Fleur de Roi : Québec, terre promise ! Québec, terre de liberté !

Les deux colonnes de Karnak avec le lys et le lotus.
Les deux colonnes de Karnak avec le lys et le lotus.

Article publié une première fois dans le « Le lys d’or » (1993): Québec, terre promise ! Québec, terre de liberté ! Québec, terre d’asile pour de nombreux peuples ! Plusieurs personnes scandent ces paroles sans vraiment savoir les expliquer. Il en est de même pour le drapeau national. Qui n’est pas fier d’arborer ce « champ bleu orné de quatre fleurs de lys », mais qui peut vraiment en expliquer la provenance ?

Contrairement à ce que l’on pense généralement, la fleur de lys n’a pas pris son origine en France, mais plutôt en Orient, où elle ornait plusieurs monuments et objets d’art d’Égypte. Dans ce pays, cet emblème floral distinguait les dieux et les souverains, il représentait donc le double pouvoir spirituel et royal. Osiris, Isis et Horus en étaient couronnés et cet emblème se retrouvait souvent sur le front des statues et des sphinx. (1)

Nous comprenons ainsi plus facilement pourquoi la fleur de lys fut adoptée par les Hébreux. Ceux-ci étant les héritiers sacerdotaux de l’Égypte ancienne, il est normal qu’ils emportèrent avec eux cet important symbole spirituel. Le roi Salomon lui rendit un vibrant hommage dans son Cantique des cantiques et Jésus lui-même s’en servait comme symbole de valeur : « Considérez les lis : ils ne travaillent ni ne filent; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux » (Luc, VII 27).

lys_175x1931Pour les Hébreux, le lys était l’emblème des tribus d’Israël, ce qui s’explique par le fait que vue de haut, cette fleur épouse la forme de l’étoile de David, cette étoile se divisant en douze triangle équilatéraux, chacun représentant une des tribus.

Le lys est un symbole de pureté, de chasteté et de fécondité. Il est la fleur des Vierges. Mais il symbolise aussi la fraternité, l’amour, la paix, chacun de ses rameaux se rassemblant en son centre pour ne former qu’un tout.

Mais comment la fleur de lys a-t-elle bien pu arriver jusqu’en France ? Il faut bien se dire que plusieurs migrations juives eurent lieu à travers l’Europe, la dernière remontait à l’édit d’expulsion promulgué après la révolte contre Rome en 132 de notre ère. Les Juifs durent s’exiler hors de la Palestine, certains s’installèrent en Égypte, d’autres en Espagne et dans les Pyrénées. La migration d’un groupe de Benjamins eut lieu plusieurs siècles auparavant, suite à une guerre civile qui impliqua toutes les autres tribus. Ceux-ci empruntèrent le chemin du nord, en passant par l’Arcadie (Grèce) et s’installèrent en terre germanique pour aboutir au début du cinquième siècle à la frontière belge, dans la région des Ardennes. Les Benjamins sont les ancêtres du peuple franc, les Sicambres. (2)

philippe1Ce sont eux qui donnèrent à la France ses premiers rois, les Mérovingiens. Ces derniers avaient pour emblême le crapaud, probablement dû au fait que leurs ancêtres vivaient à proximité des marais et des marécages. La légende raconte que Clovis fit un rêve durant la nuit précédant la bataille de Tolbiac en 496 dans lequel le crapaud d’or qui ornait un de ses étendards se transforma en lys. Nous n’irons pas jusqu’à affirmer cela, même si l’histoire officielle ne reconnaît l’apparition du lys que sur le sceptre royal de Charles le Chauve vers l’an 840. Nous opterons plutôt pour les chroniques qui affirment que le roi Clovis reçut de l’empereur d’Orient, Anastase, le sceptre Fleurdelisé ainsi que le titre de Consul.

En France, les lys demeurèrent insignes royaux jusqu’en 1789, alors que la Révolution française mettait fin au règne des usurpateurs capétiens.

En Nouvelle-France, la bannière à trois fleurs de lys fit son apparition avec l’arrivée de Jacques Cartier en 1534. Champlain, quant à lui, utilisa un drapeau bleu à croix blanche. Par contre, Montcalm fut le premier à arborer les quatre lys sur le drapeau lors de la bataille de Carillon en 1758. Mais cette incursion du Fleurdelisé sur le Nouveau Continent fut brève, car avec la chute de Québec en 1760, l’Angleterre imposa ses propres couleurs au peuple québécois.

Il fallut attendre l’abbé Elphège Filiatraut qui, sur son presbytère de Saint Judes, hissa le pavillon bleu à quatre fleurs de lys dont il était l’auteur : le Carillon. En 1903, les membres de la Société Saint-Jean-Baptiste décidèrent d’y ajouter en son centre l’image du Sacré-Coeur. Henri Bernard écrivait à ce sujet : « C’est en reconnaissance de ce droit de royauté de Jésus-Christ sur leur patrie et pour se rendre aussi à sa demande spéciale et présente, que les Canadiens Français ont peint sur leur drapeau national l’image bénie de son Sacré-Coeur. » (3)

Le Fleurdelisé-Sacré-Coeur
Le Fleurdelisé-Sacré-Coeur

Est-ce vraiment un hasard si le Fleurdelisé fut adopté par le Parlement la même année que la création de l’État d’Israël en 1948 ? Ce n’est pas seulement la France qui légua la fleur de lys au Québec, mais aussi le peuple hébreu qui lui-même était l’héritier de l’ancienne Égypte. Trente-six ans plus tard, le pape Jean-Paul II lors de sa venue au Québec s’écria : « Salut à vous, croyants en Dieu et héritiers du peuple d’Israël » (4) De quoi réfléchir.

  1. L’origine du blason, A. De Beaumont, éd. Pardès, Puiseaux 1989.
  2. “Franc” vient du germain “wrang”, participe passé du verbe “wringen”, signifiant « ceux qui ont été bannis », « ceux qui ont erré ».
  3. Revue canadienne, Montréal, août 1906.
  4. La Presse, Montréal, août 1984.

Nota bene : Fleur de lys vient aussi du celtique « li » signifiant roi, souverain.

Anthologie2020PUB007

Jacqueline Perrousset
5

« Je découvre cet article avec beaucoup de retard, comme toujours excellent et prémonitoire sinon prophétique. Merci encore pour votre super blog et soyez béni et protégé vous et les vôtres. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
4310cookie-checkFleur de Roi : Québec, terre promise ! Québec, terre de liberté !
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Luc Corleon

wow très bel exposé.

Rivière

Je suis contente de savoir tout cela sur le lys ! c’est une vrai découverte pour moi.
Le lys si vous avez la chance d’en avoir..ma Maman les laissaient dans l’alcool pur. et quand nous avions n’importe quel blessure ou risque d’infection au doigts elle emrobait avec cette fleur et faisait le pansement. Cela guérissait très vite.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
2
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x