Selon des rapports, les forces israéliennes sont responsables de la mort de civils et de militaires israéliens à la suite de l’attaque du 7 octobre

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.
Voici un article qui fut publié à l'origine en anglais sur Mondoweiss, un site Web indépendant consacré à informer les lecteurs sur les développements en Israël/Palestine et sur la politique étrangère américaine associée. La traduction en français de ce même article fut ensuite publiée sur le site de l'Union juive française pour la paix (UJFP).

De nombreux détails de ce qui s’est passé le 7 octobre restent mystérieux, notamment la manière dont les 1 400 Israéliens qui ont trouvé la mort ont été tués. De plus en plus de rapports indiquent que l’armée israélienne est responsable des décès de civils et de militaires. Veuillez noter que l’auteur de cet article a demandé que son nom ne soit pas publié, craignant pour sa sécurité personnelle en raison de l’intensification des persécutions fascistes contre les voix critiques en Israël.

Depuis le 7 octobre, les événements de la journée sont entourés de mystère. On s’interroge non seulement sur l’incapacité colossale de l’appareil de renseignement israélien à anticiper ce qui se passait dans la bande de Gaza étroitement assiégée ou sur l’effondrement rapide de sa « ligne Maginot », qui a coûté des milliards de dollars, mais aussi sur les détails de ce qui s’est réellement passé dans les bases militaires et les colonies autour de la bande de Gaza. Nous savons que, selon les estimations courantes, 1 400 Israéliens ont été tués dans les jours qui ont suivi, mais nous ne savons pas encore comment. Certains rapports commencent à être publiés, y compris des documents sur l’assassinat d’Israéliens par des combattants palestiniens, mais un nombre croissant de rapports indiquent que l’armée israélienne était également responsable de la mort de civils et de militaires israéliens le 7 octobre et les jours suivants.

La directive Hannibal en action ?

Le vendredi 20 octobre, Haaretz a publié un long article de son principal analyste militaire, Amos Harel, décrivant l’incapacité d’Israël à se préparer aux attaques du Hamas du 7 octobre. Il présente à ses lecteurs « le commandant de la division de Gaza, le général de brigade Avi Rosenfeld », qu’il a rencontré quelques semaines avant la guerre et qui lui a dit que « les choses ne s’amélioreront pas, et qu’à un moment donné, elles empireront ».

Il poursuit en décrivant ce qui s’est passé le 7 octobre :

« Le bureau de coordination et de liaison a été attaqué le 7 octobre, ainsi que tous les avant-postes situés le long de la ligne de démarcation de la division. Une importante force du Hamas s’est emparée du point de passage d’Erez, qui était fermé pour la fête de Simhat Torah. De là, en quelques minutes et sans résistance, ils ont avancé dans la base militaire, tuant et enlevant les soldats de l’administration civile, bien que quelques-uns d’entre eux aient réussi à riposter avant d’être touchés… Le général de brigade Rosenfeld s’est retranché dans la salle de guerre souterraine de la division avec une poignée de soldats, hommes et femmes, essayant désespérément de secourir et d’organiser le secteur attaqué. De nombreux soldats, dont la plupart n’étaient pas des combattants, ont été tués ou blessés à l’extérieur. La division a été contrainte de demander une attaque aérienne contre la base elle-même afin de repousser les terroristes ».

Cette description sèche et élogieuse du haut commandant, caché avec quelques soldats dans un bunker souterrain et ordonnant un bombardement aérien de « la base » où ses soldats se battaient contre des militants du Hamas, peut-être blessés et peut-être faits prisonniers, en dit long sur la psyché israélienne en ces temps sanglants.

Cela me rappelle les événements du 1er août 2014, lors de la campagne israélienne la plus violente contre Gaza jusqu’à aujourd’hui. Le 1er août, il y avait un cessez-le-feu, mais une unité israélienne a lancé une provocation qui s’est terminée par la capture d’un de ses soldats par des militants palestiniens. La réponse israélienne a été dévastatrice, clairement conçue pour s’assurer que le soldat, Hadar Goldin, meure avec le plus grand nombre possible de Palestiniens. Selon les enquêtes d’Amnesty International et des Nations Unies, citées par Wikipedia, « le bombardement massif israélien a tué entre 135 et 200 civils palestiniens, dont 75 enfants, dans les trois heures qui ont suivi la capture présumée d’un soldat israélien ».

Ces événements ne sont pas des éruptions locales accidentelles du désir « samsonien » de mourir (ou de laisser mourir ses soldats) avec ses ennemis. Il s’agit d’une politique officielle bien documentée de l’armée israélienne, au moins depuis 1986, connue sous le nom de « directive Hannibal », « code Hannibal » ou « doctrine Hannibal ».

Elle ne s’est peut-être pas terminée par l’ordre donné par le général Rosenfeld de bombarder ses soldats. Il faudra des années pour que nous ayons (ou non) une image complète de ce qui s’est passé le 7 octobre et les jours suivants. Mais outre les morts militaires, certains détails concernant le rôle d’Israël dans la mort de civils israéliens peuvent déjà être trouvés dans le flot de propagande qui entoure les événements de la journée.

Tués dans le kibboutz Be’eri

Electronic Intifada a publié une longue interview de Yasmin Porat, décrivant comment elle a été prise en otage par des militants palestiniens dans le kibboutz Be’eri. Selon son récit, les ravisseurs l’ont traitée, ainsi que d’autres otages, « avec humanité », pensant qu’ils seraient autorisés à se retirer en toute sécurité vers Gaza grâce à la protection des captifs israéliens. Cependant, lorsque les soldats israéliens sont arrivés, «ils ont éliminé tout le monde, y compris les otages. Il y a eu des tirs croisés très, très nourris». Son témoignage est complété par celui de soldats israéliens qui ont décrit comment l’armée israélienne a tiré des obus de chars sur des bâtiments où se cachaient des militants et leurs otages.

Le 11 octobre, Quique Kierszenbaum a publié dans The Guardian un article sur sa visite du kibboutz Be’eri, organisée par l’unité de propagande de l’armée israélienne. Il écrit que les bâtiments ont été détruits les uns après les autres : « Un bâtiment après l’autre a été détruit, que ce soit lors de l’assaut du Hamas ou lors des combats qui ont suivi, les arbres voisins ont éclaté et les murs ont été réduits à des décombres de béton là où les chars israéliens ont bombardé les militants du Hamas là où ils se cachaient. Les planchers se sont effondrés sur les planchers. Les poutres des toits étaient enchevêtrées et exposées comme des cages thoraciques ».

Dans un autre rapport publié dans Haaretz en hébreu (il ne semble pas être disponible en anglais) le 11 octobre, probablement à la suite de la même visite de relations publiques guidée par l’armée, Nir Hasson et Eden Solomon ont interviewé « Erez, commandant adjoint d’un bataillon de réserve blindé ». Il a décrit comment lui et son unité de chars « se sont battus à l’intérieur du kibboutz, de maison en maison, avec les chars ». « Nous n’avions pas le choix », conclut-il.

Tout récemment, Nir Hasson est retourné à Be’eri et a interviewé un habitant local nommé Tuval, qui a eu la chance d’être loin du kibboutz au moment de l’attaque, mais dont le partenaire a été tué. Dans son article publié le 20 octobre dans le Haaretz, Hasson rapporte ce qui suit : « Sa voix tremble lorsque sa compagne, qui était assiégée dans son abri à ce moment-là, lui vient à l’esprit. Selon lui, ce n’est que dans la nuit de lundi à mardi, et après que les commandants sur le terrain eurent pris des décisions difficiles – y compris le bombardement des maisons avec tous leurs occupants à l’intérieur afin d’éliminer les terroristes avec les otages – que les FDI ont achevé la prise de contrôle du kibboutz. Le prix à payer a été terrible : au moins 112 personnes de Be’eri ont été tuées. D’autres ont été kidnappés. Hier, 11 jours après le massacre, les corps d’une mère et de son fils ont été découverts dans l’une des maisons détruites. On pense que d’autres corps gisent encore dans les décombres ».

Cette citation est importante pour plusieurs raisons, notamment parce qu’elle permet de mieux comprendre la chronologie des événements. Ce témoignage semble indiquer que de nombreux captifs israéliens étaient encore en vie le lundi 9 octobre, soit deux jours après les événements du samedi 7 octobre. Alors qu’il serait compréhensible que des captifs aient été tués dans les tirs croisés d’une première réponse israélienne à l’attaque du 7 octobre, ce témoignage semble indiquer que la décision d’attaquer le kibboutz et toutes les personnes qui s’y trouvaient a été prise dans le cadre d’un calcul militaire clair.

Il est clair que des militants palestiniens se cachaient dans ces bâtiments avec leurs prisonniers israéliens, tandis que les soldats israéliens se frayaient un chemin à l’aide d’obus de chars d’assaut massifs dans des zones rapprochées. Il convient d’enquêter pour savoir qui a causé la plupart des morts et des destructions qui ont eu lieu. C’est d’autant plus important que ces morts sont maintenant utilisées pour justifier la destruction de Gaza et le meurtre de milliers de civils.

Implications pour les prisonniers israéliens à Gaza

Tout cela n’est pas de l’histoire ancienne. Il y a des implications pour la prochaine étape de la guerre, qui pourrait être encore plus sanglante. Le sort de plus de deux cents captifs israéliens, soldats et civils, constitue désormais un élément central du conflit.

Pour les Palestiniens, il s’agit d’une occasion historique de libérer leurs militants de longue date de ce qu’ils appellent « les bastilles de l’occupation ». Même si les Palestiniens savent que la libération de leur terre est encore un rêve lointain, la libération de leurs prisonniers par le biais d’un échange de prisonniers est la victoire la plus précieuse à laquelle ils peuvent aspirer. Toutefois, Israël, comme il l’a prouvé à maintes reprises dans le passé et comme les événements récents pourraient l’indiquer, pourrait être prêt à mettre en danger la vie de ses soldats et de ses citoyens plutôt que d’assister à la joie de la liberté célébrée des deux côtés de la frontière.


Ci-dessous, vous pouvez entendre un commentaire très pertinent à ce sujet, suivi à droite du témoignage d’un vétéran israélien qui a servi aux frontières du Gaza et qui va tout à fait dans le même sens.


Robin Caron
5

« Merci M. Boulianne pour vos articles et vos recherches. Un jour la vérité l’emportera sur le mensonge. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.