George Bernard Shaw, la Société fabienne et le Meilleur des mondes — L’objectif ultime des Fabiens est d’atteindre le Nouvel Ordre Mondial

Comme chacun le sait, au mois d’août 2019, j’ai publié un ouvrage de 484 pages,— avec autant de sources et de références —, intitulé “La Société fabienne: les maîtres de la subversion démasqués”. Après avoir tracé un historique, terreau sur lequel a pu s’établir la Société fabienne – la City de Londres et la vogue du socialisme et du communisme – je me suis attaché à démontrer comment cette société s’infiltre partout dans le monde et dans toutes les couches de la société, par l’intermédiaire de leurs promoteurs et de son école à formater l’esprit de ses élèves, la London School Economics, dans le but de diffuser leurs idées de domination du monde. De quoi s’agit-il ? Comme les Illuminés de Bavière de Weishaupt, la Société fabienne vise à renverser les acquis de l’ancien monde. Seulement elle ne le fait pas comme les Bolchéviques, dans la révolution et la violence, mais plutôt progressivement, graduellement et patiemment.

Je concluais le livre de cette façon : « La Guerre des mondes de Herbert George Wells a bel et bien débuté. La plupart des gens sont inconscients qu’ils sont sur le bord de l’extinction, sinon du contrôle total sur leur vie. Les droits et libertés seront bientôt abolis, d’une manière ou d’une autre. Et toute contestation sera futile puisque toute bataille qui se fait à armes inégales est perdue d’avance. C’est maintenant au lecteur de juger si ce livre fait partie du réel ou s’il fait partie de la fiction. » À peine quelques mois plus tard, la “crise de coronavirus” était déclenchée avec les tentatives de totalitarisme que nous connaissons aujourd’hui.

Je suis très heureux de vous annoncer que mon livre a désormais dépassé le cap des 2260 ventes tout format confondu (papier, numérique, audio et cartonné), ce qui en fait un best-seller au Québec. En effet, dans un reportage publié par Radio-Canada en 2013, il est dit que le chiffre magique pour qu’un titre devienne un best-seller au Québec est de 3000 exemplaires vendus. « Pour une petite maison d’édition, 2000 exemplaires vendus, c’est un best-seller », précise Jonathan Vartabédian, copropriétaire de la Librairie du Square. Marie-Claude Fortin écrivait dans le magazine féminin Châtelaine le 28 juin 2012 : « On sait qu’au Québec on commence à parler de best-seller à partir de 3 000 exemplaires écoulés, et que la plupart des auteurs – et des meilleurs – n’en vendront jamais plus de 700 ou 800. »

Par exemple, l’ancien premier ministre du Canada Stephen Harper n’a vendu au Québec qu’un millier d’exemplaires en français de son livre “Un sport légendaire: les Maple Leafs d’autrefois et l’essor du hockey professionnel”, une performance qui le place loin des best-sellers. « 1000 exemplaires, c’est un score honnête. Le sujet est pointu. C’est de l’histoire. Si le livre n’avait pas été écrit par le premier ministre, il n’aurait jamais été vendu à 1000 exemplaires », explique pour sa part Frédéric Bisson, responsable du programme de 2e cycle en édition à l’Université de Sherbrooke. Pour ma part, mon livre se trouve dans les meilleures ventes dans la catégorie “Idées politiques”, soit à la 12e position chez Amazon !

Je vous rappelle que mon livre, “La Société fabienne“, est distribué par Hachette Livre et les Messageries ADP. Cela signifie que mon ouvrage est disponible “à la commande” auprès de 7 000 librairies en France métropolitaine (Dom-Tom non inclus), en Belgique, en Suisse et au Canada, parmi lesquelles de grandes chaînes telles que la FNAC, Cultura, Adlibris, Decitre, Quartier Libre, Place des Libraires, Dialogues, Calligrammes, Rakuten ou Archambault, ainsi que les principaux sites de vente en ligne (Amazon, Chapitre.com, etc.). Ceci est une très bonne chose pour toutes les personnes qui hésitent encore à passer des commandes en ligne et à payer avec leurs cartes de crédit sur Internet.

Disponible au format Papier

Disponible au format PDF

payloadz


George Bernard Shaw, la Société fabienne et un “Brave New World”

Par Rhoda Wilson, 19 juin 2023

Il y a plus de 7 000 membres de la Société fabienne. Elle se targue d’être « l’avenir de la gauche depuis 1884 ». Les membres passés et présents incluent Tony Blair, Ed Miliband, Keir Starmer et Sadiq Khan. Khan, qui est non seulement le maire de Londres mais aussi le président de C40 Cities, a été président de la Société fabienne en 2008-10. Le site Web de la Société fabienne indique qu’elle a été affiliée au Parti travailliste tout au long de l’histoire du parti et qu’elle est le seul fondateur original qui « reste affilié sous une forme inchangée ». Après la victoire écrasante de Tony Blair en 1997, plus de 200 Fabiens ont siégé à la Chambre des communes, dont de nombreux membres du cabinet. Après l’élection de 2015 et l’élection de Jeremy Corbyn à la tête du mouvement travailliste, le rôle de la société en tant que forum pluraliste et non fractionnel au sein du mouvement travailliste est venu au premier plan. La défaite du parti travailliste aux élections de 2019 a vu le parti revenir à ses racines fabiennes.

Alors, quelles sont les racines de la Société fabienne ?

La Société fabienne a été créée en 1884 par une coterie d’eugénistes et de malthusiens britanniques pour promouvoir un nouvel ordre social conçu pour façonner la société dans un nouvel ordre mécanisé dirigé par une élite managériale de « scientifiques sociaux » de haut en bas. Parmi ses premiers membres se trouvait George Bernard Shaw qui est devenu l’esprit dirigeant de la Société. Shaw a également plaidé pour le meurtre de ceux qui ne pouvaient pas justifier leur existence devant un “conseil dûment nommé” — une vision similaire quoique plus sombre du système de crédit social dont nos droits et libertés sont menacés aujourd’hui.

Les socialistes fabiens sont des étatistes, ils sont absolument autoritaires dans leur philosophie, écrivait Avangelista. Leur objectif à long terme a toujours été une dictature socialiste avec l’imposition d’une société légaliste où l’individu est simplement une partie du collectif.

L’idée de justice sociale est le principal argument de vente et peut-être le plus facile à vendre aux gens. Pour donner un exemple récent, dans son livre de 2018 “Why Women Have Better Sex Under Socialism”, Kristen Ghodsee cite librement les travaux du socialiste fabien George Bernard Shaw pour renforcer son argument selon lequel le capitalisme est intrinsèquement sexiste. Sur la base de l’analyse de Shaw, Ghodsee conclut que le capitalisme rend esclaves les femmes qui, sous le socialisme, seraient censées être heureuses et libres.

Le plan de Fabian pour une révolution socialiste graduelle était aussi définitif qu’il pouvait l’être, dire qu’il s’agissait d’un complot est simpliste à l’extrême. Il a institué un programme éducatif généralisé pour ses dirigeants et ses sbires, au fil du temps, il a ouvert des écoles, telles que la London School of Economics et la New School of Social Research.

Un coup de génie a été qu’au lieu de prôner un État socialiste, ils ont aidé à la mise en place de l’État-providence qui n’est qu’à quelques pas d’un État purement socialiste.

En 1942, Stuart Chase, dans son livre “The Road We Are Travelling”, a expliqué le système que les Fabiens avaient en tête :

  • Gouvernement fort et centralisé.
  • Exécutif puissant aux dépens des Parlements ou du Congrès et du Judiciaire.
  • Banque, crédit et bourse de valeurs contrôlées par le gouvernement.
  • Contrôle du gouvernement sur l’emploi.
  • Assurance-chômage, pensions de vieillesse.
  • Programmes universels de soins médicaux, de nourriture et de logement.
  • Accès à des emprunts gouvernementaux illimités.
  • Un système monétaire géré.
  • Contrôle du gouvernement sur le commerce extérieur.
  • Contrôle gouvernemental des sources d’énergie naturelles, des transports et de la production agricole.
  • Réglementation gouvernementale du travail.
  • Camps de jeunesse consacrés à la discipline sanitaire, au service communautaire et à l’enseignement idéologique conforme à ceux des autorités.
  • Fiscalité progressive lourde.

Un exemple de l’idéologie fabienne à laquelle nous sommes actuellement confrontés est une monnaie numérique couplée à une identité numérique qui répartira les récompenses en fonction de votre valeur pour la société. Il s’agit essentiellement d’une extension de l’état d’esprit Fabien dans le monde des transactions financières et des évaluations monétaires. Les Fabiens croyaient qu’une certaine forme de tribunal socio-économique serait nécessaire pour que chaque citoyen soit quantifié en fonction de sa « valeur » pour la société. Le score de crédit social chinois est une variante de ce même concept.

Voici le vitrail de la Beatrice Webb House à Surrey, en Angleterre, ancien siège de la Société fabienne. Il a été conçu par George Bernard Shaw et représente Sidney Webb et Shaw frappant la Terre avec des marteaux pour « LE REMOULER PLUS PRÈS DU DÉSIR DU CŒUR », une ligne d’Omar Khayyam. Remarquez le loup déguisé en mouton dans la crête Fabienne au-dessus du globe. En 2006, la fenêtre Fabienne a été installée dans une bibliothèque de la LSE et dévoilée par Tony Blair.

Les Fabiens voulaient atteindre l’objectif d’un Nouvel Ordre Mondial des Hermétiques, mais ils croyaient que les gens changeraient avec des réformes, pas une révolution comme Marx l’avait prétendu. En fait, comme ils voulaient instaurer le socialisme sous contrôle du capital, ils visaient à imposer le socialisme non seulement à la classe ouvrière mais aussi aux capitalistes. Pour atteindre cet objectif de changement de société, ils conseilleraient les gouvernements, notamment dans le domaine de l’éducation, et changeraient la société à travers eux.

On dit que si les Fabiens avaient une dystopie plus célèbre que “Brave New World”, c’était “Nineteen Eighty-Four” ou “1984” de George Orwell. Trente ans après avoir écrit son livre de 1932 “Brave New World”, Aldous Huxley a prononcé un discours à Berkeley qui, selon certains, est un aveu de Huxley que Brave New World était un plan plutôt qu’un simple roman de fiction. Cette idée semble être soutenue par une lettre que Huxley a envoyée à Orwell en 1949 en conjonction avec le but pour lequel Huxley était en Amérique.

Brave New World a dépeint une société caractérisée par un contentement médicamenteux, un système de castes largement accepté et soutenu par l’eugénisme et une obsession imposée par le gouvernement pour le consumérisme. 1984 dépeint un État où oser penser différemment est récompensé par la torture, où les gens sont surveillés à chaque seconde de la journée et où la propagande des partis l’emporte sur la liberté d’expression et de pensée.

La lettre de Huxley à Orwell déclarait :

« La philosophie de la minorité dirigeante en 1984 est un sadisme qui a été poussé à sa conclusion logique en allant au-delà du sexe et en le niant.

« Que la politique de la botte sur le visage puisse réellement se poursuivre indéfiniment semble douteux.

« Ma propre conviction est que l’oligarchie dirigeante trouvera des moyens moins ardus et moins coûteux de gouverner et de satisfaire sa soif de pouvoir, et ces moyens ressembleront à ceux que j’ai décrits dans Brave New World. »

Huxley ne postulait pas si 1984 ou Brave New World se produirait, il se disputait laquelle des deux formes la future dictature scientifique prendrait. Il a réitéré ce message dans son discours de Berkeley en 1962.

Le déménagement de Huxley du Royaume-Uni vers l’Amérique n’était pas un hasard. Selon Marilyn Ferguson dans son livre “The Aquarian Conspiracy”, dans les années 1930, Huxley a été envoyé aux États-Unis par le gouvernement britannique « en tant qu’officier responsable d’une opération visant à préparer les États-Unis à la diffusion massive de drogues… En effet, Huxley et [d’autres] ont jeté les bases à la fin des années 1930 et dans les années 1940 de la culture LSD ultérieure. » Au fil des ans, Huxley a été impliqué dans des activités douteuses, notamment l’utilisation de LSD pour « laver le cerveau de personnes influentes » et a été en contact avec le président de Sandoz, qui remplissait un contrat de la CIA pour MK-Ultra, consistant en de grandes quantités de LSD.

George Bernard Shaw, Fabiens et Eugénisme

Ce qui est délicat avec l’eugénisme pour ceux qui aiment se dire progressistes, c’est que la plupart de ses adhérents sont issus de la gauche politique.

En 2019, The Guardian a publié un article selon lequel les grands pères fondateurs du socialisme britannique avaient des rêves presque aussi ignobles que ceux des nazis. L’eugénisme, a déclaré The Guardian, est le sale petit secret de la gauche britannique. Les noms des premiers champions se lisent comme un appel nominal des meilleurs et des plus brillants du socialisme britannique : Sidney et Beatrice Webb, George Bernard Shaw, Harold Laski, John Maynard Keynes, Marie Stopes, le New Statesman et le Manchester Guardian.

Beaucoup à gauche de la politique se sont inscrits à la Eugenics Society, qui dans les années 1930 rivalisait avec les Fabiens en tant que salon à la mode du socialisme londonien. HG Wells ne pouvait contenir son enthousiasme, saluant l’eugénisme comme le premier pas vers la suppression « des types et caractéristiques nuisibles » et la « promotion des types désirables » à leur place.

L’eugénisme n’était pas la seule société de mauvais goût à laquelle appartenaient certains de ces socialistes. Beaucoup étaient également membres de la Société fabienne. Wells et Shaw étaient tous deux des Fabiens qui dédaignaient les loques de la classe ouvrière et cherchaient dans l’eugénisme un moyen d’atteindre le socialisme par des réformes graduelles tout en soutenant l’impérialisme britannique. Ils étaient les précurseurs du parti travailliste contemporain.

George Bernard Shaw (26 juillet 1856 – 2 novembre 1950), connu sur son insistance simplement sous le nom de Bernard Shaw, était un dramaturge, critique, polémiste et militant politique irlandais. Son influence sur le théâtre, la culture et la politique occidentales s’est étendue des années 1880 à sa mort et au-delà. Il a écrit plus de soixante pièces. Avec une gamme incorporant à la fois la satire contemporaine et l’allégorie historique, Shaw est devenu le principal dramaturge de sa génération et en 1925 a reçu le prix Nobel de littérature.

Il appartenait à « l’ascendance » protestante — la noblesse terrienne irlandaise. Dans les années 1880, Shaw devient végétarien, socialiste, orateur envoûtant, polémiste, dramaturge et fabien.

En 1884, il devint l’esprit dirigeant de la Société fabienne et la force derrière la société nouvellement fondée. Shaw s’est impliqué dans tous les aspects de ses activités, le plus visiblement en tant que rédacteur en chef de l’un des classiques du socialisme britannique, Fabian Essays in Socialism (1889), auquel il a également contribué deux sections.

Shaw a non seulement détesté passionnément la liberté, mais pendant des décennies, il a été un ardent partisan du génocide, refusant d’adoucir ses opinions même après que l’horreur des camps de la mort nazis pendant la Seconde Guerre mondiale a été révélée au grand jour. Alors que beaucoup ont oublié les opinions de Shaw, beaucoup d’autres ont qualifié ses déclarations de simple “satire”.

Dans un film d’actualités de 1931, Shaw a plaidé pour que l’État assassine les personnes qui ne peuvent pas justifier leur valeur pour l’État, et donc, leur droit de vivre. Ce clip est inclus à la fin d’une compilation vidéo des déclarations faites par Shaw que vous pouvez regarder ICI.

Il a également été inclus dans une édition spéciale de 2010 du programme Glenn Beck sur Fox News intitulée “The Revolutionary Holocaust: Live Free or Die”. Pour donner au clip un peu de contexte, vous pouvez regarder le programme Glenn Beck ICI ou téléchargé en parties ICI et lire la transcription ICI. Dans la perspective du clip d’actualités de 1931, Beck a déclaré :

Les pères du communisme, Marx et Engels, croyaient que les sociétés évolueraient du capitalisme au socialisme. Mais ils ont reconnu qu’il y avait encore ce qu’ils appelaient des sociétés primitives qui n’étaient même pas encore devenues capitalistes. Ils les appelaient des déchets raciaux.

Au fur et à mesure que la révolution se produit, les classes et les races, trop faibles pour maîtriser les nouvelles conditions de vie, doivent céder. Il ne restait plus qu’une chose pour ceux qui étaient trop en retard dans le processus d’évolution sociétale. « La mission principale de toutes les autres races et peuples, grands et petits, est de périr dans l’holocauste révolutionnaire. »

Jusqu’aux horreurs d’Hitler, d’éminents partisans socialistes discutaient ouvertement de ces idées. Gagnant du prix Nobel, socialiste fabien et éminent partisan soviétique, George Bernard Shaw… Et c’était en fait quelque peu subtil pour Shaw.

➼ L’Holocauste révolutionnaire : Vivre libre ou mourir,
Glenn Beck, Fox News, 22 janvier 2010

Dans le film d’actualités de 1931, parlant de la peine capitale, Shaw s’est rapidement tourné vers son point de vue eugénique :

« Il y a un nombre extraordinaire de personnes que je veux tuer… Cela doit être évident pour vous tous, vous devez tous connaître au moins une demi-douzaine de personnes, qui ne sont d’aucune utilité dans ce monde.

« Et je pense que ce serait une bonne chose de faire en sorte que tout le monde se présente devant un conseil dûment nommé, tout comme il pourrait se présenter devant les commissaires de l’impôt sur le revenu et dire tous les 5 ans ou tous les 7 ans, mettez-les simplement là et dites, monsieur ou madame, serez-vous assez aimable pour justifier votre existence ?

« Si vous ne pouvez pas justifier votre existence ; si vous ne tirez pas votre poids dans le bateau social ; si vous ne produisez pas autant que vous consommez ou peut-être un peu plus, alors il est clair que nous ne pouvons pas utiliser la grande organisation de notre société dans le but de vous maintenir en vie, car votre vie ne nous profite pas, et elle ne peut pas être de très utile pour vous-même. »

Ses paroles ne sont pas satiriques. Dans un article de 1948 sur la peine capitale, Shaw écrit :

« Il existe une classe considérable de personnes qui deviennent des criminels parce qu’elles ne peuvent pas se débrouiller seules, mais qui, sous tutelle, surveillance et subsistance, sont des citoyens autonomes et même rentables… Réorganisez leur vie pour eux ; et ne papotez pas bêtement sur leur liberté… on peut se demander s’ils doivent être autorisés non seulement à lire les journaux mais aussi à se marier et à se reproduire… les ingouvernables, les féroces, les sans conscience, les idiots, les myopes égocentriques et les abrutis, et eux ? Ne les punissez pas. Tuez, tuez, tuez, tuez, tuez-les. »

Capital Punishment, George Bernard Shaw, June 1948

Et dans la préface de sa pièce « On the Rocks », Shaw a écrit :

« L’extermination doit être fondée sur une base scientifique si elle doit être menée de manière humaine et apologétique ainsi que minutieusement… Que tuer est une nécessité est hors de question pour toute personne réfléchie… ce à quoi nous sommes confrontés maintenant est une perception croissante que si nous désirer un certain type de civilisation et de culture, nous devons exterminer le genre de personnes qui n’y correspondent pas. »

On the Rocks, Preface, George Bernard Shaw, 1932
Alyssandre d'Oc
5

« Un grand merci à Guy Boulianne ! Pour de vraies infos, une seule référence ! Son site dénonce toutes les vérités, informe sur toutes les actualités et propose des articles en tout genre dotés d'une clairvoyance exceptionnelle ! »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.