Le Premier ministre Justin Trudeau a créé une bombe diplomatique : « l’ombre du Khalistani » sur les relations entre l’Inde et le Canada

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.
Pramod Joshi, journaliste et écrivain

PAR PRAMOD JOSHI (प्रमोद जोशी) — Juste avant le début de la session extraordinaire du Parlement indien, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a fait une bombe diplomatique en lançant une allégation majeure contre l’Inde, dont les échos continueront à se faire entendre pendant longtemps. Cette action du Canada affectera les relations de l’Inde avec l’ensemble du camp occidental. D’un autre côté, il est également possible qu’ils soient obligés non seulement de s’incliner devant les représailles de l’Inde, mais aussi de changer complètement de position à l’égard du Khalistan. Beaucoup dépend de la visite du ministre des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar en Amérique.

Bien que Trudeau ait également déclaré qu’une enquête était en cours dans cette affaire, en ordonnant à un diplomate indien de quitter le pays et en mettant fin aux négociations commerciales, il a clairement indiqué dans quelle mesure il était prêt à gâcher ces relations.

Quelles sont les preuves ?

Récemment, Trudeau a rencontré le premier ministre indien Narendra Modi lors du sommet du G20. Il affirme que nous avions soulevé la question du meurtre du dirigeant khalistanien Hardeep Singh Nijjar vivant au Canada et compte tenu des informations de renseignement dont nous disposions.

En réponse à cela, le porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, Arindam Bagchi, a déclaré qu’aucune information de renseignement n’avait été reçue du Canada. Ni avant ni après les allégations. Nous examinerons toute information spécifique, mais nous n’avons encore reçu aucune information.

La conseillère à la sécurité nationale du Canada, Jody Thomas, s’est rendue en Inde à deux reprises le mois dernier. Elle a également rencontré le conseiller indien à la sécurité, Ajit Doval, mais n’a pour l’instant fourni aucune preuve.

Renseignement électromagnétique

Selon les détails publiés jusqu’à présent dans les médias, le Canada dispose de certains renseignements d’origine électromagnétique, c’est-à-dire des informations recueillies sur la base de conversations menées au moyen d’appareils électroniques et de certains contacts personnels (renseignement humain).

Ces informations ont également été partagées avec les services de renseignement américains et les pays du « Five Eyes ». Tous ces pays ont exprimé leur inquiétude face à cette évolution et le conseiller américain en matière de défense, Jake Sullivan, a même déclaré que si les allégations dans cette affaire étaient prouvées, l’Inde ne bénéficierait pas d’une « immunité spéciale ».

Doubles standards

Du côté américain, on a également dit que l’Inde ne pouvait pas être traitée comme la Russie. D’un autre côté, le ministre indien des Affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, a déclaré que tout cela était également le reflet des deux poids, deux mesures de l’Occident. Au cours de cette période, les médias du monde entier ont fait état d’assassinats perpétrés par des pays occidentaux, depuis Oussama Ben Laden et Al Zawahiri jusqu’en Irak, en Afghanistan et en Iran.

D’après les déclarations américaines, il semble qu’ils disposent d’informations de renseignement à ce sujet. Le Canada est membre de la « Five Eyes Intelligence Alliance ». Outre le Canada, cela comprend la Grande-Bretagne, l’Amérique, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Réseau Khalistanais

La question est de savoir s’ils ne disposent pas d’informations sur les activités du Khalistani ? Quel est le réseau actif dans ces pays dont « Five Eyes » n’est pas au courant ? Il ne s’agit pas seulement du meurtre de Nijjar, mais aussi d’une affaire liée aux activités anti-indiennes en cours dans ces quatre pays.

Si la « Five Eyes Intelligence Alliance » effectue des renseignements sur les communications des diplomates indiens, alors ne mène-t-elle pas d’activités terroristes anti-indiennes ? De quel genre de pays amis s’agit-il ?

Effet années 70

Il est prouvé qu’après les années 1970, l’Amérique a soutenu le mouvement Khalistani, car après la guerre du Bangladesh, son ami le Pakistan a lancé le mouvement Khalistani. Les racines de ce mouvement ont été fondées sur des bases religieuses parmi les Indiens présents en Amérique, au Canada et au Royaume-Uni.

Depuis, les relations entre l’Inde et le Canada sont mauvaises. Après la visite de la première ministre Indira Gandhi au Canada en 1973, Narendra Modi s’y rend en 2015. Entre-temps, ce n’est qu’en 2010 que Manmohan Singh s’y est rendu pour assister au sommet du G20.

Narendra Modi a tenté d’améliorer les relations avec le Canada. En réponse à sa visite, Trudeau s’est rendu en Inde en 2018. Ce voyage a été entouré de controverses. Après cela, lorsque Trudeau a soutenu le mouvement paysan en cours en Inde en 2020, les relations se sont encore détériorées.

Charge extraordinaire

Il n’est pas anodin que le Premier ministre d’un pays, bien qu’il prétende être un pays ami, accuse ouvertement l’Inde de complot visant à assassiner et expulse le diplomate. Le plus important, c’est que le Canada n’a exprimé qu’une appréhension. Il n’a aucune preuve concluante.

Cette allégation est importante en soi. Cela montre quel est l’état des relations entre les deux pays. L’Inde avait récemment soulevé la question de la présence d’extrémistes sikhs au Canada auprès du gouvernement Trudeau.

Récemment, un tableau de l’assassinat d’Indira Gandhi y a été diffusé. Ces choses ne sont pas anodines et le gouvernement Trudeau ne donne aucune explication. Trois mois après le meurtre de Nijjar, les gens sont surpris par une telle avancée. Cette enquête a été complétée en trois mois et Trudeau a fait une déclaration au Parlement.

Partisans du Khalistan

Harjeet Singh Nijjar était un éminent dirigeant sikh du Canada et il parlait ouvertement du Khalistan. Le gouvernement indien considère Nijjar comme le chef des organisations terroristes et séparatistes. L’année dernière, une récompense de Rs 10 lakh a également été offerte à toute personne fournissant des informations conduisant à l’arrestation de Nijjar.

Entre 14 et 18 lakh d’origine indienne vivent au Canada. Il y a parmi eux plus de sept lakhs sikhs. Hormis le Pendjab, les Sikhs sont les plus nombreux au Canada. Récemment, lorsque Justin Trudeau est venu en Inde pour assister à la réunion du G20, il s’est entretenu avec le premier ministre Narendra Modi.

Après cette réunion, dans la déclaration publiée par le gouvernement indien, il a été déclaré que le Premier ministre Modi avait accusé le Canada de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour contrôler les activités anti-indiennes.

Les négociations commerciales sont au point mort

Dès le retour de Trudeau dans son pays, les relations avec l’Inde ont commencé à se détériorer. Le 15 septembre, le Canada a mis fin aux négociations sur un accord de libre-échange bilatéral avec l’Inde. L’Inde était le dixième partenaire commercial du Canada en 2022.

En 2022-2023, l’Inde a exporté des biens d’une valeur de 4,10 milliards de dollars vers le Canada. En 2021-22, ce chiffre était de 3,76 milliards de dollars. Alors que le Canada a exporté des biens d’une valeur de 4,05 milliards de dollars vers l’Inde en 2022-2023. En 2021-2022, ce chiffre était de 3,13 milliards de dollars.

Menace pour les hindous

Après l’annonce de Trudeau, une vidéo de Gurpatwant Pannun est devenue virale sur les réseaux sociaux, dans laquelle il menace les hindous vivant au Canada de se rendre en Inde. Après la diffusion de la vidéo, le gouvernement canadien a déclaré qu’il la critiquait vivement. L’organisation “Sikh pour la justice” de Pannun est interdite en Inde. En juillet 2020, la même personne a brûlé le drapeau indien au Canada et a envoyé les restes du drapeau brûlé au haut-commissariat indien à Ottawa.

Bien que le gouvernement du Canada prétende dans ses déclarations respecter la souveraineté et l’intégrité de l’Inde, il offre également une protection aux terroristes. Les criminels actifs au Canada font du trafic de drogue sous couvert de ce mouvement et sont également impliqués dans des actions anti-indiennes en collaboration avec l’organisation militaire pakistanaise ISI.

Cette tension dans les relations n’est pas venue soudainement. Le Canada offre depuis longtemps un refuge à ceux qui réclament le Khalistan. Même une organisation appelée “Sikh for Justice” (Sikh pour la justice), active à partir de là-bas, organise ouvertement un référendum sur le Khalistan.

Voter politique

Trudeau est victime d’une politique toxique de « banque de votes ». Le nombre d’électeurs sikhs est assez important dans 20 à 25 circonscriptions du Canada. Le gouvernement minoritaire de Trudeau repose sur le soutien du Nouveau Parti démocratique de Jagmeet « Jimmy » Dhaliwal. Dhaliwal est ouvertement partisan du Khalistan.

D’un côté, Trudeau ignore les activités anti-indiennes qui se déroulent dans son pays, mais de l’autre, il s’ingère également dans les affaires intérieures de l’Inde, comme il l’a fait en 2021 en commentant les trois lois agricoles indiennes. Dans le même temps, il a ignoré les récentes menaces de mort contre des diplomates indiens.

L’Arabie Saoudite réprimandée

En 2018, le Canada a critiqué l’arrestation d’un militant des droits de l’homme en Arabie saoudite et sa ministre des Affaires étrangères de l’époque, Chrystia Freeland, a envoyé un tweet condamnant le gouvernement saoudien. L’ambassade du Canada à Riyad a fait traduire ce tweet en arabe et l’a retweeté.

En réponse à cette action, le gouvernement saoudien a ordonné à l’ambassadeur du Canada de quitter le pays dans les 24 heures et a rappelé son envoyé canadien. De plus, tous les vols à destination du Canada ont été arrêtés.

Les entreprises ont été interrompues et tous les étudiants saoudiens étudiant au Canada ont été invités à rentrer immédiatement, aux frais du gouvernement. Parallèlement à cela, il a été demandé au gouvernement canadien de présenter des excuses inconditionnelles. Le gouvernement canadien a alors demandé l’aide des Émirats arabes unis, du Royaume-Uni et des États-Unis, mais personne ne s’est manifesté. Il a fallu cinq ans pour résoudre cette affaire. Cette question a été résolue en mai de cette année grâce à la médiation des États-Unis.

La Chine réprimandée

Le Canada s’en est également pris à la Chine. En 2018 même, Meng Wengzhou, fille du milliardaire chinois et propriétaire de la société Huawei Run Zhengfei, a été arrêtée sur la base d’un mandat d’arrêt américain. En réponse, la Chine a arrêté deux citoyens canadiens accusés d’espionnage. Ils n’ont été libérés que lorsque Meng a été libérée.

Le Canada a toujours salué les actions américaines en Irak et en Afghanistan, mais a ignoré l’Inde dans l’affaire des terroristes du Khalistan. Le premier ministre Justin Trudeau a formulé de lourdes allégations contre l’Inde sur la base d’un seul soupçon et a même expulsé un diplomate.

Le rôle de Trudeau

Depuis que Trudeau a remporté les élections en 2015, les relations entre l’Inde et le Canada ont atteint le niveau des années quatre-vingt. Les séparatistes sikhs avaient versé des rivières de sang au Pendjab dans les années 80, exigeant la création d’un pays séparé du nom de Khalistan.

Bien qu’il sache tout cela, Trudeau a assisté à un défilé de Khalsa, auquel de nombreux militants étaient également impliqués. Trudeau est tellement aimé des sikhs qu’il est aussi appelé en plaisantant Justin Singh. Trudeau parle vaguement des relations de son Parti libéral avec les Khalistanis.

Fondement des relations

Les relations personnelles entre Jawaharlal Nehru et le Premier ministre canadien Louis St. Laurent et plus tard Lester Peterson pendant la guerre froide ont jeté les bases d’une relation politique à long terme entre les deux pays. L’Inde est devenue le plus grand bénéficiaire du programme d’aide étrangère du Canada.

Dans le cadre du Plan Colombo, le Canada a fourni une aide considérable à l’Inde pour son programme nucléaire civil. Malgré cela, le Canada, en tant que membre fondateur de l’OTAN, et l’Inde, associée au Mouvement des pays non alignés, étaient en conflit. Ce conflit s’est exprimé pour la première fois lorsqu’en 1948 le Canada a soutenu un référendum dans l’État indien du Jammu-et-Cachemire.

Lorsque l’Inde a procédé à des essais nucléaires en 1974, les responsables de la politique étrangère du Canada se sont mis en colère. L’Inde a de nouveau procédé à une explosion nucléaire à Pokhran en 1998. Pour cette raison, les relations entre l’Inde et le Canada se sont encore détériorées.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Bryand Morency
5

« Merci pour votre incessant partage de lumière Mr. Boulianne! »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.