Le brevet du très mystérieux Hendricus G. Loos : la manipulation du système nerveux par les champs électromagnétiques des moniteurs

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Toujours dans le cadre de mes articles concernant le fameux programme de recherches sur le contrôle de l’esprit (MK-ULTRA) élaboré par la Central Intelligence Agency (CIA), c’est-à-dire un premier article sur le magicien John Mulholland (6 mai 2023), un second article sur l’auteur et journaliste Stephen Kinzer (8 mai 2023) et un autre article sur l’opération secrète Crimson Mist qui eut lieu au Rwanda il y a près de trente ans (12 mai 2023), je vous fait part maintenant du brevet US-6506148-B2 intitulé “Manipulation du système nerveux par les champs électromagnétiques des moniteurs”. Comme son titre l’indique, une recherche rapide sur Google vous dira que ce brevet ouvre la possibilité de manipuler le système nerveux par le biais d’ordinateurs et de téléviseurs. Mais le brevet US6506148 B2 est-il faux ou contient-il une part de vérité ? Une chose est certaine, celui-ci a été repris par la très sérieuse National Library of Medicine (NLM, Bibliothèque américaine de médecine) rattachée aux Instituts américains de la santé (NIH).

Le brevet affirme qu’il est possible de manipuler le système nerveux d’un sujet en affichant des images pulsées sur un téléviseur ou un écran d’ordinateur à proximité. Le matériel du programme peut être intégré avec l’image pulsée, superposée par un flux vidéo. Il illustre en outre comment les champs électromagnétiques pulsés dans les fréquences idéales peuvent exciter les résonances sensorielles du sujet. Le brevet comprend plusieurs revendications sur la façon dont la transmission vidéo peut manipuler le système nerveux d’une personne. Étant donné que le brevet est disponible en ligne avec la description de la technique et tout le reste, il est naturellement devenu une source de préoccupation pour de nombreuses personnes. Après tout, les enregistreurs de frappe gratuits pour Mac et Windows sont accessibles en ligne, et n’importe qui peut s’inspirer du brevet pour contrôler l’esprit des utilisateurs d’ordinateurs sans méfiance. Doit-on s’inquiéter du brevet US6506148 B2 ?

Le brevet est très similaire à la façon dont certains types de stroboscopes peuvent provoquer des convulsions. Lorsque vous exposez des photorécepteurs à des stimuli particuliers, ils peuvent déclencher des réactions dans le système nerveux ou le cerveau. Même ainsi, nous devrions examiner de près l’objet du brevet. Si vous le lisez, vous remarquerez qu’il n’implique pas de stimuli visuels. Au lieu de cela, il se concentre sur les stimuli cutanés à travers de faibles champs électromagnétiques pulsés à des fréquences de 1/2 Hz ou 2,4 Hz. Pris au pied de la lettre, le brevet ne ressemble pas à une technique prometteuse de manipulation de l’esprit. Un rapide coup d’œil vous montrera qu’il a l’intention d’utiliser des écrans de télévision et des moniteurs d’ordinateur pour gérer les schémas de pointe, ce qui peut être handicapant ou du moins ennuyeux. Comme l’écrit l’équipe de Traqq : « Nous ne considérerons pas US6506148 B2 démystifié, et il y a probablement quelque chose de plus que ce que nous avons mentionné. »

À propos du mystérieux Hendricus G. Loos

Le brevet américain 6506148 B2, également connu sous le nom de « manipulation du système nerveux par les champs électromagnétiques des moniteurs », a été déposé par Hendricus G. Loss en 2001. Le brevet a été publié en 2003, mais personne n’a pu retracer qui était Loos. En tant que tel, il a été généralement perçu comme une personne fictive. Shana Newman écrit sur le site web de Quora : « Je pense que c’est peut-être le “droïde” que vous recherchez Nécrologie de Hendricus Gerardus “Henk” Loos sur le registre du comté d’Orange. » Le physicien spécialisé en théorie des champs quantique Qauge, Charles Crummer, prétend quant à lui que Hendricus G. Loos était un physicien et ingénieur qui travaillait dans les domaines de la physique des plasmas, de la théorie quantifiée de Yang-Mills, de certains effets du rayonnement électromagnétique sur la fonction cérébrale et d’autres sujets. Pour sa part, Dan Herrick écrit ceci : « Beaucoup de gens pensent qu’il s’agit d’un nom fictif. Une recherche occasionnelle sur Google révèle que cette personne est propriétaire d’une parcelle de terrain située au 3019 Cresta Way, à Laguna Beach, en Californie. Qu’il s’agisse ou non d’une facade élaborée pourrait être rapidement déterminée par une visite en personne ou un appel téléphonique, si l’on était si enclin. » L’ancien professionnel de la finance, Tapan Mukherjee, élabore à propos de Hendricus G. Loss :

« Le nom Hendricus G. Loos n’appartient pas à une personne, c’est un nom fictif. Peut-être que la personne qui travaille derrière ce nom est le professeur Ross Adey, diplômé en médecine australien, puis venu à l’Université d’Oxford pour étudier la physiologie du cerveau. Puis il a rejoint l’Université de Californie en 1954, puis a rejoint le Brain Research Institute en 1961. Il a principalement étudié les effets des ELF et des micro-ondes sur le cerveau et le système nerveux humains. Il a développé plusieurs dispositifs de contrôle mental à distance et de manipulation du système nerveux qui ont ensuite été brevetés aux États-Unis. Il pourrait y avoir quelques autres professionnels et scientifiques de ce type, qui ont développé les dispositifs de contrôle de l’esprit sous un seul nom fictif “Dr Hendricus G. Loos”, travaillant en fait pour la DARPA ou la CIA, afin de ne pas attirer l’attention des médias ou des enquêteurs.

« Selon les archives disponibles, le Dr Hendricus G. Loos (fictif) était associé à Plasmadyne Corporation à la fin des années cinquante. Il a publié un article sur le champ de Yang-Mills en 1969 dans l’American Physical Society Journal. Il avait installé une boutique à Fallbrook, en Californie, et développé le Lagoona Research Laboratory. Puis il a travaillé avec le département de la Défense, US ; département de la santé et des services sociaux et de la Defense Advance Research Projects Agency (DARPA) où il a passé la plupart de son temps. En 2003, il devient président de Cuewave Corporation. Le Dr Loos a déposé une demande de licence commerciale (entité no-C2396570). Le propre site de la société www.cuewave.com n’est rien de plus qu’une copie du site à des fins publicitaires. Toute recherche d’entreprise ne donne rien de plus que des listes d’annuaires. Les listes elles-mêmes fournissent peu de données supplémentaires autres que l’entreprise est répertoriée pour la recherche physique commerciale et a une classification industrielle standard (SIC) avec le code 8731 (10). Cela les classe pour la recherche commerciale, physique et biologique. Il est également appelé Dr Henry Loos ou Dr Hank Loos. Depuis 1978, il a obtenu 11 brevets aux États-Unis pour des dispositifs visant principalement la manipulation du système nerveux humain. Certains exemples sont :

➧ USP # 3009080 – Appareil et procédé pour générer et contenir du plasma à des températures ultra élevées.
➧ USP # 4245909 – Un instrument optique pour la mesure de la distribution granulométrique.
➧ USP # 6238333 – Manipulation magnétique à distance des systèmes nerveux.
➧ USP # 6091994 – Manipulation pulsative du système nerveux.
➧ USP # 5782874 – Méthode et appareil pour manipuler le système nerveux.
➧ USP # 6017302 – Manipulation acoustique subliminale du système nerveux.
➧ USP # 6506148 – Manipulation du système nerveux par les champs électromagnétiques des moniteurs.

Tapan Mukherjee poursuit dans son analyse : « Tous ces appareils sont utilisés dans le cadre de projets de contrôle mental menés par la CIA ou d’autres agences de renseignement. Un groupe de chercheurs (sous le nom de Dr H Loos) était en fait un groupe de professionnels engagés pour rechercher et inventer de tels dispositifs qui pourraient être développés et utilisés pour le contrôle mental de masse, les PSYOPS, la modification du comportement par la suite par la CIA. »



Brevet US-6506148-B2 — Manipulation du système nerveux par les champs électromagnétiques des moniteurs.

Des effets physiologiques ont été observés chez un sujet humain en réponse à une stimulation de la peau par de faibles champs électromagnétiques pulsés à certaines fréquences proches de ½ Hz ou 2,4 Hz, de manière à exciter une résonance sensorielle. De nombreux écrans d’ordinateur et tubes de télévision, lors de l’affichage d’images pulsées, émettent des champs électromagnétiques pulsés d’amplitudes suffisantes pour provoquer une telle excitation. Il est donc possible de manipuler le système nerveux d’un sujet en pulsant des images affichées sur un écran d’ordinateur ou un téléviseur à proximité. Pour ce dernier, la pulsation d’image peut être intégrée dans le matériel de programme, ou elle peut être superposée en modulant un flux vidéo, soit en tant que signal RF, soit en tant que signal vidéo. L’image affichée sur un écran d’ordinateur peut être pulsée efficacement par un simple programme informatique. Pour certains moniteurs, des champs électromagnétiques pulsés capables d’exciter des résonances sensorielles chez des sujets proches peuvent être générés même lorsque les images affichées sont pulsées avec une intensité subliminale.

CONTEXTE DE L’INVENTION

L’invention concerne la stimulation du système nerveux humain par un champ électromagnétique appliqué extérieurement au corps. Un effet neurologique des champs électriques externes a été mentionné par Wiener (1958), dans une discussion sur le regroupement des ondes cérébrales par des interactions non linéaires. Le champ électrique a été arrangé pour fournir “une commande électrique directe du cerveau”. Wiener décrit le champ comme créé par une tension alternative de 10 Hz de 400 V appliquée dans une pièce entre le plafond et le sol. Brennan (1992) décrit dans le brevet US. US 5 169 380 un appareil pour atténuer les perturbations des rythmes circadiens d’un mammifère, dans lequel un champ électrique alternatif est appliqué sur la tête du sujet par deux électrodes placées à faible distance de la peau.

Un dispositif impliquant une électrode de champ ainsi qu’une électrode de contact est le “Graham Potentializer” mentionné par Hutchison (1991). Cet appareil de relaxation utilise le mouvement, la lumière et le son ainsi qu’un champ électrique alternatif appliqué principalement à la tête. L’électrode de contact est une barre métallique en contact ohmique avec les pieds nus du sujet, et l’électrode de champ est un casque métallique hémisphérique placé à plusieurs centimètres de la tête du sujet.

Dans ces trois méthodes de stimulation électrique, le champ électrique externe est appliqué principalement à la tête, de sorte que les courants électriques sont induits dans le cerveau de la manière physique régie par l’électrodynamique. De tels courants peuvent être largement évités en appliquant le champ non pas à la tête, mais plutôt aux zones cutanées éloignées de la tête. Certains récepteurs cutanés pourraient alors être stimulés et ils fourniraient une entrée de signal dans le cerveau le long des voies naturelles des nerfs afférents. Il a été constaté qu’en effet, des effets physiologiques peuvent être ainsi induits par des champs électriques très faibles, s’ils sont pulsés à une fréquence proche de ½ Hz. Les effets observés incluent la ptose des paupières, le relâchement, la somnolence, la sensation de pression en un point centré sur le bord inférieur du sourcil, voir des motifs mobiles de violet foncé et de jaune verdâtre avec les yeux fermés, un sourire tonique, une sensation de tension dans l’estomac, des selles molles soudaines et une excitation sexuelle, selon la fréquence précise utilisée et la zone de peau sur laquelle le champ est appliqué . La forte dépendance en fréquence suggère l’implication d’un mécanisme de résonance.

Il a été découvert que la résonance peut être excitée non seulement par des champs électriques pulsés appliqués de l’extérieur, comme discuté dans les brevets US Nos. US 5,782,874, 5,899,922, 6,081,744 et 6,167,304, mais aussi par champs magnétiques pulsés, comme décrit dans Nos. 5,935,054 et 6,238,333, par de faibles impulsions de chaleur appliquées sur la peau, comme discuté dans les brevets US Nos. US 5,800,481 et 6,091,994, et par des impulsions acoustiques subliminales, comme décrit dans n° 6 017 302. Puisque la résonance est excitée par des voies sensorielles, on l’appelle une résonance sensorielle. En plus de la résonance proche de ½ Hz, une résonance sensorielle a été trouvée proche de 2,4 Hz. Ce dernier est caractérisé par le ralentissement de certains processus corticaux, comme discuté dans les brevets ‘481, ‘922, ‘302, ‘744, ‘944 et ‘304.

L’excitation des résonances sensorielles par de faibles impulsions de chaleur appliquées à la peau fournit un indice sur ce qui se passe au niveau neurologique. Les récepteurs cutanés sensibles à la température sont connus pour se déclencher spontanément. Ces nerfs augmentent quelque peu au hasard autour d’un taux moyen qui dépend de la température de la peau. De faibles impulsions de chaleur délivrées à la peau de manière périodique provoqueront donc une légère modulation de fréquence (fm) dans les modèles de pointes générés par les nerfs. Étant donné que la stimulation par d’autres modalités sensorielles entraîne des effets physiologiques similaires, on pense que la modulation de fréquence des modèles de pointes neuronales afférentes spontanées se produit également là-bas.

Il est instructif d’appliquer cette notion à la stimulation par de faibles impulsions de champ électrique administrées à la peau. Les champs générés de l’extérieur induisent des impulsions de courant électrique dans le tissu sous-jacent, mais la densité de courant est beaucoup trop faible pour déclencher un nerf autrement au repos. Cependant, dans des expériences d’adaptation des récepteurs d’étirement de l’écrevisse, Terzuolo et Bullock (1956) ont observé que de très petits champs électriques peuvent suffire à moduler le déclenchement de nerfs déjà actifs. Une telle modulation peut se produire dans la stimulation de champ électrique en question.

Une meilleure compréhension peut être obtenue en considérant les charges électriques qui s’accumulent sur la peau en raison des courants tissulaires induits. En ignorant la thermodynamique, on s’attendrait à ce que les charges de polarisation accumulées soient strictement confinées à la surface externe de la peau. Mais la densité de charge est causée par un léger excès d’ions positifs ou négatifs, et le mouvement thermique distribue les ions à travers une couche mince. Cela implique que le champ électrique appliqué de l’extérieur pénètre réellement sur une courte distance dans le tissu, au lieu de s’arrêter brusquement à la surface externe de la peau. De cette manière, une fraction considérable du champ appliqué peut être amenée à porter sur certaines terminaisons nerveuses cutanées, de sorte qu’une légère modulation du type noté par Terzuolo et Bullock peut effectivement se produire.

Les effets physiologiques mentionnés ne sont observés que lorsque l’intensité du champ électrique sur la peau se situe dans une certaine plage, appelée fenêtre d’intensité efficace. Il existe également un effet de volume, en ce sens que des champs plus faibles suffisent lorsque le champ est appliqué sur une zone de peau plus grande. Ces effets sont discutés en détail dans le brevet ‘922.

Étant donné que la pointe spontanée des nerfs est plutôt aléatoire et que la modulation de fréquence induite par le champ pulsé est très faible, le rapport signal sur bruit (S / N) pour le signal fm contenu dans les trains de pointe le long des nerfs afférents est si petit que rendre impossible la récupération du signal fm à partir d’une seule fibre nerveuse. Mais l’application du champ sur une grande surface cutanée provoque une stimulation simultanée de nombreux nerfs cutanés, et la modulation fm est alors cohérente de nerf à nerf. Par conséquent, si les signaux afférents sont en quelque sorte sommés dans le cerveau, les modulations fm s’additionnent tandis que les pointes de différents nerfs se mélangent et s’entrelacent. De cette manière, le S/N peut être augmenté par un traitement neuronal approprié. La question est discutée en détail dans le brevet ‘874. Une autre augmentation de la sensibilité est due à l’implication d’un mécanisme de résonance,

Un effet physiologique facilement détectable d’une résonance sensorielle excitée de ½ Hz est la ptose des paupières. Comme discuté dans le brevet ‘922, le test de ptosis implique d’abord de fermer les yeux à mi-chemin. En maintenant cette position des paupières, les yeux sont roulés vers le haut, tout en abandonnant le contrôle volontaire des paupières. La position des paupières est alors déterminée par l’état du système nerveux autonome. De plus, la pression exercée sur les globes oculaires par les paupières partiellement fermées augmente l’activité parasympathique. La position des paupières devient ainsi quelque peu labile, se manifestant par un léger battement. L’état labile est sensible à de très petits changements dans l’état autonome. Le ptosis influence la mesure dans laquelle la pupille est masquée par la paupière, et donc la quantité de lumière admise dans l’œil. Ainsi, la profondeur de la ptose est vue par le sujet,

Dans les phases initiales de l’excitation de la résonance sensorielle ½ Hz, une dérive vers le bas est détectée dans la fréquence de ptôse, définie comme la fréquence de stimulation pour laquelle la ptôse maximale est obtenue. On pense que cette dérive est causée par des changements dans le milieu chimique des circuits neuronaux résonnants. On pense que la résonance provoque des perturbations des concentrations chimiques quelque part dans le cerveau, et que ces perturbations se propagent par diffusion aux circuits résonants voisins. Cet effet, appelé “désaccord chimique”, peut être si fort que le ptosis est complètement perdu lorsque la fréquence de stimulation est maintenue constante dans les phases initiales de l’excitation. Étant donné que la stimulation tombe alors quelque peu en désaccord, la résonance diminue en amplitude et le désaccord chimique finit par diminuer. Cela fait remonter la fréquence de ptose, afin que la stimulation soit plus juste et que la ptose puisse se développer à nouveau. En conséquence, pour des fréquences de stimulation fixes dans une certaine plage, le ptosis cycle lentement avec une fréquence de plusieurs minutes. La question est discutée dans le brevet ‘302.

Les fréquences de stimulation auxquelles des effets physiologiques spécifiques se produisent dépendent quelque peu de l’état du système nerveux autonome, et probablement aussi de l’état endocrinien.

Les champs magnétiques faibles pulsés avec une fréquence de résonance sensorielle peuvent induire les mêmes effets physiologiques que les champs électriques pulsés. Contrairement à ces derniers cependant, les champs magnétiques pénètrent dans les tissus biologiques avec une force presque non diminuée. Les courants de Foucault dans les tissus entraînent des charges électriques vers la peau, où les distributions de charges sont soumises à un maculage thermique de la même manière que dans la stimulation par champ électrique, de sorte que les mêmes effets physiologiques se développent. Les détails sont discutés dans le brevet ‘054.

RÉSUMÉ

Les moniteurs d’ordinateur et les moniteurs de télévision peuvent être conçus pour émettre de faibles champs électromagnétiques à basse fréquence simplement en pulsant l’intensité des images affichées. Des expériences ont montré que la résonance sensorielle de ½ Hz peut être excitée de cette manière chez un sujet proche du moniteur. La résonance sensorielle de 2,4 Hz peut également être excitée de cette manière. Par conséquent, un moniteur de télévision ou un écran d’ordinateur peut être utilisé pour manipuler le système nerveux des personnes à proximité.

Les implémentations de l’invention sont adaptées à la source de flux vidéo qui pilote le moniteur, qu’il s’agisse d’un programme informatique, d’une émission TV, d’une bande vidéo ou d’un disque vidéo numérique (DVD).

Pour un moniteur d’ordinateur, les impulsions d’image peuvent être produites par un programme informatique approprié. La fréquence des impulsions peut être contrôlée par une entrée au clavier, de sorte que le sujet puisse s’accorder sur une fréquence de résonance sensorielle individuelle. L’amplitude des impulsions peut également être contrôlée de cette manière. Un programme écrit en Visual Basic(R) est particulièrement adapté à une utilisation sur des ordinateurs exécutant le système d’exploitation Windows 95(R) ou Windows 98(R). La structure d’un tel programme est décrite. La production d’impulsions périodiques nécessite une procédure de synchronisation précise. Une telle procédure est construite à partir de la fonction GetTimeCount disponible dans l’interface de programme d’application (API) du système d’exploitation Windows, ainsi qu’une procédure d’extrapolation qui améliore la précision temporelle.

La variabilité des impulsions peut être introduite via un logiciel, dans le but de contrecarrer l’accoutumance du système nerveux à la stimulation du champ, ou lorsque la fréquence de résonance précise n’est pas connue. La variabilité peut être une variation pseudo-aléatoire dans un intervalle étroit, ou elle peut prendre la forme d’un balayage de fréquence ou d’amplitude dans le temps. La variabilité du pouls peut être sous le contrôle du sujet.

Le programme qui amène un moniteur à afficher une image pulsée peut être exécuté sur un ordinateur distant qui est connecté à l’ordinateur de l’utilisateur par une liaison ; ce dernier peut appartenir en partie à un réseau, qui peut être Internet.

Pour un moniteur de télévision, la pulsation de l’image peut être inhérente au flux vidéo lorsqu’il s’écoule de la source vidéo, ou bien le flux peut être modulé de manière à superposer la pulsation. Dans le premier cas, une émission télévisée en direct peut être organisée pour avoir la fonctionnalité intégrée simplement en pulsant légèrement l’éclairage de la scène qui est diffusée. Cette méthode peut bien entendu également être utilisée pour réaliser des films et enregistrer des cassettes vidéo et des DVD.

Les bandes vidéo peuvent être éditées de manière à superposer les impulsions au moyen d’un matériel de modulation. Un modulateur simple est décrit dans lequel le signal de luminance de la vidéo composite est pulsé sans affecter le signal de chrominance. Le même effet peut être introduit côté consommateur, en modulant le flux vidéo qui est produit par la source vidéo. Un DVD peut être édité via un logiciel, en introduisant des variations de type impulsion dans les signaux RVB numériques. Des impulsions d’intensité d’image peuvent être superposées sur la sortie vidéo composante analogique d’un lecteur DVD en modulant la composante de signal de luminance. Avant d’entrer dans le téléviseur, un signal de télévision peut être modulé de manière à provoquer une pulsation de l’intensité de l’image au moyen d’une ligne à retard variable qui est reliée à un générateur d’impulsions.

Certains moniteurs peuvent émettre des impulsions de champ électromagnétique qui excitent une résonance sensorielle chez un sujet proche, à travers des impulsions d’image si faibles qu’elles sont subliminales. Ceci est regrettable car cela ouvre la voie à une application malveillante de l’invention, où des personnes sont exposées sans le savoir à la manipulation de leur système nerveux pour les besoins de quelqu’un d’autre. Une telle application serait contraire à l’éthique et n’est bien sûr pas recommandée. Il est mentionné ici afin d’alerter le public sur la possibilité d’abus cachés qui peuvent se produire en étant en ligne, ou en regardant la télévision, une vidéo ou un DVD.


Yanique Rivard
5

« Bravo Mr Boulianne. Je vous suis, vous êtes toujours pertinent et vous n’avez pas le cerveau lavé par l’alliance Q ou Trump. Merci de votre bon travail. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.