La Maison Blanche envisagerait de déclarer une urgence climatique nationale, ce qui donnerait à Joe Biden des pouvoirs dignes de l’époque Covid

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

➽ Un petit rappel pour mes lectrices et lecteurs

Le gouvernement du Québec étudie actuellement le Projet de loi Nº 50 qui édictera l’actuelle Loi sur la sécurité civile du Québec « visant à favoriser la résilience aux sinistres et modifiant diverses dispositions relatives notamment aux centres de communications d’urgence et à la protection contre les incendies de forêt ». Comme je l’écrivais, « malgré son apparence trompeuse, ce projet de loi ne concerne pas que l’aménagement et le développement durables du territoire, l’environnement, la lutte contre les changements climatiques et l’économie. Demeurant très discret à ce sujet, il concerne aussi ce qui devrait nous préoccuper le plus par les temps qui courent, c’est-à-dire les pandémies. Volontairement bâclé, ce projet de loi laisse la porte grande ouverte à toutes sortes d’abus et d’excès pour des individus, des municipalités et un gouvernement imbus de pouvoir et de domination sur les populations. »

Le Projet de loi Nº 50 s’aligne parfaitement sur le Traité sur les pandémies de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) que 194 pays s’apprêtent à signer au mois de mai prochain. Par ce traité, les chefs d’État remettront la souveraineté de leurs nations entre les mains d’un gouvernement mondial, soumettant ainsi tous les peuples à une dictature sans précédent, incluant les fermetures de frontières, les restrictions de voyage, le confinement (quarantaine), les examens médicaux et la médication des individus (englobant les exigences relatives à l’injection de vaccins ou d’autres produits pharmaceutiques). Mais le Traité sur les pandémies ratisse plus large que son titre ne le suggère. Il inclut aussi des facteurs environnementaux, climatiques, socio-économiques et anthropiques, ce qui est extrêmement grave.

En effet, le secrétaire général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, peut justifier un état d’urgence sanitaire mondial avec, par exemple, une grippe humaine basée sur un nouveau sous-type ou des infections dont la transmission interhumaine ne peut être exclue ou même d’origine environnementale : « Les Parties reconnaissent que des facteurs environnementaux, climatiques, socio-économiques et anthropiques augmentent le risque de pandémie […] » (Accord sur la pandémie 4-5)

Je vous invite à lire ou à relire cet article du 22 avril 2024.

——

La Maison Blanche envisage de déclarer une urgence climatique nationale : reportage de Fox Business (19 avril 2024).

➽ Joe Biden envisage une déclaration ridicule sur « l’urgence climatique »

Par Andrew Follett, National Review (24 avril 2024)

Il s’agirait d’une nouvelle complaisance à l’égard des écologistes radicaux qui préfèrent des prix plus élevés au niveau national et une énergie plus polluante en provenance de l’étranger. La Maison Blanche de Joe Biden envisage de déclarer une « urgence climatique nationale » pour bloquer le développement énergétique américain tout en apaisant ses donateurs écologistes extrémistes. Les principaux conseillers du président Joe Biden ont repris les discussions sur la déclaration d’une telle urgence. L’objectif serait de suspendre les forages en mer et les exportations de pétrole afin de réduire les émissions de dioxyde de carbone, selon Bloomberg.

Bloomberg indique explicitement que l’administration sait qu’une telle déclaration n’aiderait pas réellement l’environnement. Le véritable objectif de cette annonce est de « galvaniser les électeurs soucieux du climat ». Ce ne serait même pas la première fois ce mois-ci que Biden sacrifie les intérêts énergétiques de l’Amérique au nom de ses perspectives de réélection.

« Le président Biden a traité la crise climatique comme une urgence dès le premier jour et continuera à construire un avenir énergétique propre qui réduira les factures d’électricité, créera des emplois syndicaux bien rémunérés, fera de notre économie l’envie du monde entier et donnera la priorité aux communautés qui ont été trop longtemps laissées pour compte », a déclaré Angelo Fernandez Hernandez, porte-parole de la Maison-Blanche, à Bloomberg.

Dans la tête de Joe Biden, ce n’est pas non plus la première fois qu’il déclare une urgence climatique.

Lors d’une interview accordée l’année dernière à la chaîne météo Weather Channel, M. Biden a déclaré à tort qu’il l’avait « déjà fait » lorsqu’on lui a demandé s’il avait l’intention de déclarer une situation d’urgence climatique. L’inexactitude était si flagrante que sa déclaration a été vérifiée comme fausse par CNN, qui n’est pas exactement connue comme une source d’information de droite. CNN a ensuite attribué la fausse déclaration de M. Biden à « la pression qu’il subit » afin d’éviter d’insinuer que le président pourrait être dans un état de déclin mental.

En 2022, avant l’adoption de la loi sur la réduction de l’inflation (IRA), qui fait la part belle à la politique climatique, M. Biden avait envisagé de « passer en mode bête » et de déclarer une situation d’urgence en matière de réchauffement climatique s’il n’obtenait pas ce qu’il voulait. M. Biden prétend avoir fait « le plus grand investissement jamais réalisé dans les énergies propres et l’action en faveur du climat » dans sa seule grande réalisation législative, la loi de réduction de l’inflation (IRA), d’un coût nominal de 800 milliards de dollars, qui devrait maintenant coûter 364 milliards de dollars de plus.

La Maison Blanche de Joe Biden a cédé à plusieurs reprises aux pressions politiques exercées par les groupes de défense de l’environnement, qui constituent une base de donateurs et d’activistes essentielle pour la campagne de réélection très disputée du président. Pourtant, les extrémistes écologistes exigent régulièrement la suspension des droits civils et de l’ordre gouvernemental normal en faveur de politiques plus agressives de lutte contre le réchauffement de la planète.

Les décisions antérieures, telles que le blocage par M. Biden, en janvier, de l’approbation de nouveaux permis d’exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) pour de prétendues raisons environnementales, ont grandement nui aux intérêts nationaux des États-Unis tout en n’apportant pas grand-chose à la planète. Mais ils ont fait le bonheur des donateurs radicaux et de la base militante de M. Biden.

Climate Defiance, le même groupe environnemental dont la Maison Blanche a fait l’éloge en janvier en le qualifiant de « leader » en matière d’environnement, publie désormais ouvertement des vidéos de ses militants harcelant la sénatrice républicaine Lisa Murkowski parce qu’ils pensent qu’elle est « une meurtrière » et une « pyromane écocidaire » pour s’être opposée à l’ordre du jour écologiste extrême du groupe. Le fait que, si ces groupes écologistes parvenaient à leurs fins, nous serions plus dépendants de l’énergie (plus polluante) provenant de sources étrangères, mais cela ne semble pas importer à M. Biden. Il semble avoir décidé que ce genre d’argumentation en valait la peine, si elle permettait de stimuler ses efforts en vue de sa réélection. Les médias ont qualifié l’initiative en faveur de l’urgence climatique de « manœuvre de réélection » et de tentative de « motivation des principaux groupes d’intérêt ».

Les actions de M. Biden ont déjà fortement endommagé le marché mondial de l’énergie américaine, car l’incertitude politique qui en résulte réduit considérablement les investissements dans l’industrie. Il s’agit d’un problème majeur, étant donné que les États-Unis sont directement ou indirectement impliqués dans des conflits majeurs en Israël, en mer Rouge, en Iran et en Ukraine — et que l’armée américaine fonctionne grâce à l’énergie américaine.

Cette proposition stratégiquement désastreuse s’inscrirait tristement dans la lignée d’autres politiques de M. Biden qui ont incité les alliés hésitants des États-Unis à reconsidérer leur rapprochement avec le Kremlin et Pékin, qui ont affaibli ce qui était récemment l’une des industries les plus florissantes des États-Unis et qui ont contribué à l’augmentation des prix de l’énergie aux États-Unis.

Les prix de l’énergie ont grimpé sous le mandat de Biden, dépassant même les taux d’inflation en hausse pour frapper directement les Américains dans leur portefeuille. Depuis l’investiture de Biden en janvier 2021, les prix de l’électricité ont grimpé de près de 30 %, soit 13 fois plus vite que la moyenne des sept années précédentes, selon le Wall Street Journal. C’est maintenant une urgence potentielle.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Marc André Garand
5

« Merci pour tous vos bons ouvrages. Je trouve ça important de vous en faire part. Un bon travail mérite d'être reconnu et remercier. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
1100370cookie-checkLa Maison Blanche envisagerait de déclarer une urgence climatique nationale, ce qui donnerait à Joe Biden des pouvoirs dignes de l’époque Covid
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jonas

En parallèle, et depuis 3 ans, j’entends 24h/24 à travers les médias alternatifs que les chapeaux blancs avec les êtres intergalactiques travaillent fort pour nous libérer de la matrice. En fait ils travaillent depuis 70ans…LOL, je me marre. Tout ce que je vois, c’est que le cirque continue et qu’on est pas arrivé au bout de nos peines. Qu’en pensez-vous Mr Boulianne ?

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
2
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x