Un article de Peter C. Newman du 7 juillet 1956 : “La participation fabuleuse des Rothschild au Canada” — Publié dans le magazine Maclean’s

J'ai découvert — complètement par hasard — un article du journaliste Peter C. Newman (Compagnon de l'Ordre du Canada) publié le 7 juillet 1956 dans le magazine Maclean’s. Intitulé “The Rothschild's Fabulous Stake in Canada” (La participation fabuleuse des Rothschild au Canada), cet article décrit tous les investissements et les possessions faramineuses de la famille de Rothschild au Canada, dont le Québec. J'ai considéré cet article tellement intéressant que j'ai décidé de le traduire et de le partager à mes lecteurs. Le seul exemplaire de ce numéro du magazine est en vente dans la boutique RareNonFiction au prix de $ 499.99 USD (± 682,00 $ CAD), ce qui en fait sa rareté.

Maclean's, fondé en 1905, est un important périodique hebdomadaire d'actualités de langue anglaise traitant de questions canadiennes telles que la politique, la culture pop et l'actualité. Son fondateur, l'éditeur de Toronto John Bayne Maclean, a créé le magazine pour offrir une perspective unique sur l'actualité et pour « divertir mais aussi inspirer ses lecteurs ». Rogers Media, l'éditeur du magazine depuis 1994 (après l'acquisition de Maclean-Hunter Publishing), a annoncé en septembre 2016 que Maclean's deviendrait un mensuel à partir de janvier 2017, tout en continuant à produire un numéro hebdomadaire sur l'application Texture. En 2019, le magazine a été racheté par son éditeur actuel, St. Joseph Communications.

Une chose est absolument certaine, cet article publié en 1956 dans l'un des plus importants magazines "mainstream" du Canada ne pourra pas être placé dans la catégorie des "théories du complot" par les détracteurs et les vérificateurs de faits.

L’hiver dernier, vingt Esquimaux de Quortok et deux prospecteurs barbus ont conduit dix traîneaux tirés par des husky chargés de six tonnes de minerai de fer à travers le froid engourdissant du nord du Québec, du lac Morgan à un bras de mer au large de la baie d’Ungava juste en dessous du 60e parallèle. Comme des milliers d’autres Canadiens qui ne s’en rendent pas compte, les membres de cette caravane arctique travaillaient pour N. M. Rothschild & Sons, la banque privée la plus puissante du monde, qui a, au cours des quatre dernières années, prudemment et secrètement acquis une énorme participation au Canada. Le minerai était extrait de gisements appartenant à Oceanic Iron Ore of Canada ltd. pour le transbordement vers les laboratoires métallurgiques de Montréal après la débâcle printanière. Oceanic est une filiale de Technical Mine Consultants Ltd., qui appartient à son tour à Rio Tinto Mining Co. of Canada. Les Rothschild se tiennent au sommet de cette spirale corporative en détenant la plus grande part individuelle de la société mère anglaise de Rio Tintos.

L’empire canadien des Rothschild comprend désormais :

• Une zone plus grande que l’Angleterre et le Pays de Galles contenant presque jusqu’aux ressources minérales et forestières non jalonnées du Labrador et de Terre-Neuve. Des gisements d’uranium qui pourraient être les plus importants du continent ont déjà été découverts dans cette zone. Parmi ses autres richesses se trouve une chute d’eau deux fois plus haute que Niagara ; lorsqu’il est entièrement exploité, il produira plus d’énergie que n’importe quelle installation électrique existante dans le monde.

• Une participation importante dans le groupe Rio Tinto de cinquante-cinq sociétés minières canadiennes possédant des puits et des concessions dans sept provinces. Ces propriétés comprennent les trois quarts des réserves d’uranium connues du district de Blind River et des usines qui pourraient éventuellement produire pour un million de dollars d’uranium par jour.

• Un groupe d’entreprises à travers le Canada, qui vendent des assurances incendie et accidents aux Canadiens, prêtent de l’argent aux acheteurs de voitures de Vancouver, roulent de l’acier à Edmonton et fabriquent des cerceaux de tonneaux à Mattawa, en Ontario.

• Neuf cents acres à seulement vingt milles à l’ouest de l’hôtel de ville de Toronto sur lesquels l’argent des Rothschild construit une toute nouvelle ville.

Les Rothschild n’associent leur nom à aucune de ces entreprises. Peu ou pas de leurs clients canadiens savent qu’ils font affaire avec la même famille qui a financé l’achat du canal de Suez par la Grande-Bretagne et a soutenu le développement par Cecil Rhodes des prodigieux gisements de diamants De Beers en Afrique du Sud. Prêteurs d’argent insignifiants à l’origine, puis exécutants de blocus et financiers internationaux, les Rothschild sont apparus en 1818 comme les banquiers les plus influents de l’histoire. Ils avaient l’Europe à leurs pieds comme Napoléon n’en avait jamais eu. En fait, l’or Rothschild a financé la défaite de l’ambitieux empereur.

L’invasion du Canada par les Rothschild a eu lieu il y a quatre ans lors d’un déjeuner dans la salle à manger privée de la banque familiale à Londres. L’hôte était Anthony de Rothschild, l’associé principal du cabinet. L’invité d’honneur était Joseph Smallwood, qui parcourait l’Europe pour un capital à risque afin de développer Terre-Neuve-et-Labrador. Six mois de négociations ont suivi. Smallwood a proposé de fermer toutes les terres de la Couronne restantes dans la province aux prospecteurs afin que les Rothschild puissent choisir une concession de cinquante mille milles carrés sur les soixante et onze mille milles carrés non jalonnés du Labrador et la moitié des vingt mille milles carrés non jalonnés de Terre-Neuve. Cela donnerait aux Rothschild le premier choix dans une zone considérablement plus grande que la taille combinée de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard.

Toutes les ressources minérales, énergétiques et de bois de la concession (qui diminueraient progressivement jusqu’à un tiers de la taille à mesure que des terrains inutiles étaient explorés et abandonnés) appartiendraient aux Rothschild. En retour, Smallwood a exigé que les Rothschild dépensent cinq millions de dollars pour explorer le territoire sur une période de vingt ans et versent au gouvernement provincial une redevance de huit pour cent sur les bénéfices.

L’offre accordait un domaine sur trois fois plus de territoire que celui détenu au Labrador par l’Iron Ore Company of Canada, qui développe actuellement des gisements de minerai de fer à Knob Lake. Il a été repris par un syndicat composé de trente des plus grandes entreprises d’Angleterre et de quelques maisons d’investissement canadiennes, dirigé par N. M. Rothschild & Sons. Les actifs des partenaires de la nouvelle entreprise audacieuse, appelée British Newfoundland Corporation (et bientôt surnommée «Brinco») dépassaient les cinq milliards de dollars, soit plus que « le budget annuel total du gouvernement canadien. dans ce siècle. » Sir Winston Churchill a qualifié le projet de « grand concept impérial ».

Alors que Malcolm Hollett, membre de l’opposition progressiste-conservatrice de Terre-Neuve, attaquait toujours l’adoption du projet de loi autorisant l’énorme concession, Brinco installait son quartier général d’exploration à North West River, une petite colonie près de Goose Bay. Le plus grand jeu de cache-cache géologique du Canada était en cours. Au cours des vingt-quatre mois suivants, les ingénieurs de Brinco ont choisi les contours de leurs concessions sur une terre désolée parsemée de rochers et de lacs qui se classe parmi les territoires les moins explorés de ce continent. Au début, ils n’avaient guère plus pour travailler que des cartes murales.

Au cours de l’été 1953, les Beavers équipés de flotteurs de la compagnie ont transporté des équipes d’arpentage lors de plus d’un millier de sorties. Des avions bourrés d’équipements géophysiques sillonnent la région en hiver. Au cours de l’été 1954, un hélicoptère Bell et le BRINCO, une vedette à moteur de quarante-six tonnes, se sont joints aux recherches. Pour s’assurer qu’aucune zone de minéralisation probable n’a été oubliée, la société a embauché Claude K. Howse, le meilleur géologue de Terre-Neuve qui avait été sous-ministre provincial des Mines, pour guider son corps de prospection de 228 hommes.

À la fin de 1954, les limites des concessions de Brinco ont été établies, tout comme leur importance future. À dix milles au sud-ouest de Makkovik, un avant-poste missionnaire sur la côte coulée du Labrador, les géologues de Brinco ont retracé un événement radioactif de huit milles de large et quatre-vingt-cinq milles de long qui, selon le premier ministre Smallwood, finira par surpasser les frappes d’uranium de Beaverlodge et de Blind River. Les équipes de Brinco ont également découvert d’importantes quantités de minerai de fer, titane, cuivre, plomb. des gisements de zinc, de nickel, d’amiante et de colombium, et délimite près de vingt millions de cordes de bois vierge – la base d’une éventuelle industrie des pâtes et papiers à Goose Bay, alimentée par un nouveau chemin de fer ouvrant l’intérieur du Labrador.

Mais l’atout le plus précieux du royaume du nord de Brinco est la rivière Hamilton écumante, qui descend de mille sept cents pieds dans sa cascade sauvage du haut plateau du Labrador dans le lac Melville, à Goose Bay. À environ deux cents milles de son embouchure, le ruisseau est interrompu par une succession de cataractes abruptes, plongeant finalement au-dessus d’un précipice vertical de 302 pieds dans Bowdoin Canyon avec un rugissement audible à cinquante milles.

Voici Grand-Sault, le site de l’un des plus grands potentiels hydroélectriques au monde. Les ingénieurs de Brinco travaillent actuellement sur des plans pour détourner le Hamilton à travers des lacs artificiels et des digues de retenue qui permettront d’exploiter une tête complète de 1 050 pieds dans une seule centrale électrique, produisant une puissance ultime de quatre à cinq millions de chevaux. (La plus grande installation électrique existante est le barrage de Grand Coulee sur le fleuve Columbia dans le nord-ouest des États-Unis. Il produit une charge de pointe de 3 102 000 chevaux.) « Si Grand Falls avait été dans certaines des régions développées du Canada », déclare le sénateur C. C. Pratt, de St. John’s, un directeur de Brinco, « il serait probablement devenu à ce moment-là la plus grande aide énergétique à l’industrie dans le monde ».

Un rapport des ingénieurs-conseils de Brinco prédit que Grand-Sault peut produire de l’électricité au coût par cheval-vapeur le plus bas au Canada, en partie parce que le barrage principal peut être construit entièrement en roche provenant de fosses voisines. « Les générateurs », indique l’étude, « sera plus grand que tout ce qui existe actuellement ». Le principal problème sera de vendre l’énorme charge de puissance. Une fonderie d’aluminium est à l’étude. Power-short Montréal n’est qu’à sept cents milles. Brinco construit actuellement une route d’accès de cent milles à Grand-Sault à partir du point milliaire 286 du chemin de fer de la Côte-Nord du Québec. Et la société a récemment déclaré qu’elle construirait une ligne de transmission de 250 milles entre Grand Falls et Seven Islands.

Les enquêtes qui ont mené à la décision de développer Grand-Sault ont souligné la prudence suivie dans la plupart des choses par les Rothschild, qui sont des investisseurs et non des joueurs. Ils ont même demandé à leurs ingénieurs de peser d’éventuels actes de Dieu (acts of God). Les rapports qu’ils ont reçus ont montré qu’une centrale électrique à Grand-Sault serait à l’abri des dommages causés par un tremblement de terre, car elle serait intégrée dans le Bouclier canadien, la formation rocheuse la plus stable d’Amérique du Nord. Les physiciens de Brinco ont également étudié l’incidence de la foudre, des glissements de terrain et des avalanches. Aucun de ces phénomènes naturels n’a été trouvé susceptible de défier la puissance des Rothschild.

En plus de détenir les énormes concessions du Labrador et de Terre-Neuve, les Rothschild ont un intérêt tout aussi important, bien que tout à fait distinct, dans la Rio Tinto Company de Londres. Cette énorme fiducie minière britannique a formé un partenariat avec les entreprises minières canadiennes dorées de Joseph Hirshhorn pour établir la Rio Tinto Mining Company of Canada, un groupe de soixante-trois millions de dollars de mines d’uranium, d’or, de cuivre, d’argent, de plomb et de zinc, avec des propriétés importantes dans de nombreux districts miniers canadiens.

L’accord avec Flirshhorn a nécessité quatre mois de négociations transatlantiques. Lors de la cérémonie de signature de quatre heures dans la sombre salle du conseil d’administration de la National Trust Company à Toronto, Hirshhorn a signé vingt-cinq fois son nom et gazouillait joyeusement : « C’est la plus grosse affaire de ma vie. Quelle pause pour le Canada ! »

Le contrat a donné à Hirshhorn, un promoteur fleuri de Brooklyn, cinq millions de dollars en espèces et plus de treize millions de dollars en titres. Cela a également fait de lui un associé de Rio Tinto, dont le président était feu le comte de Bessborough, gouverneur général du Canada de 1931 à 1935, et dont les actionnaires, selon la rumeur, incluent la famille royale britannique. Rio Tinto a été formé par les Rothschild et d’autres financiers en 1873. Ses actifs de près de deux cents millions de dollars comprennent des mines de cuivre en Rhodésie, un grand producteur d’uranium en Australie et des intérêts dans les champs aurifères de Rand en Afrique du Sud.

Avec la réserve britannique habituelle, Rio Tinto ne discutera pas de ses plans futurs au Canada, mais la société a prévu un million de dollars par an pour les vingt-cinq prochaines années sur l’exploration minière canadienne. Ses ingénieurs sondent certaines des propriétés transférées à Rio Tinto, par le biais de l’accord Hirshhorn, notamment : un groupe de 1 019 réclamations à Windy Point, sur la rive nord-ouest du Grand lac des Esclaves, où des traces d’importants indices de plomb et de zinc similaires à l’énorme découverte de Pine Point sur la rive sud du lac ont été trouvées ; un corps minéralisé présumé de cuivre-zinc-or-argent à dix milles au nord-est de Rouyn, au Québec ; une perspective de cuivre près de Sioux Lookout dans le nord-ouest de l’Ontario ; les valeurs d’argent trouvées à treize milles à l’est de Hazelton, en Colombie-Britannique ; une découverte de cuivre dans le canton de Holland à Gaspé ; un gisement de minerai de fer océanique de cinq cents millions de tonnes sur le côté ouest de la baie d’Ungava et un gisement de cuivre de trois millions de tonnes à Waden Bay, sur le côté nord-ouest du lac la Ronge, dans le nord de la Saskatchewan.

Grâce à leurs participations distinctes dans Brinco et Rio Tinto, les Rothschild ont maintenant un intérêt majeur dans près de quarante millions d’acres du pays minier le plus prometteur du Canada. C’est une superficie presque deux fois plus grande que la superficie totale de blé du Canada en 1956. Mais l’influence de la famille sur le Canada ne se limite ni à l’avenir ni à l’exploitation des ressources naturelles.

Depuis 1892, les Canadiens souscrivent une assurance contre les accidents et l’incendie aux Rothschild par l’intermédiaire des succursales de Toronto, Montréal et Vancouver de l’Alliance Assurance Company de Londres, une filiale de leur opération d’assurance anglaise. Sans se classer parmi les plus grands assureurs au Canada, la compagnie couvre maintenant des risques au Canada d’une valeur de plus de cinq cent cinquante millions de dollars.

Il y a trois ans, avec d’autres investisseurs européens et des capitaux privés canadiens, les Rothschild ont créé une société d’investissement montréalaise appelée United North Atlantic Securities Ltd., qui a depuis acheminé des millions vers diverses entreprises canadiennes. À Vancouver, United a créé Consolidated Finance Company, une opération de financement automobile. À Edmonton, l’entreprise a construit Premier Steel Mills, la première usine de laminage d’acier de l’Alberta. À Hamilton, elle a financé la nouvelle usine de Canadian Conveyors Ltd., qui fabrique du matériel de manutention mécanique. À Mattawa, en Ontario, et à Seotstown, au Québec, l’entreprise soutenue par Rothschild a racheté Guelph Plywoods Ltd., un transformateur de contreplaqué et un fabricant de cerceaux de tonneau.

Une filiale de United North Atlantic construit une nouvelle ville appelée Park Royal sur neuf cents acres près de Clarkson, en Ontario, sur l’autoroute Queen Elizabeth, à vingt milles de Toronto. La construction des trois mille maisons, des églises, des écoles, d’un parc et des centres communautaires et commerciaux sera achevée en I960. En avril dernier, les Rothschild ont constitué une autre société d’investissement canadienne, appelée Five Arrows Securities Ltd., d’après le dessin sur les armoiries de la famille. Ces armoiries rappellent qu’il y avait à l’origine cinq banques Rothschild – à Frankfort, Vienne et Naples, ainsi que les maisons encore en activité de Londres et de Paris. La nouvelle société dispose d’un capital initial de huit millions de dollars, composé d’investissements de financiers néerlandais et français, dont le baron Guy de Rothschild, de Paris. Il y a des spéculations selon lesquelles cette société fournira une partie des fonds pour le développement ultérieur des ressources énergétiques et minérales détenues par Brinco au Labrador.

Il y a aussi des spéculations que les Rothschild pourraient aider à développer un marché de l’or au Canada. Les restrictions de longue date sur le commerce privé de l’or ont été supprimées dans le dernier budget du ministre des Finances Harris et n’importe qui peut désormais acheter, conserver et vendre de l’or. En tant qu’agents de vente d’or de la Banque d’Angleterre (la chambre de compensation exclusive pour la production d’or sud-africaine), les Rothschild sont les marchands d’or privés les plus influents au monde. Ils en emploient deux cents dans leur propre monnaie à Londres, qui peut raffiner pour un million de livres de métal précieux par jour.

Les résultats des courses hippiques aussi

Mais le trafic d’or n’est qu’une passion secondaire chez N. M. Rothschild & Sons. En plus d’être des conseillers en placement pour de riches Anglais et des banquiers pour des organisations mondiales telles que la fiducie de papier journal Bowater, les Rothschild se spécialisent dans le « financement du commerce extérieur » – un terme vague qui couvre leurs activités canadiennes. La banque fonctionne en partenariat fermé, toutes ses actions étant détenues par la famille Rothschild. Seuls les clients qu’elle choisit d’accepter sont autorisés à ouvrir des comptes. La banque n’a jamais publié de bilan, mais les experts financiers de Londres fixent ses réserves actuelles à environ trente millions de livres, bien qu’elle contrôle des actifs d’environ dix fois ce montant.

La banque se dresse discrètement au bout d’une petite cour pavée du centre-ville de Londres, mais à l’écart de l’agitation de la ville. Elle est construite de pierres gris-blanc discrètes, son architecture géorgienne calme n’est pas marquée par des signes d’identification, à l’exception d’un bardeau ovale avec cinq flèches dorées décolorées. Le silence dans le hall rempli de portraits n’est rompu que par deux téléscripteurs – l’un pour les cotations boursières, l’autre pour les résultats des courses de chevaux, qui ne sonne désormais que pour la tradition. Anthony de Rothschild, l’associé de soixante-neuf ans de la banque, a vendu sa dernière série de dix poulinières pour quarante mille livres en 1940.

Anthony et son neveu de trente-neuf ans Edmund, associé junior de la banque, mènent toutes leurs affaires depuis “The Room”, un bureau imposant dominé par une grande cheminée en marbre, ses murs lambrissés quadrillés de portraits ancestraux. Léopold, un autre neveu âgé d’un an, est le seul autre Rothschild actuellement dans l’entreprise. Le sous-sol de la banque regorge d’archives historiques et d’au moins une pile de preuves que les Rothschild étudient le Canada depuis longtemps : des copies du Financial Post datant de 1910.

Les cent cinquante employés de l’entreprise se voient offrir un déjeuner gratuit, du café et des gâteaux à onze heures, du thé et des fruits à quatre heures. Mais personne ne peut sortir manger sans l’autorisation du chef de bureau. Elle est rarement demandée et rarement accordée. Le personnel n’est pas rémunéré pour les heures supplémentaires, mais tout le monde reçoit une dinde pour Noël et le privilège d’acheter du vin (embouteillé par le Baron Phillipe de Rothschild près de Bordeaux, France) à prix coûtant. Les employés sont rarement licenciés. Si l’on part, le choc se propage aux partenaires.

Tous les visiteurs importants sont filtrés par Edmund de Rothschild, un magicien de la finance à l’esprit vif et sympathique qui s’intéresse énormément au Canada et interroge avidement les hommes d’affaires de ce côté-ci de l’Atlantique sur les perspectives de ce pays. Il s’est rendu à Terre-Neuve en 1952 et à Montréal en 1953, et a depuis effectué des visites d’inspection semestrielles des propriétés canadiennes de la banque.

Peu passent devant « M. Eddy » au bureau en marbre d’Anthony Gustave de Rothschild, un introverti aux cheveux blancs et à l’air frêle qui dirige la banque avec une finalité despotique. « Il a une personnalité sur des semelles en caoutchouc », explique un ami. « Il parle rarement, mais dites-lui quelque chose une fois et vous n’aurez jamais à le répéter. » Il a fait ses études à Harrow et à Cambridge et son ambition initiale était de devenir professeur d’histoire de Cambridge. Son seul passe-temps est l’art. Dans sa maison de campagne du Buckinghamshire, il possède l’une des collections de poterie orientale les plus précieuses au monde, une paire de tables tripodes Chippendale et des peintures de Hogarth, Rubens et Holbein. Lorsque la princesse Elizabeth s’est mariée, il lui a offert un service à thé de Sèvres de quarante-quatre pièces.

En tant qu’associé principal de N. M. Rothschild & Sons, Anthony a maintenu l’éminence financière de l’entreprise. Mais l’influence actuelle de la banque sur les affaires mondiales n’est qu’un faible reflet du pouvoir qu’elle détenait au XIXe siècle sous le règne de Nathan. L’arrière-grand-père d’Anthony, qui exploitait un plan Marshall privé avec une touche. Il a lancé des prêts aux pays nécessiteux totalisant des milliards de dollars, mais a appliqué des taux d’intérêt « attractifs ».

Les transactions des Rothschild ont formé la base de nombreux faits et légendes bien connus sur cette fabuleuse dynastie commerciale. L’argent des Rothschild a construit la plupart des chemins de fer d’Europe occidentale, leurs banques contrôlaient un empire du pétrole, du diamant, du mercure et du cuivre aux proportions incroyables. Ils ont soutenu Cecil Rhodes lorsque ses mines De Beers ont acquis la majeure partie du fabuleux champ diamantifère de Kimberley. Les banques Rothschild étaient les agents financiers exclusifs de l’Empire russe, du Vatican, du Brésil, du Chili et d’une demi-douzaine d’autres pays.

De nombreux financiers modernes ont tenté de reconstituer les forces qui ont inspiré l’instinct de gain inégalé des Rothschild. Une partie de leur succès était basée sur les méthodes progressives qu’ils ont introduites dans le système bancaire primitif de leur époque. Ils ont été les premiers à utiliser largement la procédure désormais considérée comme allant de soi consistant à transférer des fonds d’un pays à un autre par le biais de lettres de crédit, sans transfert physique de monnaie. Dans toutes leurs transactions, les Rothschild suivaient le même principe : ils imposaient une limite stricte aux bénéfices d’une transaction et ne cherchaient pas à obtenir des gains supplémentaires incertains.

La réaction typique d’un Rothschild recevant des nouvelles privées susceptibles de faire monter le prix d’une action était de se précipiter à la Bourse et de vendre tous ses avoirs. Alors que la nouvelle se répandait que Rothschild vendait, les courtiers ont rapidement suivi son exemple, faisant baisser le prix de l’émission. Pendant ce temps, des agents secrètement employés par Rothschild rachetaient les actions à leurs cotations basses, pour les revendre lorsque le marché réagirait aux nouvelles favorables que Rothschild savait être en route.

Napoléon pourrait-il perdre ?

Le succès de ces manœuvres dépendait du fait d’être le premier à recevoir des informations commerciales importantes. Parce que le courrier se déplace à la même vitesse pour tout le monde, les Rothschild ont mis en place leur propre réseau de pigeons voyageurs et exploité des paquets transmanche rapides, dont les capitaines avaient pour ordre strict de transmettre les messages importants quel que soit le temps.

Une grande partie de la fortune des Rothschild était un sous-produit de ce service d’information. Un agent privé qui attendait à Ostende, en Belgique, l’issue de la bataille de Waterloo se précipita à travers la Manche dans l’un des bateaux de la banque avec la nouvelle de la défaite de Napoléon. Le gouvernement britannique avait été informé au préalable que les Français étaient en train de gagner. La nouvelle avait fuité à la Bourse de Londres, les courtiers se sont précipités pour vendre. Nathan Rothschild a rapporté ses nouvelles au ministère des Affaires étrangères, mais n’a pas été cru. Pendant ce temps, ses courtiers avaient acheté les titres que les investisseurs paniqués lançaient sur le marché. Lorsque la nouvelle de la victoire a été confirmée, les citations ont monté en flèche.

Les Rothschild comptent toujours sur des agents privés qu’ils nomment dans chaque pays. Leur principal agent canadien est Ronald D. Smith, un intellectuel anglais à moustache de morse qui dirige une petite maison de courtage à Toronto. Il négocie des actions pour les Rothschild et leurs clients et rend compte des tendances commerciales au Canada. « Les Rothschild ont joué un rôle plus important dans la réalisation des potentialités d’investissement du Canada que toute autre entreprise à Londres », déclare Smith. « Je ne connais aucun autre pays où ils ont un nouvel intérêt aussi important. »

Un autre ingrédient du succès de Rothschild a été la politique familiale de mariages mixtes. C’est, selon le credo Rothschild, de bonnes économies. Vous n’êtes pas obligé de partager des secrets de cette façon – et les dots et les legs restent dans la famille. De plus, seul un Rothschild, prétendent-ils, est vraiment apte à porter un Rothschild. Sur les cinquante-huit mariages contractés au cours de leur premier siècle de notoriété, exactement la moitié étaient entre cousins germains. Lorsque la fille de Wilhelm de Rothschild, fils du fondateur de la lignée italienne, épousa son cousin Edmond, les experts généalogiques confirmèrent que du côté paternel elle appartenait à la quatrième génération, du côté maternel à la cinquième, alors qu’elle se mariait à la troisième. « Ce n’est pas que nous soyons claniques », a expliqué Victor, l’actuel Lord Rothschild, « c’est juste que les hommes Rothschild trouvent les femmes Rothschild irrésistibles. »

En plus de choisir des épouses de leur propre clan, les Rothschild semblent préférer les noms de leurs ancêtres. Sept Rothschild anglais ont été appelés Nathan, du nom du premier de leur lignée. Leur nom de famille vient de l’allemand Rot Schild, décrivant le bouclier rouge qui pendait au-dessus de l’entrée de la maison du ghetto de Francfort, en Allemagne, où Nathan est né en 1777. Son père Mayer Amschel Rothschild était un brocanteur avec une entreprise de prêt d’argent à temps partiel et de pièces rares. Les revenus annuels de la famille dépassaient rarement deux mille dollars, mais les bénéfices augmentaient à mesure que le vieux Rothschild développait son activité de prêt. Il est finalement devenu l’agent financier d’un prince local qui a contribué à étendre son influence.

La famille se sépare en 1798. Tandis qu’Amschel, le fils aîné de Meyer, reste pour s’occuper des affaires à la maison, Nathan se rend en Angleterre, Carl en Italie, James à Paris et Salomon à Vienne. Chacun a créé une banque pour coopérer avec ses organisations sœurs dans la construction du complexe bancaire privé le plus puissant de l’histoire financière. Carl devint conseiller financier du pape, mais ferma sa succursale en 1861. La chartreuse de Francfort fut fermée en 1901. Les Rothschild viennois devinrent influents mais l’annexion de l’Autriche par Hitler en 1938 ferma définitivement l’entreprise. Le baron Louis, arrière-petit-fils du fondateur de la dynastie autrichienne, a été emprisonné par les nazis pendant quatorze mois jusqu’à ce que ses parents britanniques et français le rachètent pour vingt et un millions de dollars.

Parmi les principales réalisations de la famille de Paris figurent la construction de nombreux chemins de fer français et belges et la garantie historique de la dette de cinq milliards de francs envers l’Allemagne après la guerre de 1870. Après la chute de la France en 1940, le baron Edouard de Rothschild, chef de la Banque française, est arrivé à New York portant une sacoche contenant un million de dollars de diamants qu’il a décrit comme « une simple bagatelle ».

Si leurs opérations s’étaient limitées à Paris, Vienne, Naples et Francfort, les Rothschild auraient été vite oubliés. Mais en 1804, Nathan Meyer, le troisième fils et génie de la famille, fonde N. M. Rothschild & Sons à Londres. Les transactions de cette banque (qui incluent désormais également l’énorme investissement canadien) ont d’abord propulsé la famille dans la ligue la plus élevée du secteur bancaire international et ont maintenu son leadership pendant quatre générations.

Le capital initial de Nathan consistait en grande partie en six cent mille livres envoyées en Angleterre pour investissement par Wilhelm, l’électeur de Hesse-Cassel, sur les conseils de son conseiller financier, le père de Nathan. Son premier gros contrat a été la contrebande d’un million de livres d’or en Espagne après le blocus continental de Napoléon, afin de fournir (à une belle commission) au duc de Wellington des fonds pour approvisionner ses troupes. La Maison Rothschild mûrit rapidement, se spécialisant dans les emprunts à l’étranger, un métier alors inexploité, risqué mais rentable. Nathan est finalement devenu le citoyen le plus riche d’Angleterre. Il engagea Mendelssohn pour enseigner la musique à sa fille et lui acheta une harpe d’or pur.

Le fils de Nathan, Lionel, a apprivoisé les fonctions de la banque, mais a fait preuve d’une audace typiquement rothsehildienne en 1875, lorsque le Premier ministre Disraeli avait découvert que le Khédive Ismail Pacha, le souverain endetté de l’Égypte, tentait de vendre ses 177 602 actions dans la Compagnie du canal de Suez. Les financiers français voulaient également acheter les actions. Disraeli n’a pas eu le temps d’appeler le Parlement pour approuver la dépense des quatre millions de livres nécessaires. Rothschild mangeait des raisins dans son bureau lorsque Monty Corry, le secrétaire de Disraeli, a fait irruption pour demander le prêt. Lionel mangea un des raisins, recracha la peau et dit : « Tu l’auras ».

Le fils de Lionel, Alfred, oncle de l’associé actuel, s’est rendu à son château de vacances dans un train privé et a remué son thé avec des cuillères en or massif. Il a amusé ses invités en dirigeant son orchestre privé et en se produisant sur le ring avec son propre cirque d’animaux, vêtu d’une robe bleue et de gants de chevreau lavande. Son domaine à Halton était si grand que lorsqu’il le céda au gouvernement pendant la Première Guerre mondiale, ses terrains servaient à loger et à entraîner vingt mille hommes.

À l’exception de leurs projets caritatifs, les Rothschild n’ont pas fait grand-chose pour gagner en popularité. L’un des Rothschild autrichiens a scandalisé les cours d’Europe en secouant sa veste sur le sol des salles de bal du palais, juste pour voir les dames de la cour plonger après les perles et les diamants qui en tombaient. Leurs richesses n’ont guère facilité l’entrée des Rothschild dans la société aristocratique, qui ne pouvait pardonner leur origine du ghetto, le gouvernement autrichien flic, essayant frénétiquement de conserver sa solvabilité précaire, a vu l’opportunité de fidéliser les riches banquiers. Le 29 septembre 1822, l’empereur François II appela Salomon Rothschild dans son palais de Schönbrunn et brisa la tradition de son pays de ne pas conférer de titres aux Juifs en élevant toute la tribu Rothschild à un baronnage perpétuel. Les Rothschild ont remplacé le “von” allemand par le “de” français au son plus doux.

Son passe-temps était les actrices

Seul Nathan, le premier des Rothschild anglais, a méprisé le titre. Il considérait le nom de famille comme supérieur aux autres distinctions. Son petit-fils, Nathaniel, cependant, a été élevé à la pairie britannique en 1885 en tant que premier Lord Rothschild, en reconnaissance de l’aide de sa banque dans les affaires de l’empire.

Lionel Walter, le deuxième Lord Rothschild, a été le premier Rothschild à se rebeller contre la banque. Il a dégoûté son père en faisant le tour de Londres dans une charrette tirée par quatre zèbres. Le baron Henri, l’un des Rothschild français, est devenu célèbre avec ses livres sur les maladies infantiles. L’Abyssinie a été explorée par un Rothschild, dont l’expédition, selon les plaisanteries de l’époque, a été financée par ses parents pour l’éloigner de son autre passe-temps : les actrices parisiennes.

Le troisième et actuel Lord Rothschild a duré exactement une semaine à la banque de Londres. Il vit maintenant près de Cambridge et mène des expériences qu’il décrit comme traitant de « la vie amoureuse de la grenouille ». Il est docteur en biologie et a remporté trois médailles pour son travail pendant la Seconde Guerre mondiale avec le renseignement militaire. En 1946, il a brisé la tradition familiale en rejoignant le Parti travailliste britannique. Son passe-temps est aussi révolutionnaire que sa politique. Il joue du piano et est un ami du pianiste de jazz Teddy Wilson.

Anthony, l’actuel pouvoir bancaire des Rothschild, sait exactement combien des millions de la famille seront éventuellement investis au Canada. C’est un banquier sans émotion et ultraconservateur qui fait rarement des prédictions. Mais se référant à son investissement canadien par l’intermédiaire de la British Newfoundland Corporation, il a déclaré : « Il y a eu la mine de diamants De Beers, puis le prêt qui a aidé Disraeli à acheter le canal de Suez. Maintenant ça. Cela pourrait être le plus gros projet de tous. »

Carole Lavoie
5

« Merci Guy, vous éclairez courageusement les ténèbres avec le flambeau de la Vérité. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.