Le film Mesures exceptionnelles : Il n’y a pas que des humains travaillant pour le Mal sur cette planète, il y en a aussi qui œuvrent pour le Bien

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Hier soir, j’ai regardé à nouveau le film très touchant du réalisateur Tom Vaughan, intitulé “Mesures exceptionnelles” (titre original : Extraordinary Measures). Cela m’a donné l’envie d’en parler sur mon site internet car les sujets positifs ajoutent du baume sur le cœur et l’esprit. Il n’y a pas que des humains qui travaillent pour le Mal sur cette planète, il y en a aussi qui œuvrent inlassablement pour le Bien et nous devons aussi en parler lorsque l’occasion se présente. “Mesures exceptionnelles” est un film dramatique médical américain de 2010 mettant en vedette Brendan Fraser, Harrison Ford et Keri Russell. Il s’agit du premier film produit par CBS Films, la division cinématographique de CBS Corporation, qui a sorti le film le 22 janvier 2010. Le film raconte l’histoire de parents qui créent une société de biotechnologie pour développer un médicament destiné à sauver la vie de leurs enfants, qui souffrent d’une maladie potentiellement mortelle. Le film est basé sur l’histoire vraie de John et Aileen Crowley, dont les enfants sont atteints de la maladie de Pompe. Le film a été tourné à St. Paul, Oregon ; Portland, Oregon; Tualatin, Oregon ; Wilsonville, Oregon ; Manzanita, Oregon ; Beaverton, Oregon, et Vancouver, Washington.

John Crowley et sa femme Aileen forment un couple de Portland dont deux de leurs trois enfants souffrent de la maladie de Pompe, une anomalie génétique qui tue généralement la plupart des enfants avant leur dixième anniversaire. John, un responsable de la publicité, contacte Robert Stonehill, un chercheur du Nebraska qui a mené des recherches innovantes sur un traitement enzymatique pour cette maladie rare. John et Aileen collectent des fonds pour aider la recherche de Stonehill et les essais cliniques nécessaires. John assume la tâche à plein temps pour sauver la vie de ses enfants, en lançant une société de recherche en biotechnologie travaillant avec des investisseurs en capital-risque, puis avec des équipes de chercheurs rivales. Cette tâche s’avère très ardue pour Stonehill, qui travaille déjà 24 heures sur 24. Alors que le temps presse, l’explosion de colère de Stonehill entrave la confiance de l’entreprise en lui, et la recherche du profit pourrait bouleverser les espoirs de John. Les chercheurs font une course contre la montre pour sauver les enfants atteints de la maladie.

Adapté par Robert Nelson Jacobs du livre de non-fiction “The Cure: How a Father Raised $100 Million—and Bucked the Medical establishment—in a Quest to Save His Children” (The Cure : Comment un père a collecté 100 millions de dollars et a contrecarré l’établissement médical dans le but de sauver ses enfants) par la journaliste du prix Pulitzer Geeta Anand, le film est également un examen de la façon dont la recherche médicale est menée et financée. Myozyme, un médicament développé pour traiter la maladie de Pompe, a été simultanément approuvé pour la vente par la Food and Drug Administration des États-Unis et par l’Agence européenne des médicaments. Désormais, plus de 1 000 nourrissons nés chaque année dans le monde avec la maladie de Pompe ne risquent plus de mourir avant leur premier anniversaire, faute de traitement pour cette maladie.


À propos de William Canfield

William Canfield est glycobiologiste, directeur scientifique et fondateur d’une société de biotechnologie basée à Oklahoma City, Novazyme, qui a été acquise par Genzyme en août 2001 et a développé, entre autres, une enzyme capable de stabiliser (mais pas de guérir) la maladie de Pompe. basé sur les recherches en cours de Canfield depuis 1998. Canfield a ensuite quitté Genzyme et a créé, avec son partenaire dans l’opération Novazyme, John Crowley, un autre laboratoire de recherche (Cytovance Biologics), qu’il dirige toujours. Il a sauvé Cytovance de la faillite en formant un groupe d’investisseurs et en levant 9 millions de dollars après que Crowley ait soudainement quitté le laboratoire en 2005 pour devenir PDG d’Amicus Therapeutics dans le New Jersey.

Canfield a obtenu un B.S. en chimie de l’Université de Puget Sound suivi d’un doctorat. Il est titulaire d’un doctorat en biochimie et biologie moléculaire et d’un doctorat en médecine de l’École de médecine de l’Université de Washington. Canfield occupe actuellement un poste de professeur en glycobiologie médicale au Centre des sciences de la santé de l’Université d’Oklahoma. John Crowley a pris le poste de PDG de Novazyme après avoir quitté Bristol-Myers Squibb en mars 2000 et, avec le Dr Y. T. Chen de l’Université Duke, a fait pression pour une approbation accélérée par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis d’un nouveau composé médicamenteux, NZ-1001 sous la désignation de médicament orphelin pour le traitement de la maladie de stockage du glycogène de type II en octobre 2005. La FDA a déclaré : « Nous avons déterminé que l’alpha-glucosidase acide hautement phosphorylée humaine recombinante de Novazyme (rhHPGAA) remplissait les conditions requises pour la désignation orpheline pour le traitement enzymatique substitutif dans patients atteints de tous les sous-types de maladie du stockage du glycogène de type II (maladie de Pompe). » Des recherches ultérieures menées par Genzyme sur le NZ-1001 ainsi que sur trois autres composés potentiels ont conduit à l’approbation du premier traitement enzymatique substitutif pour la maladie de Pompe — l’Alglucosidase alfa (Myozyme ou Lumizyme, Genzyme Inc) en 2006.

Les recherches de William M. Canfield alors qu’il était affilié à Genzyme Corporation et à d’autres endroits, sont disponibles sur la plateforme ResearchGate GmbH.


À propos de John Crowley

John Francis Crowley (né le 7 avril 1967) est un dirigeant et entrepreneur américain en biotechnologie et président-directeur général d’Amicus Therapeutics. Il a cofondé Novazyme Pharmaceuticals avec William Canfield, qui a ensuite été acquis par Genzyme Corporation, et a fondé Orexigen Therapeutics. En 2006, il a été présenté dans le livre “The Cure: How a Father Raised $100 Million—and Bucked the Medical establishment—in a Quest to Save His Children” de Geeta Anand. En 2010, Crowley a publié ses mémoires, “Chasing Miracles: The Crowley Family Journey of Strength, Hope, and Joy” (À la poursuite des miracles : le voyage de la famille Crowley entre force, espoir et joie). Crowley et sa famille ont inspiré le film “Mesures exceptionnelles” avec Harrison Ford et Brendan Fraser en 2010.

En 1998, deux des enfants de Crowley, Megan et Patrick, ont reçu un diagnostic de maladie neuromusculaire grave, maladie du stockage du glycogène de type II, également appelée maladie de Pompe. Face à la détérioration de la santé des enfants, la famille a déménagé à Princeton, dans le New Jersey, pour se rapprocher des médecins spécialisés dans la maladie. Crowley a obtenu un emploi chez Bristol-Myers Squibb, se plongeant dans la recherche en santé. Il a créé une fondation afin de collecter des fonds pour la sensibilisation à la maladie de Pompe et la famille a travaillé avec des organisations à but non lucratif pour financer la recherche sur la maladie de Pompe. Crowley a découvert qu’il y avait des chercheurs en Europe ainsi qu’à l’université Duke, à l’université de Floride et à l’université d’Oklahoma qui travaillaient tous sur la maladie de Pompe, mais qui ne communiquaient pas entre eux. En mars 2000, Crowley a quitté Bristol-Myers Squibb et s’est associé à William Canfield pour créer Novazyme Pharmaceuticals, une société de recherche biotechnologique située à Oklahoma City. Crowley est devenu le PDG de l’entreprise.

En 2001, Novazyme a été rachetée par Genzyme Corporation, qui était alors la troisième plus grande entreprise de biotechnologie au monde. De septembre 2001 à décembre 2002, M. Crowley, qui est devenu vice-président senior, était responsable du programme mondial de Genzyme pour la maladie de Pompe, le plus grand effort de R&D de l’histoire de l’entreprise. En janvier 2003, Megan et Patrick Crowley ont reçu le traitement enzymatique substitutif de la maladie de Pompe mis au point par Genzyme à l’hôpital St. Le traitement, appelé Lumizyme, est administré toutes les deux semaines. Le traitement enzymatique substitutif a permis de réduire la taille du cœur des enfants et d’améliorer leur force musculaire pendant un certain temps. L’acquisition de Novazyme par Genzyme et la lutte de Crowley pour guérir la maladie de Pompe ont été documentées dans l’étude de cas de la Harvard Business School, “A Father’s Love : Novazyme Pharmaceuticals, Inc.“.

M. Crowley a quitté Genzyme pour s’assurer que ses enfants pourraient bénéficier d’un médicament développé par l’entreprise. Il est ensuite devenu président fondateur et PDG d’Orexigen Therapeutics en 2003. En 2004, il est devenu directeur d’Amicus Therapeutics, basée à Cranbury, dans le New Jersey, et en janvier 2005, il a été nommé président-directeur général de l’entreprise. Amicus travaille à la mise au point de traitements pour des maladies génétiques rares et dévastatrices. La société a un traitement pour la maladie de Pompe en cours de développement, ainsi que Galafold (migalastat), qui est destiné à la maladie de Fabry. L’utilisation de ce médicament contre la maladie de Fabry a été approuvée en Europe en 2016. L’entreprise a également un médicament en phase finale de développement clinique pour l’épidermolyse bulleuse (EB).

John Crowley est membre de la promotion 2009 des Henry Crown Fellows de l’Aspen Institute et il est actif dans un certain nombre d’efforts de services sociaux et philanthropiques. En 2009, il a été nommé au conseil d’administration national de la Make-A-Wish Foundation of America et est devenu président national de l’organisation en 2014. Il a également écrit un mémoire personnel intitulé “Chasing Miracles: The Crowley Family Journey of Strength, Hope and Joy”, co-écrit avec Ken Kurson. Il a été publié par New Market Press en janvier 2010 pour coïncider avec la publication de Mesures extraordinaires.

À propos de la maladie de Pompe

La maladie du stockage du glycogène de type II a un mode de transmission autosomique récessif.

La maladie de Pompe est une maladie génétique progressive et souvent fatale en rapport avec une anomalie de fonctionnement de l’alpha-1,4-glucosidase acide, une enzyme lysosomiale qui hydrolyse le glycogène en glucose. Cette maladie est responsable d’une atteinte musculaire par anomalie du métabolisme du glycogène. Comme l’enzyme défectueuse est localisée au niveau du lysosome, elle est souvent classée comme une maladie de surcharge lysosomale. Elle doit son nom au médecin néerlandais Joannes Cassianus Pompe qui la décrivit en 1932 sur un enfant décédé à 7 mois d’une hypertrophie cardiaque.

Le déficit enzymatique est dû à une mutation sur le gène responsable de sa production. Il est situé sur le chromosome 17. Près de 150 mutations ont été identifiées, les trois quarts conduisant à la maladie. La maladie est de transmission autosomique récessive, ce qui implique la présence de porteurs sains (patients ayant une mutation mais ne présentant pas la maladie). Le type de mutation n’est que partiellement en rapport avec la présentation de la maladie (forme infantile ou de l’adulte). Cette pathologie amène une réduction d’une hydrolase lysosomiale qui n’est pas impliquée dans les voies majeures de la dégradation du glycogène, mais comme pour beaucoup d’enzymes lysosomiales, elle joue apparemment un rôle dans le recyclage des matériaux cellulaires. Le glycogène s’accumule dans les lysosomes et finit par tuer la cellule. Cela affecte différents tissus, dont le cœur, les muscles, le foie ainsi que le système nerveux. Le développement du corps ralentit jusqu’à provoquer la mort. La prévalence est 1:18,702 naissances.

La maladie de Pompe se présente sous des formes très diverses. Les premières manifestations peuvent apparaitre dès les premiers jours de vie ou vers 50 ans.

Forme infantile

La forme infantile de la maladie de Pompe peut se manifester in utero mais débute le plus souvent dans les premiers jours de la vie par une hypotonie, des difficultés alimentaires, une hypotrophie, des troubles respiratoires et surtout par une atteinte cardiaque se caractérisant par des parois épaissies pouvant gêner l’éjection du sang (cardiomyopathie hypertrophique) responsable d’une insuffisance cardiaque. Des troubles de l’audition sont habituels en rapport avec une anomalie de la perception ou de la transmission. En l’absence de traitement le décès survient dans la première année de vie.

Forme juvénile ou intermédiaire

La forme intermédiaire de la maladie de Pompe peut se manifester de l’âge d’un an jusqu’à l’âge adulte. Sa progression est plus lente. Sous cette forme, l’atteinte de cœur est modérée voir insignifiante.

Forme adulte

Il s’agit, par essence de formes moins graves et les premiers symptômes peuvent apparaitre dès l’enfance ou plus tardivement. Le tableau est essentiellement musculaire et respiratoire, l’atteinte cardiaque étant inconstante. La maladie se manifeste par une faiblesse musculaire d’aggravation progressive et pouvant devenir très handicapante, nécessitant un fauteuil roulant. Au niveau respiratoire l’hypotonie du diaphragme induit une hypoventilation pouvant, à la longue, faire nécessiter une assistance respiratoire. L’évolution peut être assez rapide après l’apparition des premiers symptômes, conduisant sans traitement, à une invalidité importante en moins de deux ans et parfois au décès.

Prise en charge et traitement

Prise en charge de l’insuffisance respiratoire, traitement symptomatique de la défaillance cardiaque dans la forme néonatale. Dans la forme de l’adulte, la ventilation nocturne au masque permet longtemps d’améliorer le confort de ces patients. L’effet favorable d’un régime riche en protéines et pauvre en hydrates de carbone a été rapporté dans quelques cas.

L’alpha-glucosidase, commercialisée sous le nom de Myozyme depuis 2006 est une enzyme humaine produite par génie génétique. Dans les formes infantiles, il prolonge substantiellement la survie en diminuant l’atteinte musculaire et cardiaque, le résultat étant d’autant plus favorable que le traitement a été débuté tôt. Il nécessite une administration intraveineuse tous les quinze jours. Il semble également efficace dans les formes non infantiles mais l’expérience en est moindre.

Certaines formes de la maladie, comportant un déficit complet de l’enzyme, peuvent induire une réaction immunologique après introduction de ce dernier et rendre inefficace le traitement. Cela peut être pallier par l’adjonction d’un traitement immunomodulateur. Une autre piste est de débuter le traitement in utero, permettant de minimiser l’immunomodulation.

Le PDG d’Amicus Therapeutics, John Crowley, prononce le discours d’ouverture lors de la 175e cérémonie d’ouverture de l’Université de Notre Dame, à Indiana aux États-Unis, le 29 mai 2022.

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Alain Blais
5

« Bravo! Guy pour ton travail de journalisme. Tu es un des très rares qui fait encore du vrai journalisme. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
993880cookie-checkLe film Mesures exceptionnelles : Il n’y a pas que des humains travaillant pour le Mal sur cette planète, il y en a aussi qui œuvrent pour le Bien
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Montréalité

J’avais vu ce film, et beaucoup apprécié. Merci de rappeler qu’il y a beaucoup de belles choses dans la vie, on devrait en parler davantage afin de consolider leur effet bénéfique. Je crois que le monde ne serait plus s’il n’y avait pas au moins autant de bien que de mal. Gardons la foi !

teo

“Il n’y a pas que des humains qui travaillent pour le Mal sur cette planète, il y en a aussi qui œuvrent inlassablement pour le Bien et nous devons aussi en parler lorsque l’occasion se présente. »

Une très belle décision, toute cette horreur ne nous doit pas faire oublier le bien et le beau tout autour de nous. Notre monde recèle tellement de beautés, d’intelligence même non apparent, cela nous invite à aller au delà du perceptible immédiatement.
Je n’en avais pas connaissance, a visionner.

Père Janvier Gbénou

Grand merci, M. Boulianne, pour ce magnifique article ! Vous ne cesserez jamais de m’étonner agréablement. Merci aussi de nous inviter à partager les nouvelles positives et à demeurer toujours positifs dans la vie !

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
3
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x