et/ou incomplètes. Lorsqu’on prétend vouloir informer la population, il faut s’assurer d’être le plus précis possible afin d’éviter toutes les erreurs pouvant conduire à la mésinformation (volontaire ou involontaire). Cela dit, Maxime Ouimet, qui se fait appeler le « policier du peuple pour le peuple », n’est pas une référence en soi. En 2020, il fut condamné par la Cour supérieure à payer 17 000$ à l’entreprise Station Beauté à titre de dommages punitifs et pour atteinte à la réputation. Il a aussi été arrêté pour harcèlement à l’endroit de deux journalistes. Il avait en effet publié sur sa page Facebook les numéros de cellulaire d’un journaliste de TVA Nouvelles et d’un journaliste de La Presse, qui avaient été inondés d’appels dans la foulée. Le 14 mars 2022, il a plaidé coupable de communications harcelantes. « Les journalistes font un travail essentiel dans notre société et ils ont le droit de le faire sans craindre d’être importunés ou harcelés par qui que ce soit qui n’est pas d’accord avec ce qu’ils écrivent », a dû rappeler la juge Marie-Josée Di Lallo.

Maxime Ouimet continue de mettre dans l’embarras son ancien Service de police de Laval (SPL), qui est poursuivi pour 275 000 $ en lien avec une intervention sur fond de violence et de profilage racial. « Le demandeur allègue avoir été humilié, traumatisé, sous le choc, triste, et a eu honte. Il a eu une dread [tresse] arrachée et a eu mal au bras pendant une semaine après l’incident », peut-on lire dans la poursuite civile intentée par Samuel Bunche. En effet, le 25 mai 2020, le « policier du peuple » et un confrère ont interpellé trois individus à bord d’un véhicule qui circulait de façon erratique dans le quartier Laval-des-Rapides. Après plusieurs refus d’obtempérer de la part d’un des passagers, l’agent Ouimet a fini par le sortir de la voiture en le tirant par les cheveux afin de le mettre en état d’arrestation pour entrave. Une partie de la scène a été filmée et partagée de nombreuses fois sur le web. En plus de tout ce qui précède, Maxime Ouimet ne cesse pas d’insulter les Québécois, les « vaccinés covid » et ceux qui ne pensent pas comme lui, ce qui est aussi déplorable que les médias de masse qui n’ont eu de cesse d’insulter et de diffamer sur la place publique les non « vaccinés covid ». En fait, ce genre de personne agit comme un repoussoir, ce qui est exactement l’équivalent d’une opposition contrôlée.

Pour revenir à notre sujet principal, un utilisateur d’Instagram a également publié la vidéo et l’image d’un tweet affirmant que « la Floride va interdire les vaccins à ARNm comme preuve crédible de l’existence d’armes biologiques. » Mais ce n’est pas tout à fait vrai. Il semble que cette affirmation soit basée sur le fait que les membres du parti républicain du comté de Floride ont adopté une résolution appelant le gouverneur de l’État, Ron DeSantis, à interdire les vaccins à ARNm contre le Covid.

Une vidéo jointe aux messages semble être un reportage diffusé par la chaîne CBS12 News, basée en Floride, rapportant que le Comité exécutif républicain du comté de Brevard (BREC) a écrit une lettre appelant « le gouverneur DeSantis et la législature de l’État à interdire la vente et la distribution d’injections de COVID-19 et de toutes les injections associées dans l’État de Floride, et au procureur général de l’État de saisir immédiatement toutes les injections de COVID-19 et d’ARNm dans l’état de Floride. » La lettre affirme également que « des preuves solides et crédibles ont récemment été révélées selon lesquelles le COVID-19 et les injections de COVID-19 sont des armes biologiques et technologiques ».

Le reportage, daté du 13 juillet 2023, ajoute également que les membres du BREC ont adopté une résolution appelant le gouverneur à rendre illégaux les vaccins contre le COVID-19 et à envoyer sa lettre aux dirigeants des États. Mais CBS12 News affirme que la lettre est « simplement une demande, pas une exigence ». Un autre reportage de CBS News Miami diffusé le 23 février 2023 concernant une résolution similaire d’interdire le « vaccin covid »,— adoptée par le parti républicain du comté de Lee —, a déclaré que « [le gouverneur] DeSantis peut simplement l’ignorer s’il le souhaite ».

Il est très important de noter que la décision des républicains du comté de Lee n’a absolument aucun pouvoir législatif. Ainsi, même si les membres du parti républicain de Floride ont appelé à l’interdiction des vaccins contre le Covid, leurs appels ne sont pas juridiquement contraignants et il ne semble pas y avoir de projet d’interdiction des vaccins contre le Covid-19 dans cet État.

➽ Comté GOP : le vaccin COVID-19 est une arme biologique

Par Mike Magnoli, CBS12 News, 13 juillet 2023

MELBOURNE, Floride (CBS12) — Le comité exécutif républicain du comté de Brevard (BREC) a voté sur une proposition controversée. Les dirigeants du groupe ont rédigé la première ébauche d’une lettre qu’ils souhaitent envoyer au gouverneur Ron DeSantis et à d’autres responsables de l’État, les appelant à rendre illégaux les vaccins à ARNm contre le COVID-19 en Floride. Les républicains de Space Coast sont une voix puissante dans l’État. Le comté de Brevard est le 10e plus grand comté en termes de population en Floride ; il abrite le Kennedy Space Center, une destination touristique populaire à Cocoa Beach. C’est le comté voisin au nord de The Treasure Coast.

CBS12 News a obtenu une copie de la lettre, envoyée à des centaines de républicains enregistrés dans le comté de Brevard pour examen. Si le comité exécutif du parti continue et reçoit suffisamment de votes « oui », la lettre sera envoyée par courrier à tous les législateurs des États représentant la région, à la délégation de Brevard au Congrès, y compris les sénateurs Rubio et Scott, au procureur général de Floride Ashley Moody et à DeSantis.

La lettre fait référence au grand jury de Floride enquêtant sur les vaccins contre le COVID-19.

En décembre, le gouverneur DeSantis a demandé à la Cour suprême de Floride de constituer un grand jury pour examiner le déploiement du vaccin et déterminer si des crimes avaient été commis. La Cour suprême a fait droit à cette demande. Le grand jury s’est réuni et l’état actuel de son enquête est inconnu, car les procédures du grand jury sont de par leur conception très secrètes.

Dans sa demande au grand jury, DeSantis a écrit : « La loi de Floride interdit les pratiques frauduleuses, y compris la diffusion de publicités fausses ou trompeuses pour un médicament et l’utilisation de toute représentation ou suggestion dans toute publicité relative à un médicament selon laquelle une application d’un médicament est efficace quand ce n’est pas le cas. »

La lettre du BREC explique pourquoi les dirigeants de l’organisation pensent que les vaccins ne sont pas efficaces et va plus loin en faisant référence à une étude sur l’utilisation des vaccins comme méthode de propagation des armes biologiques. Vous pouvez lire la lettre ci-dessous :

« Attendu que nous, habitants de l’État de Floride, avons appris que le COVID-19 présentait un grave danger pour nous-mêmes, nos familles et nos communautés. On nous a ensuite demandé et dans de nombreux cas mandaté de prendre les injections expérimentales de COVID-19 pour les raisons suivantes : Cela empêcherait la transmission et arrêterait ainsi la propagation du COVID-19. Cela protégerait nos familles, nous-mêmes et le public. Cela nous permettrait de conserver nos emplois et/ou nos avantages sociaux pour pouvoir subvenir aux besoins de nos familles. Ce faisant, nous accomplissions notre devoir patriotique envers notre pays, notre État et nos communautés. Nous n’avions pas le choix en raison des mandats du président Biden en matière de vaccins contre la COVID-19.

« Attendu que des preuves solides et crédibles ont récemment été révélées selon lesquelles le COVID-19 et les injections de COVID-19 sont des armes biologiques et technologiques. Alors que les données cliniques de Pfizer ont révélé 1 223 décès, 42 000 cas indésirables, 158 000 incidents indésirables et environ 1 000 effets secondaires. Alors qu’un nombre énorme d’humains sont morts et/ou ont été handicapés à vie. Alors qu’il existe des preuves solides et crédibles selon lesquelles les injections d’ARNm du COVID-19 modifient l’ADN humain. Alors que les agences gouvernementales, les médias et les entreprises technologiques, ainsi que d’autres sociétés, ont commis d’énormes fraudes en prétendant que les injections de COVID-19 sont sûres et efficaces. Alors qu’un grand jury à l’échelle de l’État enquête sur les crimes liés au vaccin COVID-19. Considérant que la poursuite des expérimentations sur des humains et le refus du consentement éclairé constituent des violations du Code de Nuremberg et constituent donc des crimes contre l’humanité.

« Qu’il soit résolu en outre : au nom de la préservation de la race humaine, le Parti républicain du comté de Brevard appelle le gouverneur DeSantis et la législature de l’État à interdire la vente et la distribution des injections de COVID-19 et de toutes les injections associées dans l’État de Floride, et pour que le procureur général de l’État saisisse immédiatement toutes les injections de COVID-19 et d’ARNm dans l’État de Floride et fasse effectuer une analyse médico-légale pour déterminer si les ingrédients présentent un danger pour les receveurs. »

Les membres du BREC ont voté sur la proposition, et les résultats sont tombés : oui. C’était un glissement de terrain. Les membres du comité de direction du comté de Brevard ont adopté une résolution appelant le gouverneur à rendre illégaux les vaccins contre le COVID-19. D’autres sections du GOP dans les comtés de Seminole, Lake, St. John’s, Santa Rosa, Hillsborough et Lee ont adopté des résolutions similaires.

Des discussions animées ont eu lieu avant le vote et la majorité estime que le vaccin est très probablement une arme biologique. Les sociétés pharmaceutiques ont commis des crimes et poussé le public à frauder sur l’efficacité des vaccins et ont minimisé les risques et les effets secondaires, ont-ils soutenu. La lettre controversée du parti républicain Brevard sera envoyée à DeSantis et à d’autres dirigeants d’État pour demander d’interdire les vaccins dans le Sunshine State.

⟾ Actuellement, la lettre est simplement une demande et non une exigence.

Les Statuts de Floride 2023

Titre XLVI : CRIMES — Chapitre 790 : ARMES ET ARMES À FEU

SECTION 166 : Fabrication, possession, vente, livraison, exposition, utilisation ou tentative ou menace d’utilisation d’une arme de destruction massive ou d’une arme de destruction massive frauduleuse interdite ; définitions; pénalités.

790.166 Fabrication, possession, vente, livraison, exposition, utilisation ou tentative ou menace d’utilisation d’une arme de destruction massive ou d’une arme canular de destruction massive interdite ; définitions; pénalités.—

(1) Tel qu’utilisé dans cette section, le terme :

(a) « Arme de destruction massive » désigne :

1. Tout dispositif ou objet conçu ou destiné à causer la mort ou des blessures corporelles graves à un être humain ou à un animal, ou un préjudice émotionnel ou mental grave à un être humain, par la libération, la diffusion ou l’impact de produits chimiques toxiques ou vénéneux, ou de leur précurseurs;
2. Tout dispositif ou objet impliquant un agent biologique ;
3. Tout dispositif ou objet conçu ou destiné à émettre un rayonnement ou une radioactivité à un niveau dangereux pour la vie humaine ou animale ; ou
4. Tout agent biologique, toxine, vecteur ou système d’administration.

(b) « Arme de destruction massive » désigne tout dispositif ou objet qui, de par sa conception, sa construction, son contenu ou ses caractéristiques, semble être ou contenir, ou est présenté comme étant, constitue ou contient, une arme de destruction massive telle que défini dans le présent article, mais qui est, en fait, un fac-similé, une imitation, une contrefaçon ou une représentation inopérante d’une arme de destruction massive qui ne répond pas à la définition d’une arme de destruction massive ou qui ne contient pas ou ne constitue pas réellement une arme, agent biologique, toxine, vecteur ou système d’administration interdit par cette section.

(c)  « Agent biologique » désigne tout micro-organisme, virus, substance infectieuse ou produit biologique pouvant être modifié par la biotechnologie, ou tout composant naturel ou issu de la bio-ingénierie d’un tel micro-organisme, virus, substance infectieuse ou produit biologique, capable de provoquer :

1. Décès, maladie ou autre dysfonctionnement biologique chez un humain, un animal, une plante ou un autre organisme vivant ;
2. Détérioration de la nourriture, de l’eau, de l’équipement, des fournitures ou du matériel de toute nature ; ou
3. Altération délétère de l’environnement.

(d) « Toxine » désigne la matière toxique provenant de plantes, d’animaux, de micro-organismes, de virus, de champignons ou de substances infectieuses, ou une molécule recombinante, quelle que soit son origine ou son mode de reproduction, y compris :

1. Toute substance toxique ou produit biologique pouvant être modifié par la biotechnologie produite par un organisme vivant ; ou
2. Tout isomère toxique ou produit biologique, homologue ou dérivé d’une telle substance.

(e) « Système de livraison » signifie :

1. Tout appareil, équipement, dispositif ou moyen d’administration spécifiquement conçu pour administrer ou disséminer un agent biologique, une toxine ou un vecteur ; ou
2. N’importe quel vecteur.

(f)  « Vecteur » désigne un organisme ou une molécule vivante, y compris une molécule recombinante ou un produit biologique pouvant être modifié par la biotechnologie, capable de transporter un agent biologique ou une toxine vers un hôte.

(2) Une personne qui, sans autorisation légale, fabrique, possède, vend, livre, envoie, envoie par la poste, affiche, utilise, menace d’utiliser, tente d’utiliser ou conspire pour utiliser, ou qui rend facilement accessible à autrui une arme de la destruction massive commet un crime du premier degré, passible d’une peine d’emprisonnement d’une durée n’excédant pas la perpétuité ou comme le prévoit l’art. 775.082, art. 775.083, ou art. 775.084, et si la mort en résulte, commet un crime capital, punissable conformément à l’art. 775.082.

(3) Toute personne qui, sans autorisation légale, fabrique, possède, vend, livre, envoie par la poste, envoie, affiche, utilise, menace d’utiliser, tente d’utiliser ou conspire pour utiliser, ou qui rend facilement accessible à autrui, un canular arme de destruction massive commet un crime du deuxième degré, punissable conformément à l’art. 775.082, art. 775.083, ou art. 775.084.

(4) Toute personne qui, en commettant ou tentant de commettre un crime, possède, expose ou menace d’utiliser une arme de destruction massive canular commet un crime du deuxième degré, punissable comme prévu à l’art. 775.082, art. 775.083, ou art. 775.084.

(5) Nonobstant toute autre loi, le jugement de culpabilité ou l’imposition d’une peine ne peut être suspendu, différé ou retenu pour une violation du présent article. Toutefois, le procureur de l’État peut demander au tribunal qui a prononcé la peine de réduire ou de suspendre la peine de toute personne reconnue coupable d’une violation du présent article et qui fournit une assistance substantielle dans l’identification, l’arrestation ou la condamnation de l’un de ses complices, accessoires, co-conspirateurs ou dirigeants.

(6) Preuve qu’un dispositif ou un objet décrit au sous-alinéa (1)(a)1. qui a causé la mort ou des blessures corporelles graves à un être humain ou à un animal par la libération, la diffusion ou l’impact de produits chimiques toxiques ou vénéneux, ou de leurs précurseurs, constitue une preuve prima facie que l’appareil ou l’objet a été conçu ou destiné à causer une telle mort ou des blessures corporelles graves. Preuve qu’un appareil ou un objet décrit au sous-alinéa (1)(a)3. un rayonnement ou une radioactivité libérés à un niveau dangereux pour la vie humaine ou animale constitue une preuve prima facie que le dispositif ou l’objet a été conçu ou destiné à un tel rejet.

(7) Cet article ne s’applique pas à tout membre ou employé des forces armées des États-Unis, d’une agence gouvernementale fédérale ou étatique, ou d’une entité privée qui est par ailleurs engagée dans une activité licite dans le cadre de son emploi, si cette personne est par ailleurs dûment autorisée ou autorisée à fabriquer, posséder, vendre, livrer, afficher ou s’engager de toute autre manière dans des activités relatives à cette section et si cette personne se conforme aux lois fédérales et étatiques applicables.

(8) Pour les besoins du présent article, le terme « arme de destruction massive » n’inclut pas :

(a) Un dispositif ou un instrument qui émet ou rejette de la fumée ou un liquide, une poudre, un gaz ou un produit chimique offensant, nocif ou irritant dans le but d’immobiliser, de neutraliser ou de contrecarrer une attaque par une personne ou un animal et qui est légalement possédé ou utilisé par une personne à des fins d’autoprotection ou, comme prévu au paragraphe (7), est légalement possédé ou utilisé par tout membre ou employé des forces armées des États-Unis, une agence gouvernementale fédérale ou étatique, ou un entité privée. Un membre ou un employé d’un organisme gouvernemental fédéral ou d’un État comprend, sans toutefois s’y limiter, un agent chargé de l’application de la loi, tel que défini à l’art. 784.07 ; un agent chargé de l’application de la loi fédérale, au sens de l’art. 901.1505 ; et un employé des services d’urgence, tel que défini à l’art. 496.404.
(b) Le liquide, la poudre, le gaz, le produit chimique ou la fumée qui est émis ou déchargé par un dispositif ou un instrument comme spécifié au paragraphe (a).

(9) En plus de toute autre sanction prévue par la loi à l’égard de toute personne reconnue coupable d’une violation du présent article ayant entraîné la mobilisation ou l’action d’un agent chargé de l’application des lois ou de tout organisme étatique ou local, une personne reconnue coupable de la violation de cet article peut être exigée par le tribunal de payer une restitution pour tous les coûts et dommages découlant de la conduite criminelle.

Histoire.—s. 2, ch. 2000-218 ; s. 4, ch. 2002-28 ; s. 18, ch. 2019-141.
Vincent Larocque
5

« Ton site internet est le meilleur dans ce sujet vif et brûlant. Ton professionnalisme sans fanatisme fait que tu es vraiment bon pour renseigner, voire enseigner. Bon courage et que Dieu te protège. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
955330cookie-checkLe vaccin COVID ARNm est une arme biologique et il doit être interdit, selon le comité exécutif républicain du comté de Brevard, en Floride
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
1
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x