Liberté d’expression : Le réseau X fait face à une interdiction au Brésil alors qu’Elon défie l’ordre du gouvernement de censurer les utilisateurs

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

La liberté d’expression est attaquée et piétinée dans plusieurs pays par des gouvernements autoritaires ou en voie de le devenir. Il semble bien que le réseau social Twitter/X pourrait faire l’objet d’une interdiction au Brésil, après la dernière décision d’Elon Musk de défier une ordonnance du tribunal visant à bloquer « certains comptes populaires au Brésil ». En effet, la Cour suprême du Brésil a ordonné à X Corp. (anciennement Twitter) de supprimer certains utilisateurs de sa plateforme, a annoncé samedi la société de médias sociaux. Le compte Global Government Affairs de X a déclaré que la société a été « forcée par des décisions de justice de bloquer certains comptes populaires au Brésil », ajoutant qu’aucune raison n’a été fournie quant aux raisons ni aucun détail fourni concernant les messages qui violeraient prétendument la loi. Par ailleurs, X a déclaré que le tribunal avait interdit à l’entreprise de divulguer les comptes concernés et a affirmé qu’elle était menacée d’amendes.

L’entreprise de Elon Musk a ajouté que cette décision enfreignait le Marco Civil da Internet, ainsi que la Constitution fédérale brésilienne. Le conseiller juridique de X a déclaré, dans un courriel publié à l’intention de ses collègues, que l’entreprise avait reçu des demandes du Congrès du Brésil concernant les messages privés échangés entre les utilisateurs, et qu’elle s’efforçait de « s’y opposer » car elles ne respectaient pas les « exigences légales du Marco Civil concernant la divulgation des enregistrements des utilisateurs ». Il a également révélé qu’après qu’un groupe appelé “Mouvement conservateur” a déposé une requête auprès de la Cour suprême concernant la divulgation de leurs messages privés, la Cour a suspendu les demandes parce qu’elles ne respectent pas les exigences légales.

Le PDG de la plateforme, Elon Musk, a critiqué cette décision, déclarant qu’elle équivalait à une censure qui, selon lui, « viole la loi et la volonté du peuple brésilien ». Elon Musk a annoncé que cette décision aurait un impact considérable sur les revenus de la plateforme au Brésil. M. Musk a affirmé que cela obligerait X à fermer son bureau dans le pays, déclarant qu’ils « lèvent toutes les restrictions. Ce juge a infligé des amendes massives, menacé d’arrêter nos employés et coupé l’accès à 𝕏 au Brésil. Mais les principes comptent plus que le profit. » Il a depuis demandé aux utilisateurs de X au Brésil de télécharger un VPN (réseau privé virtuel) au cas où le pays bloquerait l’accès à la plateforme.

L’auteur et journaliste américain Michael Shellenberger a déclaré sur X, à la lumière de la décision :

« À tout moment, la Cour suprême du Brésil pourrait fermer tout accès à X/Twitter au peuple brésilien. Il n’est pas exagéré de dire que le Brésil est au bord de la dictature aux mains d’un juge totalitaire de la Cour suprême nommé Alexandre de Moraes.

« Le président Lula da Silva participe à la poussée vers le totalitarisme. Depuis son arrivée au pouvoir, Lula a considérablement augmenté le financement gouvernemental des grands médias d’information, dont la plupart encouragent une censure accrue. Ce que font Lula et de Moraes constitue une violation scandaleuse de la constitution brésilienne et de la Déclaration des droits de l’homme des Nations Unies. »

Musk a soutenu depuis le début de son mandat au sein de l’application que X, sous sa direction, respecterait les lois locales et que les habitants de chaque région décideraient par leurs votes si cela était juste ou non. Et cela a du sens. Twitter a été confronté à de nombreuses contestations juridiques au fil du temps en relation avec les demandes de censure du gouvernement, et Elon sait que contester chacune d’entre elles présenterait un risque important pour les activités de X, quelles que soient ses positions personnelles. Mais cette fois, il a décidé de prendre position, malgré ces risques.

Musk a écrit le 7 avril sur le réseau Twitter/X, que la plateforme publiera « tout ce qui est demandé » par le juge de la Cour suprême Alexandre de Moraes. Musk a l’intention de montrer comment ils violent la loi brésilienne et de condamner Moraes pour « avoir trahi à plusieurs reprises la constitution et le peuple du Brésil », appelant à sa destitution. « Honte Alexandre, honte », ajoute-t-il.

SOURCES ET RÉFÉRENCES :



Michael Shellenberger : « Le Brésil est au bord de la dictature »

Le 6 AVRIL 2024 — LE BRÉSIL EST AU BORD DU GOUFFRE — Je suis en direct du Brésil, où une série d’événements dramatiques est en cours. À 17h52, heure de l’Est, aujourd’hui 6 avril 2024, la société X, anciennement connue sous le nom de Twitter, a annoncé qu’un tribunal brésilien l’avait contrainte à « bloquer certains comptes populaires au Brésil ». Puis, moins d’une heure plus tard, le propriétaire de X, Elon Musk a annoncé que X défierait l’ordre du tribunal et lèverait toutes les restrictions. « En conséquence », a déclaré Musk, « nous perdrons probablement tous nos revenus au Brésil et nous devrons fermer notre bureau là-bas. Mais les principes comptent plus que le profit. »

À tout moment, la Cour suprême du Brésil peut fermer l’accès à X/Twitter aux Brésiliens. Il n’est pas exagéré de dire que le Brésil est au bord de la dictature aux mains d’un juge totalitaire de la Cour suprême nommé Alexandre de Moraes. Le président Lula da Silva participe à la poussée vers le totalitarisme. Depuis son arrivée au pouvoir, Lula a massivement augmenté le financement gouvernemental des principaux médias, dont la plupart encouragent une censure accrue.

Ce que font Lula et de Moraes est une violation scandaleuse de la constitution brésilienne et de la déclaration des droits de l’homme des Nations Unies. À l’heure actuelle, le Brésil n’est pas encore une dictature. Il y a encore des élections et le peuple brésilien dispose d’autres moyens pour faire face à l’autoritarisme. Mais le Tribunal suprême fédéral et le Tribunal supérieur électoral interfèrent directement dans ces élections par le biais de la censure. Il y a trois jours, j’ai publié les fichiers Twitter pour le Brésil. Ils montrent que Moraes a violé la Constitution brésilienne. M. Moraes a demandé illégalement à Twitter de révéler des informations privées sur les utilisateurs de Twitter qui utilisaient des hashtags qu’il jugeait inappropriés. Il a exigé l’accès aux données internes de Twitter, violant ainsi la politique de la plateforme. Il a censuré, de sa propre initiative et sans aucun respect de la procédure, des messages publiés sur Twitter par des parlementaires du Congrès brésilien. Enfin, M. Moraes a tenté de transformer les politiques de modération des contenus de Twitter en une arme contre les partisans du président de l’époque, Jair Bolsonaro.

Je dis cela en tant que journaliste indépendant et non partisan. Je ne suis fan ni de Bolsonaro ni de Trump. Mes opinions politiques sont très modérées. Mais je sais reconnaître la censure quand je la vois.

Les Twitter Files ont également révélé que Google, Facebook, Uber, WhatsApp et Instagram ont trahi le peuple brésilien. Si de telles preuves sont avérées, les dirigeants de ces entreprises se sont comportés comme des lâches : ils ont fourni au gouvernement brésilien des données d’enregistrement personnelles et des numéros de téléphone sans ordonnance du tribunal et, par conséquent, en violant la loi.

Lorsque Twitter a refusé de fournir aux autorités brésiliennes des informations privées sur les utilisateurs, y compris les messages directs, le gouvernement a tenté de poursuivre le principal avocat brésilien de Twitter. Lorsque j’ai vécu au Brésil en 1992, j’étais très à gauche. À l’époque, les slogans de Lula et du PT étaient « Sans peur d’être heureux ». Ces derniers jours, j’ai parlé à des dizaines de Brésiliens, dont des professeurs, des journalistes et des avocats respectés. Tous me disent qu’ils sont choqués par ce qui se passe. Ils m’ont dit qu’ils avaient peur de dire ce qu’ils pensaient et que le gouvernement Lula était complice de la création de ce climat de peur.

Le Brésil appartient aux Brésiliens. Ce n’est pas mon pays. En tant que tel, il y a des limites à ce que je suis capable de faire. Mais je peux dire des choses que beaucoup de Brésiliens ne se sentent pas en sécurité de dire : Alexandre de Moraes est un tyran. Et la seule façon de traiter avec les tyrans est de les affronter. Il appartient aux sénateurs brésiliens d’affronter le tyran. Et c’est au peuple brésilien d’exiger de ses sénateurs qu’ils le fassent.



Contournez les restrictions imposées par les gouvernements et accédez aux réseaux sociaux et l’Internet en utilisant le réseau privé virtuel (VPN) Windscribe

Nous vivons à une époque tourmentée et périlleuse où les gouvernements, complices d’un complot orwellien international, tentent par tous les moyens possibles de restreindre la liberté d’expression et de faire taire tous ceux qui pourraient s’opposer à leurs plans machiavéliques. Comme je l’écrivais dans un de mes articles : « Nous constatons que les États adoptent des lois similaires presque simultanément, que ce soit en Angleterre, en France, au Canada, au Québec et ailleurs. C’est ce qu’on pourrait appeler le Nouvel Ordre Mondial tant souhaité par les conspirateurs de toutes les nations. » C’est aussi ce qu’affirme Martin Armstrong lorsqu’il écrit dans son article du 5 avril 2024 : « Ils adoptent des lois similaires au Canada, aux États-Unis et partout en Europe. Ces mesures tyranniques donneront aux gouvernements un pouvoir illimité pour censurer la parole et déformer la réalité. » Nous parlons évidemment du projet de loi C-372 déposé par le parti socialo-communiste NPD, de la Loi sur la sécurité en ligne 2023 (Online Safety Act 2023) au Royaume-Uni, du projet de loi C-63 au Canada, du projet de loi SREN en France, et bien sûr de la Loi de 2021 sur les crimes haineux et l’ordre public, en Écosse (Hate Crime and Public Order (Scotland) Act 2021).

Pour contrer cette censure qui devient de plus en plus omniprésente, il est recommandé d’utiliser un VPN, c’est-à-dire un réseau privé virtuel pour naviguer sur Internet. C’est exactement ce que suggère Elon Musk dans l’un de ses derniers messages en rapport avec la censure au Brésil. Personnellement, je recommande le fournisseur de services VPN multiplateforme Windscribe qui est basé au Canada.

Le service gratuit de Windscribe est sans aucun doute le meilleur de sa catégorie. La version premium est également abordable. Le plan gratuit donne aux utilisateurs 2 Go de bande passante par mois, mais ce volume peut être augmenté à 10 Go tout simplement en vérifiant votre adresse courriel. Et si vous partagez Windscribe sur Twitter/X, vous obtiendrez 5 Go supplémentaires. Le plan gratuit vous offre des connexions illimitées avec des serveurs dans 11 pays. Si vous décidez que 10 Go de données ne suffisent pas, vous pourrez alors passer aux données illimitées pour aussi peu que 3 $/mois.

À propos de Windscribe

Windscribe est un fournisseur de services de réseau privé virtuel (VPN) commercial et multiplateforme basé au Canada, mais opérant à l’échelle internationale. En janvier 2021, Windscribe a commencé à tester ControlD, un nouveau service autonome de publicité et de traçage basé sur le DNS, concurrent direct de services tels que NextDNS, DNSFilter et Cisco Umbrella. En avril 2023, un fournisseur de VPN de taille moyenne, WeVPN, a fermé ses portes en raison de « difficultés financières imprévues ». Windscribe a proposé de s’aligner gratuitement sur la durée restante des abonnements des clients de WeVPN. Windscribe et WeVPN ont déclaré qu’il ne s’agissait pas d’une acquisition, mais « d’un simple geste de bonne volonté ».

Windscribe utilise les protocoles OpenVPN, Internet Key Exchange v2/IPsec et WireGuard dans ses applications et ses configurations manuelles. Les serveurs de Windscribe prennent en charge le partage de fichiers P2P et sont présentés comme un service VPN sans enregistrement dans leur politique de confidentialité. Windscribe propose des applications de bureau open source pour Windows et macOS, avec un utilitaire de ligne de commande pour Linux, et des applications mobiles open source pour iOS, Android et Android TV. Windscribe offre également un support proxy crypté via des extensions de navigateur sur les navigateurs web Google Chrome et Firefox. Les utilisateurs de Windscribe peuvent connecter un nombre illimité d’appareils simultanément.

En février 2022, Windscribe a été nommé comme l’un des meilleurs VPN selon Wired UK, déclarant que « Windscribe a toujours été parmi les fournisseurs de VPN gratuits les plus généreux, mais c’est aussi l’un des services VPN payants les plus fiables et les plus rentables ». En mai 2023, le réseau privé virtuel Windscribe a été nommé “Meilleur VPN gratuit de 2023” par Engadget, qui a déclaré : « Nous l’avons sélectionné comme le meilleur VPN gratuit en raison de sa haute sécurité et de sa large gamme d’options de serveurs par rapport à d’autres VPN gratuits. »Téléchargez Windscribe gratuitement !

En vous abonnant à Windscribe, vous obtiendrez automatiquement un lien de parrainage. Invitez les membres de votre famille et vos amis à rejoindre Windscribe et cette entreprise vous donnera 1 Go de données chaque mois pour chaque utilisateur que vous aurez parrainé. Votre ami ou le membre de votre famille recevra également la même quantité de trafic bonus par mois. Si quelqu’un s’inscrit à un compte Pro, vous obtiendrez aussi le même compte Pro, gratuitement.

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Carole Lavoie
5

« Mr Boulianne, vous êtes un soutien indéfectible de la VÉRITÉ en cette époque de mensonges qui s'effondrera en champ de ruines avec hélas beaucoup trop de dommages “collatéraux". »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.