Pourquoi donc les médias de gauche ciblent-ils un film sur le trafic sexuel d’enfants et veulent-ils réduire au silence « Sound of Freedom » ?

Pour faire suite à l’article que j’ai publié le 11 juillet dernier concernant l’agent d’infiltration Tim Ballard et Operation Underground Railroad (O.U.R.), une organisation à but non lucratif anti-trafic sexuel fondée en 2013, je partage maintenant avec vous un article de Mark Tapson qui fut publié le même jour sur le site internet de FrontPageMag sous le titre “Silencing the ‘Sound of Freedom’. Why is the leftist media targeting a movie about child sex trafficking?”. Mark Tapson est écrivain, scénariste, critique culturel et commentateur politique. Il a écrit près d’un millier d’articles sur l’intersection de la culture et de la politique pour FrontPage Magazine, Acculturated, Intellectual Takeout, Breitbart, Time, The Federalist, National Review, The New Criterion, et ailleurs. Mark est apparu sur CNN, Glenn Beck et d’autres chaînes de télévision et Internet pour discuter de culture et de politique, ainsi que pour de nombreuses apparitions à la radio et en public.

Mark Tapson a également été interviewé sur sa conversion politique dans le documentaire Blocking the Path to 9/11, et sur la crise de la masculinité dans le documentaire de Doc Emet Productions The Fight of Our Lives. Pour le Freedom Center, Mark est apparu ou a dirigé de nombreuses tables rondes sur des sujets allant du marxisme culturel à la liberté religieuse en passant par le terrorisme islamique. Et il a interviewé des personnalités notables, devant des audiences en direct, telles que l’avocat de la défense Alan Dershowitz, le procureur de Clinton Kenneth Starr, le guerrier de Benghazi Mark “Oz” Geist, l’historien Ron Radosh, l’auteur primé Lela Gilbert et l’intellectuel conservateur David Horowitz.

En tant que scénariste, Mark a travaillé sur de nombreux films, notamment la mini-série controversée d’ABC The Path to 9/11 et le documentaire primé Jihad in America: The Grand Deception, co-écrit avec l’expert en terrorisme Steven Emerson du Investigative Project on Terrorism. Il adapte actuellement le livre de Peter Schweizer et Caspar Weinberger, The Next War, pour le grand écran. Mark est également l’auteur d’un livre à paraître sur la chevalerie et la guerre contre la masculinité de Templeton Press.


Réduire au silence le film « Sound of Freedom »

Par Mark Tapson, le 11 juillet 2023

On peut dire qu’aucune question n’est moins partisane et plus susceptible d’unir des personnes de toutes les allégeances politiques, même dans notre état actuel d’hyper-polarisation, que la traite des enfants. Comment l’opposition aux enlèvements cruels d’enfants et à leur recrutement forcé dans le commerce international du sexe pourrait-elle ne pas attirer un soutien unifié de toutes parts ? Et pourtant, lorsqu’un film arrive qui ose aborder ce sujet inconfortable, cet horrible mal, de front — un film visant non seulement à sensibiliser mais à inspirer l’action — la gauche se mobilise curieusement pour le saper avec des calomnies partisanes et de vilaines insinuations.

Sound of Freedom, un thriller basé sur l’histoire vraie et captivante de Tim Ballard, un agent spécial de la sécurité intérieure frustré par le manque de stratégies de sauvetage efficaces et d’autorité judiciaire pour aider les enfants victimes de la traite dans les pays sous-développés, a ouvert ses portes la semaine dernière. Ballard a décidé de contourner la bureaucratie des forces de l’ordre pour trouver un moyen plus direct, bien que dangereux, d’entreprendre le sauvetage d’enfants disparus. En 2013, il a fondé Operation Underground Railroad (OUR), une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis dont l’objectif est de sauver les enfants de la traite et de l’exploitation sexuelles. L’organisation aurait mené plus d’une douzaine d’opérations d’infiltration. L’acteur Jim Caveziel apporte son intensité passionnée dans le film en incarnant le rôle de Ballard.

Caveziel, vous vous en souviendrez, est surtout connu pour son tour étonnant en tant que Jésus-Christ dans le blockbuster réalisé par Mel Gibson La Passion du Christ, le film qui a ouvert les yeux de nombreux dirigeants d’Hollywood qui ne croyaient pas ou ne se souciaient pas qu’il y ait eu un public massif là-bas en survolant l’Amérique avide de divertissements qui ne détruisent pas leur foi. Caveziel, ouvertement chrétien et conservateur dans une industrie dominée par des élites laïques, appelle Sound of Freedom le film le plus important qu’il ait réalisé depuis la Passion.

Aujourd’hui, ce film à petit budget, qui avait été mis de côté pendant près de cinq ans et avait failli ne jamais voir le jour, a été ressuscité et a remporté un succès populaire stupéfiant sur le site d’évaluation du divertissement Rotten Tomatoes (avec un score de 100 %) et au box-office.

À quel point Sound of Freedom se porte-t-il bien ? John Nolte de Breitbart News écrit qu’« À la fermeture des bureaux dimanche, après seulement six jours dans les salles, Sound of Freedom a rapporté 40,2 millions de dollars. De plus, au cours du week-end, il s’élevait en moyenne à 6 388 $ par écran, ce qui a dépassé la moyenne par écran [du dernier opus de la franchise Indiana Jones] Dial of Destiny de 5 760 $ » :

« Dial of Destiny aurait peut-être pris la deuxième place avec un total de 26,5 millions de dollars au box-office d’un week-end, et Sound of Freedom aurait pu arriver à la troisième place avec 18,2 millions de dollars, mais Sound of Freedom fait un meilleur travail pour les emballer.

« De plus, contrairement à Dial of Destiny de Disney, qui est sur le point de perdre des dizaines, voire des centaines de millions, Sound of Freedom est déjà rentable. Avec un budget de seulement 14,5 millions de dollars, Sound of Freedom a commencé à gagner des millions au moment où il a franchi la barre des 25 à 30 millions de dollars. Et ça ne fait que commencer. Avec un Cinemascore A + et les attaques désespérées et insultantes des médias d’entreprise, le bouche à oreille est tout mis en place pour être phénoménal. »

Alors maintenant, la gauche, qui panique lorsque les conservateurs font des incursions dans la culture appartenant à la gauche, a déterminé que Sound of Freedom devait être saboté avec des articles très médiatisés le salissant comme étant lié aux coins les plus sombres du complotisme de droite.

Le Washington Post, par exemple, a sapé le film directement dans le titre : « ‘Sound of Freedom’ est un succès au box-office dont la star embrasse QAnon ». [C’est la même chose pour Radio-Canada]

De même, le Guardian, journal d’extrême gauche, a mis en avant la théorie du complot en qualifiant le film de “paranoïaque” de “thriller proche de QAnon qui séduit l’Amérique”. L’auteur du Guardian minimise le succès du film et affirme qu’il a bénéficié d’un “réseau peu recommandable de promotion astroturfée parmi la frange d’extrême droite, une constellation de paranoïaques qui tentent maintenant de faire d’un film aux tendances vaguement simplistes une cause célèbre”.

Les harpies déséquilibrées du site Web féministe Jezebel ont également, par coïncidence, qualifié le film de « fantastique anti-trafic d’enfants digne de QAnon ».

Qu’est-ce que QAnon ? Bonne question. J’en ai entendu parler, mais ni moi ni aucun conservateur que je connais ne pourrait vous dire quoi que ce soit à ce sujet, si ce n’est qu’il s’agit d’un des croque-mitaines de droite préférés de la gauche. Selon Wikipédia (qui, comme tous les autres sites de Big Tech, est soigneusement contrôlé et surveillé par des militants de gauche, avec lesquels je me suis personnellement battu en essayant de corriger des informations erronées sur le site), « la théorie du complot de QAnon est qu’une cabale d’agresseurs d’enfants sataniques et cannibales dirige un réseau mondial de trafic sexuel d’enfants qui a conspiré contre l’ancien président des États-Unis Donald Trump pendant son mandat. »

Maintenant, vous savez. Je ne sais pas ce qu’il en est du cannibalisme ou de Trump, mais la partie concernant le trafic sexuel mondial d’enfants n’est pas une théorie du complot, mais un fait démontrable, pris très au sérieux par les organismes chargés de l’application de la loi et des droits de l’homme, du FBI aux Nations unies, en passant par tous les points intermédiaires.

Quoi qu’il en soit, Rolling Stone a publié un article sarcastique rédigé par un lâche du nom de Miles Klee qui affirme, de manière révélatrice, que Caveziel et les autres réalisateurs ont « fomenté une panique morale pendant des années à propos de cette “épidémie” grossièrement exagérée de trafic sexuel d’enfants ». Klee rejette également le film comme un « thriller teinté de QAnon » « conçu pour faire appel à la conscience d’un baby-boomer adepte de la conspiration » et dénonce sa « narration éculée de sauveur blanc » — même si le vrai Ballard est blanc (contrairement à Klee, Ballard a mis sa propre vie en danger pour sauver des enfants kidnappés — la couleur de sa peau a-t-elle une importance ? Pour la gauche raciste, oui).

Klee conclut sa chape remplie de haine avec une lamentation qu’au lieu de faire des films sur la brutalité policière et les catastrophes climatiques, « l’extrême droite se tourne vers ces fantasmes sordides sur des monstres impies blessant des enfants ». Essayez d’imaginer quel genre de personne roule des yeux à propos de l’esclavage sexuel très réel des enfants dans le monde, une personne qui appelle le phénomène de la traite sexuelle des enfants une “épidémie” grossièrement exagérée.

« Grossièrement exagéré » ? Voici quelques statistiques du Polaris Project, un mouvement pour mettre fin à la traite des êtres humains :

  • La traite des êtres humains est une entreprise criminelle de 150 milliards de dollars par an dans le monde
  • 27% des victimes de la traite des êtres humains sont des enfants
  • Les États-Unis sont n ° 1 dans le monde pour le trafic sexuel
  • Plus de 500 000 enfants disparaissent chaque année rien qu’aux États-Unis
  • Plus de 500 000 prédateurs sexuels en ligne sont actifs chaque jour
  • En 2021, il existe 252 000 sites Web contenant des images ou des vidéos d’enfants victimes d’abus sexuels

Des informations similaires peuvent être trouvées sur de nombreux autres sites consacrés à la sauvegarde des enfants. Et pourtant, Rolling Stone veut non seulement que vous rejetiez Jim Caveziel et les réalisateurs de Sound of Freedom comme des théoriciens du complot afin que vous évitiez le film et son message passionné en faveur des enfants victimes de la traite, mais aussi que vous croyiez que la traite sexuelle des enfants elle-même est exagérée, surtout si on la compare aux barbarismes gauchistes tels que le génocide des Noirs par la police et le changement climatique.

Rappelez-vous, Rolling Stone est le magazine qui a glamourisé le kamikaze du marathon de Boston 2013 avec une photo de couverture sexy, un terroriste qui a assassiné Martin William Richard, 8 ans, entre autres, et qui en aurait tué beaucoup plus avec sa bombe à billes et à clous s’il l’avait placée plus haut. Rolling Stone est aussi le magazine qui a tenté de diaboliser les utilisateurs d’ivermectine pendant la pandémie ; qui a supprimé la mention de matériel d’exploitation sexuelle d’enfants dans une enquête sur la pédopornographie parce que l’auteur était l’ami d’un éditeur de Rolling Stone ; qui a diffusé une fausse histoire sur le viol d’une fraternité de l’Université de Virginie dans une controverse qui a presque détruit la vie de jeunes hommes innocents. Rolling Stone n’est pas un média journalistique sérieux; c’est un chiffon d’activiste de gauche honteux, polissant les célébrités, qui cherche à détruire d’abord les opposants politiques et à poser des questions plus tard, ou de préférence pas du tout.

C’est un magazine qui défend les pédophiles et les trafiquants d’enfants afin de s’approprier des cinéastes d’« extrême droite ». Pensez-y.

Avant même que Sound of Freedom ne soit porté à l’écran, la gauche blanchissait la traite des enfants. Il y a un an, The Atlantic, une autre publication de gauche, a tenté de discréditer les inquiétudes des conservateurs concernant la traite des enfants en publiant un article conspirationniste intitulé “La grande (fausse) épidémie de trafic sexuel d’enfants”. Le titre de l’article était “Dispatches from a moral panic” (“Dépêches d’une panique morale”).

La gauche est prête à jeter de la peinture sur des œuvres d’art inestimables, à bloquer les grands axes de circulation et à s’immoler par le feu pour attirer l’attention sur son hystérie concernant le changement climatique, mais elle ne s’inquiète pas de la réalité de l’exploitation sexuelle généralisée des enfants, qu’elle qualifie de « panique morale ».

Le venin médiatique déversé sur Sound of Freedom est si vicieux et coordonné que l’on ne peut s’empêcher de se demander : à qui profite le fait de cibler les conteurs et les héros qui s’attaquent aux pédophiles et aux trafiquants d’enfants dans le monde réel ?

Les pédophiles et les trafiquants d’enfants, voilà qui.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Christian Terreaux
5

« On ne remercie jamais suffisamment les personnes qui portent haut le Bien, le Beau, le Bon autour d’elles, les artistes, les journalistes qui œuvrent dans le bon sens, les belles personnes tout simplement… Alors voilà, je le fais avec un immense plaisir… Merci encore à vous. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
920400cookie-checkPourquoi donc les médias de gauche ciblent-ils un film sur le trafic sexuel d’enfants et veulent-ils réduire au silence « Sound of Freedom » ?
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

18 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Marc Huber

Il y a quelques années, j’ai regardé sur la Toile un documentaire français qui traitait d’une jeune fille disparue qui avait dénoncé des satanistes. C’est loin dans ma mémoire. J’ai tenté des recherches, je ne retrouve pas. Ce qui fut pourtant une production pour la télé. À le fin, l’enquêteur a suivi la piste jusqu’en Angleterre. Le cas de la disparition était classé Top Secret par le ministère de la Défense anglais. OK. C’est maintenant introuvable. Je sais que cela n’est pas un hasard ainsi que le fait que le Brésil et les USA furent les premiers sur le terrain d’Haïti, suite à un séisme (je ne me souviens pas de l’année) et que la France a été presque interdite d’atterrissage à Port au Prince. Le Brésil et les USA sont impliqués dans le trafic de chair et d’organe. Mais encore, des Baptistes ont été pris à tenter de faire traverser des enfants haïtiens vers les États-Unis. L’avocat qui a représenté ces bons citoyens USA, accusés de trafic d’enfants, était lui-même impliqué dans ce trafic. Bref, on doit savoir que lorsqu’on est rendu là, cela veut dire que la corruption est partout. Assez pour affirmer que celles et ceux qui attaquent le film et ses spectateurs servent cette corruption ? Oui.

Catherine Austin Fitts

Jim Caviezel était un fervent chrétien bien avant le tournage en 2004 de La Passion du Christ de Mel Gibson, dans lequel il jouait le rôle de Jésus. Mais certaines des choses qui se sont produites sur le plateau pendant le tournage étaient si inhabituelles – et l’intensité du rôle était si profonde – qu’il est devenu un homme différent.

À trois reprises lors du tournage de La Passion du Christ, une personne sur le plateau a été frappée par la foudre, un événement qui n’arrive qu’à environ 240 000 personnes par an. L’un d’eux était Jim Caviezel lors du tournage de la scène du sermon du Christ sur la montagne. Quelles sont les chances ?

L’acteur, qui avait 33 ans à l’époque, raconte qu’après le coup de foudre, du feu est sorti de sa tête et que son corps s’est illuminé. Cinq minutes plus tard, une deuxième personne près de lui a été touchée. Pendant le tournage, l’épaule de M. Caviezel s’est disloquée alors qu’il portait l’énorme crucifix en bois pesant 150 livres; alors qu’il était suspendu à la croix, les conditions de vent étaient si fortes qu’il a développé une infection pulmonaire. De plus, l’acteur a dû travailler avec un œil fermé enflé pendant plusieurs jours, ce qui a gravement impacté sa vision et produit de graves migraines.

Avant d’endosser le rôle de Jésus de Nazareth, Caviezel était une étoile montante à Hollywood. Par la suite, personne n’a voulu lui offrir de rôles significatifs et, selon ses propres mots, l’industrie a commencé à le “fuir”. Mel Gibson, apparemment, a prédit que cela arriverait et a demandé à l’acteur s’il comprenait qu’il « pourrait ne plus jamais travailler ». La réponse de Jim, telle que racontée dans une interview, était que « nous avons tous une croix à porter ».

Comme l’avait prédit Mel Gibson, Caviezel a dû quitter Hollywood et a entamé une carrière à la télévision, notamment dans la série “Person of Interest”, qui a duré six ans. Il s’agit d’une série de science-fiction à la fois divertissante et éducative sur les dangers de la surveillance excessive des citoyens par le gouvernement.

Actuellement, Caviezel peut être vu dans le rôle principal du film Sound of Freedom, dans lequel il joue Tim Ballard, un ancien agent de la sécurité intérieure qui travaille dans le monde entier pour sauver des enfants du trafic et des abus sexuels. Le film a été achevé il y a cinq ans, mais aucune plateforme (Netflix, Amazon, etc.) n’a voulu s’en charger.

Maintenant, cependant, « les enfants de Dieu ne sont plus à vendre ».

Jim Caviezel est plus qu’un acteur fort, et il ne fait aucun doute qu’il ne travaille pas pour sa propre carrière et sa propre renommée. Il est devenu une force de bien pour des milliers d’âmes dans ce monde.

Nous l’avons choisi comme Héros de la semaine.

Catherine Austin Fitts
http://www.solari.com

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
18
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x