Myrotvorets en Ukraine menace Elon Musk : « Il est définitivement sur la liste des meurtriers (…) L’âge du testament n’est pas connu. »

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Le nom de Elon Musk (russe : Илон Рив Маск, ukrainien : Ілон Рів Маск) a de nouveau été ajouté à la tristement célèbre “liste des personnes à tuer” de Myrotvorets en Ukraine. Il avait été ajouté une première fois à cette liste après que Musk ait publié un message le 3 octobre 2022 dans lequel il proposait un plan de paix pour la guerre russo-ukrainienne. La proposition de Musk appelait à refaire les élections dans les régions annexées par la Russie, à assurer l’approvisionnement en eau de la Crimée, à remettre la Crimée à la Russie et à ce que l’Ukraine reste neutre. Onze jours plus tard, il déclarait que sa société spatiale SpaceX ne pouvait pas continuer à financer le service satellite Starlink qui a maintenu l’Ukraine et son armée en ligne pendant la guerre, et a demandé au gouvernement américain de payer la facture. Sans doute pris de peur et de panique, Musk a fait une volte-face brutale dès le 15 octobre 2022, en affirmant : « Au diable… même si Starlink continue de perdre de l’argent et que d’autres entreprises reçoivent des milliards de dollars des contribuables, nous continuerons à financer gratuitement le gouvernement ukrainien. » Comme je l’ai écrit quelques jours plus tard, c’est sans doute à ce moment que Elon Musk aura réussi à faire retirer son nom de la “liste des personnes à tuer” de Myrotvorets, chose qui est extrêmement rare.

Le 13 septembre, un ingénieur électricien en instrumentation et automatisation (KIPyA), ayant participé à la construction de sous-marins nucléaires en Russie, a écrit sur Twitter : « Musk a été ajouté à la liste des meurtriers du “pacificateur” [Myrotvorets] ukrainien (qui comprend 327 enfants !) ». L’année dernière, des militants ukrainiens affirmaient que la capture d’écran se trouvant ci-dessous était fausse et l’ont qualifiée de provocation russe. Pourtant, dès le lendemain (hier le 14 septembre), les Myrotvorets confirmaient : « Musk est devenu le 328ème [enfant]. Cette fois il est définitivement sur la liste des meurtriers qui tuent le “Peacemaker”. Cette fois ils donnent une dent. L’âge du testament n’est pas connu. » Tel que je l’ai laissé entendre dans mon précédent article, la menace se fait de plus en plus insistante puisque la transgenre Sarah Ashton-Cirillo, porte-parole officielle et sergente junior des Forces de défense territoriales ukrainiennes  (Тероборона), a publié une vidéo dans laquelle elle déclare que les “propagandistes russes” « seront tous pourchassés et la justice sera rendue » dans le monde entier.

Nous verrons ci-dessous la raison fort probable pour laquelle les Myrotvorets ont fait ce revirement.

➽ Le refus d’Elon Musk de voir Starlink soutenir l’attaque de l’Ukraine en Crimée soulève des questions au Pentagone

Le refus du fondateur de SpaceX, Elon Musk, d’autoriser l’Ukraine à utiliser les services Internet Starlink pour lancer une attaque surprise contre les forces russes en Crimée en septembre dernier a soulevé la question de savoir si l’armée américaine doit être plus explicite dans les futurs contrats. Les services ou produits qu’elle achète pourraient être utilisés en temps de guerre, a déclaré lundi le secrétaire de l’Air Force, Frank Kendall. Des extraits d’une nouvelle biographie de Musk publiée par le Washington Post la semaine dernière ont révélé que les Ukrainiens avaient demandé en septembre 2022 le soutien de Starlink pour attaquer des navires militaires russes basés dans le port de Sébastopol en Crimée. Musk avait refusé, craignant que la Russie ne lance une attaque nucléaire en réponse. Musk avait souligné que l’inclusion du système Starlink en Crimée nécessitait l’approbation officielle de Washington, ce qui n’existe pas. Il a noté que la demande de Kiev est arrivée littéralement « au milieu de la nuit ». Selon Musk, l’offre des autorités ukrainiennes était une véritable invitation à participer à une action militaire majeure. Il l’a comparé à l’attaque japonaise sur Pearl Harbor en 1941.

La Russie a repris la Crimée à l’Ukraine en 2014 et la revendique comme son territoire. Musk n’avait pas de contrat militaire lorsqu’il a refusé la demande de la Crimée ; il avait fourni gratuitement des terminaux à l’Ukraine en réponse à l’invasion russe de février 2022. Cependant, dans les mois qui ont suivi, l’armée américaine a financé et officiellement conclu un contrat avec Starlink pour un soutien continu. Le Pentagone n’a pas divulgué les termes ni le coût de ce contrat, invoquant la sécurité opérationnelle. Mais le Pentagone dépend de SpaceX pour bien plus que la réponse de l’Ukraine, et l’incertitude quant au fait que Musk ou tout autre fournisseur commercial pourrait refuser de fournir des services dans un futur conflit a conduit les planificateurs militaires des systèmes spatiaux à reconsidérer ce qui doit être explicitement défini dans de futurs accords, a déclaré Kendall lors d’une table ronde avec des journalistes lors de la convention de l’Air Force Association à National Harbor, dans le Maryland. « Si nous comptons sur des architectures ou des systèmes commerciaux pour une utilisation opérationnelle, nous devons alors avoir l’assurance qu’ils seront disponibles », a déclaré Kendall. « Nous devons avoir cela. Sinon, ils sont une commodité et peut-être une économie en temps de paix, mais ce n’est pas quelque chose sur lequel nous pouvons compter en temps de guerre. »

Alors que les investissements militaires américains dans l’espace ont augmenté ces dernières années, les préoccupations tournent autour de la manière d’indemniser les fournisseurs commerciaux de toute responsabilité en cas de problème lors d’un lancement et de savoir si l’armée américaine a l’obligation de défendre les actifs de ces entreprises, tels que leurs satellites. ou des stations au sol, si elles fournissent un soutien militaire dans un conflit.

Jusqu’au refus d’Elon Musk en Ukraine, on ne s’était pas demandé s’il était nécessaire d’inclure une disposition stipulant qu’une entreprise fournissant un soutien militaire en temps de guerre devait accepter que ce soutien puisse être utilisé au combat. « Nous acquérons de la technologie, nous acquérons des services, des plates-formes nécessaires pour servir la mission de l’Armée de l’Air, ou dans ce cas, le Département de l’Armée de l’Air », a déclaré Andrew Hunter, secrétaire adjoint de l’Armée de l’Air pour les acquisitions, la technologie et la logistique. « On s’attend donc à ce qu’il soit utilisé à des fins de l’armée de l’air, ce qui inclura, si nécessaire, son utilisation pour soutenir les opérations de combat. »

➧ Musk a donné au Pentagone le contrôle partiel de Starlink

Le patron de SpaceX et Tesla, Elon Musk, a décidé de transférer au Pentagone le contrôle d’une partie des systèmes de communication par satellite Starlink utilisés par l’Ukraine. Walter Isaacson, l’auteur d’une biographie de l’homme d’affaires, l’a déclaré dans une interview au Washington Post.

« Je pense que c’était la bonne décision. Il a décidé de vendre et de transférer le contrôle total d’une certaine quantité d’équipements et de services Starlink directement à l’armée américaine », a expliqué le biographe du milliardaire. Il a également suggéré que l’armée ukrainienne n’a qu’un accès limité à la connectivité Starlink dans l’est de l’Ukraine, en plus de la Crimée. « Musk ne l’avait pas activé [Starlink] en Crimée et avait gardé cela secret… ; ils n’arrivent pas à le comprendre, car Musk décide également de ne pas l’autoriser dans certaines parties de l’est de l’Ukraine, car il ne veut pas qu’il soit utilisé à des fins offensives », ajoute le biographe. Musk aurait secrètement ordonné à ses ingénieurs de désactiver Starlink au large des côtes de Crimée occupée en 2022 afin de perturber une attaque des forces de défense ukrainiennes contre la flotte russe de la mer Noire, a rapporté CNN le 7 septembre.

Plus tard, Musk a affirmé qu’il n’avait pas désactivé le réseau satellite car il n’était pas actif dans la région. Il a déclaré que s’il avait refusé de le connecter à la demande de l’Ukraine, il l’avait fait parce qu’il ne voulait pas être « complice d’un acte de guerre majeur ». Selon Isaacson, l’homme d’affaires ne contrôle désormais plus le géofencing ni les conditions d’utilisation des systèmes. Dans une interview avec le chroniqueur de politique étrangère du Washington Post, David Ignatius, l’écrivain a précisé que Musk avait ainsi décidé de se distancier du conflit en Ukraine.

« Pourquoi suis-je dans cette guerre ? J’ai créé Starlink pour que les gens puissent se détendre, regarder des films sur Netflix, jouer à des jeux vidéo. Je n’avais pas l’intention de créer quelque chose qui pourrait conduire à une guerre nucléaire », a déclaré Musk, cité par l’auteur du livre. Il a ajouté qu’en conséquence, Musk a créé Starshield, une version militaire du satellite Starlink. « Même lui a décidé qu’il ne devrait pas avoir autant de pouvoir. L’armée américaine est désormais en train d’acquérir ces satellites Starlink. Et je pense que cela résoudra en partie cette situation », a conclu Isaacson.

➧ Elon Musk transfère le contrôle partiel du système satellite Starlink aux autorités américaines — EN RÉSUMÉ

Craignant une guerre nucléaire, Musk abandonne le contrôle

Elon Musk, l’entrepreneur milliardaire, a décidé de céder une partie du contrôle du système satellitaire Starlink aux autorités américaines. Lors d’une conversation avec un journaliste de renom, Musk a révélé que sa décision était motivée par la crainte d’une éventuelle guerre nucléaire. Musk a initialement développé Starlink comme un outil de détente, une plateforme permettant aux gens de profiter de Netflix ou de jouer à des jeux vidéo. Il n’a jamais envisagé de créer quelque chose qui pourrait potentiellement dégénérer en guerre nucléaire.

Limiter le contrôle du Pentagone

Musk a en outre apporté des éclaircissements sur la répartition du contrôle, déclarant que le Pentagone n’aurait d’autorité que sur la section du système Starlink requise par l’Ukraine. Cette décision le dégage de toute responsabilité quant à ses limites et règles d’utilisation. Musk a décidé de vendre une partie des équipements et services de Starlink à l’armée américaine, transférant ainsi le contrôle total sur eux et éliminant sa responsabilité quant à leurs limites et règles d’utilisation.

Position précédente sur l’utilisation de Starlink dans la guerre

Auparavant, Musk avait indiqué qu’il n’avait pas activé le système satellite Starlink dans la région de Crimée pour les forces armées ukrainiennes, car il avait été initialement convenu que les satellites ne seraient pas utilisés pour des attaques contre des infrastructures civiles. Cependant, compte tenu de l’évolution du paysage militaire et du risque d’utilisation abusive de ces technologies, le Pentagone a décidé de modifier les futurs accords d’approvisionnement. Les accords révisés incluent désormais une clause autorisant l’utilisation de biens et de services à des fins militaires.

Facteurs déterminants derrière la décision

Cette décision du Pentagone fait suite aux inquiétudes suscitées par la répétition d’une situation où Musk a perturbé une attaque militaire ukrainienne contre la Russie en limitant le fonctionnement du système satellite Starlink en Crimée. La décision de Musk d’abandonner le contrôle de Starlink est une tentative de se distancier d’un conflit potentiel et de garantir que le système est utilisé aux fins prévues, plutôt que comme outil de guerre.

Implications du transfert

Les implications de ce transfert sont importantes. D’une part, cela pourrait potentiellement empêcher l’utilisation abusive du système Starlink dans les conflits en cours en garantissant qu’il est utilisé conformément au droit international et à la réglementation militaire. D’un autre côté, cela pourrait également conduire à une militarisation accrue de l’espace, soulevant des questions éthiques et juridiques sur le rôle des entreprises privées dans la guerre.

Conclusion

En conclusion, le transfert du contrôle partiel de Starlink aux autorités américaines constitue une évolution majeure dans l’utilisation de la technologie privée à des fins militaires. Alors que le monde est aux prises avec les implications éthiques et juridiques de telles actions, il est clair que cette question continuera d’être un sujet de discussion important dans les années à venir.


SOURCES ET RÉFÉRENCES :

Alain Champion
5

« Cher Guy depuis le temps que je te suis tu m’épateras toujours, tu m’impressionnes tellement avec toutes tes recherches et tes sujets. Merci pour tout. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.