« Le souhait des rois : la démocratie aux abois », selon l’auteur et ancien rédacteur en chef du mensuel “Harper’s Magazine”, Lewis H. Lapham

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

J’ai fait l’acquisition du livre de l’auteur américain Lewis H. Lapham, intitulé “The Wish for Kings: Democracy at Bay” (Le souhait des rois : la démocratie aux abois). Il s’agit de l’édition originale publiée en 1993 par les éditions Grove Press (couverture rigide avec jaquette, 214 pages). Dans cet ouvrage publié il y a trente ans, l’auteur accusait déjà les États-Unis d’être dirigés par une oligarchie égoïste, une élite dirigeante qui prêche la démocratie et le libre marché, mais qui rend en réalité l’économie dépendante de la fixation systématique des prix, des appels d’offres non compétitifs et des subventions fédérales. Au lieu du dialogue démocratique, l’oligarchie promeut « l’esprit courtois ». Les courtisans — avocats, politiciens, célébrités, dirigeants du monde des affaires — promulguent des « mensonges bienvenus » et entretiennent l’illusion du progrès tout en contribuant à maintenir le statu quo. Lapham fustige les médias d’information « timides et réactionnaires », qui se présentent comme des chiens de garde mais agissent comme des chiens de poche auprès des classes dirigeantes et possédantes. Il trouve l’esprit de courtisan ascendant dans le favoritisme et le gaspillage de Washington. Dans un ouvrage énergique et édifiant, Lapham décrit l’ancien président Clinton comme un mandarin potentiel qui pouvait exaucer le « désir des rois » de l’Amérique, favorisant l’illusion du changement tout en soulageant la population du dur travail de participation démocratique.

Né le 8 janvier 1935, Lewis Henry Lapham est un écrivain américain. Il a été rédacteur en chef du mensuel américain Harper’s Magazine de 1976 à 1981 et de 1983 à 2006. Il est le rédacteur et fondateur de Lapham’s Quarterly, une publication trimestrielle sur l’histoire et la littérature, et a écrit de nombreux livres sur la politique et l’actualité. Fils de Lewis A. Lapham et de Jane Foster, Lapham est né et a grandi à San Francisco. Son grand-père Roger Lapham était maire de San Francisco et son arrière-grand-père, Lewis Henry Lapham, était l’un des fondateurs de Texaco.

Lewis Lapham a été rédacteur en chef du Harper’s Magazine de 1976 à 2006 (avec une interruption de 1981 à 1983). Il fut rédacteur en chef de 1971 à 1975, après avoir travaillé pour le San Francisco Examiner et le New York Herald Tribune. Il est en grande partie responsable de l’apparence moderne et de l’importance du magazine, ayant introduit plusieurs de ses caractéristiques emblématiques, notamment « Harper’s Index ». Il a annoncé qu’il deviendrait rédacteur émérite au printemps 2006, continuant à rédiger sa chronique Notebook pour le magazine ainsi qu’à éditer un nouveau journal sur l’histoire, Lapham’s Quarterly. Lapham a également travaillé avec le PEN American Center, siégeant au conseil des juges pour le PEN/Newman’s Own First Amendment Award. En 2007, il a été intronisé au Temple de la renommée de l’American Society of Magazine Editors [Archive].

Ses écrits ont été publiés dans The American Conservatory, Life, Commentary, Vanity Fair, National Review, Yale Literary Magazine, ELLE, Fortune, Forbes, American Spectator, The New York Times, The Walrus, Maclean’s, The Observer (Londres), et le Wall Street Journal. Lapham est l’animateur et l’auteur de la série PBS America’s Century et il a été l’animateur de la série hebdomadaire de PBS, Bookmark de 1989 à 1991. Il est actuellement l’animateur de The World in Time : des discussions radiophoniques avec des universitaires et des historiens sur Bloomberg Radio qui ouvrent les portes de l’histoire derrière les événements de l’actualité. Les podcasts des discussions sont disponibles sur Bloomberg.com.

Avec son livre “Le souhait des rois : la démocratie aux abois”, Lewis H. Lapham atteint le sommet de sa forme dans cinq essais distingués qui soutiennent que trop peu d’Américains se soucient ou en savent encore assez pour protéger et nourrir les institutions démocratiques. « [Les] habitudes de liberté sont tombées en désuétude », écrit Lapham, « et la promesse de la démocratie n’inspire ni n’exalte plus la majorité des gens assez chanceux pour être nés sous son étoile. » L’Amérique s’est transformée en oligarchie, commence l’argument — un argument étayé par des faits, des chiffres et des observations — et l’état d’esprit collectif de la nation a également changé au cours des 30 dernières années, passant du statut de « démocrate » à celui de « courtisan » : d’une citoyenneté qui comprend que le gouvernement est ce que les gouvernés en font à une citoyenneté qui recherche passivement et obséquieusement des faveurs et des dispenses de la part des pouvoirs en place, qui sont élevés et ne réagissent pas. L’engourdissement et la fermeture des énergies démocratiques et des libertés de parole sont l’un des résultats d’une telle situation, puisque « [très] rarement quelqu’un se risque à une hypothèse ou à une opinion qui pourrait nuire à ses chances d’avancement », de sorte que, même dans les plus grandes universités, « l’éventail des opinions acceptables est comparable à l’envergure d’un bourdon ». Le gouvernement lui-même (“une fausse démocratie”) n’est pas moins critiqué que la « servilité chronique » du journalisme américain dans l’exercice de ses « devoirs de chambellan et d’archiflatteur ». Et tous deux font partie d’une nation piégée par des médias dont le vocabulaire « ne se prête pas à la discussion de questions politiques compliquées, et encore moins à l’ambiguïté morale ou aux moments de doute ». L’attrait d’un candidat comme Ross Perot était en fait l’attrait « d’un despotisme bienveillant », et l’avertissement de Lapham selon lequel « le désir des rois est la peur de la liberté » prend une force particulière à côté de son rappel que « la liberté se flétrit et se dégrade si elle n’est pas utilisée ». Des essais éloquents, d’une intelligence percutante, qui s’élèvent contre l’avenir orwellien de l’Amérique.

C-SPAN – 27 JUILLET 1993 : Lewis Lapham a parlé des recherches à l’origine de son livre, “The Wish for Kings : Democracy at Bay”, publié par Grove Press, qui examine le gouvernement fédéral sous l’angle des idiosyncrasies privées des hauts fonctionnaires des récentes administrations présidentielles. Il a détaillé dans son livre des anecdotes sur les modes de vie opulents et les actions entreprises par les fonctionnaires au cours des dernières années. [SOURCE : C-SPAN]

➽ Un Versailles américain : “Le souhait des rois : la démocratie aux abois”

Par Sara E. Melzer, 21 novembre 1993

Historiquement, la démocratie américaine a suscité de nombreuses craintes mais aussi de nombreux espoirs. George Washington, désillusionné à la fin de sa vie, se plaignait qu’on puisse « dresser un balai » comme candidat, le qualifier de « vrai fils de la Liberté » ou de « démocrate » et qu’il « commanderait toujours leurs voix ! » Comme Washington, de nombreux pères fondateurs étaient désespérés du nouvel ordre démocratique qu’ils avaient créé. John Adams et Alexander Hamilton ont protesté en affirmant que leur sort dépendait désormais des jugements et des votes des masses mesquines, ignorantes et irréfléchies.

Peu après, Alexis de Tocqueville donne la formulation classique de ce problème dans son ouvrage “De la démocratie en Amérique“. La démocratie, qui prétend être la règle de tous sur tous, n’est en fait la règle que d’une partie – la majorité – sur le reste. Cette partie peut exploiter d’autres parties et devenir tyrannique, comme dans une aristocratie ou une monarchie. Cette tyrannie de la majorité pourrait s’exercer non seulement contre les minorités défavorisées (les pauvres, les Noirs, les Indiens), mais aussi contre les minorités favorisées (les riches, les éduqués, les nantis). Tocqueville, comme nos pères fondateurs, craignait la tyrannie des masses médiocres et insensées contre une minorité plus éclairée et instruite.

« J’ai lu ceci il y a de nombreuses années et je viens tout juste de l’évaluer ainsi que d’autres du passé. Il a été écrit il y a 25 ans et est toujours 100 % pertinent et descriptif de notre culture et de notre société. »Donna Ryan

Mais il existe une tradition opposée selon laquelle le plus grand danger pour la démocratie réside dans la tyrannie des élites riches. De nombreux commentaires politiques aux États-Unis tournent autour de la question suivante : l’Amérique est-elle trop démocratique ou pas assez démocratique ?

Dans “The Wish for Kings: Democracy at Bay”, Lewis H. Lapham se débat avec cette question importante et répond haut et fort – pas assez démocratique. Rédacteur en chef du Harper’s Magazine, Lapham a contribué de manière significative à ce débat. Il a écrit trois autres livres, “Money and Class in America”, “Fortune’s Child” et “Imperial Masquerade”, qui traitent tous de préoccupations similaires, mais il s’agit de son ouvrage le plus convaincant et le plus puissant à ce jour.

Il soutient que même si nous sommes théoriquement une démocratie qui devrait donner du pouvoir à la majorité, en pratique, une élite a pris le pouvoir, « un gouvernement des riches, par les riches, pour les riches ». Cela est dû essentiellement à ce qu’on pourrait appeler le « cocooning de l’Amérique ». Entourés de réalités aussi terrifiantes que les émeutes de Los Angeles et les sans-abri partout, nous nous retirons dans le confort douillet de nos petites vies rétrécies. Dans cet état de déni anesthésié, nous nous déconnectons non seulement des autres et du monde, mais aussi de nous-mêmes. Nous confions notre vie à d’autres qui sont censés s’en soucier et sont mieux équipés pour gouverner à notre place.

« La voix de Lapham est la conscience colérique du mécontentement que je sens en moi. Les Américains se sont adoucis, nos libertés étant considérées comme acquises. La liberté exige des citoyens responsables. Nous souhaitons que d’autres fassent le gros du travail. Nous sommes devenus des enfants paresseux et gâtés qui échangent nos libertés contre du confort. Pour résumer d’où vient notre pays et où nous en sommes, il est le meilleur des meilleurs. Cinq étoiles et plus. »Michael Oborn

Mais ceux qui nous gouvernent sont eux-mêmes gouvernés par une conscience rétrécie similaire. C’est ce que Lapham appelle « l’esprit courtisan ». Dans son chapitre “Versailles on the Potomac” (Versailles sur le Potomac), Lapham soutient que Washington contemporain ressemble étonnamment à la cour du Roi Soleil de la France absolutiste, où toute la valeur des courtisans se mesure à l’endroit où l’on peut s’asseoir ou se tenir debout, ou à l’inclinaison avec laquelle on salue ou on est salué. Les fonctionnaires de la cour de l’Amérique du XXe siècle sont obsédés par des distinctions hiérarchiques équivalentes. Qui peut monter dans la limousine de la secrétaire ? Qui occupera le bureau donnant sur la pelouse ? Ce sont des questions qui préoccupent vraiment nos responsables, même s’ils cachent leurs pulsions mesquines et narcissiques derrière une rhétorique socialement correcte sur le bien-être du peuple.

Même les idoles de notre culture servent à nous enfermer dans nos cocons. Liz et Elvis, Madonna et les Kennedy, symboles de nos plus hautes aspirations, nous accordent les « sourires du bonheur infini ». Comme des divinités mineures ou une petite foule d’idoles non peintes dans un sanctuaire au bord d’une route, ils soulagent la douleur du doute et tiennent à distance la peur du changement.

Dans une rhétorique incisive et spirituelle, digne des protestations de Voltaire contre l’oppression de la France absolutiste, Lapham tente de nous sortir de notre stupeur. Il nous exhorte à agir et à nous engager dans le monde pour récupérer les valeurs démocratiques qui définissent le meilleur de ce que nous sommes et pouvons être. Cependant, il ne dit pas exactement quelles sont ces actions. Mais Lapham souhaite avant tout changer notre conscience, car pour lui, la démocratie n’est pas simplement une forme de gouvernement mais aussi une habitude d’esprit qui encourage l’activisme et la responsabilité.

« C’est le problème d’être un élitiste de gauche de la côte Est qui fume à la chaîne : personne ne vous écoute, alors vos prophéties se réalisent. Cela a été écrit en 1993. »Marc Desrosiers

Il est ironique que, dans un monde en constante expansion, notre conscience rétrécisse sans cesse. Mais c’est peut-être précisément cette expansion qui suscite les plus grandes craintes. Dans le chapitre le plus approfondi de Lapham, “The Wish for Kings” (Le souhait des rois), il affirme que même si nous pensons vouloir la démocratie, au fond, nous voulons vraiment des rois – ou l’illusion des rois, ou toute sorte d’être faisant autorité. « Ce qui compte, c’est la présence de l’immortalité … le report indéfini de la mort et du temps. » Ce désir d’une autorité incontestée est en réalité la peur de la liberté. Lapham a mis le doigt sur l’un des aspects les plus problématiques de la société et de la politique modernes. Maintenant que la politique a été libérée de son soutien plus traditionnel dans la religion ou dans un domaine de valeurs transcendantal, elle doit tirer son autorité du consentement du peuple. Mais cette autorité change presque aussi fréquemment que les sondages d’opinion quotidiens. De tels changements ne peuvent que renforcer notre conscience du caractère arbitraire de toute autorité. Cette liberté est effrayante. Mais cela ne signifie pas que nous devons renoncer à nos responsabilités.

Même si j’aurais souhaité une confrontation sérieuse avec le point de vue opposé sur l’origine de la tyrannie, on ne peut nier la force de l’argument de Lapham. Ce livre est une tentative sérieuse et puissante de réveiller la conscience endormie de l’Amérique. — SARA E. MELZER


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Paul Philippe
5

« Félicitations et honneur à vous Monsieur Boulianne pour ce titre dans le monde périlleux du vrai Grand journalisme tellement nécessaire et que nous apprécions. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
1106340cookie-check« Le souhait des rois : la démocratie aux abois », selon l’auteur et ancien rédacteur en chef du mensuel “Harper’s Magazine”, Lewis H. Lapham
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x