Le comité de coordination des armées FINABEL nous apprend que les soldats utilisent l’IA et la télépathie pour contrôler les chiens robots

Le Centre d’interopérabilité des armées européennes FINABEL nous apprenait le 2 mai 2023 que les soldats utilisent l’intelligence artificielle et la télépathie pour contrôler les chiens robots. Dans une vidéo récemment publiée, l’armée australienne a présenté un drone terrestre à quatre pattes commandé par les ondes cérébrales d’un soldat à proximité. Cette connexion a été rendue possible par HoloLens, une combinaison de lunettes intelligentes mixtes et d’un biocapteur de graphène attaché à la tête du soldat, permettant au robot Vision 60 Ghost d’effectuer jusqu’à six commandes sans aucune entrée physique ou orale. La commande la plus élémentaire, comme ordonner au robot de se déplacer vers un certain endroit, se fait par les commandes des soldats, qui sont facilement maîtrisées après quelques séances. De plus, l’HoloLens divise l’image en temps réel vue par le soldat en carrés, permettant au contrôleur de se concentrer sur chacun avant de choisir le meilleur chemin pour le robot ; les ondes cérébrales du soldat sont alors détectées par le cortex visuel. Celui-ci signale alors un circuit d’amplification, qui est ensuite transformé en commande par un décodeur IA et envoyé au robot. Il convient de noter que le projet est encore à un stade précoce de développement, mais même si le système d’ordre semble être trop basique pour effectuer des activités complexes, les soldats australiens ont pu mener avec succès une opération d’entraînement au nettoyage de bâtiments en utilisant la méthode décrite précédemment.

Avantages et applications potentielles

L’un des avantages directs de ce système est sa capacité à interagir avec des équipements de soutien tels que des drones sans annuler d’autres activités. S’il est mis en œuvre avec succès, il permettrait une structure de commandement silencieuse, rapide et précise tout en permettant un balayage constant des zones environnantes, des actions de surveillance et de défense du périmètre. De plus, ces systèmes pourraient exceller dans les missions à personnel réduit, permettant aux unités de combler des lacunes qui, autrement, auraient pu être négligées tout en utilisant efficacement le drone.

Dans le même ordre d’idées, permettre une gestion mains libres de l’équipement de soutien augmente l’efficacité globale de l’escouade, car cela permet une plus grande puissance de feu et une meilleure répartition des ressources. Cependant, le plus grand avantage potentiel concernant cette technologie vient de l’énorme potentiel qu’elle détient dans la création d’une nouvelle synergie adaptée au champ de bataille entre les drones et leurs opérateurs humains. L’inclusion éventuelle de cette technologie dans les drones aériens, les essaims de drones autonomes et les systèmes d’armes terrestres autonomes représenterait une opportunité technologique qu’il convient de garder à l’esprit dans les années à venir.

L’intelligence artificielle aide les soldats à aboyer des ordres par télépathie aux chiens robots

Par Cathy Cecere, pour l’American Society Of Mechanical Engineers

L’intelligence artificielle aide les soldats de l’armée australienne à dire aux chiens robots où se déplacer et comment agir sans dire un mot ni faire le moindre mouvement. Les dernières commandes robotiques n’utilisent pas d’implants comme les autres technologies d’interface cerveau-machine (IMC), mais le système lit dans les pensées. Les avantages d’un tel régime sont clairs. Au combat, les combattants et les robots peuvent se déplacer ensemble en silence, se coordonner sans mouvement, tandis que les soldats sont capables de manœuvrer des armes et d’être conscients de la situation de tous les mouvements du champ de bataille.

Interface cerveau-machine

Le système cherche à remplacer la façon dont les soldats interagissent avec la robotique de mission tactique. Dans le passé, un soldat était obligé de se concentrer sur un écran et d’instruire manuellement la machine à l’aide d’une plate-forme portative. Sur un champ de bataille où les situations sont fluides, un opérateur de robot n’est pas capable de lever les yeux, d’interagir avec ses coéquipiers ou de répondre intuitivement. De plus, ce soldat doit déjà transporter beaucoup d’appareils lourds.

« La précision avec laquelle le soldat peut faire fonctionner le robot quadrupède est déterminée par la qualité des signaux collectés par les capteurs, le bruit du système et la précision de la classification de l’IA », a expliqué Francesca Iacopi, chercheuse en nanotechnologie à l’Université de technologie de Sydney (UTS) sur la Faculté d’ingénierie et d’informatique, du nouveau système BMI qui, jusqu’à présent, est précis à 94%. Elle a expliqué que des soldats entraînés utilisent l’interface du robot cérébral et envoient des commandes “par télépathie” à un quadrupède robotique de Ghost Robotics. Le « chien » est invité, via des signaux cérébraux, par exemple, à traverser un champ ouvert vers une série de destinations ou à travailler avec son équipe pour « dégager » une succession de bâtiments.

Le soldat est capable de commander le chien robot en utilisant uniquement le pouvoir de concentration, a expliqué lacopi qui a initialement décrit le travail avec des capteurs neuronaux portables pour les IMC dans la revue Progress in Biomedical Engineering, “A perspective on electroencephalography sensors for brain-computer interfaces” (Une perspective sur les capteurs d’électroencéphalographie pour les interfaces cerveau-ordinateur).

Essentiellement, un utilisateur est invité par des carrés scintillants qui correspondent à des points de réalité ou à d’autres commandes qui apparaissent sur l’objectif AR du soldat. Ces « scintillements » varient en fréquences. Les biocapteurs, situés à l’arrière de la tête, détectent les biopotentiels du cortex visuel et entrent en action lorsque le soldat regarde un scintillement particulier. La plate-forme de décodeur identifie, classe et traduit finalement ce signal en commandes électroniques que le chien robot est capable de recevoir.

Biocapteurs et décodeur

Les chercheurs commandent un chien robot en utilisant le pouvoir de concentration à l’aide de capteurs neuronaux portables. Photo : Université de technologie de Sydney.

Le système IMC portable est composé de deux parties fondamentales (le matériel des biocapteurs et le décodeur) qui sont très différentes de la technologie implantable d’Elon Musk, Neuralink.

Les biocapteurs (portés sur la tête pour détecter les signaux électriques du cerveau) sont constitués de graphène épitaxial — plusieurs couches de carbone très fin et résistant — cultivées directement sur un carbure de silicium sur un substrat de silicium.

Les défis à surmonter ici étaient la corrosion possible, une durabilité acceptable et la capacité de maintenir un contact optimal entre le capteur et la peau afin de favoriser la détection des minuscules signaux électriques du cerveau.

« Nous avons pu combiner le meilleur du graphène, qui est très biocompatible et très conducteur, avec le meilleur de la technologie du silicium, ce qui rend notre biocapteur très résistant et robuste à utiliser », a conclu lacopi. Son collègue Chin-Teng Lin, professeur distingué dans le même département à l’UTS, a travaillé sur la technologie de décodage cérébral de l’IA. Essentiellement, c’est le décodeur qui traduit les informations en instructions, comme s’arrêter, tourner à droite et tourner à gauche, que la machine peut comprendre.

Il s’est chargé de développer l’interface capable de traduire le signal électrique du cerveau dans un format que le robot peut accepter et auquel il peut répondre, en fonction de la précision du système.

Lui et son équipe ont réalisé deux percées majeures dans leur travail jusqu’à présent. Tout d’abord, ils ont compris comment minimiser le bruit que chaque corps humain crée et celui de l’environnement environnant. Cela est nécessaire si le système doit réussir dans des scénarios réels.

Le deuxième défi consistait à augmenter le nombre de commandes que le décodeur délivre dans un laps de temps défini. La technologie cerveau-ordinateur actuelle n’émet que deux ou trois commandes telles que tourner à gauche ou à droite ou avancer. Cette technologie peut émettre au moins neuf commandes toutes les deux secondes.

L’intelligence artificielle est la clé

Les commandes vocales et les signaux manuels sont des technologies alternatives bien établies, mais les IMC vont encore plus loin et traduisent directement l’intention humaine en zéros et en uns. Selon lacopi, les biopotentiels détectés dans ce système portable proviennent « d’oscillations collectives de neurones dans le cerveau, jusqu’à des millions ». De plus, le cerveau est en activité constante et c’est au système d’identifier, de reconnaître et de classer l’événement provoqué, faisant de l’apprentissage automatique une clé importante de la réussite du projet.

« Les capteurs et l’IA sont tous deux des éléments clés du travail », a expliqué lacopi. « En particulier, sans algorithmes appropriés pour lire les biopotentiels / ondes cérébrales et reconnaître l’événement ciblé / provoqué, aucun de ces travaux ne serait possible, et sans capteur précis, il en serait de même. »

Le potentiel du système sur le champ de bataille semble illimité puisque le BMI pourrait inclure la direction de drones aériens, d’essaims d’UAV, d’armes terrestres autonomes et de minuscules armées de robots avancés. Mais ce prototype a un énorme potentiel d’application dans de multiples industries telles que la médecine et l’assistance aux personnes handicapées.

Il ne faut aucune compétence particulière pour dire aux chiens robots quoi faire. « N’importe qui peut apprendre à utiliser le système BMI », a expliqué lacopi. Son utilisation de casques HoloLens prêts à l’emploi et d’un décodeur AI hybride basé sur Raspberry Pi le rend accessible aux jeunes soldats capables de se mettre à niveau rapidement et facilement.

« Le temps nous dira », si le système se traduira bien par des systèmes extérieurs à l’armée, mais un « système entièrement portable pourrait signifier que la portée pourrait être étendue à l’électronique grand public de différents types » et pourrait changer la façon dont nous interagissons avec tous les appareils électroniques, a-t-elle expliqué.

La collaboration continuera d’être financée par le Defense Innovation Hub du Commonwealth d’Australie. Dans l’ensemble, la recherche est une collaboration entre les chercheurs de l’UTS et le Bureau de mise en œuvre et de coordination des systèmes robotiques et autonomes (RICO) de l’armée australienne, la Future Land Warfare Branch (RICO) et le Defense Science and Technology Group.


À propos du Centre d’interopérabilité des armées européennes FINABEL

Le comité de coordination Finabel est une organisation regroupant les armées de terre de 22 des États membres de l’Union européenne, ainsi que deux autres États européens (Monténégro et Norvège) et ayant pour vocation le développement de l’interopérabilité entre celles-ci. L’adhésion est ouverte aux forces terrestres de tous les États membres.

Le comité a été créé sous l’acronyme FINBEL en octobre 1953 par les chefs d’état-major de France, d’Italie, des Pays-Bas, de Belgique et du Luxembourg, puis est devenu Finabel avec l’arrivée de l’Allemagne en 1956. Originellement la langue officielle était le français. Dans les années 2000 l’anglais s’est imposé progressivement et est depuis 2011 la langue utilisée à tout niveau.

La mission initiale du Comité Finabel était la coopération dans les programmes d’armements. Cette mission première a rapidement évolué vers l’harmonisation des doctrines des forces terrestres.

La Roumanie rejoint Finabel en 2008.

Fonctionnement

Les missions du comité Finabel s’inscrivent dans une perspective européenne. Sa vocation est de « promouvoir et faciliter l’interopérabilité des forces terrestres dans tout le spectre des opérations militaires, grâce à l’harmonisation des concepts, des doctrines et des procédures, tout en prenant en compte l’environnement interarmées », et de « développer une compréhension commune des problèmes de défense en recherchant la complémentarité et la coopération avec l’OTAN et les structures militaires de l’UE ».

Le Comité Finabel repose sur la recherche du consensus et l’égalité entre les États membres. Il se concrétise par des rapports confiées à des groupes de travail, qui produisent des “études”, des “accords” sur les caractéristiques militaires des matériels ou des “conventions” qui normalisent certaines procédures et glossaires afin de faciliter les échanges entre pays.

Les propositions et recommandations issues du travail de Finabel sont librement applicables par les composantes terrestres de ses états-membres. Finabel a un statut d’association, de facto, informelle, n’étant pas le résultat d’un accord intergouvernemental.

Pays membres

En 2006, Finabel décide de s’élargir aux nouveaux États membres de l’UE à 27, en 2012, il compte 17 pays membres et 22 en 2017. La Suède et la Hongrie rejoignent l’organisation en 2015, suivi de la Lettonie et de la Slovénie en 2016. La Croatie en 2017 et le Monténégro et la Norvège en 2021 sont les derniers à rejoindre l’organisation.


SOURCES ET RÉFÉRENCES :

Anthologie2020PUB007

Evelyne O'Mara
5

« Que Dieu vous garde, vous et tous ceux & toutes celles qui prennent des risques pour que les vérités cachées soient révélées au Public. Merci. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
919640cookie-checkLe comité de coordination des armées FINABEL nous apprend que les soldats utilisent l’IA et la télépathie pour contrôler les chiens robots
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Montréalité

Donc si le soldat est amoché, le chien l’est aussi. D’une pierre deux coups.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
1
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x