Là où vous ne pourrez pas vivre après la prise de contrôle de l’Agenda 2030 — Wildlands Project : les zones sauvages interdites aux êtres humains

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Le Wildlands Network a été créé en 1991 pour endiguer la vague d’extinctions d’espèces enregistrée à travers l’Amérique du Nord. l’adoption par l’organisation d’une mission première axée sur le soutien scientifique et stratégique à la création de « réseaux de personnes protégeant les réseaux de terres sauvages connectées ». Dr Michael E. Soulé, biologiste de la conservation, souhaitait fusionner la science et l’action. En 1991, Soulé a cofondé la Stratégie nord-américaine de rétablissement de la nature avec l’écologiste radical, avec David Foreman et le philanthrope des terres sauvages Douglas Tompkins. Le nom sera plus tard simplifié en Wildlands Project, maintenant connu sous le nom de Wildlands Network.

Corridors sauvages en Amérique

L’un des premiers objectifs était la conservation de l’habitat ainsi que la création et le maintien de corridors de migration pour la faune, principalement axés sur l’Amérique du Nord. Depuis sa création, Wildlands Network s’est efforcé de simplifier les termes de conservation afin que le public les comprenne et a contribué à universaliser le langage de la planification de la conservation. Le Wildlands Network a contribué à inspirer de nombreuses autres organisations de conservation à travers le monde.

Pour démontrer où la connectivité des habitats à grande échelle en Amérique du Nord était la plus nécessaire, Wildlands Network a identifié quatre « voies sauvages continentales » traversant les côtes du Pacifique et de l’Atlantique, la région de la forêt boréale canadienne et la « colonne vertébrale du continent » entre l’Alaska et le Mexique.

Au cours de la période 2000-2006, les scientifiques du Wildlands Network et les organismes de conservation associés ont cartographié six « Wildlands Network Designs » (WND) régionaux dans ces corridors de l’ouest des Rocheuses et du nord des Appalaches. Ces plans de conservation identifiaient les zones protégées existantes et proposaient des corridors fauniques qui les relieraient en tant que voies d’accès pour les espèces à grande distribution (clé de voûte) ayant besoin d’un « espace pour se déplacer ». Les plans décrivaient également les divers impacts écologiques positifs que ces espèces avaient sur d’autres flores et faunes. Ces dernières années, Wildlands Network est passé d’une concentration sur la création continue de WND à une orientation vers la mise en œuvre des recommandations des six plans existants. L’organisation a développé un réseau de particuliers, de groupes et d’agences publics et privés travaillant dans les régions couvertes par les WND pour atteindre cet objectif. Les initiatives se concentrent actuellement sur la connexion des habitats dans les voies sauvages de l’ouest (épine du continent) et de l’est (Atlantique).

L’un des co-fondateurs de Wildlands Network, David Foreman, a un passé anti-immigration, déclare Lynne Feeley dans le Los Angeles Review of Books : « Mais ce sont les commentaires apparemment xénophobes, racistes et homophobes de certains membres d’Earth First qui ont conduit l’« écologiste social » Murray Bookchin à qualifier les membres du groupe de « réactionnaires sociaux ». En 1986, Dave Foreman, fondateur d’Earth First, a déclaré dans une interview que les États-Unis ne devraient pas apporter d’aide au peuple éthiopien affamé mais plutôt « laisser la nature chercher son propre équilibre », et il s’est opposé à l’immigration parce qu’elle mettait « plus de pression » sur les ressources » des États-Unis. (Edward Abbey était d’accord avec cette position sur l’immigration.) Et dans un numéro de 1987 du Earth First Journal, Christopher Manes, écrivant sous le pseudonyme de Miss Ann Thropy, a écrit que l’épidémie de SIDA pourrait résoudre le problème de la surpopulation. »

Le réseau vert paneuropéen (PEGnet) : Projet de corridor vert naturel des Pyrénées aux Carpates.

➽ Le projet des Nations Unies sur les terres sauvages

L’ONU a publié plusieurs politiques lors du Sommet de la Terre de 1992, dont la Convention sur la diversité biologique (CDB). Le respect de cette politique des Nations Unies est piloté et géré par le Wildlands Network qui partage les mêmes objectifs que la CDB ; de réserver la moitié des terres américaines aux animaux. Le processus de retour des terres à leur état sauvage est appelé « réensauvagement ». Les terres sauvages sont créées en achetant des terres, en réduisant ou en éliminant les activités humaines et l’accès à la terre, puis en créant des zones tampons autour d’elles. Ensuite, une autre zone sauvage est créée à proximité, et ils les relient à d’autres achats de terres. Cette accumulation de terres commence à former des corridors, qui se connectent ensuite à l’une des quatre voies sauvages nord-américaines (routes de migration). Ce projet est soutenu et géré par des écosocialistes comme le Sierra Club et The Nature Conservancy qui négocie des transactions foncières et travaille souvent avec l’USF&WS pour obtenir et transférer des terres.

Le projet Wildlands (maintenant appelé Wildlands Network et basé en Floride) a été proposé pour la première fois par Dave Foreman de Earth First, en 1991. Les écosocialistes ne cachent pas leurs intentions : « Le Wildlands Network mène désormais une initiative visant à relier les habitats tout au long de l’est de l’Amérique du Nord, depuis les Everglades de Floride… » Le but ultime est d’effacer toute trace d’activité humaine (maisons , routes, camions, etc.) ; par conséquent, les humains seront chassés des zones sauvages. Nous vivrons dans les zones noires (établissements humains), tandis que la plupart des terres seront interdites aux humains (rouge, orange, jaune).

M. Foremen, ancien membre du conseil d’administration du Sierra Club et de The Nature Conservancy, a déclaré : « Mes trois principaux objectifs seraient de réduire la population humaine à environ 100 millions de personnes dans le monde, de détruire l’infrastructure industrielle et de voir la nature sauvage, avec son ensemble complet d’espèces, revenir dans le monde entier. » Les politiciens fédéraux et étatiques continuent d’adopter des lois soutenant cet objectif de l’ONU malgré l’usurpation manifeste de la souveraineté américaine. En 1994, le président Clinton a publié le décret 12906 — Coordination de l’acquisition et de l’accès aux données géographiques — qui a abouti au développement de GAP, un système de cartographie graphique conçu pour compiler les données géospatiales et identifier les unités de biodiversité nécessaires au réseau Wildlands.

En 2010, la résolution HR 5101 de la Chambre, la “Loi de 2010 sur la conservation des corridors sauvages” a été introduite, et n’a pas été transformée en loi, mais elle donne un aperçu des pensées des politiciens. L’EPA a aidé lorsqu’elle a commencé à promouvoir le Wildlands Network sur son site. En 1999, la législature de Floride a adopté le programme Florida Forever qui autorisait 3 milliards de dollars d’obligations pour l’achat de terrains. En 2008, le programme a été réautorisé avec 3 milliards de dollars supplémentaires en obligations pour conserver les terres.

À la suite de Florida Forever, des agences de Floride telles que la division de gestion des terres du DEP et Fish and Wildlife achètent des terres dans le cadre du programme Florida Forever qui stipule que les achats sont destinés à « des terres de conservation et de loisirs ». Cependant, le Wildlands Network déclare que la terre est destinée à : « la « connectivité du paysage » – un système connecté de terres de conservation – est désormais largement reconnu comme étant essentiel à la viabilité écologique à long terme et à la survie de la faune, et cette reconnaissance s’est accompagnée d’un regain d’intérêt pour faire d’un corridor continental du Québec à la Floride, une « voie sauvage » de l’Est, une réalité. Il existe quatre Wildways en Amérique du Nord, dont la Eastern Wildway, qui s’étend jusqu’aux Everglades.

Alors que le Congrès américain adoptait la loi sur la réduction de l’inflation (H. R. 5376), qui prévoyait 20 milliards de dollars pour les programmes de conservation de la crise climatique, la gauche radicale déployait la prochaine phase ciblée de son attaque pour atteindre 30×30 (protéger de manière permanente 30 pour cent de nos terres et océans d’ici 2030). Celui-ci se concentre sur les terres fédérales de l’Ouest.

Un article intitulé « Rewilding the American West » (Rewild) a été publié stratégiquement dans plusieurs publications progressistes, puis rapidement réimprimé et cité par d’autres au moment où la loi sur l’inflation a été adoptée. Le journal académique de Oxford, “Bio-Science“, a été le premier, suivi par des publications récréatives telles que Outside Magazine, puis par le Forum économique mondial.

Le plan consiste à supprimer le pâturage du bétail, les activités minières, pétrolières et gazières, la production de bois et éventuellement les loisirs des terres fédérales de l’Ouest, et à donner la priorité à ces zones pour les loups et les castors. Ils ont identifié 54 633 kilomètres carrés de réserves totalisant environ 13,5 millions d’acres. Ces réserves doivent être reliées, avec des acquisitions de terres fédérales supplémentaires et des servitudes de conservation sur des terres privées, pour créer des corridors fauniques continus du Mexique au Canada.

Le plan Rewild s’intègre également bien avec le réseau maritime Sagebrush avancé par des groupes verts il y a quelques années, couvrant l’habitat du tétras des armoises à travers l’ouest. Ce plan touche les 13 États américains et couvre plus de 150 millions d’acres. Les deux regroupent ensemble la plupart des États occidentaux. Le moment du déploiement de Rewild coïncide avec l’adoption de la loi sur l’inflation et n’est probablement pas une coïncidence. Il est également probable que tel ait été le plan depuis le début, dont l’annonce a été suspendue alors que le Build Back Better Act et le Green New Deal semblaient morts.

Nous pouvons déplorer que Bill Gates ait sauvé le programme vert. Il s’attribue le mérite d’avoir convaincu le sénateur Manchin (D-WV) d’adopter la version allégée. Il n’est donc pas surprenant que le pâturage du bétail soit le premier à être menacé. Après tout, Gates a investi des sommes importantes dans des entreprises de viande d’origine végétale et finance des efforts pour convaincre les gens d’arrêter de manger du bœuf. Tout comme les barons voleurs de l’ère industrielle, Bill Gates finance le mouvement environnemental pour chasser la concurrence.

Le rapport Rewild préconise une série d’étapes nécessaires à la mise en œuvre du plan :

« Sur la base de notre analyse, nous suggérons un plan de réensauvagement pour le réseau de réserves proposé qui comprend : (1) le retrait des parcelles de pâturage du bétail sur les terres fédérales au sein du réseau de réserves proposé ; (2) protéger, rétablir ou récupérer les loups gris, notamment au sein du réseau ; et (3) réintroduire le castor dans un habitat convenable au sein du réseau. »

Viennent ensuite la suppression des industries extractives et des utilisations récréatives :

« En plus d’éliminer les effets néfastes du pâturage du bétail au sein du réseau de réserves identifié, il serait important de limiter les industries d’extraction des ressources et les véhicules tout-terrain. »

Sans véhicules tout-terrain, les chasseurs et les amateurs de loisirs doivent accéder à ces zones uniquement à pied. Cependant, les chasseurs finiront également par être mis en couple. Les loups les remplaceront comme solution naturelle privilégiée pour contrôler les populations d’animaux sauvages.

« De plus, l’ajout et la préservation des loups pourraient contribuer au contrôle naturel des ongulés indigènes surabondants. »

La campagne Rewilding trouve ses racines dans le programme vert radical connu sous le nom de « Wildlands Project » découvert dans les années 1990. Ce plan déplacerait les humains vers des zones de population limitées et autonomes, laissant la majorité des terres américaines hors de portée de l’utilisation humaine. Cela aurait réussi si certains compatriotes américains du mouvement pour les droits de propriété n’avaient pas exposé l’ordre du jour et convaincu les membres du Sénat de s’opposer au Traité des Nations Unies sur la biodiversité de 1992 qui contenait ce plan. Le programme 30×30 de Biden a une fois de plus relancé ce programme radical.

Le rapport Rewild justifie le plan comme suit :

« Après son entrée en fonction, le président Biden a signé un décret annonçant son plan America the Beautiful visant à conserver 30 % des terres et de l’eau des États-Unis d’ici 2030. Il a mis les Américains au défi de « conserver, connecter et restaurer les terres, les eaux et la faune dont nous dépendons tous » à l’échelle nationale (Départements américains 2021, p. 9). Ici, nous franchissons une étape majeure dans l’avancement du plan du président Biden en envisageant un réensauvagement audacieux et fondé sur la science des terres fédérales publiques (ci-après, terres fédérales) dans l’Ouest américain. Au-delà des préoccupations liées à la survie et à l’épanouissement de l’humanité, un engagement de principe envers le monde naturel et un sentiment d’urgence morale sous-tendent la motivation de notre proposition. »

La Loi sur l’inflation finance de nombreux éléments clés du New Deal vert, y compris des programmes de conservation dédiés à l’atténuation du changement climatique et à la réduction des émissions du bétail, ainsi qu’un nouveau corps de conservation du climat, qui peut employer des milliers de militants enthousiastes et approuvés par le réveil pour aider à inaugurer le programme de réensauvagement.

Comment vont-ils y parvenir ? Ils le feront pièce par pièce, aux niveaux local, étatique et régional. Partout où les agences fédérales de gestion des terres révisent, modifient ou approuvent des plans et des projets, on s’attend à voir un effort accru pour chasser le bétail et les gens des terres pour les remplacer par le loup, le castor et le tétras des armoises.

Les politiciens et les agences aux niveaux fédéral et étatique travaillent ensemble pour créer la vision de l’ONU consistant à contrôler 50 % de l’Amérique et du reste du monde. Le gouvernement fédéral possède déjà environ 50 % de l’ouest des États-Unis. Karl Marx a écrit : « La théorie du communisme peut se résumer en une phrase : Abolir toute propriété privée. » L’ONU et ses semblables écosocialistes se sont engagés à prendre notre terre et notre liberté, et les membres de nos gouvernements les aident ! Tous les propriétaires fonciers devraient se demander s’ils préféreraient contrôler leurs propres terres ou préféreraient-ils que leurs terres soient gérées par un système de gestion mondial composé d’experts gouvernementaux ? Les socialistes travaillent sans entrave depuis des années, et il est évident que les gens épris de liberté doivent rattraper leur retard. Nous ne pouvons pas compter sur nos gouvernements ou nos politiciens, ni leur faire confiance pour le faire à notre place. Il existe un nouveau paradigme que nous devons accepter ; nous seuls, le peuple, pouvons arrêter cela.


« Pour beaucoup, l’objectif n’est plus de purifier l’air et l’eau, ni d’assurer un environnement sûr pour les êtres humains. Au lieu de cela, pour de nombreux environnementalistes, l’objectif est de protéger la « Terre Mère sacrée », c’est-à-dire tous les insectes, rats, fougères et espèces autres que l’homme. »Jarret B. Wollstein, 1er septembre 1998


➽ Conférence en 1996 de Henry Lamb sur le projet Wildlands, au Granada Forum à Los Angeles (Tarzana), en Californie

Un autre traité a été introduit, appelé “Convention sur la diversité biologique“. George Bush a refusé de signer ce traité, mais Bill Clinton l’a signé peu après son élection et l’a envoyé au Sénat pour ratification. C’est de cette convention dont je veux parler en premier, parce que c’est… eh bien, les deux font peur. La Convention sur la diversité biologique fait 16 pages, très fades, extrêmement vagues. Une liste de principes aussi doux que la maternité et la tarte aux pommes. Il est dit par exemple à l’article 8 que chaque État membre doit, dans la mesure du possible, créer un système de zones protégées. Maintenant, qui peut contester cela ? On dirait, vous savez : « Nous avons des parcs nationaux, nous avons 100 millions d’acres de nature sauvage déjà réservés, des parcs nationaux partout, des monuments nationaux et c’est ce que nous faisons actuellement dans l’Utah, nous avons en fait 12 % de la superficie des États-Unis. Les États-Unis sont déjà protégés par le système de refuges fauniques et de parcs nationaux. Alors, comment pouvez-vous critiquer un traité qui dit que nous allons créer un système de zones protégées ? Nous l’avons déjà. »

Cependant, l’article 25 stipule qu’il sera créé une conférence des parties, et que cette conférence des parties créera un organe subsidiaire qui produira une évaluation mondiale de la biodiversité. Or, la Conférence des Parties a tenu sa première réunion à Nassau en décembre dernier [1995]. Lors de cette première réunion, le Programme des Nations Unies pour l’environnement leur a présenté le document “Global Biodiversity Assessment” (Évaluation mondiale de la biodiversité) lancé en 1992 grâce à une subvention du Fonds pour l’environnement mondial (Global Environment Facility) de 3,3 millions de dollars, orchestrée et coordonnée par le World Resources Institute et le World Wildlife Fund, et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Ce sont 1140 pages qui expliquent comment mettre en œuvre le traité de 16 pages sur la biodiversité. Les 200 dernières pages, la section 13, traite spécifiquement d’un système de zones protégées. Il définit ce qu’est un système de zones protégées. Il comprend des zones de nature sauvage centrales entourées de zones tampons similaires à celles utilisées dans les réserves de biosphère créées dans le cadre d’un programme de l’UNESCO et promues par le “Man and the Biosphere Program” des États-Unis (Programme sur l’homme et la biosphère). Il existe 382 réserves de biosphère dans le monde, dont 47 aux États-Unis, non régies par un quelconque traité, mais par un accord volontaire avec les Nations Unies. Ces réserves de biosphère doivent constituer le noyau des principales zones de nature sauvage. Je me gratte la tête ici. Que se passe-t-il ? Et puis je suis tombé sur la page 993. Et mes amis, si vous ne savez pas quelle lecture intensive lire le soir, la page 993… Après avoir décrit ces zones protégées, je résume tout en disant que le projet Wildlands (The Wildlands Project) récemment publié aux États-Unis est le thème central des aires protégées.

Maintenant, qu’en savez-vous ? Combien d’entre vous connaissent le projet Wildlands ? Le voici publié en 1992 par une organisation appelée Cenozoic Society dans son bulletin d’information intitulé “Wild Earth”. Dave Forman se trouve être le président du conseil d’administration de la Cenozoic Society. Combien d’entre vous savent qui est Dave Foreman ? Dave Foreman est l’initiateur et fondateur de Earth First. Earth First est peut-être l’organisation écoterroriste la plus militante au monde. Il quitte et crée la Cenozoic Society. Puis il crée le Wildlands Project. Il a recruté un scientifique nommé Dr Reed F Noss, qui a écrit le projet Wildlands grâce à des subventions de Nature Conservancy et de l’Audubon Society, tel qu’il est mentionné dans le livre. Et à la page 15 du Wildlands Project, le Dr Reed Noss dit que nous devons convertir au moins 50 % de la superficie de l’Amérique du Nord en zones sauvages interdites aux êtres humains.

Ces principales zones de nature sauvage doivent être reliées entre elles par des couloirs de nature sauvage interdits aux êtres humains. Ces zones de nature sauvage doivent être entourées de zones tampons dont l’utilisation des ressources peut être limitée, sous la supervision et l’autorisation du gouvernement fédéral en collaboration avec des organisations non gouvernementales. La population humaine doit être réinstallée dans les 25 % restants du territoire, dans des communautés décrites comme des communautés durables.

— HENRY LAMB, Los Angeles (Californie), 1996

NOTE :

  1. Cité par l’ancien sénateur canadien Bert Brown : « En 1996, l’ancien président de l’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, soulignait qu’il était important de se servir de l’alarmisme lié aux changements climatiques pour faire progresser les objectifs socialistes marxistes : “La menace d’une crise environnementale sera le catastrophe internationale qui assurera l’émergence d’un nouvel ordre mondial”. » in: Débats du Sénat du Canada — “Les fondements scientifiques des changements climatiques”, 1re Session, 41e Législature, Volume 148, Numéro 145, 19 mars 2013. L’honorable Noël A. Kinsella, Président. [PDF] — [Le Parisien]
Bert Brown (22 mars 1938 - 3 février 2018)

SOURCES ET RÉFÉRENCES :

Marcus Tarta
5

« Nous sommes tous en grand danger et certains, beaucoup plus que d'autres. Force et courage vous faite un travail formidable. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
974060cookie-checkLà où vous ne pourrez pas vivre après la prise de contrôle de l’Agenda 2030 — Wildlands Project : les zones sauvages interdites aux êtres humains
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
2
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x