Elon Musk affirme que les utilisateurs devront bientôt payer pour l’utilisation du système X afin de combattre les vastes armées de robots

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Elon Musk a annoncé avec désinvolture son intention de commencer à facturer des frais mensuels à tous ceux qui utilisent X, son nouveau nom pour Twitter. L’homme le plus riche du monde a révélé ce plan lundi soir lors d’une conversation en direct avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au cours de laquelle on lui a demandé comment il envisageait de gérer les grandes armées de robots qui amplifient les discours de haine. « La raison la plus importante pour laquelle nous envisageons d’imposer un petit paiement mensuel pour l’utilisation du système X est que c’est le seul moyen auquel je puisse penser pour combattre de vastes armées de robots », a répondu Musk avec désinvolture. Il a expliqué que l’ajout d’un abonnement pour accéder au site de réseau social rendrait difficile la création de comptes pour les robots, car ils devraient chacun enregistrer une nouvelle carte de crédit.

Netanyahu a entamé un voyage aux États-Unis en Californie pour parler avec Musk de l’antisémitisme sur X – tandis que Musk lui a demandé d’aborder sa refonte judiciaire en Israël. Les deux hommes ont également discuté de l’intelligence artificielle lors d’un événement en direct peu fréquenté. La visite très médiatisée de Netanyahu dans la région de la baie de San Francisco intervient à un moment où Musk est accusé de tolérer des messages antisémites sur sa plateforme de médias sociaux, tandis que Netanyahu est confronté à une opposition politique dans son pays et à l’étranger.

La conversation libre, qui comprenait des blagues des deux hommes, s’est rapidement tournée vers la liberté d’expression et l’antisémitisme, Netanyahu disant à Musk qu’il espérait que, dans les limites du premier amendement, il puisse trouver un moyen de faire reculer l’antisémitisme et d’autres formes de haine sur son réseau social et sa plateforme médiatique. « Je vous encourage et vous exhorte à trouver l’équilibre. C’est une question difficile », a déclaré Netanyahu. Musk a déclaré qu’avec 100 à 200 millions de publications sur X par jour, « certaines d’entre elles vont être mauvaises ». Il a réitéré la politique de la plateforme consistant à ne pas promouvoir ou amplifier les discours de haine. Sous Musk, l’ancien Twitter a modifié ses règles afin que les publications répréhensibles ne soient généralement pas supprimées, mais que leur visibilité soit limitée, de sorte que les gens doivent les rechercher s’ils veulent les voir. Musk appelle cela « la liberté d’expression, pas la liberté de portée ».

Musk n’a pas révélé combien d’utilisateurs mensuels de l’entreprise sont authentiques, par rapport aux robots. Il n’a pas non plus fait de comparaison concrète avec les mesures précédemment utilisées par Twitter. En mai 2022, avant le rachat de Musk, Twitter rapportait qu’il avait une « utilisation active quotidienne monétisable moyenne » de 229 millions de dollars.

Elon Musk n’a pas précisé combien d’argent il facturerait à chaque utilisateur, mais a déclaré qu’il s’agirait d’un « tarif inférieur » à celui que X facture à ses abonnés premium, soit environ 8 dollars par mois. « Nous voulons que ce soit juste une petite somme d’argent », a-t-il déclaré. « C’est une discussion plus longue, mais à mon avis, c’est la seule défense contre de vastes armées de robots, car à mesure que l’intelligence artificielle devient très, très bonne, elle est en fait capable de réussir ce genre de tests CAPTCHA mieux que les humains. »



Musk avait déjà lancé l’année dernière l’idée d’exiger des utilisateurs qu’ils paient un abonnement mensuel au milieu de vastes licenciements au sein de l’entreprise, selon un rapport de la newsletter technologique Platformer. Casey Newton a rapporté que le PDG de Tesla avait discuté de l’idée avec le capital-risqueur David Sacks en novembre, mais que l’idée avait été rejetée en faveur d’une première proposition de vérification à grande échelle. Mais l’entreprise continue de perdre de l’argent, Musk ayant annoncé plus tôt ce mois-ci que les revenus publicitaires de Twitter étaient en baisse de 60 %.

Il a imputé la perte de revenus aux contestations de la Ligue anti-diffamation (ADL) après que l’organisation à but non lucratif ait signalé une augmentation des discours de haine sur X suite au rétablissement des comptes interdits dans ce pays. Musk a tweeté que l’ADL « essayait de tuer cette plateforme en l’accusant faussement, ainsi que moi-même, d’être antisémites ». L’ADL faisait partie d’une coalition ou de groupes qui ont exhorté les entreprises l’année dernière à suspendre leur publicité sur Twitter après que Musk ait acheté la plateforme. Mais les analystes qui suivent Twitter ont fait valoir que les changements chaotiques apportés à la plateforme par Musk – y compris l’abandon de sa marque bien connue – ont conduit à une baisse d’intérêt de la part des annonceurs. Face aux réactions négatives suscitées par ce tweet, Musk a annoncé qu’il rencontrerait Netanyahu.

Avant cette rencontre, Musk a également accusé la fondation de George Soros de vouloir « détruire » la civilisation occidentale. Sur Twitter, Musk a dénigré à plusieurs reprises les personnes trans, les régulateurs fédéraux, les politiciens, les journalistes, les lanceurs d’alerte, les critiques de ses entreprises et les vendeurs à découvert. Malgré cette histoire, Musk a déclaré lundi à Netanyahu : « Je suis en quelque sorte contre l’attaque d’un groupe, vous savez. Peu importe de qui il s’agit. » Afin de devenir « une civilisation spatiale ». Il a ajouté : « Nous ne pouvons pas faire cela s’il y a beaucoup de luttes intestines et, vous savez, de haine et de négativité. »

« En gros, il dit : ‘Si je devais payer trop cher pour Twitter, vous le ferez aussi’ », a tweeté la journaliste Kara Swisher en apprenant la nouvelle. Il est très clair que l’annonce selon laquelle X pourrait être placé derrière un paywall a suscité la colère sur la plateforme, le journaliste David Leavitt tweetant que cette décision serait « la mort de cette application ». « La seule raison pour laquelle les réseaux sociaux sont populaires, c’est parce qu’ils sont gratuits et que vos amis y participent », a-t-il déclaré. « Tout le monde n’a pas les moyens de payer. » L’historien Alex von Tunzelmann a ajouté : « Même si vous acceptiez de payer des frais, je ne pense vraiment pas que ce serait une bonne idée de confier votre carte de crédit ou vos coordonnées bancaires à cette entreprise. »

Dans le système actuel du réseau social, les utilisateurs qui paient peuvent afficher un badge d’abonné bleu à côté de leur nom. Ceux qui paient voient leurs publications prioritaires dans les flux des autres utilisateurs. Ceux qui ne paient pas pour utiliser le réseau social sont relégués à des niveaux d’amplification inférieurs pour leurs publications, ou peuvent constater un engagement moindre sur la plateforme. Lundi, Musk a réitéré sa conviction que transformer les utilisateurs en abonnés payants rendrait le déploiement de robots sur la plateforme fastidieux et inabordable.

Twitter tente actuellement d’obtenir des licences pour devenir un émetteur d’argent aux États-Unis. Selon les archives publiques, elle a déjà obtenu l’autorisation de le faire dans huit États.

SOURCES ET RÉFÉRENCES :


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Diane Renaud
5

« Vous allez au fonds des choses M Boulianne, vous êtes vraiment une personne d’exception. Merci. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
963540cookie-checkElon Musk affirme que les utilisateurs devront bientôt payer pour l’utilisation du système X afin de combattre les vastes armées de robots
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
3
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x