Gary Allen affirmait que le terme “Nouvel Ordre Mondial” est utilisé par une élite secrète vouée à l’éradication de la souveraineté des nations

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Aux mois d’août et septembre 2023, j’avais informé mes lectrices et lecteurs que j’avais fait l’acquisition de deux ouvrages originaux du journaliste et écrivain américain Gary Allen, respectivement intitulés “None Dare Call It Conspiracy” (Personne n’ose appeler cela une conspiration) publié en 1971 par l’éditeur Concord Press, ainsi que “The Rockefeller File” (Le dossier Rockefeller) publié en 1976 par la maison d’édition “’76 Press“. Or il y a quelques semaines, j’ai fait l’acquisition d’un autre livre de Gary Allen, intitulé “Say NO! to the New World Order” (Dites NON! au nouvel ordre mondial). Il s’agit encore une fois de l’édition originale du livre, qui fut publié à titre posthume en 1987 par l’éditeur Concord Press. Soutenant que le terme “Nouvel ordre mondial” est utilisé par une élite mondiale secrète qui se consacre à l’éradication de la souveraineté des nations du monde, l’écrivain a articulé le thème antimondialiste du conspirationnisme contemporain aux États-Unis. Après la chute du communisme au début des années 1990, le sujet de facto du conspirationnisme du Nouvel Ordre Mondial est passé des crypto-communistes, perçus comme complotant pour établir un gouvernement communiste mondial athée, aux mondialistes, perçus comme complotant pour mettre en œuvre un gouvernement mondial unifié, généralement collectiviste, contrôlé en dernier ressort par une oligarchie intouchable de banquiers internationaux, de politiciens corrompus et de corporatistes, ou par les Nations Unies elles-mêmes.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, quarante-trois nations, représentant près d’un tiers de la surface de la Terre, sont tombées aux mains du communisme. Dans chaque cas, le Département d’État américain a été un complice volontaire et conscient de cette trahison. Les capitalistes les plus riches du monde coopèrent et financent depuis des décennies leurs prétendus ennemis mortels, les communistes. Comme on l’apprend dans le livre de Gary Allen, “Say NO! to the New World Order”, cela a été planifié de cette façon, dans le cadre d’un projet élitiste visant à créer un nouvel ordre mondial.

Dans ce livre, nous découvrons les plans des conspirateurs révélés dans leurs propres mots. Plus important encore, nous apprenons comment les arrêter. Après avoir lu le livre de Gary Allen, “Say NO! to the New World Order” (Dites NON! au nouvel ordre mondial), le président du caucus conservateur, Howard Phillips, a déclaré : « Cela pourrait être le livre conservateur le plus vendu de l’histoire. »

En 1985, Gary Allen décida que la John Birch Society ne méritait plus sa loyauté et il écrivit une série de lettres cinglantes à ses amis et partisans révélant la conduite malhonnête et déshonorante de la nouvelle direction de la JBS après la mort de Robert Welch. Certaines de ces lettres peuvent être consultées et téléchargées sur Internet Archive.

➽ Gary Allen, 50 ans, auteur conservateur, est décédé

Le Los Angeles Times, 1er décembre 1986

Gary Allen, dont les livres “None Dare Call It Conspiracy” (Personne n’ose appeler cela une conspiration) et “Tax Target: Washington” (Objectif fiscal : Washington) articulaient les objectifs conservateurs des deux dernières décennies, est décédé samedi le 29 novembre 1986 d’une maladie du foie. Il avait 50 ans. Allen est décédé au Memorial Medical Center de Long Beach, a déclaré le porte-parole de l’hôpital, Don Brackenbury.

« Il a été le grand vulgarisateur de la cause conservatrice », a déclaré W. Scott Stanley, rédacteur en chef du Conservateur Digest, basé à Washington. Stanley, qui a déclaré qu’Allen avait commencé et maîtrisé la technique de diffusion du message conservateur à travers la vente par correspondance de livres, de cassettes et de bandes de films, l’a qualifié de « pionnier dans l’assemblage du bon message avec le bon outil ».

Le livre le plus populaire d’Allen était “None Dare Call It Conspiracy”, une publication de 1971 qui utilisait la vente par correspondance pour augmenter les ventes de 6 millions d’exemplaires en huit langues, selon son fils, Mike. Le livre expose la théorie selon laquelle les banques et la politique internationales contrôlent les décisions nationales, les retirant des mains des élus.

Outre de nombreux livres, Gary Allen a contribué à la rédaction du Conservateur Digest et du magazine American Opinion de la John Birch Society. Dans cette publication, il a écrit un article de 1974 affirmant que le sénateur Alan Cranston (Démocrate de Californie) « s’associait étroitement aux communistes et aux objectifs communistes ». Cet article fit décrit par un porte-parole sénatorial de l’époque comme du « pur charabia ». Mike Allen a déclaré qu’il ne savait pas si son père était membre de l’organisation ultraconservatrice. Il a été rédacteur de discours pour l’ancien gouverneur de l’Alabama, George Wallace, lors de ses campagnes présidentielles et conseiller du millionnaire conservateur texan Nelson Bunker Hunt, a déclaré son fils.

Né à Glendale et élevé à Long Beach, Allen était titulaire d’un baccalauréat ès arts en histoire de l’Université de Stanford. Il laissait une épouse, Barbara Jean, et quatre enfants. Les funérailles eurent lieu vendredi le 5 décembre 1986 à l’église presbytérienne du Bon Pasteur à Los Alamitos. ■


La biographie de Gary Allen

Né le 2 août 1936 à Glendale et élevé à Long Beach en Californie, Frederick Gary Allen était un journaliste et écrivain conservateur américain. Durant sa carrière, il a promu l’idée selon laquelle les banques et la politique internationales contrôlent les décisions nationales, les retirant des mains des élus. En tant qu’étudiant, Allen s’est spécialisé en histoire à l’Université de Stanford à Palo Alto, en Californie, et a également étudié à la California State University à Long Beach.

Gary Allen était un membre éminent de la John Birch Society de Robert W. Welch, Jr., dont il était un porte-parole. Il a contribué à des magazines tels que le Conservative Digest et le magazine American Opinion à partir de 1964. Il a également rédigé le discours de George Wallace, l’ancien gouverneur de l’Alabama, lors de sa candidature présidentielle à l’élection présidentielle américaine de 1968 contre Richard M. Nixon et Hubert H. Humphrey. Il était conseiller du millionnaire conservateur texan Nelson Bunker Hunt.

En 1971, Allen a co-écrit un livre intitulé “None Dare Call It Conspiracy” avec Larry H. Abraham, dans lequel ils affirment que les systèmes politiques et économiques modernes de la plupart des pays développés sont le résultat d’une vaste conspiration de l’élite au pouvoir de l’establishment, pour laquelle ils utilisent également le terme Insiders (Initiés),

Associated Press. The New York Times, December 2, 1986, Section B, Page 6.

Selon les auteurs, ces Insiders utilisent des éléments du Manifeste communiste de Karl Marx pour faire avancer leur programme socialiste/communiste :

  • Établir un système d’impôt sur le revenu comme moyen d’extorquer de l’argent à l’homme ordinaire ;
  • Établir une banque centrale, nommée de manière trompeuse pour que les gens pensent qu’elle fait partie du gouvernement ;
  • Que cette banque soit détentrice de la dette nationale ;
  • Faire monter la dette nationale et les intérêts qui en découlent à des niveaux vertigineux à travers les guerres (ou toute sorte de dépenses déficitaires), à commencer par la Première Guerre mondiale.

Allen cite le Council on Foreign Relations qui a déclaré dans son étude n°7 de 1959 au nom du Sénat des États-Unis : « Les États-Unis doivent s’efforcer de construire un nouvel ordre international ». Il a écrit d’autres livres sur le Council on Foreign Relations et la Commission trilatérale, affirmant que le terme « Nouvel Ordre Mondial » était utilisé par une élite secrète travaillant à la destruction de la souveraineté nationale.

En février 1980, Allen a commencé une relation de travail avec l’assistant de recherche Sam Wells, dont les écrits d’Allen dépendraient jusqu’à sa mort. Wells a poursuivi son travail après la mort d’Allen, aidant sa veuve à publier son bulletin d’analyse politique et économique. Le dernier livre d’Allen, Say “No!” to the New World Order (Dis “Non!” au Nouvel Ordre Mondial), a été publié à titre posthume en janvier 1987.

Gary Allen est décédé le 29 novembre 1986 des suites d’une maladie du foie au Memorial Medical Center de Long Beach, en Californie, à l’âge de 50 ans. Nous lisons dans le Los Angeles Times : « Il a été le grand vulgarisateur de la cause conservatrice », a déclaré W. Scott Stanley, rédacteur en chef du Conservative Digest, basé à Washington. Stanley, qui a déclaré qu’Allen avait commencé et maîtrisé la technique de diffusion du message conservateur à travers la vente par correspondance de livres, de cassettes et de bandes de films, l’a qualifié de « pionnier dans l’assemblage du bon message avec le bon outil ». Il a laissé une épouse, Barbara Jean, et quatre enfants, dont Michael Allen, journaliste politique.

La stèle funéraire de Frederick Garfield “Gary” Allen, située au Forest Lawn Memorial Park (Cypress, Californie). Concession : “Enduring Love Section” Map 6 Lot 2743 Space 3. [Source : Find a Grave]

Marylise Dusuel
5

« Très contente de vous avoir retrouvé, M. Boulianne, ayant été abonnée pendant longtemps à votre newsletter. Heureuse de constater que vous n'avez rien perdu de votre acuité et qualité d'analyse. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.