Le président du tribunal de Pesaro en Italie, Giuseppe Luigi Fanuli, a été retrouvé mort chez lui le 7 juillet 2022 — Attention aux rumeurs !

J’ai appris par l’intermédiaire des réseaux sociaux qu’un juge du tribunal de Pesaro, dans la région des Marches en Italie centrale, a été retrouvé mort chez lui, laissant supposer que ce décès est directement lié à l’ordonnance du tribunal d’analyser le contenu des vaccins ARN messager Moderna et Pfizer/BioNTech. On lit par exemple : « Oui, le président du tribunal de Pesaro (Italie) a été retrouvé mort hier soir. C’est lui qui avait ordonné de contrôler l’expertise des produits injectés. » Si l’on se fie à ces simples rumeurs, nous pourrions croire à un assassinat en vue de nuire à l’enquête et à la procédure judiciaire. Sur le coup, j’avoue avoir moi-même tombé dans ce piège… mais pour bien peu de temps. J’ai donc cherché à confirmer ou à infirmer cette “information” auprès de l’avocate italienne Nicoletta Morante. Celle-ci m’a répondu très rapidement :

Bonsoir,

J'apprécie vraiment votre énorme travail de traduction. Le président Fanuli est décédé le 7 juillet des suites d'une maladie et n'est pas le juge de mon cas. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Merci.

Demain, je vous enverrai un résumé des faits mentionnés dans l'appel.

Cordialement,

Nicolette Morante, avocate

Voici la nouvelle telle qu’elle fut publiée le 7 juillet 2022 dans les médias italiens Condoléances dans le monde judiciaire des Marches : ce matin, le président du tribunal de Pesaro Luigi Fanuli, originaire de Tortona, mais maintenant des Marches par adoption, a été retrouvé sans vie. Il a été retrouvé mort ce matin dans l’appartement du premier étage de via Giordano Bruno, au centre de Pesaro. Les causes sont très probablement naturelles même si, conformément à la procédure, une inspection externe du corps sera effectuée. Le corps a été retrouvé par des collègues qui n’ont pas vu arriver à son bureau de Piazzale Carducci pour les enquêtes d’usage.

Le président semble avoir exprimé qu’il était dans un état de grande faiblesse ces dernières heures. Mais c’était une personne très réservée et personne ne pouvait imaginer la gravité des maux. C’était un homme toujours disponible pour tous et particulièrement apprécié de tous ses confrères pour sa fine et aiguë préparation juridique. Il laisse, à tous points de vue, un grand vide.

Après avoir travaillé au tribunal de district de Fermo, dans les années 1990, il a été remplacé comme procureur à Macerata. Il avait ensuite été président de la section pénale de Fermo, puis de la cour d’appel, atteignant des records d’efficacité dans les deux cas. Il est alors nommé président du tribunal de Pesaro. Magistrat hautement qualifié et brillant, auteur de nombreuses publications en droit pénal, vif et plein d’humanité, sa mort a causé une grande douleur parmi les confrères et les avocats des Marches.


PRÉCISION IMPORTANTE : Le juge qui a ordonné l'analyse du contenu des vaccins ARN messager est Giuseppe Barbato et non pas Giuseppe Luigi Fanuli (décédé le 7 juillet 2022). Vous retrouverez son nom dans cet article du Il Corriere lié à l'affaire. Merci.

À propos du juge Giuseppe Luigi Fanuli

Le juge Giuseppe Luigi Fanuli est décédé, il était président du tribunal de Pesaro et est tombé malade le 7 juillet 2022 à son domicile. Il avait 65 ans. Personne bien connue et très appréciée de tous les confrères et avocats, c’était un homme d’un engagement infatigable et d’un véritable esprit juridique. À Macerata, il avait travaillé à la fin des années 1990 en tant que procureur adjoint. Puis il a travaillé avec des records au tribunal de Fermo et à la cour d’appel d’Ancône. Le travail effectué à la cour d’appel d’Ancône ainsi qu’à Fermo où il avait dirigé la section pénale l’a fait connaître comme l’un des meilleurs juristes d’Italie, faisant de ces deux tribunaux l’un des plus efficaces d’Italie. Il était également l’auteur de plusieurs publications. Il avait une maison à Treia et vivait à Pesaro.

Fanuli était président du tribunal de Pesaro depuis le 22 décembre 2017. Auparavant, il était président de la chambre criminelle de la cour d’appel des Marches (du 27 mars 2012 au 22 décembre 2017), président de la cour d’assises d’appel et membre effectif de la même Cour de 2010 à 2017, et a été l’auteur de la grande majorité des condamnations pour les homicides volontaires commis dans les Marches au cours de cette période. Il a été juge pénal et civil au Tribunal de Fermo où il a exercé les fonctions de président du collège criminel, coordinateur de la phase de jugement et président de la section civile, ceci entre le 9 avril 1999 et le 22 novembre 2007. Avant de devenir juge, pendant environ une décennie, il a été procureur adjoint d’abord à Fermo, puis à Macerata. En tant qu’adjoint “principal” dans les deux bureaux, il a exercé les fonctions de cadre en l’absence du procureur en chef et a été sollicité à plusieurs reprises auprès du procureur de Camerino en tant que procureur par intérim entre 1989 et 1999. Il a été nommé magistrat le 29 mai 1985. Il avait quatre diplômes, tous avec mention : en plus de celui en Droit, les autres en Sociologie, Sciences Politiques, Sciences Religieuses.

La Coordination des chambres criminelles des Marches a envoyé une note pour exprimer « ses condoléances les plus intenses et les plus déconcertées pour la mort subite du juge Giuseppe Luigi Fanuli. Un juriste d’abord, puis un juge, d’une rare profondeur intellectuelle, d’une excellente technicité et d’une attention tout aussi unique, humaine et concrète à la compréhension des événements des parties au procès, garantissant ainsi le respect le plus rigoureux et le plus ponctuel à l’accusé, aux personnes offensées  et aux défenseurs des règles de droit. Un homme également doué d’une ironie aiguë, d’une gentillesse et d’une affabilité dans ses manières, toujours prêt à écouter et à se confronter avec une disponibilité ample et immédiate. Au-delà de toute rhétorique, son départ laisse un vide infranchissable dans le cœur des avocats pénalistes des Marches, mais le souvenir et la gratitude pour l’extraordinaire opportunité de l’avoir connu et apprécié seront perpétuels ».

La note a été signée par les présidents des chambres criminelles des Marches : Mauro Gionni, Francesca Petruzzo, Andrea Albanesi, Jacopo Allegri, Marco Baietta, Marcello Fagioli.


Entrevue avec l’avocate Nicoletta Morante et le chercheur médical Raffaele Ansovini (Byoblu, 2 août 2022)

Anthologie2020PUB007

Carole Brochu
5

« En signe d'appréciation et de reconnaissance pour le travail d'information extraordinaire que vous nous offrez. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.