La Ville de Montréal et le réseau “100 villes résilientes” de la Fondation Rockefeller

En 1992, lors de la conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement, plus connue sous le nom de “Sommet de Rio”, coprésidée par l’ancien président de l’Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev et le milliardaire canadien Maurice Strong, agent de N. M. Rothschild & Sons à Londres, l’ONU a dévoilé un programme philosophique environnemental radical qui “inversait” les valeurs traditionnelles. Ce programme d’action des Nations Unies dévoilé à Rio s’appelait Agenda 21. Il fait 300 pages et il est très complexe. Il est principalement conçu pour être mis en œuvre avec d’autres documents radicaux tels que l’Évaluation globale de la biodiversité (1140 pages), promus par la Conférence des Nations Unies sur les établissements humains, Habitat II, qui s’est tenue à Istanbul en Turquie du 3 au 14 juin 1996.

La première conférence d’Habitat s’est déroulée à Vancouver au Canada, du 31 mai au 11 juin 1976, et a spécifiquement identifié la propriété privée comme une menace pour la paix et l’égalité de l’environnement. Elle proposait de révolutionner le développement du territoire et des villes de chaque pays selon des directives environnementales “à la soviétique”, appelées “développement durable”. Le concept mortifère de l’Agenda 21 est profondément ancré dans la pensée et la stratégie de la Société fabienne. En effet, la Base fabienne de 1887, que tous les membres devaient signer et respecter, stipule ceci : « La Société travaille donc à l’extinction de la propriété privée et en conséquence de l’appropriation individuelle, sous la forme d’un loyer, un prix à payer pour l’autorisation d’utiliser la terre, ainsi que des avantages des sols et des territoires. » Cette assertion était répétée dans la révision de 1919 de la Base fabienne.


VEUILLEZ ADHÉRER AU CLUB VIP POUR LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE ….

Ce contenu est uniquement réservé aux membres BRONZE ($10 mensuel), ARGENT ($25 trimestriel), PLATINE ($35 semestriel), OR ($50 annuel), DIAMANT ($500 unique à vie), EXPRESS ($5 sans abonnement), et GRATUIT (Essai + abonnement).
Se connecter S’abonner maintenant
119070cookie-checkLa Ville de Montréal et le réseau “100 villes résilientes” de la Fondation Rockefeller
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
10 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.