Hardeep Singh Nijjar était un agent canadien, le fils du terroriste Khalistani a révélé le secret et a dénoncé le Premier ministre Justin Trudeau

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Le 18 juin 2023, Hardeep Singh Nijjar, 45 ans, a été tué devant un gurudwara à Surrey, en Colombie-Britannique. L’Inde avait déclaré celui-ci terroriste en 2020. Après avoir accusé sans preuve l’Inde d’avoir fait assassiner Nijjar, le Premier ministre canadien Justin Trudeau se retrouve désormais face-à-face à la classe mondiale. Même l’opposition et les médias canadiens le critiquent ouvertement. Le fils de Nijjar, Balraj Singh Nijjar, a lui-même dénoncé Justin Trudeau dans les médias canadiens. Selon lui, son père bénéficiait de la protection du gouvernement canadien. A part cela, il a fait de nombreuses révélations. Il a révélé que le terroriste khalistanais avait l’habitude de rencontrer des responsables des agences de renseignement une à deux fois par semaine. Selon les informations disponibles, Hardeep Singh Nijjar était arrivé au Canada avec un faux passeport. Même après cela, il a obtenu la citoyenneté canadienne. Le 20 septembre, le ministre canadien Mark Miller a publié une clarification concernant l’obtention de la citoyenneté par Nijjar en 2015. Mark Miller a déclaré dans un tweet que la date d’octroi de la citoyenneté avait été donnée par erreur comme étant 2015, alors que Nijjar avait en fait obtenu la citoyenneté en 2007.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, tout en qualifiant le terroriste khalistanais Hardeep Singh Nijjar, tué en juin 2023, de citoyen canadien, avait qualifié le meurtre d’ingérence de l’Inde dans les affaires intérieures du Canada, mais il n’a encore fourni aucune preuve. Le gouvernement Trudeau a également expulsé un diplomate indien. À cause de cet épisode, les relations diplomatiques entre l’Inde et le Canada se sont détériorées. Ce qu’il faut noter, c’est que Trudeau a suspendu les relations entre l’Inde et le Canada à propos d’un terroriste du Khalistan, dont l’Inde réclamait depuis longtemps l’extradition. Aujourd’hui, le fils de Nijjar a déclaré que son père avait l’habitude de rencontrer des responsables des agences de renseignement canadiennes deux à trois fois par semaine.

Justin Trudeau a été dénoncé par le premier ministre de la Colombie-Britannique pour ses allégations. Le 22 septembre, David Eby a informé les médias que le « briefing des renseignements » qu’il avait reçu était basé sur du matériel Internet open source. « Les seuls briefings que je peux recevoir du SCRS sont des briefings d’informations ouvertes ou des briefings open source, c’est-à-dire des informations accessibles au public lors d’une recherche sur Internet – ce que j’ai trouvé frustrant », a déclaré David Eby. Il a ajouté que Trudeau l’avait contacté avant de parler de la question au Parlement. « J’ai exprimé ma frustration lors de la rencontre avec le directeur du SCRS quant à notre incapacité à obtenir des informations plus concrètes », a souligné le premier ministre de la Colombie-Britannique.

Il a également demandé des réformes auprès de l’Agence canadienne de renseignement afin qu’elle puisse partager davantage d’informations avec les dirigeants provinciaux et pas seulement du matériel open source et facilement disponible sur Internet. « Si c’est ce qui est nécessaire, faisons en sorte que cela se réalise, car la seule façon pour nous de faire avancer ce dossier est que le gouvernement fédéral fasse confiance aux informations du gouvernement provincial et soit en mesure d’agir en conséquence dans nos communautés locales », a ajouté Eby.

Le gouvernement Trudeau accordait une protection

Balraj Nijjar a également admis que son père avait également parlé à des agents du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) un jour ou deux avant son assassinat en juin. Il a déclaré que Nijjar avait commencé à rencontrer des agents du SCRS en février et que ces réunions étaient devenues de plus en plus fréquentes au cours des trois ou quatre mois suivants. Le fils du terroriste a également déclaré que son père avait aussi rencontré les policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) l’année dernière et que la police canadienne avait averti Nijjar que sa vie était en danger. Le travail des agences de sécurité canadiennes avec le terroriste Khalistanais Nijjar prouve que le gouvernement Trudeau servait le terroriste en accordant sa protection à Nijjar.

Citoyenneté après un avis de coin rouge

Même si le ministre canadien Mark Miller donne désormais des précisions sur la citoyenneté de Hardeep Singh Nijjar. Le Canada a accordé la citoyenneté au terroriste du Khalistan en 2015. Alors que la Notice de coin rouge d’Interpol a été émise contre lui en 2014 même. Malgré cela, le Canada a accordé la citoyenneté à Nijjar.

Nijjar travaillait comme plombier

Hardeep Singh Nijjar, chef de la Khalistan Tiger Force, a été assassiné au Canada le 18 juin 2023. Nijjar a été attaqué par deux assaillants non identifiés près d’un Gurudwara à Surrey, en Colombie-Britannique. Nijjar était à l’origine un résident du village de Bharsingh Pur au Pendjab. Après avoir quitté le Pendjab pour le Canada en 1997, Nijjar a d’abord travaillé comme plombier. Après quelques jours, il entre en contact avec l’organisation terroriste du Khalistan et fait une percée parmi les dirigeants du Khalistan.

La main du Pakistan derrière le meurtre, l’ISI a conspiré

La tension persiste entre l’Inde et le Canada à la suite du meurtre du terroriste khalistanais Nijjar. Au milieu des relations tendues entre les deux pays, de nouvelles informations sont apparues selon lesquelles l’agence de renseignement pakistanaise ISI avait conspiré pour assassiner Nijjar afin de ternir l’image de l’Inde. Selon les médias canadiens, deux agents de l’ISI, Rahat Rao et Tariq Kiyani, ont commis ce meurtre. Des équipes de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont perquisitionné les bureaux de Rahat Rao à Surrey et l’ont interrogé pendant deux heures en lien avec le meurtre de l’extrémiste du Khalistani Hardeep Singh Nijjar, ont indiqué des sources à News18. Des sources ont ajouté que Rao avait été invité à supprimer toutes les publications de ses pages de médias sociaux devant le personnel de la GRC. « La GRC n’a pas divulgué publiquement la raison de sa visite, mais elle était peut-être liée au fait qu’elle était au courant du meurtre de Nijjar », a déclaré une source.

Nijjar a été assassiné afin que l’ensemble du commerce de la drogue puisse passer sous le contrôle de Rao et Kiyani. La raison derrière cela est apparue : Nijjar devenait puissant avec le temps. Il gagnait en popularité dans la communauté canadienne locale. Selon certaines informations, il existerait un trio composé de Rao, Kiani et du fondateur de l’organisation “Sikh for Justice”, Gurpantwat Singh Pannu. Ils voulaient s’emparer complètement du commerce de la drogue et des armes.


➽ Gurpatwant Singh Pannu, en collaboration avec l’ISI pakistanais, a-t-il fait tuer Hardeep Singh Nijjar au Canada ?

Balraj Singh Nijjar, fils du terroriste khalistanais

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que des agents indiens pourraient avoir contribué au meurtre du terroriste khalistanais Hardeep Singh Nijjar. Le Canada, qui cible l’Inde, semble également être attaqué. Le 29 septembre, le Bangladesh a affirmé que « les tueurs s’amusent au Canada ». Plus tôt, le Sri Lanka avait aussi déclaré que le Canada nourrissait les terroristes. Lors d’une interview, le ministre des Affaires étrangères du Bangladesh, AK Abdul Momen, a fait une déclaration importante. « Tous les meurtriers ne devraient pas avoir leur place au Canada », a-t-il déclaré. Les tueurs partent au Canada, obtiennent l’asile et vivent une vie amusante, alors que les familles des personnes assassinées souffrent. En fait, Momen a soulevé des questions sur la politique d’extradition du Canada.

Momen a soulevé de nombreuses questions sur le Canada concernant Noor Chaudhary, le meurtrier de Sheikh Mujibur Rahman. « Ses meurtriers mènent une belle vie au Canada », a-t-il déclaré. « Il est passé par là et nous demandons au gouvernement canadien de renvoyer le meurtrier de notre Père de la Nation Bagabandhu. Malheureusement, le Canada ne nous écoute pas et invoque de nombreuses excuses. » Il a déclaré : « Maintenant qu’il vit au Canada depuis longtemps, il s’est également adressé au tribunal canadien pour connaître la situation actuelle. Nous voulons savoir s’il est citoyen canadien ou non. » Il a déclaré que le tribunal avait statué que le gouvernement canadien n’avait aucune raison de ne pas divulguer le statut, mais que jusqu’à présent, le gouvernement canadien ne disait rien.

Concernant les tensions entre l’Inde et le Canada, il a déclaré : « Nous entretenons de bonnes relations avec l’Inde et de bonnes relations avec le Canada. Les deux pays sont amis. Je ne suis pas au courant de la question entre l’Inde et le Canada, mais je suis conscient des problèmes que nous avons avec le Canada. »

Le Sri Lanka a également soulevé des questions importantes. Le ministre sri-lankais des Affaires étrangères, Ali Sabry, a réagi aux tensions persistantes entre l’Inde et le Canada. Il a déclaré : « Certains terroristes ont trouvé refuge au Canada. C’est ce qu’un premier ministre canadien a à dire au sujet de certaines allégations scandaleuses sans aucune preuve. Il a fait la même chose pour le Sri Lanka, affirmant qu’il y avait eu un génocide au Sri Lanka, ce qui était un mensonge terrible et flagrant. Tout le monde sait qu’aucun génocide n’a eu lieu dans notre pays. »

Sur la photo ci-dessus, l’agent présumé de la Direction pour le renseignement inter-services ou Inter-Services Intelligence (ISI), Rahat Rao, est vu avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

➠ Meurtre planifié avec Pannu pour contrôler le commerce de la drogue

Au milieu des tensions dans les relations entre le Canada et l’Inde, il apparaît que l’agence de renseignement pakistanaise ISI avait conspiré pour assassiner le terroriste Hardeep Singh Nijjar dans le but de ternir l’image de l’Inde. CNN-News18, a rapporté que la police canadienne avait récemment interrogé l’agent présumé de la Direction pour le renseignement inter-services (ISI) dans ses bureaux, en lien avec cette affaire. L’ISI est la plus puissante des trois branches des services de renseignements du Pakistan, principalement orientée vers les opérations extérieures. Selon le reportage, la police a interrogé l’agent de l’ISI, Rahat Rao, pendant environ deux heures. Au cours de cette séance, il lui a également été demandé de supprimer toutes les publications de son compte sur les réseaux sociaux devant les policiers.

Il a été indiqué dans le reportage que Rahat Rao et Tariq Kiriyani sont des agents de l’ISI au Canada, qui travaillent comme espions pour le Pakistan. Ils s’occupent également des terroristes qui arrivent de l’Inde et dont les noms figurent sur la liste des personnes recherchées. Les sources de News18 ont également déclaré qu’il pourrait y avoir des raisons commerciales derrière la mort de Hardeep Nijjar. Les autorités indiennes craignent que le terroriste du Khalistan Gurupatwant Singh Pannu, l’agent de l’ISI Rao et Tariq Kiryani aient tendu ensemble ce piège. Le motif derrière cela pourrait être le contrôle du commerce de la drogue et de l’immigration, qui constitue la principale source de revenus. Bien que la police canadienne n’ait pas encore révélé la raison de cette visite chez Rahat Rao, News18 a cité ses sources disant que cette affaire était liée au meurtre de Nijjar.

Hardeep Nijjar avait une bonne emprise sur le secteur de la drogue et il devenait de plus en plus puissant. Pour en prendre le contrôle, l’ISI l’aurait fait assassiner. On affirme que Pannu était en contact avec l’agence de renseignement canadienne. Ce dernier gagnait en popularité dans la communauté canadienne locale. Selon certaines informations, il existerait un trio composé de Rao, Kiryani et du terroriste Pannu, fondateur de l’organisation “Sikh for Justice” (Sikh pour la justice). Ils voulaient tous les trois s’emparer complètement du commerce de la drogue, des armes et de l’immigration. Les agences indiennes ont soupçonné dès le début que Hardeep Nijjar avait été assassiné par l’ISI afin que l’Inde puisse être suspectée. Le fils du terroriste, Balraj Singh Nijjar, a déclaré que le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) avait conseillé à son père d’éviter d’apparaître en public et de ne pas aller à Gurudwara. D’un autre côté, les agences ont soulevé la question de savoir pourquoi, si le Canada avait des informations sur le plan des agents indiens, Nijjar n’avait pas bénéficié de la sécurité. La décision de ne pas assurer la sécurité de Nijjar montre que, d’une manière ou d’une autre, le Canada a également soutenu l’ISI et a donné accès aux assassins de Nijjar.

Le 26 septembre, le ministre des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar a répondu aux questions concernant le Canada au Conseil des relations étrangères après la session de l’ONU. Il a déclaré : « Les crimes liés aux forces séparatistes, à la violence et à l’extrémisme sont florissants au Canada. Au Canada, nos diplomates sont intimidés, nos consulats sont attaqués. » Jaishankar a ajouté : « Nous avons dit au Canada que ce n’était pas notre politique. Néanmoins, s’ils ont quelque chose de spécifique, veuillez nous le faire savoir. Aucune démarche ne peut être entreprise sans une information complète. »


➽ Subrahmanyam Jaishankar réprimande Trudeau pour avoir hébergé des terroristes du Khalistan

L’actuel ministre des Affaires étrangères du gouvernement indien, Subrahmanyam Jaishankar, faisant apparemment référence au Canada, a déclaré que la liberté d’expression ne devrait pas s’étendre jusqu’à l’incitation à la violence. Prenant la parole lors d’une conférence de presse à Washington DC le 29 septembre, Jaishankar a déclaré : « … Je l’ai signalé ici (aux États-Unis), et je l’ai également signalé aux Canadiens. Nous sommes une démocratie. Nous n’avons pas besoin d’apprendre des autres ce qu’est la liberté d’expression, mais nous pouvons dire aux gens… nous ne pensons pas que la liberté d’expression s’étende à l’incitation à la violence. Pour nous, c’est un abus de liberté, ce n’est pas une défense de la liberté. »

L’Inde s’en prend ouvertement au Canada dans son propre jardin alors que les États-Unis restent silencieux sur la question d’un refuge sûr pour les terroristes du Khalistan dans son pays voisin. Subrahmanyam Jaishankar a déclaré que « pour les États-Unis, le Canada pourrait paraître différent, mais que pour nous, nous sommes confrontés à une combinaison de problèmes très toxiques. »

Jaishankar a clairement indiqué que l’Inde n’avait pas pour politique de s’impliquer dans l’assassinat de personnes sur le sol étranger après que le Premier ministre canadien Justin Trudeau a allégué la main du gouvernement Modi dans l’assassinat du terroriste du Khalistan Hardeep Singh Nijjar. Il a également souligné la montée croissante des extrémistes au Canada, affirmant qu’il est important de prendre en compte cette évolution pour avoir une image complète. Jaishankar a également souligné l’incapacité du gouvernement canadien à fournir des preuves pour étayer ses allégations.

SOURCES ET RÉFÉRENCES :


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Suzanne Goedike
5

« Merci M. Boulianne, je vous suis régulièrement, vous êtes un auteur, éditeur et chercheur ors pair, j'ai actuellement votre livre La fabienne que je trouve fascinant. Merci pour vos traductions qui sont toujours très appréciés. Félicitations! »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.