Discours de Mahmoud Selman Abbas le 30 avril 2018 : « Ils ont inventé la 13ème tribu d’Israël dans le royaume des Khazars au IXe siècle »

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Le Conseil national palestinien, lors de sa 23e session (session de Jérusalem et protection de la légitimité palestinienne), qui s’est tenue du 30 avril au 3 mai 2018 à la salle Ahmed Shugairi du siège présidentiel à Ramallah, a élu à l’unanimité le président Mahmoud Abbas à la présidence de l’État de Palestine.[1] Dans un discours prononcé à l’issue des réunions du Conseil, le Président Abbas a remercié les membres du Conseil national pour cette précieuse confiance, et a déclaré : « Tout le respect, toute la reconnaissance et tous les remerciements pour cette précieuse confiance que vous m’avez accordée, et je demande à Dieu Tout-Puissant de m’aider à prendre mes responsabilités, moi et mes frères du Comité exécutif, du Conseil central et du Conseil national pour achever cette marche et atteindre ce bateau jusqu’au rivage de la sécurité où nous obtiendrons, si Dieu le veut, l’État palestinien avec Jérusalem comme capitale. »

Le président Abbas, dans son discours durant la soirée du lundi 30 avril, a déclaré : « Nous pourrions prendre des mesures difficiles dans un avenir proche, que ce soit dans nos relations avec nos voisins ou avec l’Amérique », soulignant qu’il n’y a pas de paix sans Jérusalem, la capitale éternelle de l’État de Palestine, et qu’il n’y a pas d’État à Gaza et aucun État sans elle.

Veuillez trouver ci-dessous le texte du discours de Mahmoud Abbas

➽ Discours de Mahmoud Abbas lors du Conseil national palestinien, lundi le 30 avril 2018

Mahmoud Abbas en 2018

Il n’y a pas de paix sans Jérusalem, la capitale éternelle de la Palestine, pas d’État à Gaza, pas d’État sans Gaza.

Au nom de Dieu le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. « Ô vous qui croyez, soyez patients, soyez patients, liez-vous et priez Dieu, afin que vous réussissiez. » Croyez en Dieu Tout-Puissant.

En lisant ce verset encore et encore, je ressens un sentiment étrange, qui est que cette image a été révélée au peuple palestinien, elle a été révélée pour nous, Dieu le sait mieux, mais c’est ce que je ressens, quand Dieu Tout-Puissant dit : « Ô vous qui croyez, soyez patients, soyez patients, liez-vous, et dites à Dieu, afin que vous réussissiez. » Nous serons patients.

La parole de Rabat n’est pas seulement venue à nous et à nous du plus grand Prophète, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, et peut-être réussirez-vous, c’est-à-dire que vous réussirez si vous êtes patients, nous serons patients, patients et craignons Dieu, nous continuons certainement vers la victoire, la réalisation d’un État palestinien indépendant.

Je voudrais tout d’abord saluer nos distingués invités, des invités de toutes les parties du monde, des amis et des frères, qui sont parmi nous aujourd’hui, chers invités.

Peut-être que certains d’entre eux visitent la Palestine pour la première fois, mais je leur dis que nous espérons que ce ne sera pas la dernière fois, mais nous souhaitons toujours que vous nous rendiez visite, que vous voyiez ce que nous avons, que vous connaissiez notre situation et que vous connaissiez nos tragédies, et que vous partagiez avec nous une si grande joie appelée Conseil national palestinien.

Je salue les prisonniers qui sont assis parmi nous et qui ont été libérés prochainement et qui m’ont rendu visite il y a quelques jours et je leur ai dit que vous devez assister à ce Concile, c’est un Conseil très important et si Dieu le veut, à la prochaine session du Conseil national, tous les prisonniers y assisteront derrière les barreaux, alors je salue tous les prisonniers Toutes mes salutations à nos martyrs, aux martyrs de Jérusalem et aux martyrs de la Marche du Retour, que nous saluons tous en tant que martyrs et blessés pour deux nobles objectifs : Par conséquent, toutes mes salutations à ces martyrs, toutes mes salutations à notre premier martyr, le Président Yasser Arafat, et à tous les dirigeants martyrs de tout le peuple palestinien, sans oublier personne.

Mais j’aime toujours mentionner les dirigeants, je me souviens des dirigeants immortels qui se sont sacrifiés pour ce pays pour toujours mentionner le Grand Mufti de Palestine, Haj Amin al-Husseini, parce que c’est lui qui a commencé la lutte dans les années vingt, et il a fondé le Haut Comité arabe, qui est la graine du Conseil national palestinien, qui a été fondé par le martyr, et je dis le martyr Ahmed Shugairi, qui a donné son nom à cette salle, tous mes salutations à eux, et tout mon amour à eux, et je dis à tout le monde que nous sommes dans un conseil distingué, nous sommes dans un conseil qui a un grand caractère et qui a une caractéristique grande et dangereuse parce que ce Conseil intervient après 22 ans du Conseil qui l’a accepté, et si ce Conseil n’avait pas lieu, le rêve national serait en danger parce que si l’organisation a été blessée par un préjudice quelconque et aurait pu être lésée, le rêve palestinien sera gravement blessé, c’est pourquoi nous tenions à tenir cette session dès que possible et nous avons espéré et espéré que tous ceux qui se soucient de l’avenir de la Palestine et de l’avenir du peuple palestinien et du rêve palestinien d’être ici, mais ils ont choisi d’être à l’étranger avec beaucoup de regret.

Ce cours, comme nous, est passé par là et était aussi extrêmement dangereux, mais je veux dire un mot sur Ahmed Al-Shugairi, après la fin de la guerre en 1948 et la formation du gouvernement de toute la Palestine, qui n’avait pas de vie, parce que beaucoup ne voulaient pas qu’il vive, ils ne voulaient pas que ce peuple ait une représentation, alors il est tombé et a été perdu et le gouvernement de toute la Palestine a été perdu et perdu avec lui, de 1948 à 1964 jusqu’à ce que Shugairi arrive, qui a dit son mot célèbre, « Il a été commandé par l’université. Je suis revenu en tant que représentant de la Ligue arabe, et j’ai promis un représentant de la Palestine dans la Ligue arabe », et c’est de là que l’OLP est née, donc nous avons vécu perdue de 48 à 64, nous avons un adjectif « réfugiés », et tout le conflit a une caractéristique, les frontières et rien d’autre, la question palestinienne dans les tiroirs est terminée, elle est complètement terminée dans cette période et personne n’en parle plus et les personnes âgées comme nous le mentionnent, vous ne pouviez pas mentionner le mot Palestine, d’ailleurs, il y a une chanson de Mohammed Abdel Wahab pour ceux qui aiment Tarab « Mon frère a dépassé la portée des oppresseurs », chantée en l’an 48, pendant la guerre et a disparu de toutes les stations de radio arabes pendant 15 ans, parce que personne ne veut se souvenir du mot Palestine, ou entendre le mot Palestine, également perdu dans les tiroirs, l’OLP est arrivée en 64 et a été le début de l’existence du peuple palestinien, parce que cette question existe à nouveau et a été fondée par Ahmed Shugairi quand il a fondé le Conseil national, a fondé le Fonds national, et a fondé l’Armée de libération de la Palestine, Le lancement a commencé depuis ce temps-là, et c’est avec un grand regret qu’il y a eu beaucoup de conspirations contre cette organisation, et nous vivons ces jours-ci des conspirations, parce qu’il y a ceux qui n’ont pas le désir de convoquer le Conseil national et donc de mettre fin à l’OLP, et de mettre fin au rêve palestinien, et c’est là l’importance de cette réunion. Nous avons passé des sessions comme celle-ci en 1984, le Comité exécutif a presque complètement perdu son quorum, ce qui signifie que si l’un de ses membres meurt, la légitimité prend fin, et nous avons dû convoquer le Conseil, le Conseil a été interrompu et le Conseil a été déformé, mais en comptant le quorum préparé par Muhammad Sabih, nous avons pu réussir et tenir la session et dire aux autres avec beaucoup de regret que vous avez échoué, mais les portes restent ouvertes, parce que nous sommes des patriotes unitaires qui n’excluons personne et ne tuons personne de notre peuple ou ne le punissons pas, mais Nous lui disons que j’ai fait une erreur, que les portes me sont encore ouvertes, en 1987 a eu lieu la session d’unification du Conseil national palestinien, où toutes les factions sont revenues et où l’unité a eu lieu à nouveau, malgré le nez de ceux qui ont combattu l’unité et qui luttent encore contre l’unité. Soit dit en passant, notre présence est indésirable, très indésirable, et pourtant la 87e session nous a assuré l’unité de l’OLP et a ouvert la voie à la session qui a été suivie en 1988 par la session de l’État palestinien indépendant, et aussi non seulement pour l’État palestinien, mais aussi pour entrer dans le club international et c’est là l’importance, nous nous sommes battus, nous nous sommes sacrifiés, nous avons fourni des martyrs et des prisonniers, et maintenant nous voulons être à la table des négociations, nous devons entrer dans le club international, alors nous sommes entrés dans le club international en 1988, et c’était aussi l’un des cours les plus importants organisés par le peuple Palestinien à l’époque en Algérie.

Ce conseil est extrêmement important parce qu’il protège le rêve palestinien, et franchement, je mettais ma main sur mon cœur, et tous mes collègues le savent, et je les ai rendus fous qu’il y ait un quorum ou non, et que le quorum doit être de 498 membres, c’est-à-dire 497 ce qu’il y a dans le conseil, et nous sommes entrés dans une guerre féroce avec beaucoup, certains d’entre eux voulaient tenir un conseil au Liban et pour des raisons connues seulement de lui et de moi pourquoi ce conseil a été aboli, il n’y a que moi et je peux dans certains des frères Hun savoir, ils travaillent par ordre et combattent les ordres, ce ne sont pas des militants, je ne veux pas. Il y a ceux qui voulaient qu’elle ait lieu à Gaza et qui ont échoué.

Et il y a un conseil qu’ils voulaient tenir à Chicago et parce qu’il ne fait pas beau, ils veulent le tenir en Alaska, qu’est-ce que c’est que ça ! Nous n’avons pas de patrie ? Célébrons-le dans notre patrie, ils ont la liberté de parler de notre pays certainement plus que n’importe quel autre pays, et ici nous pouvons parler de tout, nous y sommes favorables.

Ils ont essayé de nous empêcher de convoquer le Conseil national, mais avec l’aide de Dieu et la volonté de ce peuple, pour ceux qui sont venus du Canada, d’Amérique latine, d’Amérique du Nord, de Chine et d’Europe, ils sont tous venus en rampant, et il y a des gens dont l’état de santé ne le permet pas, mais ils sont venus, ils veulent protéger le rêve palestinien parce qu’ils ont senti le danger, ils sont venus pour protéger le rêve palestinien et ceux qui disent sous les baïonnettes de l’occupation, non, mon frère, nous disons ce que nous voulons.

Avec une décision des Américains de fermer le bureau de l’OLP à Washington, que s’est-il passé, nous sommes amis, nous échangeons des visites, et vous nous apportez de l’aide, trois présidents nous ont officiellement rendu visite et ont salué le drapeau, le Congrès considère l’OLP comme un terroriste, le président américain renouvelle la période d’ouverture du bureau tous les 6 mois, mais maintenant pourquoi cette décision ?

Aujourd’hui, le bureau est entre fermé et déverrouillé, notre politique est de lutter contre le terrorisme partout dans le monde, quel qu’il soit, et nous avons 83 accords avec 83 pays, y compris les États-Unis, pour lutter contre le terrorisme où qu’il se trouve, c’est-à-dire Al-Qaïda, Daech, Al-Nosra. Nous ne croyons pas au terrorisme, nous croyons à la paix, nous sommes venus négocier, ils ont dit que nous avions un accord, quand cet accord viendra-t-il ? Aujourd’hui, c’est demain, après-demain, d’ailleurs, ils avaient l’habitude de dire que l’administration précédente se préparait à l’accord. Nous avons été surpris que l’accord soit une gifle : c’est la fin de la cause de la paix, parce qu’il a retiré Jérusalem, les réfugiés et les colonies de la table des négociations.

Nous avons pris une résolution et l’avons fait circuler et nous l’avons dit aux Nations Unies et au sommet et nous vous le prouverons à la fin de la session, que voulons-nous et quelle est notre position, oui ce sujet est catégoriquement rejeté, je ne vais pas vous surprendre, ce sont des mots rejetés que nous n’accepterons pas et nous n’accepterons pas l’accord, et nous n’accepterons pas que l’Amérique soit un médiateur seul, et nous n’avons pas accepté ce qu’elle nous offre maintenant. Ils disent que l’accord n’est pas sauvé, ils disent que le 16 du mois, ils présenteront un accord, qu’est-ce que c’est ? Si Jérusalem, les réfugiés et les colonies sont partis, ce qui reste pour cela, nous n’attendrons pas, il y a ceux qui disent allez-y doucement, ils peuvent vous offrir quelque chose, qu’est-ce qu’ils offriront si l’Amérique offre quelque chose qui dit que nous sommes avec l’option à deux États, et Jérusalem-Est est la capitale de la Palestine, et ce n’est pas seulement un médiateur, c’est quelque chose auquel nous pensons, mais sinon non.

Le 15 avril, il y a deux semaines, le sommet arabe régulier s’est tenu à Dhahran après de longs pourparlers et de nombreuses rumeurs selon lesquelles le sommet n’aurait pas lieu, et nous entendons et attendons, nous n’avons pas cru les mots, franchement et ce n’est pas un compliment à l’Arabie saoudite, ce n’est pas sa position historique avec nous, nous sommes allés au sommet, le moment est venu pour le roi Salmane de parler, il a dit avant que je donne la parole au président Abbas, je dis : Ce sommet s’appelle le sommet de Jérusalem, et nous ferons un don aux fonds de dotation et nous sommes politiquement avec les Palestiniens, allez de l’avant avec Abou Mazen, et il ne me reste plus rien à dire, nous avons tout pris Nous voulons inclure l’initiative que nous avons présentée aux Nations Unies, qu’elle soit inscrite et nommée dans le texte tel qu’il est.

C’est ainsi que s’est déroulé ce sommet, et nous en sommes très heureux, il a été précédé par le sommet islamique et l’ensemble de la Ligue arabe a soutenu et pris position concernant l’accord du siècle, nous sommes basés sur un dos fort, les Arabes, les musulmans et de nombreux pays du monde, y compris l’Europe, et les mêmes mots que j’ai dits à Mogherini, qui a parlé très merveilleusement, le sommet a été l’un des signes de succès et de premier plan que nous avons traversés.

La réconciliation dure depuis 11 ans et il n’y a eu aucun progrès, elle a été remise à l’Égypte, et l’Égypte est passée par différentes époques, jusqu’à ce que Sissi reçoive et revienne à nouveau pour servir de médiateur entre nous et le Hamas, et les 12 et 10 de l’année dernière, il a été convenu que nous procéderions à la réconciliation, et il y avait une délégation du Hamas qui a parlé avec frère Azzam, les Égyptiens lui ont parlé et lui ont dit que le groupe était avec nous, et que nous étions prêts pour la réconciliation et quelles sont vos demandes ? Le comité de travail a appelé le gouvernement à l’annuler, ce qui permettra au gouvernement de consensus national, qui a été formé avec un consensus total entre nous et le Hamas en 2014, de mener à bien ses tâches comme il l’est en Cisjordanie, des élections libres et équitables. Et croyez-moi, si vous remportez les élections présidentielles ou législatives, nous n’hésiterons pas à vous remettre le pouvoir en 5 minutes. Ils ont dit que nous étions d’accord, nous avons continué, l’important. Rien ne s’est passé, nous avons envoyé tout le gouvernement à Gaza, ils ont reçu les points de passage, le système judiciaire, ils n’ont rien reçu, et j’ai dit, s’il vous plaît, laissez la porte entrouverte, nous voulons la réconciliation, peut-être que les Frères musulmans hésitent, mais nous devons maintenir la réconciliation et aller constamment à la rencontre des gens.

De 3 h à 13 h, alors que j’étais à Amman, Majid Faraj m’a appelé et m’a dit : « Nous allons bien. » Je lui ai demandé ce qui s’était passé. Il a parlé d’une tentative d’assassinat contre le Premier ministre et moi, j’ai dit où ?… Il a dit à Gaza, nous avons tout sublimé, j’étais en Egypte j’ai dit au président Sissi : Que Dieu les bénisse, je veux la réconciliation, je suis censé sortir de ma phase et je ne travaille pas la réconciliation, Monsieur le Président Halmra, nous voulons parler franchement, ils veulent la réconciliation ou pas ? Il a dit : Ils ont dit badhm, j’ai dit : « O nous recevons le pays et nous assumons sa responsabilité, O ils reçoivent le pays et portent la responsabilité, et après ce qui s’est passé nous n’accepterons pas le contraire, nous voulons une réconciliation totale, pas des « milices » de réconciliation, il n’y a pas de pays au monde qui se respecte et établit deux autorités », et nous nous sommes mis d’accord là-dessus, soit nous prenons le relais et prenons nos responsabilités, qui ne sait pas. Nous payons la moitié de notre budget à Gaza, ce n’est pas une faveur, c’est un devoir, le groupe nous prend le texte, le récupère auprès d’autres sources, personne ne nous blâme.

Maintenant que nous sommes face à cette situation, personne n’est à blâmer. Nous avons été patients pendant 11 ans, payant 120 millions de dollars par mois. Et pourtant nous persévérons, et c’est pourquoi c’est notre position, au-dessus de la terre pour vous, sous la terre pour nous, c’est une parole que nous n’acceptons pas.

Les Israéliens d’Al-Aqsa ont dit la même chose, « Vous êtes au-dessus de nous en bas », c’est une deuxième histoire, soit ils acceptent, soit ils refusent, nous vous le mettons sous les yeux, franchement, s’ils veulent la réconciliation, qu’ils viennent, et après 3 mois nous organisons des élections, des élections justes et respectueuses qui n’ont pas lieu dans les pays les plus prestigieux du monde, les élections de 2006 ont été perdues par le Fatah, Haniyeh l’a appelé et lui a demandé de former un gouvernement.

La résistance populaire pacifique, à mon avis, est le seul moyen disponible pour exprimer notre opinion, et Dieu merci, ils ont été convaincus, et ils en ont tous parlé et c’est efficace, et franchement ils ont un peu épargné les enfants, il n’est pas nécessaire qu’ils atteignent la frontière, et qu’ils soient blessés ou tués, je ne veux pas d’une génération handicapée.

Les Israéliens en ont beaucoup parlé il y a 10 ans et ils ont dit : « Nous vous offrons un État avec des frontières temporaires et nous vous donnons 50 à 60 % de la Cisjordanie, et nous discutons du reste à l’avenir, et des choses difficiles que nous reportons, et de Jérusalem et des réfugiés aussi », ils l’ont proposé et nous l’avons rejeté, le Hamas l’a accepté, et a dit : Nous sommes d’accord, comment l’acceptez-vous ? Cela signifie mettre fin à la question, et l’idée existe toujours, et l’époque du président Mohamed Morsi était là, ils nous donnent une partie du Sinaï, notre peuple y entre et y vit, et une longue histoire appelée le projet de l’île Giora, et jusqu’à présent, ils parlent de ce projet, et c’est un projet de liquidation pour la cause palestinienne, et je l’ai dit franchement au président Morsi, il m’a dit : OK. Il s’agit de régler la question, nous devons donc comprendre que nous ne l’acceptons pas du tout.

Lorsque nous sommes devenus membres observateurs des Nations Unies, je veux dire un observateur modeste, nous sommes trois observateurs, et nous avons hissé le drapeau, mais lorsque nous sommes devenus membres, nous avons obtenu le droit d’adhérer à 520 protocoles et organisations étatiques, y compris la Cour pénale internationale, et nous avons le droit après les crimes commis contre le peuple et notre peuple. Notre pays et ses habitants doivent déposer des plaintes auprès du tribunal pénal, et c’est un droit, et je n’empêche personne, et je ne peux pas, et je n’ai pas le droit d’empêcher qui que ce soit, mais nous avons aussi d’autres choses que nous allons faire en tant que gouvernement et c’est très bientôt. Nous avons intenté des actions en justice et ils ont pris leur statut devant la Cour internationale et nous avons rejoint Interpol, et les Américains étaient en colère contre notre adhésion et veulent nous boycotter. Mon frère, c’est une organisation internationale et Interpol signifie que quelqu’un commet un crime avec moi ou contre moi et s’échappe, comment puis-je le poursuivre ?, et nous n’étions pas d’accord avec eux, et nous sommes maintenant membres d’Interpol et nous avons 60-70-80 voleurs, vous les connaissez ou certains ou une partie d’entre eux, et nous voulons les faire passer par Interpol, et très bientôt vous lirez leurs noms dans les journaux. C’est l’une des organisations auxquelles nous avons adhéré. Nous avons maintenant rejoint 105 organisations internationales qui en sont membres, il en reste 420, et nous les rejoindrons toutes, et j’ai parlé de l’importance qu’elles revêtent pour la Cour pénale et Interpol.

Mon frère Abou al-Adeeb a mentionné quelques martyrs, des enfants prisonniers et des blessés, et je veux les mentionner par leur nom, et nous devons les saluer à cette occasion : Ahed Tamimi, Nour Tamimi, Muhammad al-Durra, Muhammad Abu Khudair, la famille Dawabsha, Fares Odeh, Iman Hajo, Ibrahim Abu Thuraya, des « amputés » l’ont tué deux fois, une fois ils lui ont coupé les jambes et une fois ils l’ont tué, et Nariman Tamimi, la famille Tamimi sont tous comme Qabadayat, Mai, Aya et Nour Abu Al-Eish, et Amira Abu Asr « bébé », et Beida Aslan « bébé », et Musab Tamimi. De 2000 à 2017 qui a tué 2027 enfants, pendant 17 ans et la corde du tracteur, et nous et eux et le temps est long.

Lors de la réunion avec le Conseil central lors de la dernière session, j’ai parlé du récit historique israélien et palestinien, et nous devons comprendre l’histoire, le présent et l’indépendance, et le récit israélien qui veut dire au monde qu’il a la nostalgie de Sion et de la terre promise, nous sommes retournés dans ce pays, et ce n’est pas vrai, et la dernière fois que la résurrection a été établie sur moi et que la presse israélienne, le journaliste israélien Gideon Levy, a dit que ce qu’Abou Mazen a dit est vrai. Je veux passer par certaines étapes telles que le souvenir, et j’ai lu beaucoup de livres, tous écrits par des auteurs juifs, même sionistes, qui ont mentionné le roman dont je veux parler.

Tout d’abord, l’un des auteurs, Arthur Koestler, un juif sioniste américain, a écrit un livre sur la treizième tribu. En d’autres termes, il y avait 12 tribus mais il s’agit ici de la 13ème tribu. Nous savons tous que notre père Jacob avait 12 tribus. Où êtes-vous allé chercher la 13ème ? « Ils l’ont inventée » dans le royaume des Khazars au IXe siècle. Ce royaume était non religieux, puis est devenu un royaume juif, judaïsé puis dispersé et tous ses habitants ont migré vers l’Europe, et ce sont les Juifs ashkénazes, pas les Sémites et n’ont rien à voir avec les Sémites ou Abraham, ni avec notre maître Jacob, c’était un état turc Tartare non religieux et est devenu juif, et les Juifs ont commencé à dire la Terre promise, et c’est ce que le sioniste Koestler a dit.[2]

Ces Juifs qui se sont déplacés vers l’Europe de l’Est et de l’Ouest ont été massacrés tous les 10 à 15 ans par un pays du XIe siècle jusqu’à l’Holocauste, et pourquoi cela s’est-il produit ? Ils disent « parce que nous sommes juifs », je veux amener 3 juifs avec trois livres, dont : Joseph Staline, Abraham et Isaac Notchard, ils disent que la haine des juifs n’est pas à cause de leur religion. Mais en raison de leur fonction sociale, comme la question juive qui s’est répandue en Europe contre les Juifs n’est pas à cause de leur religion, mais à cause de l’usure et des banques, et la preuve en était qu’il y avait des Juifs dans les pays arabes, je conteste qu’il y ait eu un procès contre les Juifs dans le monde arabe il y a 1400 ans parce qu’ils sont Juifs dans n’importe quel pays arabe.

L’histoire dit qu’il n’y a pas de fondement pour la patrie juive, comme en témoigne le premier à appeler à un État juif, le dirigeant britannique Cromwell en 1653 et a dit que nous voulions créer un État juif en Palestine et personne n’était d’accord avec lui, et après lui Napoléon Bonaparte et Cherchla Lajd, et après lui le consul américain à Jérusalem en 1850 ont appelé au déplacement des Juifs et à leur logement en Palestine, tous ceux qui appelaient à un État juif ne sont pas juifs.

Et nous arrivons à Balfour, avant sa promesse, une décision a été prise d’empêcher les Juifs d’entrer en Grande-Bretagne parce qu’il déteste les Juifs pour ces raisons, et puis Balfour est venu et sa promesse est venue avec la participation du président américain et la consultation des présidents français et italien, il a consulté quatre pays, et ici nous arrivons au cas de Contel Panel [?], Premier ministre de Grande-Bretagne. En 1905, les présidents, les ministres des Affaires étrangères et les ministres de la Défense des pays européens se sont réunis pendant deux ans en Grande-Bretagne, le titre que la civilisation européenne est sur le point de tomber et qualifié pour être remplacé par les pays de la Méditerranée orientale et méridionale en raison de son emplacement stratégique, et afin d’éviter cela, nous devons garder ce pays fragmenté, querellaire et tardif, c’est nous aujourd’hui, et comme solution rapide, nous devons planter à l’est de Suez un peuple étranger à son peuple, ce sont les Juifs, et c’est ainsi qu’est venue la Déclaration Balfour et adoptée par la Grande-Bretagne et a pris en charge sa mise en œuvre en 1947 par la décision de partage, C’était ce que c’était, et il y a beaucoup de questions qui confirment que ce projet est un projet d’investissement.

Je veux vous surprendre, en 1933, un mois après l’arrivée d’Hitler au pouvoir, un accord a été conclu entre le ministère allemand de l’Economie et l’Anglo-Palestine Bank à Jérusalem, et que tout Juif allemand qui voudrait immigrer en Palestine verrait ses biens meubles et immeubles transférés en Palestine (Accord Haavara). Et s’il ne voulait pas donner un billet pour la Belgique, et qu’il voulait que ce nouveau pays lui soit fidèle. En six ans, environ 60 000 Allemands ont émigré à l’époque.[3] Balfour haïssait les Juifs, voulait établir un État pour eux, et le ministre russe des Affaires étrangères, qui est connu pour sa haine des Juifs, voulait qu’ils aient un État en Palestine. La vérité est que le projet colonial est venu implanter un corps étranger dans le pays.

Nous disons, nous ne les déracinons pas, nous disons que nous coexistons avec eux sur la base de deux États et puis nous acceptons cette question, j’ai mentionné cette histoire parce que le récit d’Israël n’est pas vrai, et la plupart de ceux qui ont écrit les livres sont sionistes.

Nous, les Palestiniens, qu’avons-nous fait les Juifs, après le mandat, les révolutions palestiniennes de 1921 et 1929 et appelées la révolution de Buraq de 1929 (ثورة البراق), et les Juifs avaient l’habitude de dire le Mur occidental et nous disons Buraq, et les Britanniques ont formé un comité des pays de la Société des Nations et ont été embarrassés par la décision que son nom est le Mur occidental et qu’il est pour les musulmans, et les Juifs peuvent prier en face, mais ils veulent Buraq et le rocher et Al-Aqsa.

En 1936, il y a eu une révolution, et en 1937, ils ont créé la Commission de partage de Peel et cela n’a pas réussi, et puis est venue la résolution de partition, et après cela, nous avons pris 44%, et Israël a pris 78%, et dans la Charte des Nations Unies, les articles 41 et 42 disent que quiconque attaque l’autre doit utiliser la force militaire pour l’éliminer, et quand ils ont demandé à devenir membres, ils leur ont dit : Vous devez reconnaître les résolutions 181 et 194, et Moshe Sharett s’est engagé à reconnaître ces deux conditions, et jusqu’à aujourd’hui, les résolutions 194, 181, et nous avons 705 résolutions à l’Assemblée générale et 86 résolutions à l’Assemblée générale. Le Conseil de sécurité n’a pas mis en œuvre l’une d’entre elles, où allons-nous ?

Nous sommes attachés aux constantes du Conseil national palestinien en 1988, et nous n’avons pas renoncé au poison, ce sont les constantes qui ont été mises en place en 1988, et il n’y a pas de concessions, et les décisions prises par le Conseil national palestinien et le nombre de membres était de 736, il y avait 10 ou 15 objections, mais le vote unanime est venu de tous les dirigeants, que Dieu leur fasse miséricorde.

Nous avons pris les décisions, et ils disent d’arrêter les négociations, et si nous comptons les jours de négociations, nous trouverons des mots parce qu’il est vrai qu’il n’y a pas eu de négociations après Oslo sauf ce qui s’est passé quelques jours plus tard jusqu’à ce que Rabin meure et qu’ensuite ils soient coupés, et Camp David est arrivé, Wye River et les négociations avec Olmert ont duré 8 mois, mais elles n’ont pas été terminées après que la police l’ait arrêté.

Donc, nous adhérons aux constantes, la solution à deux États sur la base de la légitimité internationale, l’État de Palestine sur les frontières 67 avec Jérusalem-Est comme capitale, avec un léger échange de valeurs et d’idéaux, et nous n’acceptons rien d’autre que Jérusalem-Est, qui a été occupée en 67 comme capitale de l’État de Palestine, et nous n’accepterons pas les jeux de mots, et nous exigeons une cessation complète des colonies, parce que c’est illégal, et comme ce sont toujours des colonies pour leurs propres raisons, ils doivent supprimer les colonies pour la paix s’ils veulent la paix, et convenir d’une période de temps entre les deux parties pour mettre en œuvre la solution, nous ne voulons pas des négociations à l’infini, mais pour une durée d’application spécifique.

Ce que nous voulons, c’est une solution juste et convenue à la question des réfugiés, conformément à l’Initiative de paix arabe et à la résolution 194, et que l’initiative arabe soit mise en œuvre de l’un à l’autre, et non de l’autre à l’autre, et qu’ensuite les pays arabes et islamiques puissent trouver des solutions avec Israël en un jour. Mais l’application d’abord de A à Z.

Nous voulons la libération de tous les prisonniers, et que le reste des questions de la phase finale de l’accord d’Oslo soit résolu par la négociation, c’est notre position sur cette base, et nous cherchons à trouver une solution par la négociation, la résistance populaire pacifique, la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes et la non-ingérence dans les affaires intérieures, et nous ne voulons pas que quiconque s’immisce dans nos affaires.

On sait que le Printemps arabe ou le soi-disant Printemps arabe est un mensonge inventé par l’Amérique, et qu’il a inventé le nouveau Moyen-Orient, puis le chaos créatif, et puis les journaux ont plus d’une fois mentionné des cartes pour diviser les pays arabes, par exemple, l’Égypte 4 pays, l’Arabie saoudite 3 pays, l’Irak 3 pays, la Syrie 4 pays, le Liban et c’est ainsi qu’est venu le printemps arabe et nous ne nous invitons pas, car il y a des problèmes en Libye, en Syrie, en Irak et au Yémen, et nous avons vu ce que le Conseil voit que ces pays et ces peuples doivent résoudre leurs problèmes eux-mêmes, Chacun peut résoudre ses problèmes par des moyens pacifiques, donc nous ne sommes pas dans un conflit arabe et nous ne serons pas avec tel ou tel État, et nous ne serons pas dans des conflits internes avec tel ou tel côté, mais nous disons qu’ils doivent résoudre leurs problèmes eux-mêmes.

Nous ne sortirons pas de notre peau, et nous, les Arabes, faisons partie de cette nation arabe, et nous sommes les incubateurs de la nation arabe et nous protégeons la nation arabe, mais s’ils ne sont pas d’accord les uns avec les autres, je dis un héros arabe !! Non, non, non, et je suis avec n’importe quel Arabe contre d’autres, et quiconque attaque un Arabe de l’étranger, je suis avec l’Arabe et je dérange ceux qui veulent contrarier et satisfaire ceux qui sont satisfaits, et dans un pays contre lequel je suis en colère, et si quelqu’un l’attaque de la part de non-Arabes, je suis avec lui, nous faisons partie de la nation arabe, et nous devons préserver la décision nationale indépendante, respecter les décisions du Conseil national 88, préserver la culture de la paix dans le monde, la résistance populaire pacifique, et faire face à l’occupation par la fermeté et le soutien Notre peuple dans la zone C et à Jérusalem en particulier,

Nous sommes avec les partisans de la paix en Israël, et nous voulons coopérer avec eux pour construire la paix dans la région, sur la base d’un État pour eux et d’un État pour nous, donc il y a une communication, nous communiquons avec ceux qui veulent la paix, et nous nous attendons à ce qu’ils veulent la paix.

Nous avons créé la Cour constitutionnelle, et pour le pouvoir judiciaire, nous avons 240 juges et 42 juges, le procureur général dans le système judiciaire de la charia est une femme, et cela ne se trouve nulle part, nous avons créé le tribunal pour mineurs, et la Fondation anti-corruption, je vous dis que tous ceux qui entendent parler d’une personne corrompue doivent écrire une lettre au chef de l’institution. Il n’y a personne qui est venu nous voir dans une affaire de corruption et qui n’a pas été transférée aux autorités compétentes, mais les cas malveillants répondent à leurs propriétaires. Nous travaillons dans la lutte contre la corruption depuis 5 ans, il y a des gens qui ont fui, et il y a 80 personnes condamnées à des affaires de corruption, et nous poursuivrons Tous les corrompus.

Nous avons le Conseil supérieur pour la créativité et l’excellence, nous avons une génération de génies, et d’ici quelques années, nous verrons leurs inventions, ils ont commencé à enregistrer leurs inventions auprès du Conseil, et nous y accordons une grande attention, non seulement en Cisjordanie, à Gaza et à Jérusalem, mais partout où se trouvent les Palestiniens.

La jeunesse et les sports, avant que Jibril Rajoub ne prenne les rênes de ce secteur il y a cinq ans et demi, il n’y avait pas d’intérêt pour le sport, mais nous sommes maintenant un nombre important dans le sport partout, notre classement est maintenant sur la liste de la Fédération internationale de football 83 après qu’il ait été il y a 179 ans, et nous sommes maintenant devant Israël dans ce classement, la chose la plus importante est qu’il n’y a pas de politique dans le sport, par exemple, le frère adjoint Jibril Rajoub à Gaza, Abdul Salam Haniyeh, Je veux du sport pour l’esprit et le corps de notre jeunesse, Nous ne voulons pas qu’ils travaillent en politique.

Nous avons achevé la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et nous travaillons à ses amendements, et nous vous promettons de répondre à toutes vos demandes.

Nous éduquons nos enfants au Liban, et nous avons créé un fonds il y a 6 ans pour soutenir leur éducation dans les universités, et maintenant ils commencent à obtenir leur diplôme, tout Palestinien qui obtient un diplôme d’études secondaires, nous lui enseignons à l’université, et c’est une réussite, et nous faisons tout ce que nous pouvons pour aider les réfugiés à l’étranger, nous avons le Fonds national qui effectue des tâches directes, tout ce que nous rencontrons pour nos frères à l’étranger, jusqu’à ce qu’ils retournent dans leurs camps et ensuite dans leur patrie.

L’énergie propre, je vous le promets, dans deux ou trois ans, nous en aurons en Cisjordanie et à Gaza, et nous aurons trois ou quatre villes industrielles, à Jéricho, Bethléem et Jénine, et si Dieu le veut, à Tarqumia à Hébron, les villes industrielles les plus courageuses, et je me soucie du développement, de l’exportation et de l’emploi de la main-d’œuvre.

L’hôpital Khaled Al-Hassan contre le cancer à Ramallah, nous y travaillons actuellement, et s’il réussit, nous nous passerons des transferts à l’étranger, nous avons commencé les fouilles, et nous avons un autre hôpital ophtalmologique à Turmusaya, et nous travaillons à la construction d’hôpitaux dans la plupart des villes palestiniennes.

Nous avons 154 propriétés à l’extérieur du pays, des ambassades, des maisons d’ambassadeurs, des maisons de personnel, je défie les grands pays d’avoir ce nombre, nous avons plus de 60 ambassades royales, et 95% des ministères gouvernementaux sont des rois, nous travaillons au pays et à l’étranger.

Hier, le Frère Azzam Shawa, Président de l’Autorité Monétaire, a reçu la Médaille d’Or de l’Union des Réalisations de l’Union des Banques Arabes, qu’il est le seul à avoir reçue.

Lois : La sécurité sociale est très importante, et je pense qu’elle sera bientôt mise en œuvre, la lutte contre la drogue, la loi sur les transactions électroniques et la loi sur la cybercriminalité sont importantes, et il y a eu beaucoup d’agitation à ce sujet, le gouvernement l’a révisée et y a apporté des amendements, c’est très important pour se débarrasser de la cybercriminalité.

Les Nations Unies, nous sommes allés aux Nations Unies et avons obtenu le statut d’État observateur, et nous avons hissé le drapeau de la Palestine au-dessus du bâtiment des Nations Unies, et nous cherchons maintenant à devenir membres à part entière, une protection internationale pour notre peuple, et nous avons des amis, mais que faisons-nous des détenteurs du droit de veto ? Nous avons beaucoup de raisons d’être fiers en termes de réalisations, mais cela ne veut pas dire que nous y arrivons.

Enfin, la déclaration que j’ai lue au Conseil de sécurité, qui a été incluse dans la justification et les documents de la Ligue arabe, j’espère que le Conseil national palestinien l’adoptera.

Nous pouvons prendre des mesures difficiles dans un avenir proche, que ce soit dans nos relations avec nos voisins ou avec l’Amérique, je ne dirai rien, nous en parlerons lors des réunions du Conseil parce qu’elles sont longues, importantes et dangereuses.

Dans sa déclaration au Conseil de sécurité de l’ONU, il a déclaré :

À la lumière de l’impasse actuelle dans laquelle se trouve le processus de paix, en raison de la décision de l’administration américaine sur Jérusalem, de la poursuite par Israël de ses activités de colonisation, de son incapacité à mettre en œuvre les accords signés et de son non-respect des résolutions de votre Conseil, et du désir de la partie palestinienne de continuer à travailler positivement et courageusement à l’édification d’une culture de paix et de non-violence, en préservant le principe de deux États, afin de parvenir à la sécurité et à la stabilité pour tous, et d’inspirer l’espoir dans le cœur de notre peuple et des peuples de la région, et de sortir de l’impasse actuelle,

Sur la base de notre croyance en une paix globale, durable et juste, que nous considérons comme notre choix stratégique, et par souci pour les générations futures de notre région, y compris les Palestiniens et les Israéliens, je présente à votre estimé Conseil un plan de paix qui s’attaque aux problèmes fondamentaux qui ont causé l’échec des efforts de paix pendant des décennies.

Notre plan est le suivant :

Premièrement, nous appelons à la convocation d’une conférence internationale de paix à la mi-2018, fondée sur les résolutions de la légitimité internationale, avec une large participation internationale incluant les parties concernées, les acteurs régionaux et internationaux, dirigée par les membres permanents du Conseil de sécurité et du Quatuor, à l’instar de la Conférence de paix de Paris ou du projet de conférence de Moscou tel que demandé par la résolution 1850 du Conseil de sécurité, à condition que les résultats de la conférence comprennent les éléments suivants :

  • Accepter l’État de Palestine en tant que membre à part entière de l’Organisation des Nations Unies et demander au Conseil de sécurité d’y parvenir, en tenant compte de la résolution 67/19 de 2012 de l’Assemblée générale, et en assurant la protection internationale de notre peuple.
  • Échange de reconnaissance entre l’État de Palestine et l’État d’Israël sur les frontières de 1967.
  • La formation d’un mécanisme international multilatéral pour aider les deux parties dans les négociations visant à résoudre toutes les questions relatives au statut permanent conformément à l’Accord d’Oslo (Jérusalem, frontières, sécurité, colonies, réfugiés, eau, prisonniers), afin de mener des négociations engagées dans la légitimité internationale et de mettre en œuvre ce qui est convenu dans un délai déterminé, tout en fournissant des garanties de mise en œuvre.

Deuxièmement, pendant la période de négociations, toutes les parties cesseront de prendre des mesures unilatérales, en particulier celles qui affectent les résultats de la solution finale, conformément à l’article 31 des Accords d’Oslo de 1993, au premier rang desquels la cessation des activités de colonisation dans le territoire occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, le gel de la résolution reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël, la suspension du transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem et leur engagement envers les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, en particulier les résolutions 476, 478, 2334 et la résolution ES-10/19 de l’Assemblée générale, ainsi que la non-adhésion d’un État Palestine pour les organisations auxquelles nous nous sommes engagés précédemment. (Il s’agit de 22 organisations et traités internationaux sur 500).

Troisièmement, l’Initiative de paix arabe sera mise en œuvre telle qu’elle a été adoptée, et un accord régional sera conclu lorsqu’un accord de paix sera conclu entre Palestiniens et Israéliens.

Dans ce contexte, nous mettons l’accent sur les termes de référence pour toute négociation future, à savoir :

  • L’attachement au droit international et aux résolutions pertinentes de légitimité internationale, y compris les résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité, qui ont abouti à la résolution 2334, à l’Initiative de paix arabe et aux accords signés.
  • Le principe de la solution à deux États, c’est-à-dire l’État de Palestine avec Jérusalem-Est comme capitale, pour vivre en sécurité et en paix aux côtés de l’État d’Israël aux frontières du 4 juin 1967, et le rejet des solutions partielles et d’un État avec des frontières temporaires.
  • Acceptation d’un léger échange de terrain contre de la valeur et de l’image avec le consentement des deux parties.
  • Jérusalem-Est est la capitale de l’État de Palestine, et ce sera une ville ouverte aux adeptes des trois religions monothéistes.
  • Assurer la sécurité des deux États sans compromettre la souveraineté et l’indépendance de l’un ou de l’autre, par la présence d’un tiers international.
  • Une solution juste et concertée à la question des réfugiés palestiniens sur la base de la résolution 194, conformément à l’Initiative de paix arabe et à l’engagement international continu à soutenir l’UNRWA jusqu’à ce que la question des réfugiés soit résolue.

Au nom de Dieu le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

« Allah ne coûte pas une âme si ce n’est sa capacité, il a ce qu’il a gagné et il a ce qu’il a gagné, notre Seigneur ne nous blâme pas si nous oublions ou péchons, notre Seigneur et ne nous impose pas l’insistance comme tu l’as fait à ceux qui nous ont précédés, notre Seigneur et ne nous porte pas ce que nous ne pouvons pas nous permettre, pardonne-nous et pardonne-nous et aie pitié de nous, tu es notre Mawlana, alors nous avons gagné les mécréants. »

Croyez en Dieu Tout-Puissant.

— Mahmoud Abbas (محمود عباس)

NOTES ET RÉFÉRENCES :

  1. À la suite de ces déclarations devant le Conseil national palestinien, l’historienne de l’Holocauste Deborah Lipstadt estime qu’Abbas termine sa carrière comme il l’a commencée : dans l’antisémitisme classique et la réécriture de l’histoire visant à dépeindre les Juifs comme des collaborateurs nazis. Après les multiples contestations internationales, en mai 2018, Abbas présente ses excuses aux Juifs qui ont pu « être offensés par [ses] propos » sur l’Holocauste et déclare qu’il respecte le foi juive et condamne l’antisémitisme.
  2. En 1976, intéressé par les origines juives, Arthur Koestler écrit La Treizième Tribu, premier ouvrage qui conteste la thèse d’un peuple juif issu exclusivement ou majoritairement de l’exode des Juifs de Palestine après la première guerre judéo-romaine et qui avance l’idée d’une conversion massive d’une population autochtone d’Europe de l’Est par des prédicateurs juifs, le royaume khazar et en Afrique du Nord (Kabylie). Les idées de Koestler seront reprises trente ans plus tard par l’historien israélien Shlomo Sand dans Comment le peuple juif fut inventé (ce livre est disponible en téléchargement).
  3. En octobre 2015, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a déclaré à la tribune du 37e congrès de l’Organisation sioniste mondiale qu’Hitler « ne voulait pas exterminer les Juifs à l’époque, seulement les expulser », en se fondant probablement sur les accords de Haavara. Son propos a suscité un grand émoi sur la seconde partie de sa phrase qui pointait la prétendue responsabilité du grand Mufti de Jérusalem sur l’idée d’exterminer les juifs d’Europe.

_________

SOURCES :
Marie Panayotides
5

« Merci pour toutes vos recherches et les informations que vous nous donnez. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.