Un nouvel article du journaliste américain Paul Craig Roberts, « Le conflit Israélo-Hamas est une continuation du complot du 11 septembre »

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Ce n’est pas une théorie du complot. C’est l’explication la plus probable que nous ayons de cette information à l’heure actuelle. — L’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre a été le coup d’envoi d’un complot conçu par les néoconservateurs américains et Netanyahu pour renouveler l’attaque américaine contre les fournisseurs du Hezbollah au nom du Grand Israël. Le Grand Israël est une croyance sioniste selon laquelle Israël comprend le territoire allant du Nil en Égypte à l’Euphrate en Irak. Le but du 11 septembre était de lancer sous couvert de « guerre contre le terrorisme » les guerres que les néoconservateurs américains appelaient dans leurs publications et dont nous parlait le général Wesley Clark contre les ennemis d’Israël au Moyen-Orient. Le but de la « guerre contre le terrorisme » menée par Washington était de détruire les fournisseurs du Hezbollah : l’Irak, la Syrie et l’Iran. Israël et les néoconservateurs veulent que ces trois pays soient détruits parce qu’ils fournissent au Hezbollah de l’argent et des armes qui permettent au Hezbollah de réussir à repousser les tentatives israéliennes d’occuper le sud du Liban. Israël a besoin des ressources en eau du sud du Liban. Avec la destruction des régimes irakien, syrien et iranien, des voies sont ouvertes vers le Grand Israël.

En d’autres termes, il n’y a jamais eu de « guerre contre le terrorisme ». Il y a eu une guerre conçue par les néoconservateurs américains contre les opposants d’Israël. Et c’est précisément le but de la guerre contre le Hamas.

Il est impossible de franchir la barrière de sécurité israélienne sans déclencher des alarmes. Le complot prévoyait la suppression de la barrière. Voici ce qui s’est probablement produit : les agents israéliens qui ont infiltré le Hamas ont reçu pour instruction de vendre le Hamas sur l’attaque en promettant la possibilité de désactiver la barrière et de surprendre les Israéliens. Netanyahu et les néoconservateurs ont sacrifié des vies israéliennes pour l’indignation suscitée par les morts israéliennes, les viols et les bébés israéliens à la tête coupée. Cela permettrait à Israël de soutenir la destruction des vestiges de la Palestine et l’incorporation de toute la Palestine à Israël, mettant ainsi fin à toute perspective d’une solution à deux étoiles et résolvant simultanément les problèmes juridiques et politiques de Netanyahu en faisant de lui un héros qui a consolidé la Palestine sous Israël.

Mais l’intrigue a des objectifs plus larges, qui ont été révélés par l’apparition presque instantanée sur la scène des forces opérationnelles américaines sur les porte-avions, de la 101e division aéroportée, suivie des marines et des forces spéciales américaines. Bien entendu, Israël n’a pas besoin de ces forces américaines pour détruire Gaza. Les experts, reflétant soit un manque d’imagination, soit remplissant une fonction de désinformation, ont rationalisé la présence des forces américaines comme un tampon d’avertissement et de protection entre Israël et le Hezbollah/Iran.

Pensez à cette justification. Si Netanyahu avait compris que le complot pourrait faire tomber l’Iran/le Hezbollah et même la Syrie et les volontaires irakiens sur la tête d’Israël, aurait-il parrainé un complot qui aurait déclenché une guerre avec le Hamas ? La réponse est non, à moins que lui et les néoconservateurs américains ne veuillent faire tomber l’Iran et le Hezbollah sur la tête d’Israël. Et c’est effectivement le cas, c’est pourquoi les forces américaines sont présentes dans la région. Une attaque du Hezbollah contre Israël donne aux néoconservateurs, qui contrôlent les départements d’État, de défense et le Conseil de sécurité nationale des États-Unis, l’excuse dont ils ont besoin pour atteindre le véritable objectif de la « guerre contre le terrorisme » : détruire la Syrie et l’Iran. L’Irak a été éliminé, mais la Syrie et l’Iran restent sur le chemin d’Israël.

Ce complot réussira-t-il ?

Le drapeau sioniste de la Palestine mandataire — Édité par le chocolat Pupier, 1936.

L’intrigue repose sur l’idée d’entraîner le Hezbollah et l’Iran dans la guerre. S’ils ne sont pas impliqués – et Poutine fait de son mieux pour empêcher qu’ils ne le soient – ​​les néoconservateurs américains n’ont aucune excuse pour élargir la guerre. Les néoconservateurs seraient tentés de se lancer dans une attaque sous fausse bannière qui fournirait une excuse, mais cela serait risqué et n’aurait rien à voir avec l’afflux de troupes du Hezbollah sur Israël et les missiles qui pleuvent sur Israël depuis l’Iran. Si les néoconservateurs lancent une attaque sous fausse bannière, le résultat des efforts de Poutine sera de prendre l’initiative, l’élément de surprise, de l’Iran/Hezbollah et de donner l’initiative aux néoconservateurs. Les efforts de Poutine pour contenir le conflit se révéleraient donc contre-productifs.

Le conflit entre Israël et le Hamas se heurte aux démocrates américains. Leur politique de « diversité, multiculturel et frontière ouverte » a amené des musulmans aux États-Unis, au sein du Parti démocrate et des membres du Congrès. Quelqu’un franchit la barrière néoconservatrice autour de Biden, comme le montrent les efforts de Biden pour atténuer le conflit, retarder l’invasion de Gaza par Israël et avertir Israël de ne pas répéter les atrocités du Hamas. Si Biden réussit à contenir Netanyahu et que Poutine réussit à contenir l’Iran et le Hezbollah, le complot devra se contenter d’un pis-aller.

Quel serait le deuxième meilleur choix. Cela reviendrait à bombarder les Gazaouis hors de Gaza, dans le désert du Sinaï, dans des villes de tentes. Les Israéliens en parlent déjà. En d’autres termes, les Gazaouis qui survivraient deviendraient des réfugiés hors de Gaza. Cela ne laisserait que quelques villages palestiniens isolés en Cisjordanie, dont les Palestiniens restants seraient chassés par les colons israéliens. Il est donc possible pour Israël de détruire Gaza sans l’envahir, ce qui, dans l’état actuel des choses, est le déclencheur de l’entrée dans le conflit de l’Iran et du Hezbollah. Ce que nous ne savons pas, c’est si Poutine pourra maintenir l’Iran et le Hezbollah sous contrôle si la conséquence est la disparition de Gaza et tout espoir pour les Palestiniens.

Nous ne savons pas non plus si Biden et les démocrates peuvent empêcher les républicains, désormais alignés sur les néoconservateurs au nom d’Israël, d’encourager la guerre.

De nombreux républicains, comme le président de la Chambre des représentants Mike Johnson, sont des évangéliques qui adorent Israël plus que Dieu. Netanyahu et les évangéliques américains invoquent des prophéties bibliques pour inciter les Israéliens et les Américains à sombrer dans la folie eschatologique. Biden est discrédité et les sondages montrent que son soutien public est trop faible pour permettre sa réélection. Trump a été récemment décrit par le journal israélien Haaretz comme « le président le plus pro-israélien de l’histoire ». Cela nous laisse avec la question : les tentatives de Poutine / Biden pour contenir le conflit prévaudront-elles ou les efforts républicains / évangéliques / néoconservateurs / Netanyahu pour élargir le conflit l’emporteront-ils ? Le temps nous le dira.

Institut d’économie politique

À propos de Paul Craig Roberts

Paul Craig Roberts (né le 3 avril 1939) est un économiste et auteur américain. Il a auparavant occupé un poste au sein du gouvernement fédéral des États-Unis ainsi que des postes d’enseignant dans plusieurs universités américaines. Il est un partisan de l’économie de l’offre et un opposant à la récente politique étrangère américaine. Roberts a obtenu un doctorat de l’Université de Virginie où il a étudié sous la direction de G. Warren Nutter. Il a travaillé comme analyste et conseiller au Congrès des États-Unis, où il a été reconnu comme l’auteur principal du projet original de l’Economic Recovery Tax Act de 1981.

Paul Craig Roberts a été secrétaire adjoint au Trésor des États-Unis pour la politique économique sous le président Ronald Reagan. et – après avoir quitté le gouvernement – a occupé la chaire William E. Simon en économie au Centre d’études stratégiques et internationales pendant dix ans et a siégé à plusieurs conseils d’administration d’entreprises. Ancien rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal, ses articles ont également été publiés dans le New York Times et dans Harper’s, et il est l’auteur de plus d’une douzaine de livres et d’un certain nombre d’articles évalués par des pairs.

Roberts a commencé sa carrière avec des missions d’enseignement au Virginia Polytechnic Institute, à l’Université du Nouveau-Mexique, à l’Université de Stanford et à l’Université de Tulane. Il a été professeur d’administration des affaires et professeur d’économie à l’Université George Mason et a été le premier titulaire de la chaire William E. Simon en économie politique à l’Université de Georgetown, pendant 12 ans. Alors qu’il était professeur invité à l’Université de Georgetown, il a été embauché comme conseiller économique du membre du Congrès américain Jack Kemp, puis a également été conseiller économique du sénateur américain Orrin Hatch, en tant qu’associé du sous-comité des crédits de défense et en tant qu’économiste en chef auprès du personnel minoritaire de la commission du budget de la Chambre des représentants des États-Unis. Il a été reconnu comme l’auteur principal du projet original de la loi sur la taxe de relance économique de 1981.

Pendant cette période, il a également rédigé des chroniques dans Harper’s et le New York Times et a été rédacteur en chef adjoint de la page d’opinion du Wall Street Journal.

En décembre 1980, avec Alan Greenspan et Herbert Stein, Roberts était l’un des trois orateurs du Forum national de deux jours sur l’emploi, l’argent et les personnes à l’Innisbrook Resort and Golf Club de Palm Harbor, en Floride. Deux mois plus tard, en 1981, il est nommé par le président des États-Unis Ronald Reagan au poste de secrétaire adjoint au Trésor chargé de la politique économique. En tant que secrétaire adjoint au Trésor, il a été l’un des moteurs de la politique économique du premier mandat de l’administration Reagan et a été salué comme la « conscience économique de Ronald Reagan ». Néanmoins, son zèle singulier pour l’économie de l’offre a provoqué l’ire de certains milieux au sein du gouvernement, Larry Kudlow – alors fonctionnaire au Bureau de la gestion et du budget – déclarant que « Craig se considérait comme le gardien de la flamme Reagan. Seul Craig savait ce qui était juste. Personne d’autre ne savait ce qui était juste ». Les inquiétudes de Roberts concernant les déficits budgétaires américains l’ont conduit à entrer en conflit avec d’autres responsables de l’ère Reagan tels que Martin Feldstein et David Stockman.

Roberts a démissionné en février 1982 pour retourner dans le monde universitaire. Il a été chercheur principal à la Hoover Institution, de 1983 à 1993, titulaire de la chaire William E. Simon en économie politique au Centre d’études stratégiques et internationales et, de 1993 à 1996, membre distingué du Cato Institute.

De 1983 à 2019, Roberts a été administrateur du conseil d’administration de neuf fonds d’investissement Value Line différents. Entre 1992 et 2006, il a siégé au conseil d’administration de A. Schulman et, selon la société, il en était l’administrateur indépendant le plus ancien au moment de son départ à la retraite.

Dans les années 2000, Roberts a écrit des chroniques pour Creators Syndicate. Plus tard, il a contribué à CounterPunch, devenant ainsi l’un de ses écrivains les plus populaires. Il est régulièrement invité dans les programmes diffusés par RT (Russia Today). Depuis 2008, il fait partie du collectif éditorial du site VDARE. Il a été financé par la Fondation Unz et il contribue à la Unz Review. Ses écrits sont publiés par Veterans Today, InfoWars, PressTV et GlobalResearch, et il est fréquemment invité sur les podcasts, les émissions de radio et les chaînes vidéo du Conseil des citoyens conservateurs, de Max Keizer et Kevin Barrett. Son propre site Internet publie les travaux d’Israel Shamir et de Diana Johnstone.

Honneurs et reconnaissance

  • En 1981, le Dr Roberts a reçu le prix du service méritoire du Département du Trésor pour « sa contribution exceptionnelle à la formulation de la politique économique des États-Unis ».
  • En 1987, le gouvernement français l’a reconnu comme « l’artisan d’un renouveau de la science et de la politique économiques après un demi-siècle d’interventionnisme étatique » et l’a intronisé dans la Légion d’honneur.
  • En 2015, il a reçu le Prix international de journalisme pour l’analyse politique du Club de Periodistas de Mexico.
  • En 2017, il est répertorié dans Who’s Who in America et Who’s Who in the World. En 2017, le Dr Roberts a reçu le Marquis Who’s Who Lifetime Achievement Award.
Pierre Paul Genest
5

« Toujours aussi documenté. Vous lire est autant instructif que passionnant tant vos recherches sont révélatrices. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
993291cookie-checkUn nouvel article du journaliste américain Paul Craig Roberts, « Le conflit Israélo-Hamas est une continuation du complot du 11 septembre »
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
teo

Je trouve l’article de Craig Roberts pas pertinent du tout, soit il est mal informé, soit il n’est pas digne de confiance. Il suffit visionner la vidéo pour s’en rendre compte. Poutine ne se trompe pas, qui peut croire cela. Dire que les US essayent de calmer et qu’Israël hésite quant à la possibilité d’attaques sur différent front, laisse pantois. Qui peut penser que ce qu’ils font est à ce point mal réfléchi, nous ne sommes plus dans les années 1980, le plan est bien avancé, les discordes etc aussi. Rien que son erreurs sur la Hamas suffit. En ce qui me concerne, je le considère comme un opposant contrôlé soit corrompu. Ceci dit, je peux me tromper, mais je ne le pense pas.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
1
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x