Le livre de Gary Allen, “The Rockefeller File”, fut préfacé par le représentant des États-Unis Larry McDonald, assassiné après avoir exposé le NOM

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Le 31 août dernier, je vous ai parlé du livre intitulé “None Dare Call It Conspiracy” (Personne n’ose appeler cela une conspiration) du journaliste et écrivain Gary Allen, dont j’ai récemment fait l’acquisition. Or je viens tout juste de recevoir l’édition originale d’un autre ouvrage très important du même auteur. Il s’agit du livre intitulé “The Rockefeller File” (Le dossier Rockefeller) qui fut publié une première fois en 1971 par la maison d’édition californienne “’76 Press“. Le livre a été préfacé par Larry McDonald (1er avril 1935 – 1er septembre 1983). Celui-ci était un homme politique et membre de la Chambre des représentants des États-Unis, représentant le 7e district du Congrès de Géorgie en tant que démocrate, de 1975 jusqu’à ce qu’il soit tué dans l’abattage russe du vol 007 de Korean Airlines au-dessus des eaux internationales trois mois après avoir dénoncé la conspiration de l’élite pour un gouvernement mondial unique lors de l’émission Crossfire de mai 1983, aux côté des animateurs Tom Braden et Pat Buchanan. Il avait aussi exposé dans cette émission les liens étroits entre le CFR, l’ONU et la CIA, ainsi qu’avec la Russie soviétique.

En tant que famille royale de la finance américaine, les Rockefeller sont les supercapitalistes de ce pays. Le premier, John D. Rockefeller, détestait la concurrence et le système de libre entreprise. C’était un monopoleur impitoyable qui achetait son influence politique pour protéger son empire économique. Ses descendants ont répandu sa tactique dans le monde entier. Gary Allen, auteur du best-seller international None Dare Call It Conspiracy, révèle dans ce livre l’histoire vraie et choquante de la famille la plus riche et la plus puissante d’Amérique. S’il y a une dynastie qui veut gouverner le monde, c’est bien celle des Rockefeller. Et s’il y a un livre sur cette famille dangereusement ambitieuse que vous devez lire, c’est bien “The Rockefeller File“. Un utilisateur de Goodreads écrit : « Gary Allen est un historien révisionniste qui propose une perception alternative de l’histoire du monde. Si vous aimez lire Noam Chomsky et/ou Howard Zinn, vous serez à l’aise avec l’écriture de Gary Allen. »

The Rockefeller File
The Rockefeller File
Entrevue avec Gary Allen (1936-1986)
Loading
/

La préface de Larry McDonald :

Cher lecteur:

Les super riches américains jouissent d’un pouvoir et de prérogatives inimaginables pour la plupart d’entre nous. Qui peut concevoir de posséder un empire privé comprenant 100 maisons, 2 500 serviteurs, des milliers de produits de luxe et des millions de dollars ?

L’Amérique possède une famille royale de la finance qui connaît de telles richesses depuis des générations. Il s’agit bien sûr des Rockefeller. Mais si les Rockefeller étaient satisfaits de leur richesse, si leur richesse avait satisfait leurs désirs, ce livre n’aurait pas été écrit. Et je ne vous inciterais pas à le lire.

L’argent à lui seul ne suffit pas à étancher la soif et les convoitises des super-riches. Au lieu de cela, beaucoup d’entre eux utilisent leur immense richesse et l’influence que ces richesses leur confèrent pour obtenir encore plus de pouvoir. Une puissance d’une ampleur jamais imaginée par les tyrans et les despotes des âges antérieurs. La puissance à l’échelle mondiale. Le pouvoir sur les gens, pas seulement sur les produits.

Le dossier Rockefeller n’est pas une fiction. Il s’agit d’une présentation compacte, puissante et effrayante de ce qui pourrait être l’histoire la plus importante de notre vie, la volonté des Rockefeller et de leurs alliés de créer un gouvernement mondial unique, combinant le supercapitalisme et le communisme sous la même tente, tous sous leur contrôle.

Depuis plus de cent ans, depuis l’époque où John D. Rockefeller Sr. utilisait toutes les stratégies sournoises qu’il pouvait imaginer pour créer un gigantesque monopole pétrolier, suffisamment de livres ont été écrits sur les Rockefeller pour remplir une bibliothèque. J’en ai lu beaucoup. Et à ma connaissance, personne n’a osé révéler la partie la plus vitale de l’histoire des Rockefeller : que les Rockefeller et leurs alliés suivent attentivement, depuis au moins cinquante ans, un plan visant à utiliser leur puissance économique pour prendre le contrôle politique d’abord de l’Amérique, puis du reste du monde.

Est-ce que je parle de complot ? Oui je le fais. Je suis convaincu qu’il existe un tel complot, de portée internationale, vieux de plusieurs générations dans sa planification et incroyablement maléfique dans ses intentions. Vous découvrirez la vérité, souvent surprenante, parfois désagréable, toujours vitale, dans les pages qui suivent. Gary Allen a réalisé un travail magistral en combinant les centaines de faits épars et d’indices cachés du puzzle Rockefeller jusqu’à ce qu’un modèle indubitable émerge.

L’image qui sera révélée lorsque le dossier Rockefeller sera finalement ouvert pourrait vous choquer. Dans ce livre, vous apprendrez pourquoi les Rockefeller suivent les politiques qu’ils mènent, quels sont leurs objectifs et où ils ont l’intention d’emmener l’Amérique… et pourquoi il est essentiel de les arrêter.

Je vous invite à lire Le Dossier Rockefeller et à encourager vos amis à faire de même.


À propos de Gary Allen

Né le 2 août 1936 à Glendale et élevé à Long Beach en Californie, Frederick Gary Allen était un journaliste et écrivain conservateur américain. Durant sa carrière, il a promu l’idée selon laquelle les banques et la politique internationales contrôlent les décisions nationales, les retirant des mains des élus. En tant qu’étudiant, Allen s’est spécialisé en histoire à l’Université de Stanford à Palo Alto, en Californie, et a également étudié à la California State University à Long Beach.

Gary Allen était un membre éminent de la John Birch Society de Robert W. Welch, Jr., dont il était un porte-parole. Il a contribué à des magazines tels que le Conservative Digest et le magazine American Opinion à partir de 1964. Il a également rédigé le discours de George Wallace, l’ancien gouverneur de l’Alabama, lors de sa candidature présidentielle à l’élection présidentielle américaine de 1968 contre Richard M. Nixon et Hubert H. Humphrey. Il était conseiller du millionnaire conservateur texan Nelson Bunker Hunt.

En 1971, Allen a co-écrit un livre intitulé “None Dare Call It Conspiracy” avec Larry H. Abraham, dans lequel ils affirment que les systèmes politiques et économiques modernes de la plupart des pays développés sont le résultat d’une vaste conspiration de l’élite au pouvoir de l’establishment, pour laquelle ils utilisent également le terme Insiders (Initiés),

Associated Press. The New York Times, December 2, 1986, Section B, Page 6.

Selon les auteurs, ces Insiders utilisent des éléments du Manifeste communiste de Karl Marx pour faire avancer leur programme socialiste/communiste :

  • Établir un système d’impôt sur le revenu comme moyen d’extorquer de l’argent à l’homme ordinaire ;
  • Établir une banque centrale, nommée de manière trompeuse pour que les gens pensent qu’elle fait partie du gouvernement ;
  • Que cette banque soit détentrice de la dette nationale ;
  • Faire monter la dette nationale et les intérêts qui en découlent à des niveaux vertigineux à travers les guerres (ou toute sorte de dépenses déficitaires), à commencer par la Première Guerre mondiale.

Allen cite le Council on Foreign Relations qui a déclaré dans son étude n°7 de 1959 au nom du Sénat des États-Unis : « Les États-Unis doivent s’efforcer de construire un nouvel ordre international ». Il a écrit d’autres livres sur le Council on Foreign Relations et la Commission trilatérale, affirmant que le terme « Nouvel Ordre Mondial » était utilisé par une élite secrète travaillant à la destruction de la souveraineté nationale.

En février 1980, Allen a commencé une relation de travail avec l’assistant de recherche Sam Wells, dont les écrits d’Allen dépendraient jusqu’à sa mort. Wells a poursuivi son travail après la mort d’Allen, aidant sa veuve à publier son bulletin d’analyse politique et économique. Le dernier livre d’Allen, Say “No!” to the New World Order (Dis “Non!” au Nouvel Ordre Mondial), a été publié à titre posthume en janvier 1987.

Gary Allen est décédé le 29 novembre 1986 des suites d’une maladie du foie au Memorial Medical Center de Long Beach, en Californie, à l’âge de 50 ans. Nous lisons dans le Los Angeles Times : « Il a été le grand vulgarisateur de la cause conservatrice », a déclaré W. Scott Stanley, rédacteur en chef du Conservative Digest, basé à Washington. Stanley, qui a déclaré qu’Allen avait commencé et maîtrisé la technique de diffusion du message conservateur à travers la vente par correspondance de livres, de cassettes et de bandes de films, l’a qualifié de « pionnier dans l’assemblage du bon message avec le bon outil ». Il a laissé une épouse, Barbara Jean, et quatre enfants, dont Michael Allen, journaliste politique.

À propos de Larry McDonald

Né le 1er avril 1935 à Atlanta, Lawrence Patton McDonald est un homme politique américain, membre du Parti démocrate, de tendance conservatrice. Il est membre de la Chambre des représentants pour le 7e district de Géorgie de 1975 à sa mort. Cousin du général George Patton, il était connu pour son anticommunisme viscéral et était un grand admirateur de Joseph McCarthy. Il pensait que des cercles puissants — parmi lesquels le Parti socialiste des travailleurs — au sein des États-Unis voulaient créer un gouvernement mondial de tendance capitaliste monopoliste d’État, en d’autre terme « socialiste ». Il a souligné les liens étroits unissant le Council on Foreign Relations, l’ONU, la CIA et l’URSS. En 1983, il a affirmé que ces cercles de l’élite politico-économique des États-Unis ont soutenu le transfert de technologie de pointe à l’URSS5, rejoignant ainsi l’analyse d’Antony Cyril Sutton. Déjà alors, il disait « qu’il va y avoir un désastre pour la République américaine ».

Il était un partisan de l’école autrichienne et membre de l’Institut Ludwig von Mises. Il soutenait l’idéologie d’une politique monétaire restrictive à la fin des années 1970 pour sortir l’économie de la stagflation, et prônait le retour à l’étalon-or. McDonald qualifiait l’État-providence de « désastre » et a favorisé le contrôle par étapes des programmes de la Grande société de Johnson aux États pour qu’ils fonctionnent. Il a également contribué aux réductions de l’aide au développement, déclarant : « Selon moi, l’aide au développement est un domaine que vous pouvez non seulement réduire, mais où vous pouvez utiliser une tronçonneuse en termes de réductions ».

En 1981, McDonald a coparrainé une résolution « exprimant le sentiment du Congrès que les actes homosexuels et la catégorie d’individus qui préconisent une telle conduite ne recevront jamais une considération spéciale ou un statut protégé en vertu de la loi ». Il a préconisé l’utilisation du médicament non approuvé laétrile pour traiter les patients à un stade avancé du cancer malgré l’opinion médicale selon laquelle la promotion du laétrile pour traiter le cancer était un exemple canonique de charlatanisme. McDonald s’est également opposé à l’établissement de Martin Luther King Day, en affirmant que le FBI avait la preuve que Martin Luther King « était associé et manipulé par les communistes et les agents communistes secrets ».

En 1979, avec John Rees et le major général John K. Singlaub — membre fondateur de la CIA —, McDonald a fondé la Western Goals Foundation, une agence de renseignement intérieure privée active aux États-Unis. Selon The Spokesman-Review, il visait à « émousser la subversion, le terrorisme et le communisme » en comblant le vide « créé par la dissolution du Comité des activités non américaines de la Chambre et ce que [McDonald] considérait comme la paralysie du FBI dans les années 1970 ». McDonald est devenu le deuxième président de la John Birch Society en 1983, succédant à Robert Welch.

Son assassinat en 1983

McDonald a été invité en Corée du Sud pour assister à une célébration du 30e anniversaire du Traité de défense mutuelle entre les États-Unis et la Corée du Sud avec trois collègues membres du Congrès, le sénateur Jesse Helms de Caroline du Nord, le sénateur Steve Symms de l’Idaho et le représentant Carroll Hubbard du Kentucky. En raison du mauvais temps le dimanche 28 août 1983, le vol de McDonald’s en provenance d’Atlanta a été détourné vers Baltimore et lorsqu’il est finalement arrivé à l’aéroport JFK de New York, il avait raté sa correspondance avec la Corée du Sud de deux ou trois minutes.

McDonald aurait pu embarquer sur un vol Pan Am Boeing 747 à destination de Séoul, mais il a préféré les tarifs inférieurs de Korean Air Lines et a choisi d’attendre le prochain vol KAL deux jours plus tard. Simultanément, Hubbard et Helms prévoyaient de rencontrer McDonald pour discuter de la manière de rejoindre McDonald sur le vol KAL 007. Alors que les retards augmentaient, au lieu de rejoindre McDonald, Hubbard a abandonné à la dernière minute le voyage, a annulé ses réservations et a accepté une allocution dans le Kentucky. Helms a tenté de rejoindre McDonald mais a également été retardé.

McDonald occupait un siège côté couloir, 02B dans la section de première classe, lorsque le KAL 007 a décollé le 31 août à 0 h 24, heure locale, pour un voyage de 3 400 milles (5 500 km) jusqu’à Anchorage, en Alaska, pour une escale prévue sept heures plus tard. L’avion est resté au sol pendant une heure et demie pendant laquelle il a été ravitaillé, réapprovisionné, nettoyé et entretenu. Les passagers ont eu la possibilité de quitter l’avion, mais McDonald est resté dans l’avion, rattrapant son sommeil. Entre-temps, Helms avait réussi à arriver et avait invité McDonald à embarquer sur son vol, KAL 015, mais McDonald ne souhaitait pas être dérangé.

Avec un nouvel équipage, le KAL 007 a décollé à 4 heures du matin, heure locale, pour son vol régulier sans escale au-dessus du Pacifique jusqu’à l’aéroport international Kimpo de Séoul, un vol de près de 4 500 milles (7 200 km) qui prendrait environ huit heures. Le 1er septembre 1983, McDonald et le reste des passagers et de l’équipage du KAL 007 ont été tués lorsque des chasseurs soviétiques, sous le commandement du général Anatoly Kornukov, ont abattu le KAL 007 près de l’île Moneron après que l’avion soit entré dans l’espace aérien soviétique.

McDonald est devenu un martyr pour ses fans, qui pensaient qu’il avait été assassiné dans le cadre d’une conspiration communiste. Selon sa veuve, le président Reagan était réticent à prendre des mesures contre l’Union soviétique. Après la mort de McDonald’s, une élection spéciale a eu lieu pour pourvoir son siège à la Chambre. L’ancien gouverneur Lester Maddox a déclaré son intention de briguer le siège si la veuve de McDonald’s, Kathy McDonald, ne le faisait pas. Kathy McDonald a décidé de se présenter, mais a perdu contre George “Buddy” Darden.

À la suite de cet accident, le GPS sera autorisé pour tous les civils par décret du président Reagan à partir du 16 septembre 1983. Cet accident tragique permettra également de faire avancer la technologie mais retardera les négociations sur le désarmement décidé le 26 août 1983.

Des manifestants près de la Maison Blanche protestent contre l’abattage soviétique du Korean Air Lines 007 (2 septembre 1983). Les victimes de l’attaque comprenaient le représentant Larry McDonald.

Suzanne Goedike
5

« Merci pour tout ce beau travail que vous faites afin que nous soyons bien informés. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
962540cookie-checkLe livre de Gary Allen, “The Rockefeller File”, fut préfacé par le représentant des États-Unis Larry McDonald, assassiné après avoir exposé le NOM
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Daniel38

A chaque fois que je vois une photo du visage du Rockfeller des débuts (celui sur la photo en haut de l’article), j’ai vraiment l’impression de voir un tordu, un type dont l’esprit est agité par des forces obscures terribles, mais qu’il essaie de cacher (sans succès) en maintenant un masque (dans son comportement).

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
4
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x