La sergente junior et porte-parole des Forces de défense territoriales ukrainiennes, l’américaine Sarah Ashton-Cirillo, menace les journalistes

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Comme je l’ai écrit dans un article en date du 5 décembre 2022, « celles et ceux qui croient encore que la “liste des personnes à tuer” de Myrotvorets en Ukraine ne comporte aucun danger pour les personnes qui y sont inscrites se trompent amèrement et font complètement fausse route. » Je souligne encore une fois qu’aucun média “mainstream” canadien ne s’est scandalisé que mon propre nom se retrouve sur cette liste de victimes potentielles. Au lieu de se scandaliser de cette liste noire dans laquelle se retrouvent les noms de plus de 300 enfants « à tuer », le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a émis une “obligation de souveraineté de l’Ukraine” pour que les Canadiens puissent financer directement l’Ukraine contre la Russie. Trudeau se fait donc le complice de cet État criminel. Je ne connais qu’une seule autre canadienne qui soit aussi inscrite sur cette liste ukrainienne. Il s’agit de la journaliste et blogueuse Eva Karene Bartlett. qui habite actuellement à Moscou. Lors d’une conférence organisée par l’Institut Schiller, Eva Bartlett a dit exactement ce que je pense moi-même : « Si, en tant que journaliste et citoyenne canadienne, je devais revenir au Canada, je n’ai aucune idée de ce que certains de ces Canadiens ukrainiens de type nationaliste me feraient. Mais je suis certaine que le gouvernement canadien ne me protégerait pas du tout. » Comme je l’ai écrit le 21 novembre 2022 : « Ces inquiétudes devraient être partagées de la même façon par tous les Canadiens. Vivre au Canada devient en effet très inquiétant. »

Il est pourtant écrit au paragraphe 7 de la Charte canadienne des droits et libertés : « Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu’en conformité avec les principes de justice fondamentale », alors que dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec, il est écrit au premier paragraphe : « Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu’à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de sa personne ». J’écrivais dans un autre article : « Il n’est donc pas exclu que j’entreprenne des démarches judiciaires contre le Gouvernement canadien de Justin Trudeau. »

Il semble que les menaces se concrétisent de plus en plus puisque la porte-parole anglophone des forces TrO en Ukraine, Sarah Ashton-Cirillo, a publié aujourd’hui même sur Twitter une déclaration dans laquelle elle affirme que l’Ukraine traquera les « propagandistes russes » dans le monde entier, c’est-à-dire les journalistes qui se permettent d’aller à l’encontre du narratif ukrainien, qu’ils soient des journalistes indépendants ou “mainstream”. Je vous rappelle que mon nom a été placé sur la “liste des personnes à tuer” de Myrotvorets (ukrainien: Миротворець, c’est-à-dire « Pacificateur ») uniquement pour avoir réalisé une entrevue avec la jeune écrivaine du Donbass, Faïna Savenkova ! Sur le coup, nous pourrions prendre cela à la légère car il est vrai que cette vidéo ressemble à une émission comique. Mais ce n’est pas du tout le cas. En fait, Sarah Ashton-Cirillo est porte-parole officielle et sergente junior des Forces de défense territoriales ukrainiennes, ou en abrégé “Teroborona” (Тероборона).

Sur un ton menaçant et agressif, Sarah Ashton-Cirillo dit dans sa déclaration :

« La Russie déteste le fait que son attention obsessionnelle sur un volontaire ukrainien ne fait que permettre à la lumière de l’honnêteté de la nation ukrainienne de briller. La semaine prochaine, les dents des démons russes grinceront encore plus fort, et leurs bouches enragées écumeront dans une frénésie incontrôlable alors que le monde verra un propagandiste préféré du Kremlin payer pour ses crimes. Et cette marionnette de Poutine n’est que la première. Les propagandistes criminels de guerre russes seront tous pourchassés et la justice sera rendue alors que nous, en Ukraine, sommes guidés dans cette mission par la foi en Dieu, la liberté et la libération complète. »

À propos de Sarah Ashton-Cirillo

Sarah Ashton-Cirillo (née le 9 juillet 1977), anciennement Sarah Cirillo et Sarah Ashton, est une ancienne journaliste américaine qui est porte-parole des Forces de défense territoriales ukrainiennes, dans lesquelles elle est sergente junior. Une “agente politique en convalescence” autoproclamée de Las Vegas, Nevada, elle a été active dans la politique du Nevada de 2020 à 2021, y compris une candidature avortée au conseil municipal de Las Vegas. Elle est arrivée en Ukraine en mars 2022, peu après l’«invasion» russe à grande échelle, et a été à plusieurs reprises correspondante de guerre, représentante dans les négociations d’aide, analyste civile auprès du ministère de la Défense et médecin de combat.

Ashton-Cirillo a attiré l’attention des médias nationaux en 2021 lorsqu’elle a publié des enregistrements de conversations de son temps de travail avec des candidats républicains, documentant les efforts visant à recruter des membres des Proud Boys, un groupe d’extrême droite, pour une « émeute des frères Brooks » planifiée (faisant allusion à la manifestation de 2000) dans le cadre des efforts visant à annuler le résultat de l’élection présidentielle américaine de 2020. En 2022, elle a divulgué un échange de SMS avec le candidat républicain au poste de procureur général du Nevada, qui est devenu une controverse clé lors de cette élection.

À partir de mars 2022, Ashton-Cirillo a rendu compte de l’invasion russe de l’Ukraine depuis Kharkiv, en Ukraine, principalement pour LGBTQ nation, écrivant souvent sur les effets de la guerre sur les personnes LGBTQ. Femme trans, on pense qu’elle a été la première correspondante de guerre ouvertement transgenre et la seule journaliste transgenre couvrant l’invasion. À Kharkiv, elle a travaillé en étroite collaboration avec l’armée et la police ukrainiennes et a été nommée par le maire de Zolotchiv, dans l’oblast de Kharkiv, en tant que représentante auprès des groupes humanitaires. Après avoir été témoin des frappes de missiles de Kiev en octobre 2022, notamment en publiant une vidéo controversée largement partagée montrant un cadavre, elle a démissionné de LGBTQ nation pour devenir médecin de combat au sein du Bataillon Noman Çelebicihan, une unité tatare de Crimée. En février 2023, elle a été blessée par des bombardements russes alors qu’elle servait sur les lignes de front dans le Donbass avec le 209e bataillon de la 113e brigade de défense de Kharkiv. Elle est ensuite affectée aux Forces de défense territoriale, dont elle devient porte-parole anglophone en août 2023.

➽ Petite enfance, crise des réfugiés syriens et transition de genre

Ashton-Cirillo, octobre 2021

Ashton-Cirillo est née le 9 juillet 1977 dans le nord de la Floride ; elle portait auparavant le nom de famille Cirillo. Selon sa signature avec The Nevada Independent, elle vit à Las Vegas depuis 2004 ; selon le Nevada Current, elle « a établi sa résidence [là-bas] en 2016 pour se rapprocher » de son ex-femme et de son enfant. Au cours de cette phase de sa vie, elle a travaillé comme analyste immobilier, joueuse de poker et directrice des communications dans une entreprise de soins de santé.

En 2015, avant sa transition de genre, Ashton-Cirillo s’est rendue dans des camps de réfugiés syriens en Turquie pour rendre compte de la crise des réfugiés, ayant eu peur d’entrer en Syrie elle-même. Elle a écrit un livre sur cette expérience, “Along the Tracks of Tears”, mais n’était pas satisfaite de sa qualité, se demandant si les personnes avec qui elle voyageaient l’auraient acceptée s’ils avaient su qu’elle était une femme trans.

Ashton-Cirillo a commencé à prendre des hormones féminisantes « par intermittence » en 2018, avant de décider de faire la transition en mai 2019 après ce qu’elle a décrit comme « une attente de 35 ans pour m’embrasser ». Elle a dit plus tard qu’elle serait morte si elle n’avait pas fait la transition. Sa transition a inclus une chirurgie d’affirmation de genre et une repousse des cheveux. Elle écrivait “Fair. Right. Just.”. alors qu’elle acceptait son identité de genre, et s’est précipitée pour le terminer de peur de se suicider. Après avoir commencé sa transition, elle a retiré de la circulation le roman et “Along the Tracks of Tears”, expliquant :

J’ai réalisé avec le recul que je me détestais et que je n’étais pas fidèle à moi-même en tant qu’écrivain. Une grande partie de ce qui me passait par la tête, en particulier dans le livre sur les réfugiés, était : « Que diraient ces gens si j’étais trans ? Que feraient-ils ? » Je me sentais comme un menteur parce que je ne vivais pas authentiquement.

➽ Journalisme et activisme (mars-août 2022)

Ashton-Cirillo est arrivée en Ukraine via la Pologne le 4 mars 2022. Après avoir fait une transition depuis son séjour en Syrie, elle a d’abord hésité à entrer dans le pays en raison de ce qu’elle avait entendu sur les droits LGBT en Ukraine. Les autorités frontalières ukrainiennes lui ont fait retirer sa perruque après avoir examiné ses documents de voyage. Bien que son permis de conduire du Nevada reflète son changement de nom et son identité de genre en tant que femme, ce n’est pas le cas de son passeport américain et, par conséquent, elle a reçu une accréditation de presse qui la désigne principalement par son nom actuel, mais note également son ancien nom. Ashton-Cirillo a déclaré qu’elle comprenait les deux décisions ; concernant ce dernier, elle a déclaré au Washington Blade : « J’étais d’accord avec ça parce que je ne pouvais pas croire qu’ils m’avaient accrédité de toute façon, étant donné la situation telle qu’elle était. » Après être entrée dans le pays, elle est allée à Lviv, et de là, voulant se rapprocher des lignes de front, à Ivano-Frankivsk. Là, deux hommes l’ont invitée à venir à Kharkiv, affirmant que d’autres journalistes fuyaient la ville parce que c’était trop dangereux. À l’époque, elle ne disposait ni de casque de combat, ni de plastron, ni de plaque indiquant qu’elle était membre de la presse.

Ashton-Cirillo s’est installé à Kharkiv et a loué un appartement à North Saltivka, l’un des quartiers les plus lourdement bombardés de la ville. Cela différait de la pratique de la plupart des journalistes étrangers, qui effectuaient des voyages dans et hors de la région, certains séjournant dans l’appartement d’Ashton-Cirillo. Peu de temps après son arrivée à Kharkiv, Ashton-Cirillo a fait un reportage pour LGBTQ nation sur l’impact de la guerre sur les personnes LGBTQ, d’abord en tant que pigiste. Son travail comprenait des entretiens avec des hommes homosexuels combattant en Ukraine, des reportages sur les défis rencontrés par les Ukrainiens LGBTQ qui tentaient de quitter le pays après que les hommes en âge de combattre se soient vu interdire de partir, et une documentation sur les crimes de guerre russes contre les personnes LGBTQ. Elle a également rendu compte de la guerre sur Twitter et dans un livre en série intitulé Trans at the Front, publié sur Substack. Le 22 juin 2022, elle était l’invitée de Osman Iqbal, Arsenii Sokolov et Clare Williamson à l’émission Ukrainecast de la BBC pour discuter du recours à la castration par l’armée russe pour terroriser la population ukrainienne.

Au cours de cette même période, Ashton-Cirillo a développé des liens étroits avec l’armée et la police ukrainiennes, leur apportant parfois de la nourriture et livrant des armes aux points de contrôle. Après avoir signalé la détention du commentateur pro-russe Gonzalo Lira par les forces de sécurité ukrainiennes, le ministère russe des Affaires étrangères (MAE) l’a faussement accusée d’être alliée avec les nazis et de célébrer le meurtre présumé de Lira ; Lira a été libérée indemne le lendemain. La porte-parole du MAE, Maria Zakharova, a souligné qu’Ashton-Cirillo était transgenre et a fait référence aux « pédés libéraux et aux journalistes occidentaux « honnêtes » ». À la suite de cela, Ashton-Cirillo a commencé à travailler au Kharkiv Media Hub, qui fait partie du Media Center Ukraine, et a aidé la World Central Kitchen de José Andrés à opérer dans les zones reprises à la Russie. Après avoir visité la colonie ukrainienne russophone de Zolotchiv, dans l’oblast de Kharkiv (à 24 km de la frontière russe), pour rendre compte des efforts de secours, le maire de la colonie en a fait sa représentante officielle afin qu’elle puisse défendre ses intérêts auprès des groupes humanitaires.

Ashton-Cirillo a été victime d’un harcèlement important sur Twitter de la part de partisans de la Russie à la suite du message de Zakharova, notamment des menaces d’enlèvement, de torture et de mort. Elle a poursuivi en justice un commentateur conservateur américain pour diffamation après que celui-ci ait répété des théories du complot selon lesquelles elle aurait fait assassiner Lira ; son avocat a ensuite été sommé de réécrire la plainte car elle contenait « des déclarations à connotation politique et des attaques personnelles ». InfoWars, en dénaturant Ashton-Cirillo, l’a accusée de « fréquenter les membres du bataillon néo-nazi Azov », dans ce qu’Adam Zivo, qui avait déjà présenté Ashton-Cirillo pour Xtra Magazine, a décrit dans un article d’opinion paru dans le Washington Examiner comme « un article à charge … qui reprend les affirmations discréditées de la Russie ».

➽ Transition vers un rôle militaire (août-octobre 2022)

Forces armées de l’Ukraine

Ashton-Cirillo a commencé à réévaluer sa place dans le conflit au cours de l’été 2022 après avoir été témoin d’une frappe d’artillerie russe sur un bâtiment en face d’elle à Zolotchiv. Dans son article d’opinion sur Examiner, Zivo a déclaré qu’Ashton-Cirillo avait d’abord cherché à s’enrôler dans les Forces armées ukrainiennes (FAU) en juillet, mais avait retardé ses projets afin de soutenir d’autres journalistes étrangers lors de la contre-offensive ukrainienne de septembre. Elle est devenue employée civile du ministère ukrainien de la Défense en août, en plus de son rôle de représentante de Zolotchiv. Le même mois, elle a arrêté de travailler pour LGBTQ nation en raison de son conflit d’intérêts avec les Forces armées ukrainiennes. Son travail pour le gouvernement ukrainien comprenait la rédaction de documents politiques et d’analyses.

Ashton-Cirillo a été la première journaliste sur les lieux de la frappe russe sur Kiev le 10 octobre 2022, qui s’est produite à 700 pieds (210 m) de l’endroit où elle résidait. Ses images des conséquences, qui montraient un cadavre dans la rue, ont ensuite été largement partagées sur les réseaux sociaux, attisant la controverse. Elle a ensuite déclaré à Tatiana Vorozhko de Voice of America qu’elle ne s’attendait pas à une telle controverse, car les cadavres étaient devenus monnaie courante dans l’est de l’Ukraine.

➽ Carrière militaire (octobre 2022 – aujourd’hui)

Force de défense territoriale

Ashton-Cirillo était déjà prêt à s’enrôler dans les FAU au moment de la frappe de missile sur Kiev et a demandé à s’enrôler dans un poste de recrutement peu de temps après ; le 12 octobre 2022, elle a annoncé par tweet qu’elle était entrée dans les FAU en tant que médecin de combat principal. Elle a ensuite démissionné de son poste de correspondante chez LGBTQ nation. Elle a déclaré qu’« en tant que fille de la campagne du sud [américain] », elle « sait tirer » et qu’elle avait déjà suivi une formation en médecine. Son colonel a déterminé que son statut de transgenre n’était pas un problème et elle a réussi l’examen physique standard. Elle a terminé sa formation de médecin de combat le 27 octobre. Elle a d’abord été affectée au Bataillon Noman Çelebicihan. Selon Ashton-Cirillo et le journaliste Ayder Muzhdabaev (ce dernier écrivant sur un blog de l’Ukrainska Pravda), l’unité des Tatars de Crimée est dirigée par Lenur Islyamov.

Ashton-Cirillo ne parle pas ukrainien, mais communique avec ses camarades soldats en anglais, espagnol ou allemand, ou via Google Translate. Dans une interview accordée à la chaîne de télévision croate N1, deux semaines et demie après son engagement, elle a proclamé, comme elle l’avait déjà fait auparavant, que « l’Ukraine a déjà gagné » et a appelé au retour aux frontières de 1991. Elle a déclaré qu’elle avait reçu un AK-74 en plus de son équipement de médecin et qu’elle l’utiliserait pour supprimer les tirs ennemis. Elle a déclaré au Blade qu’elle avait gagné des éloges dans son unité après que les médias d’État russes aient diffusé des images d’elle tirant avec une mitrailleuse et promettant de reprendre la Crimée.

À la mi-décembre 2022, Ashton-Cirillo a rencontré des membres du Congrès des États-Unis, dont le sénateur Roger Wicker (R-Miss.), ainsi que des assistants de législateurs, des militants, des employés d’organisations non gouvernementales et des membres de la Commission sur la sécurité et la coopération en Europe. Invoquant son expérience d’analyste, elle a fait valoir au nom de l’Ukraine que la poursuite de l’aide militaire au pays aurait un retour sur investissement élevé. Elle a en outre invité les membres du gouvernement à venir en Ukraine et à voir les armes en action.

En février 2023, Ashton-Cirillo, alors avec le 209e bataillon de la 113e brigade de défense de Kharkiv, avance vers le front dans le Donbass. Le 22 février, elle est blessée au combat par des bombardements russes et ne peut être évacuée avant sept heures. Elle a perdu un peu de mobilité dans sa main droite et s’est retrouvée avec deux cicatrices sur le visage. Selon Ashton-Cirillo, son unité a infligé « d’énormes pertes » au cours de la bataille au cours de laquelle elle a été blessée. Dans une vidéo prise pendant qu’un autre soldat lui bandait la main, elle a déclaré : « Ils ne peuvent pas nous tuer. Ils ne peuvent pas nous faire de mal. La victoire est à nous. Ça n’a pas d’importance. Pourquoi ? Parce que nous sommes l’Ukraine ». Dans un tweet ultérieur, elle a déclaré qu’elle avait été hospitalisée. Après qu’Ashton-Cirillo ait été blessée, les forces russes l’ont mise à prix, comme elles l’ont fait avec d’autres soldats de haut niveau, ce qui a amené l’armée ukrainienne à cesser d’utiliser son surnom reconnaissable de Blonde.

Ashton-Cirillo, rétabli, est retourné à Washington, D.C., en mai, après avoir été promu sergente junior début avril. Elle a rencontré trois membres de la Chambre des représentants et collaborateurs de plusieurs autres, ainsi que José Andrés, avec qui elle a travaillé à Kharkiv dans le cadre de la World Central Kitchen. En juin, Ashton-Cirillo a été chargée de travailler sur les médias anglophones pour les Forces de défense territoriales (FDT) de l’armée, et en août, elle a été nommée l’une des porte-parole anglophones des FDT (Тероборона). La vice-ministre ukrainienne de la Défense, Hanna Maliar, a cité la portée d’Ashton-Cirillo sur Twitter, qui a atteint 28,3 millions d’utilisateurs sur une période d’un mois, et a salué son travail de « démystification des contrefaçons et de la propagande russes ». [Kyiv Post]


Catherine M
5

« Cher Monsieur. Vos articles sont criants de vérité… Étayés et sourcés. Merci d'exister ! Vous êtes un des rares journalistes d'investigation encore libre ! J'espère que les peuples vont se réveiller pour refuser cet avenir monstrueux pour nos enfants. »

😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.