Nommé à l’Ordre du Canada en 1987, le défunt Peter Savaryn évoquait et exprimait sa fierté pour son passé dans la Waffen-SS « Galicia »

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Le gouverneur général du Canada a présenté ses excuses mardi après-midi pour avoir décerné l’une des plus hautes distinctions du pays à un immigrant ukrainien qui a servi dans la même unité nazie pendant la Seconde Guerre mondiale que l’homme de 98 ans qui a été honoré le mois dernier au Parlement canadien, un incident qui a déclenché l’indignation internationale. La déclaration du gouverneur général – le représentant de la monarchie britannique au Canada – concernait Peter Savaryn (Петро Саварин; Petro Savaryn), qui a été chancelier de l’Université de l’Alberta de 1982 à 1986 et a été nommé à l’Ordre du Canada en 1987. Ce prix est considéré comme la deuxième plus haute distinction décernée aux Canadiens, après l’Ordre du mérite décerné à tous les citoyens du Commonwealth britannique. « C’est avec un profond regret que nous reconnaissons que M. Peter Savaryn a été nommé à l’Ordre du Canada en 1987, et nous exprimons nos sincères excuses aux Canadiens pour toute détresse ou douleur que sa nomination a pu causer », peut-on lire dans le communiqué. publié pour la première fois par Forward, une agence de presse juive.

Un porte-parole de la gouverneure générale Mary Simon a déclaré que le bureau examinait également actuellement deux autres distinctions décernées à Savaryn : les médailles du jubilé d’or (décernées en 2002) et du jubilé de diamant (décernées en 2012). Les antécédents de Savaryn ont fait l’objet d’un nouvel examen depuis la révélation des antécédents de Yaroslav Hunka, le vétéran qui a reçu une ovation debout au Parlement lors de la visite le 22 septembre du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy. Hunka et Savaryn étaient tous deux volontaires dans la 14e division Waffen Grenadier des SS, communément connue sous le nom de SS Galichina ou division Galicia. L’unité, formée en 1943 à partir de recrues de la région de Galice, dans l’ouest de l’Ukraine, était armée et entraînée par le Troisième Reich et commandée par des officiers SS allemands. Il est accusé de crimes de guerre, notamment d’avoir brûlé vifs 500 à 1 000 Polonais en 1944. Hunka et Savaryn faisaient partie des quelque 2 000 combattants du SS Galichina autorisés à commencer une nouvelle vie au Canada malgré leur passé nazi.

Seules les personnes vivantes peuvent être membres de l’Ordre du Canada. Savaryn est décédé en 2017 et, conformément à la constitution de l’Ordre du Canada, son prix a été automatiquement annulé. Rideau Hall a déclaré qu’il étudiait la manière dont il décernait les distinctions honorifiques, mais il comprenait également qu’il pourrait y avoir des cas futurs où quelque chose dans le passé d’une personne ne serait révélé qu’après qu’elle ait été honorée, et il est prêt à utiliser la politique de licenciement. « La Chancellerie s’engage à travailler avec les Canadiens pour garantir que notre système de distinctions honorifiques reflète les valeurs canadiennes. Les nominations historiques à l’Ordre du Canada reflètent un moment précis et auraient été fondées sur des sources d’information limitées disponibles à ce moment-là. »

Les institutions partout au Canada ont été confrontées au défi de reconnaître les personnes qui ont combattu sous les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale après le scandale de Yaroslav Hunek. Entre-temps, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il enquêtait sur la publication du rapport de la “Commission d’enquête sur les criminels de guerre” (ou commission Deschênes), qui traite des nazis et de leurs collaborateurs qui sont arrivés au Canada après la Seconde Guerre mondiale. En effet, des groupes juifs poussent le gouvernement fédéral à déclassifier ce rapport des années 1980. Les responsables gouvernementaux disent qu’ils examinent si des informations supplémentaires peuvent être divulguées en vertu des exigences de la Loi sur la protection des renseignements personnels, car des parties expurgées du rapport incluent une liste des nazis arrivés au Canada après la guerre.


➽ À propos de Peter Savaryn (Petro Savaryn)

Peter Savaryn (en ukrainien Петро Саварин; Petro Savaryn) est un écrivain, avocat, personnalité publique et politique ukrainienne. Il est né le 17 septembre 1926 au village de Zubrets du district de Buchatsky (voïvodie de Ternopil, République de Pologne), aujourd’hui district de Buchatsky, oblast de Ternopil, Ukraine. Il était volontaire de la 14e division de grenadiers de la Waffen SS “Galichyna” depuis 1944. L’historien germano-polonais, Grzegorz Rossoliński-Liebe, écrit dans son article intitulé « “Glorifier le fascisme et les crimes de guerre à Edmonton”. Mythe politique et culte de Stepan Bandera dans le Canada multiculturel », paru dans la deuxième publication de la série Vérité historique « OUN et UPA : recherches sur la création de mythes “historiques” »[1] (Kyiv – 2012) :

« Pendant la Seconde Guerre mondiale, Savaryn sert comme volontaire dans la 14e division de grenadiers des troupes SS, également connue sous le nom de Waffen-SS « Galicia ». Dans cette formation militaire, il fut formé et endoctriné par les SS de Himmler. Après la guerre, Savarin était fier de son passé SS. Il était le représentant de la Waffen-SS Galicia Veterans Association à Edmonton. En tant que représentant de l’Association des anciens combattants d’Edmonton, il a fait de son passé SS un élément important de son identité ukrainienne et y a probablement vu une contribution au multiculturalisme canadien. De plus, il était peut-être le premier et le seul président d’une université nord-américaine d’origine SS à être fier de lui. »

L’historien cite pour cela quatre ouvrages différents, dont les mémoires de Savaryn dans lesquelles il évoque et exprime sa fierté pour son passé SS : « З собою взяли Україну. Від Тернопілля до Альберти » (Nous avons emmené l’Ukraine avec nous. De Ternopil à l’Alberta), publié à Kiev en 2007.[2] Je rappelle que Grzegorz Rossoliński-Liebe est associé à l’Institut Friedrich Meinecke de l’Université libre de Berlin. Il se spécialise dans l’histoire de l’Holocauste et de l’Europe centrale et orientale, le fascisme, le nationalisme, l’histoire de l’antisémitisme, l’histoire de l’Union soviétique et la politique de la mémoire.

En 1949, Peter Savaryn émigre au Canada et étudie à l’Université de l’Alberta. Il a commencé à pratiquer le droit à Edmonton en 1957 et a enseigné à l’École d’études ukrainiennes. Il a été cofondateur et directeur de Heritage Company Trust, président du Congrès canadien des Ukrainiens à Edmonton. Membre du Sénat, du Conseil des gouverneurs et chancelier (1982-86) de l’Université de l’Alberta (depuis 1982). Président du Parti progressiste-conservateur d’East Edmonton, chef du Club des professionnels et des entrepreneurs. Élu président du Congrès mondial des Ukrainiens libres (1983). Récompensé par la médaille Shevchenko (1977).

Au Canada, il fut un membre actif de la “Confrérie des anciens soldats de la 1re division ukrainienne”[3], une formation au sein de l’Armée nationale ukrainienne qui fut formée sous le régime nazi à la fin de la Seconde Guerre mondiale (I UD UNA). Savaryn était une personnalité publique et politique impliquée dans des organisations publiques et politiques : KUK, Plast (avec son épouse Olga), Club des professionnels et entrepreneurs, Parti conservateur (vice-président de l’Alberta), etc.; Il était l’un des organisateurs de l’école bilingue en Alberta, membre du Sénat et du Conseil de l’Université de l’Alberta et citoyen honoraire de Winnipeg. Ses articles ont paru dans des magazines et des journaux.

Peter Savaryn est l’un des développeurs actifs du concept de multiculturalisme, sur lequel repose la politique internationale du Canada moderne. Ayant le talent d’un organisateur, Peter Savaryn a impliqué dans ce travail la plupart des institutions sociales, culturelles et éducatives, notamment le Congrès des Ukrainiens du Canada, la Maison du peuple ukrainien, la Société scientifique du nom de T. Shevchenko, le Club des Ukrainiens. Professionnels et entrepreneurs, l’Institut canadien d’études ukrainiennes, le Congrès mondial des Ukrainiens. En tant que personnalité politique, Savaryn a longtemps dirigé la branche du Parti conservateur de l’Alberta. En tant que scientifique, il a initié la création de l’Institut canadien d’études ukrainiennes. Il fut le chancelier de l’Université de l’Alberta de 1982 à 1986 et il a contribué à la publication de l’Encyclopédie anglophone de l’Ukraine. En tant qu’éducateur, il créa des cours d’études ukrainiennes du nom Ivan Franko (École du sabbat, classes supérieures) en 1956 à Edmonton. En tant que personnalité publique, il a fait ériger le premier monument au monde dédié aux victimes de l’Holodomor près de l’hôtel de ville (1983).

Il est l’auteur d’un nombre important de publications et de mémoires analytiques et journalistiques. Il a consacré 35 ans de sa vie à la pratique du droit et était un spécialiste reconnu dans ce domaine. En 1993, lors du VIe Congrès mondial des Ukrainiens, Peter Savaryn a reçu la plus haute distinction de la SCU, la médaille de Saint Volodymyr le Grand. Il est décédé le 6 avril 2017 à Edmonton, Canada.

Le magazine “Press for Conversion!”, publié par l’organisme Coalition to Oppose the Arms Trade (COAT), fait remarquer que le contrat d’édition de son plus grand projet, L’Encyclopédie d’Ukraine, a été cosigné par Peter Savaryn en décembre 1976. Ce projet de mémoire a été créé et dirigé par nul autre que Volodymyr Kubijovyč, qui a également dirigé la collaboration ukraino-nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Le principal propagandiste de Kubijovyč, Michael Chomiak, a travaillé sur l’encyclopédie en 1978-79, tout comme sa petite-fille, Chrystia Freeland, dans les années 1980. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Savaryn rejoignit les SS et prêta un « saint serment » à Adolph Hitler, qui disait :

« Je jure devant Dieu par ce saint serment que, dans la bataille contre le bolchevisme, je donnerai une obéissance absolue au commandant en chef des forces armées allemandes Adolf Hitler et, en tant que brave soldat, je serai toujours prêt à donner ma vie pour ce serment. »

L’historien Per Anders Rudlinge souligne que le serment envers Hitler était obligatoire jusqu’au dernier mois de l’existence de la Division. Rien n’indique ouvertement que l’unité était dédiée de quelque manière que ce soit à l’État ukrainien, et encore moins à l’indépendance. Les volontaires se sont engagés en faveur de la victoire allemande, du nouvel ordre européen et d’Adolf Hitler personnellement.[4]

Image de gauche : Peter Savaryn (debout à gauche) et Volodymyr Kubijovyč (assis au centre), photographiés le décembre 1976 lors de la signature du contrat entre la Société scientifique européenne Shevchenko et l’Institut canadien d’études ukrainiennes de l’Université de l’Alberta pour collaborer à l’Encyclopédie de l’Ukraine. Image de droite : Volodymyr Kubijovyč (encerclé en rouge) faisant le salut nazi lors de la 14e cérémonie de recrutement de la Waffen-SS en 1943.

➽ L’Université de l’Alberta fait face à des appels pour restituer des milliers de dons supplémentaires liés aux anciens combattants de la Waffen SS

Par Marie Woolf, 2 octobre 2023

L’Université de l’Alberta dit qu’elle examine d’autres dons qu’elle a reçus après avoir restitué 30 000 $ à la famille de Yaroslav Hunka, un vétéran de la Waffen SS qui a reçu une ovation debout au Parlement lors d’une visite du président ukrainien Volodymyr Zelensky le mois dernier. L’université fait face à des appels visant à restituer des centaines de milliers de dollars de dotations au nom d’Ukrainiens liés à la division Waffen SS Galicia, admis au Canada après la Seconde Guerre mondiale. Ils comprennent une dotation d’environ 430 000 dollars au nom de Volodymyr Kubijovyč, qui a joué un rôle clé dans la création de l’unité SS en 1943.

Per Anders Rudling, un expert de la division Waffen SS Galicia, qui a étudié à l’Université de l’Alberta, a déclaré que par souci de « cohérence », l’université devrait restituer d’autres dons des anciens combattants SS pour financer les études ukrainiennes, y compris une dotation pour la recherche sur l’Ukraine. pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a déclaré que cela n’avait pas de sens de simplement restituer 30 000 dollars à la famille de M. Hunka, qui était adolescent au moment où il s’est porté volontaire pour combattre dans la division Waffen SS, tout en gardant l’argent des hauts responsables.

Le président de la Chambre des communes, Anthony Rota, a démissionné après avoir rendu hommage à M. Hunka, 98 ans, qu’il avait invité à s’asseoir dans la tribune des visiteurs lors de la visite de M. Zelensky. Les députés et les ministres lui ont réservé une standing ovation.

Volodymyr Kubijovyč

Le porte-parole de l’Université de l’Alberta, Michael Brown, a déclaré la semaine dernière qu’elle avait décidé de « fermer le fonds de dotation qui existait au nom de M. Hunka et de restituer les fonds au donateur ». Il a déclaré dans un communiqué : « Nous examinons actuellement d’autres dotations, ainsi que nos politiques et procédures générales de dénomination, y compris celles des dotations, pour garantir leur alignement avec nos valeurs. »

Dan Panneton, du Centre des Amis du Centre Simon Wiesenthal, une organisation juive de défense des droits de l’homme, a félicité l’université pour avoir annulé le fonds de dotation nommé en l’honneur de M. Hunka. « Elle doit également s’attaquer aux nombreux autres fonds de dotation qu’elle a nommés en l’honneur d’anciens membres de la Waffen SS et reconnaître que l’université compte des personnes liées à la Waffen SS impliquées dans l’université depuis de nombreuses années », a-t-il déclaré.

Le professeur Rudling, qui a étudié l’histoire de l’unité SS de volontaires ukrainiens, a déclaré que M. Hunka avait joué un rôle mineur par rapport à M. Kubijovyč qui a contribué à convaincre le régime nazi de créer la division Waffen SS en Ukraine. Le professeur de l’Université de Lund en Suède a déclaré avoir trouvé des preuves que M. Kubijovyč avait collaboré avec Hans Frank, conseiller juridique personnel d’Adolf Hitler et membre de son cabinet, nommé gouverneur de la Pologne occupée et impliqué dans le meurtre de masse de Les Juifs. Il a ajouté que M. Kubijovyč, qui s’est installé en France après la Seconde Guerre mondiale, a également correspondu avec Adolf Eichmann, le haut responsable nazi qui a été pendu après la guerre en Israël pour avoir joué un rôle clé dans l’assassinat des Juifs par le Troisième Reich. Une photographie d’un défilé à Lviv, en Ukraine, en juillet 1943, montre Volodymyr Kubijovyč effectuant un salut nazi aux côtés d’Otto Wächter, un haut responsable des SS qui a également été gouverneur de Galice et de Cracovie. Le chasseur de nazis Simon Wiesenthal a affirmé que M. Wächter avait supervisé le transport de milliers de Juifs vers des camps d’extermination.

Fête des récoltes au château du Wawel. Délégation ukrainienne avec Volodymyr Kubijovyč, l’un des fondateurs de la 14e division SS (galicienne no 1), en visite à Hans Frank le 24 octobre 1943.

M. Kubijovyč est devenu un membre éminent de la communauté ukrainienne en éditant l’Encyclopédie de l’Ukraine. Le Fonds de dotation commémoratif Volodymyr et Daria Kubijovyč a été créé en 1986 et, selon un lien vers un site Web que l’université a maintenant supprimé, vaut 437 757 $. « S’ils ne peuvent pas bénéficier de la dotation Hunka mais s’accrochent à une dotation de 430 000 dollars du fondateur de la Waffen SS Galician, c’est très problématique », a déclaré le professeur Rudling. Il a déclaré que l’université devrait également restituer les dons au nom d’autres anciens combattants de la Waffen SS, dont 50 000 $ de la famille de Levko Babij. Son don visait à financer l’étude de l’histoire ukrainienne du XXe siècle, en particulier pendant la Seconde Guerre mondiale. Le professeur Rudling a déclaré que M. Babij était un ancien président de l’association des anciens combattants ukrainiens.

L’université a également reçu un don de 15 000 $ de Roman Kolisnyk, qui, selon le professeur Rudling, était un officier ayant le grade d’untersturmführer dans la division Galicia Waffen SS et rédacteur en chef du journal des anciens combattants ukrainiens de la Waffen SS. Après la guerre, il s’installe à Toronto. Créé en 2011 par M. Kolisnyk, le fonds est d’une valeur d’environ 100 900 dollars et soutient les traductions et les publications d’œuvres littéraires, de mémoires et de journaux ukrainiens. L’Institut canadien d’études ukrainiennes de l’université, que leurs dons ont aidé à financer, fait référence dans des bulletins d’information antérieurs à son service au sein de la division SS Galicia.

Au Canada, les membres de la diaspora ukrainienne se sont efforcés de présenter la division SS Galicia, composée de volontaires de l’ouest de l’Ukraine, comme des combattants de la liberté. Elle a été fondée après la défaite allemande à Stalingrad en 1943 dans le but de repousser l’avancée des Soviétiques. Myroslav Shkandrij, auteur du livre “In the Maelstrom: The Waffen-SS ‘Galicia’ Division and Its Legacy”, a déclaré que les porte-parole de la division ont dû faire face à « l’opprobre généré par leur association avec un régime aussi répugnant que le Troisième Reich ».

« Au cours des décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les vétérans de la division se sont demandé si la création de cette formation avait été une erreur, si leur idée de rompre avec les Allemands à la fin de la guerre et de devenir le noyau d’une armée ukrainienne avait été un fantasme et si il s’agissait en fait d’une armée allemande et non ukrainienne », a-t-il déclaré.

Reichsführer Heinrich Himmler (au premier plan) en compagnie d’officiers allemands devant l’unité de la 14e division de grenadiers de la Waffen SS “Galizien”. Otto von Wachter est visible parmi les officiers.

NOTES :

  1. Гжегож Россолински-Либе : « “Прославление фашизма и военной преступности в Эдмонтоне”. Политический миф и культ Степана Бандеры в мультикультурной Канаде ». in: Сборники статей – «ОУН и УПА: исследования о создании «исторических» мифов». [Per Anders Rudling, Timothy Schneider, Grzegorz Rossolinski-Liebe] Серия: Историческая правда, Том II, Киев – 2012, pp. 178-179. [PDF]
  2. Петро Саварин [Peter Savaryn] : « З собою взяли Україну. Від Тернопілля до Альберти » [Nous avons emmené l’Ukraine avec nous. De Ternopil à l’Alberta]. Kiev : KVITS, 2007, p. 275.
  3. Ред. Романа Колісника і Лева Бабія : « Ювілейний альманах Братства Колишніх Вояків 1-ї Української Дивізії Української Національної Армії 1950-2000 » [Almanach du jubilé de la Confrérie des anciens soldats de la 1ère division ukrainienne de l’armée nationale ukrainienne 1950-2000]. Видавництво: Братство Колишніх Вояків 1-ї Української Дивізії Української Національної Армії Друкарня ОО Василіян, Торонто, 2001. [PDF] — [LECTEUR]
  4. Per Anders Rudlinge : « ‘They Defended Ukraine’: The 14. Waffen-Grenadier-Division der SS (Galizische Nr. 1) Revisited ». Journal of Slavic Military Studies, Volume 25, 2012 – Issue 3, p.343. [PDF]

SOURCES ET RÉFÉRENCES :


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Lili
5

« Continuez à nous donner vos pertinentes analyses et informations, un grand merci, vous êtes l’un des journalistes du nouveau monde. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
976580cookie-checkNommé à l’Ordre du Canada en 1987, le défunt Peter Savaryn évoquait et exprimait sa fierté pour son passé dans la Waffen-SS « Galicia »
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Montréalité

Donc on donne des titres honorifiques à des gens dont on ne sait rien et dont on n’examine pas la biographie avant de les récompenser… Étrange aussi que ces personnes-là reçoivent autant de distinctions. Comment font-elles ? Je connais des tas de gens qui font des actions philantrophiques quotidiennes et qui restent totalement anonymes, sans soutien pour leurs bonnes oeuvres et sans reconnaissance pour leur implication. Faut-il acheter soi-même les titres et les médailles ?

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
3
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x