L’ancienne Zone d’établissement juif permanent dans l’Empire russe de 1791 à 1917 et les projets de Nouvelle Jérusalem et de Nouvelle-Russie

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Toujours dans le cadre de ma série d’articles concernant les Khazars, le Khazar Khaganate (ou « Empire khazar ») et la Nouvelle Khazarie, je partage avec mes lecteurs deux articles complémentaires, respectivement écrits par les auteurs russes Youri Sokov (Юрий Соков) et Natalia Ivanova-Kharina (Наталья Иванова-Харина). À ceux-ci s’ajoutent d’autres articles ou extraits d’articles en provenance de la Russie et qui ont pour but d’approfondir ce même sujet controversé. Je vous rappelle que ma série d’articles vise à mieux faire comprendre aux lecteurs les enjeux réels qui se cachent derrière le conflit entre l’Ukraine, la Russie et l’OTAN depuis 2014 et bien au-delà. Comme je l’écrivais : « Les enjeux de ce conflit sont beaucoup plus complexes et profonds que ce que les gens croient ordinairement. » Veuillez noter que, pour le moment, je n’émets pas vraiment d’opinion personnelle à ce sujet. Éventuellement, je publierai peut-être ma propre analyse sur mon site internet, ou dans un livre à paraître. ■


En 2017, la Banque mondiale a publié une carte de l’Ukraine sans la Crimée dans son rapport intitulé : « Conflit en Ukraine : impacts socio-économiques des déplacements internes et du retour des anciens combattants ». De plus, aucune partie de la région d’Odessa, ni les territoires des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk n’apparaissent sur la carte, suscitant une vague de commentaires négatifs. SOURCE : Gosnovosti (Госновости) – Banque mondiale – [PDF]

➽ Novorossiya ou Nouvelle Khazarie ?!

Par Youri Sokov, le 15 septembre 2023

Les passions autour de l’avenir de la Nouvelle-Russie, ou Novorossia (Новороссия), ne s’apaisent pas. Selon certaines informations, on l’appelle déjà “Russie Khazar” ! — et l’associent au conflit israélo-arabe et à l’exode possible de certains Juifs vers le sud de l’Ukraine. Pour bien comprendre ces processus, il est nécessaire de revenir aux sources. Rappelons brièvement l’histoire des événements de “Maidan 2014” :

« Le 9 mars 2014, un événement très curieux s’est produit à Manhattan, à New York : entre 50 000 et 100 000 Haredim (selon différentes estimations), des membres de la secte hassidique Chabad-Lubavitch ont organisé un stand de prière, qui a « effrayé » les habitants de Manhattan, sans que ce soit une blague. La version officielle de l’événement indique que la prière a été prononcée contre l’enrôlement par Israël de diplômés et d’étudiants de yeshiva dans l’armée israélienne (Tzahal). Mais la question se pose de savoir pourquoi cette prise de position n’a pas eu lieu à Jérusalem devant la Knesset ou ailleurs en Israël. Il est clair que la réunion annuelle des “émissaires” du Chabad à New York a décidé de la combiner avec une protestation contre la pression militaire exercée sur les Haredim, mais pourquoi de façon si pompeuse ? Se pourrait-il que la prière ait été prononcée par un si grand nombre de personnes pour une toute autre raison ?

« Il est probable que ce soit le cas, car c’est le raisonnement qui sous-tend les récents événements en Ukraine, en Russie et en Europe, où une guerre féroce se déroule, qui se transforme en une tentative d’opposer l’OTAN et la Russie dans une guerre en Ukraine. Mais pourquoi en est-il ainsi et qu’est-ce que de paisibles étudiants de yeshiva et des interprètes de la Torah aux cheveux gris de Chabad-Lubavitch ont à voir avec ce conflit naissant ?

« Depuis longtemps, Chabad-Lubavitch envisage de réinstaller des juifs américains, membres de cette secte, en Ukraine, qui a été choisie comme lieu de résidence compact des Hassidim avec la construction de l’État de Chabad-Nouvelle Khazarie. Alors que les préparatifs de la réinstallation se poursuivaient, le rêve américain s’estompait rapidement, poussant de nombreux membres de cette communauté à prendre la seule décision qui s’imposait. D’autant plus que la Russie était considérée par Chabad-Lubavitch comme un sponsor loyal de l’Ukraine, qui n’aurait jamais intrigué contre la terre bénie des Hassidim. Après avoir entamé la confrontation avec les autorités sur Maidan Nezalezhnosti à la veille de Hanoukka en novembre 2013, Chabad espérait achever toutes les transformations d’ici le printemps ou l’été 2014, tout en éliminant le président légitime Yanukovych.

« Le personnel idéal pour le nouveau gouvernement a été sélectionné : Turchynov, Tymoshenko, Tyahnybok, Yatsenyuk, Avakov, Yarosh et Nalyvaychenko. La contrôlabilité de Yanukovych n’a pas été remise en cause et à un moment donné, il a dû, sous les garanties de Chabad, quitter l’Ukraine, transférant ainsi le pouvoir aux nouveaux gestionnaires du bonheur juif du Maïdan. »

Constantin Ipatiev (major du GRU à la retraite), message au SHZ, 2014
OUMAN : LES JUIFS REVIENNENT (3 mai 2018) — Ouman est une ville ukrainienne connue dans de nombreux pays. C’est là que des dizaines de milliers de Hassidim du monde entier se rendent en pèlerinage chaque année à Rosh Hashanah. Plus précisément, sur la tombe de leur juste Rabi Nachman. Mais pour certains Hassidim, le pèlerinage ne semble pas suffisant : ils ont déjà transféré leur famille d’Israël à Ouman et ont pris la nationalité ukrainienne. Ils tentent également d’introduire leur propre ordre, au moins dans leur “quartier juif”. Comment ont-ils adapté leur vie aux réalités locales et comment modifient-ils ces réalités pour répondre à leurs besoins ? Pourquoi des conflits surgissent-ils avec les non-Juifs locaux, pourquoi les Hassidim accusent-ils les autorités locales de corruption et comment les responsables réagissent-ils ? — (SOURCE : Настоящее Время, sur Youtube).

Les symboles et les signes gouvernent le Monde — ce concept de gouvernance est de plus en plus confirmé par les événements en Ukraine : alors que les frères slaves se cauchemardent dans une bataille mortelle, en utilisant des symboles qu’ils ne comprennent pas, la fraternité hassidique chabadnik ne sommeille pas, elle entre dans la guerre de l’information au niveau des significations sacrées. Ainsi, à Dniepropetrovsk, la plus grande synagogue d’Europe a été construite, à Ouman, dans l’attente du Messie, (certains signes ont été traduits en hébreu). Les efforts se rejoignent pour construire le troisième temple de Salomon à Jérusalem (le plan et la couronne du “roi” sont déjà prêts) !

Dans le même temps, l’élite dirigeante ukrainienne revient à l’ancien projet “Joint”, une tentative de renouveler le projet d’autonomie juive en Crimée de 1944 à l’initiative du Comité juif antifasciste. Il y aurait des reliques de descendants de la tribu de Dan dans cette région. Les Rothschild ont remplacé les symboles de Dan — le serpent, le cheval et le veau d’or — dans les armoiries de l’Angleterre par le lion, symbole de domination et de pouvoir sur le monde ! Selon la révélation des prophètes, c’est de cette tribu qu’est attendu l’Antéchrist…

L’idée de la République juive de Crimée a été introduite dans les années 20 par Trotsky (Bronstein) avec Apfelbaum et Rosenfeld et a été soutenue par Lénine, peu après l’expulsion de Wrangel de Crimée (avec l’Armée blanche a émigré la majeure partie de l’intelligentsia russe). Mais le projet Joint (Californie de Crimée) a été rejeté par Staline. Il a sagement anticipé la renaissance de la nouvelle Khazarie et a proposé l’Extrême-Orient (Birobidzhan). Comme on le sait, l’ancienne Khazarie a été vaincue par le Svyatoslav en 965) à cause des vols sur les routes commerciales et de la captivité des Slaves (surtout des femmes slaves !) avec leur commerce d’esclaves à travers la Crimée.

Après la défaite des Juifs, qui étaient à la tête de la Khazarie, ils se sont dispersés dans toute l’Europe, créant par la suite le Finintern, qui revendique maintenant la domination du monde par le biais du Nouvel Ordre Mondial et des centres monétaires.

La nouvelle route de la soie (One Belt, One Road) – La Chine en rouge, les membres de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures en orange, les six corridors en noir et en bleu.

L’idée d’une nouvelle Khazarie n’a pas disparu : le projet commun inclut désormais cinq ou six autres régions du sud de l’Ukraine, où, selon l’ambassadeur d’Israël, un nombre important de Juifs ont déjà déménagé. Parallèlement, l’idée de créer une nouvelle Jérusalem et une nouvelle Khazarie en louant une partie de la terre noire de l’Ukraine (formée au cours de centaines de milliers d’années !) et de créer la plaque tournante de la nouvelle “route de la soie” traversant la Crimée et l’Ukraine vers l’Europe est rétablie. En d’autres termes, le plan de Salomon prend une double signification :

  1. Sacrale, avec la restauration du 3ème Temple et la réinstallation des Juifs en Ukraine (plus près d’Ouman, pour rencontrer Moshiach !);
  2. Économique, avec la création d’une plaque tournante dans la nouvelle Khazarie – la Chine s’y intéresse (promotion des routes commerciales des Dragons, vers les Teutons – vers l’Europe, l’Allemagne).

Que doit faire la Russie dans cette situation ? Et avons-nous notre propre stratégie et nos propres leviers d’influence sur ces processus ? Dans ce cas, la stratégie devrait reposer sur des motifs sacrés, à la fois physiques (voir les coordonnées du centre sur le plateau de Putorana) et spirituels, associés à la lutte pour les valeurs traditionnelles, affirmées par l’initiation divine avec la résolution du problème « DIEU est avec nous », c’est-à-dire avec qui est-il ? Avec nous, ou avec le Pape et Israël (concept de “judéo-christianisme”) ? Ce problème est résolu dans l’alphabet slave par la séquence des lettres et des mots : Comment les gens pensent-ils ? IL EST NOTRE ! (НАШ ОН!=69) – où IL EST DIEU ! C’est-à-dire qu’Il est avec nous, en langue russe ! La façon dont vous pensez est la base (=69=Notre HE) de la vision du monde de l’homme et de la société !

DIEU EST AVEC NOUS = 77 = SEIGNEUR = SAINT = CENTRE = RUSOV = FAMILLE (du clan de Noé) !

En Ukraine, il y a une guerre secrète de deux projets :

  1. Restauration du Temple de Salomon à Jérusalem dans l’attente de la venue de Moshiach (peut-être à Uman en Ukraine);
  2. Restauration du projet de la 3ème Rome (Moscou, la 3ème Rome !) à travers la Novorossiya avec l’établissement de l’Orthodoxie comme doctrine universelle, prétendant être la Vérité.

Après le voyage de Poutine à Valaam, un sermon historique de l’abbé Gabriel de l’église Pierre et Paul a été publié, exposant ouvertement les raisons du début de l’Opération militaire spéciale en Ukraine : 1) la stagnation de la foi des chrétiens orthodoxes, qui ont succombé aux promesses du consumérisme et de la corruption, professées par l’oligarchie créée et jetées dans un massacre fratricide ; 2) la secte des Chabadniks, professant l’idée de la domination mondiale basée sur le pouvoir du “veau d’or” et la déformation de l’Ancien Testament dans le Talmud.

La prévision de la mise en œuvre du deuxième projet a été donnée par le moine Ragno Nero au 14e siècle après J.-C. : « Le Christ meurt dans le Tibre (à Rome) et et ressuscite dans la Volga (en Tartarie, c’était le nom de la Russie qui couvrait l’Eurasie). Le fils de la Volga fera honte à la doctrine de Satan ». Et ce n’est pas un hasard si la lutte entre les deux projets se déroule au début de l’ère du Verseau, lorsque le territoire allant de Valdai à Altai — de la Volga à la Sibérie — est illuminé par le Cosmos. Deux aspects des changements TECTONIQUES à venir doivent être pris en compte :

1 – NATUREL, lié au mouvement des plaques continentales en Sibérie centrale (Kraï de Krasnoïarsk, le CENTRE DE LA RUSSIE), qui conduira à un changement de l’intégrité continentale de l’Eurasie en recouvrant une partie du continent avec de l’eau de l’océan Arctique à travers le plateau de Putorana et plus loin vers le sud de l’Eurasie ;

2 – SPIRITUEL, lié au changement de S-O-CONNAISSANCE (С-О-ЗНАНИЯ) de l’homme et de la société, où “O” est une lettre sacrée de l’alphabet russe (Bukvitsa, délibérément détruite par des forces obscures en 1918), un symbole de l’Origine Divine de tout être. Au niveau quotidien, la connaissance S-O est l’interaction de l’homme avec l’Origine Divine dans toutes les bonnes actions. C’est la VALEUR GÉNÉRALE et ce que l’on entend par Spiritualité de l’Homme. Et ce n’est pas un hasard si Kissinger a déclaré que la principale guerre sera contre l’orthodoxie.

« Dans la coalition “Grande Eurasie”, il y a une interaction stratégique fondamentalement importante entre la Chine et la Russie, dont la base dans la guerre des significations n’est pas leurs intérêts étatiques (bien qu’ils soient importants), mais les valeurs de nos civilisations non occidentales. Du point de vue des valeurs des nations, les relations d’alliance entre les peuples frères de Chine et d’URSS pendant la période rouge du camp socialiste de Staline sont d’une importance fondamentale. Quant aux peuples de racine turque et persane, ils constituent, avec la Russie et la Chine, le faisceau de forces nécessaire à l’harmonie trinitaire des héritiers de l’État unifié… » (Andreï Deviatov, 4 avril 2023)

Ainsi, pour unir la coalition de la “Grande Eurasie”, nous avons besoin d’un nouveau “pont de Kalinov”, construit sur les fondations de la culture védique (orthodoxe), qui affirme l’unité des trois mondes : RÈGLE, RÉVÉLATION et NAVI, où :

ЯВЬ+НАВЬ+ПРАВЬ=61=DIEU KIN=PÈRE=BONTÉ !

Les juifs dans la Zone d’établissement (der tkhum-ha-moyshəv, en yiddish), dans l’Empire russe.

➽ À propos de la Zone d’établissement

Par Natalia Ivanova-Kharina et Parallax

En tant que telle, une Zone d’établissement pour les Juifs en Russie a été introduite sous le règne de Catherine II, qui a connu les trois partitions de la Pologne (1772, 1793 et 1795), chacune ajoutant à l’empire de l’Ouest de vastes territoires densément peuplés de Juifs ou, en polonais, de “zhids”. De jure, cela s’est produit à la fin de 1791, et de facto, bien plus tôt : selon une version, en 1780, lorsque dans les provinces de Mogilev et de Polotsk, les marchands juifs ont été mis sur un pied d’égalité avec les non-Juifs, et selon une autre, en 1790, à l’initiative des marchands moscovites, sérieusement effrayés par la concurrence juive. 72 marchands juifs et leurs familles ont été accusés de dumping et de contrebande et expulsés de Moscou et de Smolensk, leur résidence étant limitée à la Biélorussie et à la Novorossiya : en fait, il s’agissait de la première déportation de Juifs à l’intérieur de la Russie.

En 1795, Catherine ordonne l’expulsion des Juifs des villages. En même temps, en 1795, le premier fossé “intra-juif” a été creusé en Russie, entre les Juifs ashkénazes en tant que contingent discriminé, pour lesquels, en fait, la sédentarisation a été introduite, et les Juifs montagnards et les Karaïtes en tant que citoyens à part entière et libres du pays. Après 1818, près de la moitié de la communauté juive mondiale était concentrée en Russie.

Le 20 mars 1917, lors d’une réunion du gouvernement provisoire, sur proposition du ministre de la justice A.F. Kerensky, la résolution « sur l’abolition des restrictions religieuses et nationales » a été adoptée. C’est l’acte qui désavoue de jure la honte de 126 ans de la Russie impériale – la ligne de résidence juive, ou simplement la ligne. Mais ni l’expression “Zone d’implantation” ni le mot “Juifs”, à la demande des représentants de l’« Union pour la réalisation des pleins droits du peuple juif en Russie », n’ont été nommés dans le texte. [Lire : Comment nous avons traversé la Pâle de Règlement]

Carte des provinces du sud-ouest de la Russie européenne montrant le pourcentage de la population juive dans la zone d’implantation juive par comté.

La Zone d’établissement (der tkhum-ha-moyshəv, en yiddish),— le nom complet de la Zone d’établissement juif permanent —, était la région occidentale de la Russie tsariste, qui existait de 1791 à 1917. Elle a été introduite par l’impératrice Catherine II le 23 décembre 1791, par son plus haut décret.

Ce n’est qu’à l’intérieur de cette ligne que les Juifs ashkénazes de l’Empire russe furent autorisés à vivre de manière permanente. Seuls les Juifs ayant une formation universitaire, les marchands et militaires juifs les plus riches ainsi que les membres de leurs familles pouvaient rester en dehors de la zone de colonisation.

Où était située la Zone d’établissement ?

La Zone de colonisation comprenait toute la Biélorussie, la Lituanie et la Moldavie modernes, la majeure partie de l’Ukraine (Petite Russie), des parties de l’est de la Lettonie et de l’est de la Pologne. La zone de peuplement s’étendait approximativement jusqu’à la frontière russe avec le royaume de Prusse et l’empire austro-hongrois.

La Zone de peuplement représentait environ 20 % du territoire de la Russie européenne et correspondait en grande partie aux terres de l’ancien Commonwealth polono-lituanien et de l’Empire ottoman (avec le khanat de Crimée) qui sont passés à la Russie au XVIIIe siècle.

Cependant, les limites de la zone de peuplement n’étaient pas constantes — elles changeaient de temps en temps par décrets de divers souverains.

Comment les Juifs vivent dans la Zone d’établissement ?

Pour de nombreux Juifs, la vie dans la Zone d’établissement était économiquement insupportable. La plupart des gens ne pouvaient survivre que grâce à de petits emplois à temps partiel, qui ne pouvaient pas nourrir adéquatement l’ensemble de la population. Néanmoins, la culture juive en langue yiddish se développait activement ici, dans les shtetls.

La fin de la Zone de colonisation a coïncidé avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914. Et cela s’est terminé avec la chute de l’Empire russe lors des révolutions de février et d’octobre 1917.

Pourquoi la Zone d’établissement était-elle nécessaire ?

On sait que la raison de la création de la « Zone d’établissement » pour les Juifs était la plainte des marchands de Moscou en 1790 concernant la concurrence accrue des commerçants juifs. Et aussi l’incapacité d’assimiler avec compétence la population juive, l’incapacité d’« intégrer » rapidement un si grand nombre de personnes de confessions différentes, de mentalités et de traditions différentes dans le système administratif et de classe russe.

C’est pourquoi la Zone de colonisation a été créée, un territoire strict où les Juifs bénéficiaient d’une sorte d’autonomie gouvernementale dans le cadre de leurs colonies.

Cependant, la création de la Zone de colonisation n’a finalement rien apporté de bon à la Russie. Les Juifs énergiques et travailleurs, limités dans leurs droits et relégués dans des shtetls exigus, ont ensuite soit émigré du pays, soit formé l’épine dorsale du futur mouvement révolutionnaire.

EN HAUT À GAUCHE : Ce sont les commissaires juifs dans les escaliers. Au début, tous les slogans étaient écrits en hébreu, puis ils ont commencé à les écrire en russe. / EN HAUT À DROITE : On ne voit pas beaucoup de Slaves sur les visages de ces “révolutionnaires”. / EN BAS : Il s’agit de la salle des commissaires juifs. Tout est aussi écrit en hébreu. [SOURCE]

➽ Pourquoi la Zone d’établissement juif permanent a-t-elle été introduite en Russie ?

Par Peuple de l’Est, le 30 juillet 2020

Au milieu du XIVe siècle, le roi polonais Casimir autorisa les Juifs à entrer dans son pays, qui furent alors grandement offensés en Occident. À la suite de cette décision, environ 50 % des Juifs du monde se sont rassemblés aux mains des monarques de cette puissance en Pologne et sur les terres lituaniennes, ukrainiennes et biélorusses sous domination polonaise au cours des siècles suivants.

Mais en 1772, la Russie a dit « un » — et a annexé la partie orientale de la Biélorussie, en 1792 elle a dit « deux » — et a emmené la Biélorussie, la Lituanie et l’Ukraine en Volhynie, en 1794 elle a dit « trois » — et est devenue la maîtresse des restes de Lituanie, de Lettonie et quelques pièces de l’ouest de l’Ukraine. Plus tard, pendant les guerres napoléoniennes, les terres polonaises indigènes passèrent sous le contrôle de Saint-Pétersbourg, mais cela ne changea rien : la plupart des Juifs européens devinrent sujets du tsar russe. Au début, le gouvernement n’y pensait pas beaucoup, il y avait des problèmes plus urgents et la folle impératrice Catherine était toujours considérée comme libérale dans le pays. Mais en 1791, elle reçut des plaintes de marchands de Moscou et de Smolensk concernant leurs collègues juifs, qui avaient considérablement réduit les prix, après quoi ils furent accusés de contrebande et déportés vers les provinces nouvellement annexées.

Et le gouvernement a sérieusement pensé à empêcher la pénétration des représentants de ce peuple dans les provinces de la Grande Russie et à protéger l’entrepreneuriat russe de la concurrence juive. La manière habituelle d’atteindre un tel objectif à cette époque était de restreindre la liberté de mouvement, toutes les principales classes du pays, y compris les paysans et les nobles, étaient en réalité attachées à la terre. C’est sur cette base que fut établie la Zone d’établissement, qui interdisait aux Juifs de s’installer ailleurs que sur le territoire de l’ancienne République polono-lituanienne et de vivre ailleurs que dans les villes, dont Kiev, Sébastopol, Nikolaïev et les villages cosaques de Poltava furent bientôt exclus. En outre, les autorités ont appliqué d’autres mesures traditionnelles à l’encontre des Juifs, telles que l’augmentation des impôts et l’interdiction d’exercer de nombreuses activités.

Sous le tsar réformateur Alexandre II, les restrictions furent partiellement assouplies : les artisans, les médecins, les marchands de la première guilde, les soldats en service et les titulaires de diplômes universitaires furent exemptés de la Zone d’établissement. Mais l’autorisation de libre circulation pouvait être révoquée à tout moment, et l’obtenir pour des raisons purement financières était particulièrement difficile.

Comme les Juifs ne pouvaient pas vivre dans les villages, l’agriculture ne leur était pas accessible et la plupart d’entre eux se livraient à l’artisanat et au commerce. Mais à mesure que la population augmentait dans les shtetls juifs, le travail devenait de moins en moins fréquent et la pauvreté générale devenait donc monnaie courante. Seule la forte coopération entre les communautés a contribué à la réduire, de sorte qu’à la fin du XIXe siècle, un Juif sur trois recevait l’aide du système de charité qu’elles avaient créé. Des médicaments étaient fournis aux nécessiteux, une éducation était donnée aux orphelins et des dots étaient fournies aux épouses pauvres.

Mais la pauvreté était néanmoins un très gros problème, à la suite de quoi les Juifs conformistes ont émigré en masse vers l’Amérique et les combattants juifs ont rejoint les partis socialistes. Ces deux tendances se sont particulièrement intensifiées lorsqu’en mai 1882 furent introduites des lois encore plus répressives, qui donnaient, entre autres choses, aux citoyens ordinaires le droit d’exiger l’expulsion des Juifs de leurs villes.

La Zone d’établissement est devenue une fiction à la suite de l’offensive allemande de 1915, lorsque de nombreux habitants de la frontière, y compris des Juifs, ont fui vers l’est et que, quelques années plus tard, toutes les restrictions ont brûlé dans le feu de la révolution. Mais la majeure partie de la population juive de l’URSS est restée dans l’ouest du pays et, après la nouvelle invasion allemande en 1941, s’est retrouvée sous occupation. Seuls quelques citoyens soviétiques de sang juif ont réussi à survivre à ces années difficiles.

LE TCHÉKISTE (russe : Чекист) est un film dramatique historique russo-français de 1992 réalisé par Aleksandr Rogozhkin, basé sur une nouvelle de 1923 de Vladimir Zazubrin. Il raconte l’histoire du travail sanglant et de la chute d’un responsable de la sécurité soviétique de la Tchéka impliqué dans des exécutions massives pendant la guerre civile russe. Il a été projeté dans la section “Un Certain Regard” au Festival de Cannes 1992.

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

aloes369
5

« Bonjour M. Boulianne. Je peux vous souligner l'excellence de vos écrits sous une transparence indéniable. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
1085740cookie-checkL’ancienne Zone d’établissement juif permanent dans l’Empire russe de 1791 à 1917 et les projets de Nouvelle Jérusalem et de Nouvelle-Russie
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Larbi Boudahri

Très intéressant vos articles sur les khazars.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
1
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x