Le pape est-il le faux prophète de l’Apocalypse ? Il a accueilli au Vatican l’artiste responsable de l’œuvre d’art “Le Christ pisseux” (Piss Christ)

AVERTISSEMENT : Cet article comprend deux hyperliens notifiés en rouge. Veuillez ne pas cliquer sur ces liens si vous êtes en présence d’enfants et/ou d’adolescents. Il s’agit de deux hyperliens PORNO et HORREUR visant à sourcer correctement et à souligner la gravité de l’article ci-dessous. Il s’agit de deux hyperliens pour les personnes adultes et avisées UNIQUEMENT. Merci de votre compréhension. ◀▪


Est-il exagéré d’affirmer que le pape François puisse être identifié comme étant le faux prophète de l’Apocalypse, tel qu’il est décrit dans Apocalypse 13.11-15 ? Ce faux prophète de la fin des temps est aussi appelé la « deuxième bête ». Il s’agit du troisième membre de la Trinité maléfique, avec l’Antéchrist et Satan, qui leur donne sa puissance. Comme le souligne “Got Questions“, l’Apôtre Jean le décrit et nous donne des indices permettant de l’identifier à son avènement: « D’abord, il sortira de la terre, ce qui peut vouloir dire qu’il viendra tout droit de l’enfer, avec toute une armée de démons à ses ordres, ou encore qu’il sera issu d’un milieu modeste et restera discret et inconnu jusqu’à sa manifestation au monde, à la droite de l’Antéchrist. Il est décrit avec des cornes comme celles d’un agneau et parlant comme un dragon. Les cornes d’un agneau ne sont que de petites bosses sur sa tête jusqu’à ce qu’il grandisse et devienne un bélier. Au lieu des nombreuses têtes et cornes de l’Antéchrist qui manifestent sa puissance et sa férocité, le faux prophète viendra comme un agneau, en toute douceur, avec des paroles persuasives qui susciteront la sympathie et la bonne volonté de son public. Il sera peut-être un prédicateur ou un orateur hors pair, dont les mots, empreints de puissance démoniaque, séduiront les foules. Pourtant, il parlera comme un dragon, ce qui veut dire que son message sera celui du dragon. Apocalypse 12.9 identifie le dragon comme le diable et Satan. »

Le patriarche Elie n’hésite pas écrire dans l’un de ses derniers sermons : « Le Vatican a attiré sur lui et sur ceux qui y adhèrent la malédiction de Dieu, l’aveuglement spirituel, la perte de la conscience et de la raison, qui affecte le monde entier aujourd’hui. Bergoglio s’est publiquement consacré aux démons et à Satan, au Canada. Il a également intronisé le démon Pachamama au sein de la basilique principale. Il promeut les pires perversions morales, qui annulent non seulement les dix commandements, mais aussi les commandements du Christ et, de surcroît, les lois naturelles et la morale. Si quelqu’un prétend que François est un pape valable, alors l’Évangile du Christ est invalide et tout l’enseignement de l’Église, vieux de 2000 ans, tombe. » Je vous invite aussi à lire tous les articles du Patriarcat Catholique Byzantin en cliquant ici.

Andres Serrano et le pape François

À l’occasion du 50e anniversaire de l’inauguration de la collection d’art moderne des Musées du Vatican, vendredi 23 juin, sous les fresques de Michel-Ange, le Pape François a reçu près de 200 artistes du monde entier. Il a profité de cette occasion pour rappeler l’amitié entre l’Eglise et l’art et les bienfaits des artistes pour l’humanité. Par contre, des millions de catholiques du monde entier ont été stupéfaits que le pape François ait accueilli au Vatican l’artiste responsable de l’œuvre d’art intitulée “Piss Christ” (Le Christ pisseux). Andres Serrano, créateur de l’œuvre anti-chrétienne “Piss Christ” montrant un crucifix immergé dans un verre d’urine, a été invité par le pontife à visiter la chapelle Sixtine à l’occasion de cette audience avec les artistes. Lorsque “Piss Christ” a été exposé en 1989, quelque 50 sénateurs américains et 150 représentants se sont plaints que le National Endowment for the Arts (NEA) financé par les contribuables avait financé l’exposition et que le budget du NEA avait finalement été réduit en conséquence. Alors que les partisans soutenaient que la controverse sur “Piss Christ” était une question de liberté artistique et de liberté d’expression, l’archevêque australien (pas encore cardinal) George Pell a demandé une injonction en 1997 à la Cour suprême de Victoria pour empêcher la National Gallery of Victoria d’exposer publiquement l’œuvre. À l’époque, Serrano, qui est ouvertement gay, a fait remarquer : « Je ne savais pas que Piss Christ attirerait l’attention, car je ne voulais ni blasphème ni offense. J’ai été catholique toute ma vie, donc je suis un disciple du Christ. »

« Je vous remercie d’avoir accepté mon invitation. Votre présence me réjouit car l’Eglise a toujours entretenu une relation avec les artistes qui peut être définie à la fois naturelle et spéciale. », a déclaré le pontife aux artistes, dont Serrano. « En étant des voyants, des sentinelles, des consciences critiques, je sens que vous êtes des alliés pour de nombreuses choses qui me tiennent à cœur, comme la défense de la vie humaine, la justice sociale, les derniers, le soin de notre maison commune, le sentiment que nous sommes tous frères. L’humanité de l’humanité me tient à cœur, la dimension humaine de l’humanité. Car c’est aussi la grande passion de Dieu. L’une des choses qui rapprochent l’art de la foi, c’est le fait de troubler un peu. »

Interrogé sur la sélection controversée de Serrano, qui a créé un «art» similaire dans les années qui ont suivi, y compris une série de photographies de lui-même en train d’éjaculer, une statue de Michel l’archange trempée dans le sang et de nombreux clichés de personnes nues. Mgr Paul Tighe, qui aide à superviser le ministère de la Culture et de l’Éducation du Vatican, a noté : « Nous sommes prêts pour une conversation. Nous voulons entendre et parler, rencontrer, dialoguer avec les artistes, parce que nous pensons que les artistes ont des perspectives et des façons de voir le monde dont nous devons tenir compte. [Avec Serrano] Je pense que nous devons tous travailler sur la présomption de bonne foi de l’artiste qui essaie de dire quelque chose, de contester quelque chose, et peut parfois avoir recours à des mesures fortes pour nous réveiller. »

Lors de l’audience avec les 200 artistes, le pape François a sursauté de joie en voyant Andres Serrano, il l’a béni, lui a tapoté la main et lui a levé le pouce. « J’ai été surpris d’être invité et encore plus surpris qu’il m’ait donné une levée de pouce », a déclaré M. Serrano par la suite. « Et j’étais très heureux que l’église comprenne que je suis un artiste chrétien et que je ne suis pas un artiste blasphémateur. Je ne suis qu’un artiste. » M. Serrano a déclaré qu’en dépit de la controverse qui a accueilli certains de ses travaux, il espérait que certaines de ses photographies récentes d’une Pietà, une image de la Vierge Marie contemplant le Christ mort sur ses genoux, seraient admises dans la collection du Vatican. M. Serrano a également déclaré qu’il était sûr que François savait exactement qui il était lorsqu’il lui a donné la première levée de pouce avec un sourire. « C’était un grand sourire espiègle », a déclaré M. Serrano.

Andres Serrano n’était pas le seul artiste controversé invité à l’événement de la chapelle Sixtine du pape. Dans le public se trouvaient des personnalités telles que l’écrivaine américaine d’origine indienne Jhumpa Lahiri, l’artiste plasticien contemporain Anselm Kiefer, l’acteur italien Silvio Orlando, dont le portrait d’un secrétaire d’État fictif du Vatican dans la série franco-hispano-italienne “The Young Pope” (Le jeune pape) et “The New Pope” (Le nouveau pape) le faisait sembler parfaitement chez lui dans le Palais apostolique, ainsi que le cinéaste américain Abel Ferrara, connu pour le contenu provocateur et souvent controversé de ses films et son utilisation et sa redéfinition de l’imagerie néo-noire.

Le cinéaste Abel Ferrara

Abel Ferrara est celui qui a réalisé le récent film de Padre Pio qui met en vedette Shia LaBeouf dans le rôle principal. Le film est critiqué par plusieurs commentateurs pour son utilisation abusive de langage vulgaire, de nudité et pour dénaturer en partie le personnage de ce saint italien. Le Père Jonathan Meyer de la paroisse de Tous les Saints (The parish of All Saints) dit dans sa vidéo : « Si on ne sait pas qui est Padre Pio avant le film, ce sera déroutant ; si vous le connaissez lui et sa vie, le film aura plus de sens. (…) Les jeunes enfants, les adolescents, ceux qui sont accros au porno, etc. ne devraient pas voir ce film, à moins qu’ils ne soient spirituellement mûrs. » En ce sens, le film de Carlo Carlei sorti en 2000 est une version familiale de la vie du saint et une bien meilleure option pour les personnes qui ne veulent pas voir un film classé R – Restreint (les moins de 17 ans doivent être accompagnés d’un parent ou d’un tuteur adulte. Contient du matériel pour adultes).


« Tonalement déséquilibré et chargé d’une performance distrayante de Shia LaBeouf, Padre Pio est l’une des œuvres les moins divines d’Abel Ferrara. »

(Consensus des critiques de Rotten Tomatoes)

Le pape François déclare dans son discours que « l’artiste est un enfant ». Or, il n’y a rien de plus éloigné de la réalité que ce postulat. Le pontife idéalise naïvement les artistes lorsqu’il dit d’eux : « L’artiste rappelle à tous que la dimension dans laquelle nous évoluons, même lorsque nous n’en sommes pas conscients, est celle de l’Esprit. Votre art est comme une voile qui se remplit de l’Esprit et qui fait aller de l’avant. » Seulement, tous les artistes ne sont pas aussi vertueux. Certains d’entre eux en sont même très éloignés. En effet, oublions-nous que Abel Ferrara a fait ses armes en tant que réalisateur en 1976 avec le film pornographique intitulé “9 Lives of a Wet Pussy” ? [Lire l’avertissement avant d’ouvrir le lien.] André Purcell écrit dans le journal The Guardian : « En Grande-Bretagne, il est considéré comme un lowlife sensationnaliste dont les films reposent sur la nudité gratuite, la consommation de drogue et la violence. » Son premier film, 9 Lives of a Wet Pussy, était du porno simple, mettant en vedette sa petite amie, ses amis et un casting de mecs embauchés, dont l’un avait du mal à se montrer à la hauteur. « C’est déjà assez grave de payer 200 $ à un mec pour qu’il baise sa copine, puis il ne peut pas se le permettre », a déclaré Ferrara. L’équipage a tiré au sort, et il a perdu, faisant ainsi sa première apparition devant la caméra. Bien que les distributeurs du film aient finalement insisté sur un titre plus provocateur, le réalisateur Abel Ferrera aurait voulu que le film s’appelle “Nothing Sacred” (Rien de sacré).

Le deuxième long métrage du pornographe Abel Ferrara, sorti en 1979, était le film grindhouse intitulé “The Driller Killer[Lire l’avertissement avant d’ouvrir le lien.]. Il s’agissait d’un film de slasher urbain sur un artiste (joué par Ferrara lui-même) qui se lance dans une tuerie avec une perceuse électrique. Lorsque The Driller Killer est arrivé en Grande-Bretagne en 1982, directement sur VHS sans certification, il a été cité par Mary Whitehouse comme l’un des “méchants vidéo” corrompant notre jeunesse, conduisant à des poursuites en vertu de la loi de 1959 sur les publications obscènes et à l’adoption d’une nouvelle législation obligeant toutes les sorties vidéo à passer devant le British Board of Film Classification pour être classées. Ferrara est fier de sa capacité à choquer. « Ils avaient ces tableaux du nombre de personnes tuées dans un film, du nombre de jurons », dit-il pour le Guardian. « Eh bien, le roi de New York a fait ressembler Scarface à Mary Poppins. » Le film est devenu un favori du hip-hop, en partie à cause du terrorisme flamboyant mené par Walken, Laurence Fishburne et leur gang.

Élevé catholique, Abel Ferrera a commencé à se décrire comme bouddhiste en 2007. Lorsqu’on lui a demandé s’il s’était converti, Ferrara a répondu : « Jésus était un homme vivant, tout comme Bouddha et Mahomet. Ces trois hommes ont changé le monde, avec leur passion et leur amour des autres êtres humains. Tout ce qu’ils avaient, c’était leur parole, et ils venaient de nulle part. Je ne dis pas que Nazareth est nulle part — je suis sûr que Jésus venait d’un quartier très cool. »

C’est donc ce genre d’individus que le pape François a invité à la chapelle Sixtine lors du 50e anniversaire de l’inauguration de la collection d’art moderne des Musées du Vatican : un homme qui immerge un crucifix dans un verre rempli de sa propre urine et un pornographe dont les films reposent sur la nudité gratuite, la consommation de drogue et la violence. Le pontife est allé jusqu’à comparer ces “artistes” aux prophètes de la Bible. Il dit : « Vous êtes un peu comme des prophètes. Vous savez regarder les choses aussi bien en profondeur que dans le lointain, comme des sentinelles qui plissent les yeux pour scruter l’horizon et sonder la réalité au-delà des apparences. (…) Comme les prophètes bibliques, vous nous confrontez à des choses qui parfois dérangent, critiquant les faux mythes d’aujourd’hui, les nouvelles idoles, les discours banals, les pièges de la consommation, les astuces du pouvoir. »

Jorge Mario Bergoglio n’est-il pas celui par qui le scandale arrive ? C’est à vous d’en juger !

« Malheur au monde à cause des scandales ! Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive ! » (Matthieu 18:7)


SOURCES ET RÉFÉRENCES :


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Joe Geoffray
5

« J'aime beaucoup vos articles, j'en apprends beaucoup, merci ! »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.