L’adjudant James Topp risque la peine maximale alors que le major Stephen Chledowski ne sera pas poursuivi en cour martiale au Canada

CONVOI DES CAMIONNEURS ― Le major Stephen Chledowski est apparu en uniforme dans une vidéo en ligne de février 2022 accusant les politiciens fédéraux et provinciaux d’être des traîtres et qualifiant le vaccin contre la COVID-19 de « génocide ». Je partage avec vous cet article publié le 15 décembre 2023 par le quotidien Ottawa Citizen, faisant suite à celui que j’avais moi-même publié le 11 février 2022, incluant une transcription en français de sa vidéo.


Les Forces canadiennes ont discrètement décidé de ne pas poursuivre en cour martiale un officier de l’armée qui avait appelé la police et le personnel militaire à se soulever contre le gouvernement fédéral au sujet de la réglementation relative à la pandémie de COVID-19. Mais la décision de ne pas envoyer le major Stephen Chledowski devant une cour martiale met en évidence le double standard auquel les grades inférieurs sont confrontés dans le système de justice militaire, a déclaré l’avocat de l’adjudant James Topp. Ce dernier, un réserviste qui est apparu dans deux vidéos en février 2022 critiquant les exigences en matière de vaccins pour le personnel militaire et d’autres employés fédéraux, a été traduit en cour martiale en novembre.

« James Topp n’a pas appelé au renversement du gouvernement et n’a pas manqué de respect aux représentants du gouvernement, mais il a été traduit en cour martiale, ce qui n’a pas été le cas de Chledowski », a déclaré l’avocat Phillip Millar, qui a servi dans les Forces canadiennes. et est un ancien procureur adjoint de la Couronne. « Cela montre clairement qu’il existe deux poids, deux mesures au sein des Forces canadiennes. »

Chledowski a fait l’objet d’une enquête de la police militaire après être apparu en uniforme dans une vidéo en ligne de février 2022 dans laquelle il accusait des politiciens fédéraux et provinciaux d’être des traîtres et qualifiait le vaccin contre la COVID-19 de “génocide”. « J’appelle mes camarades militaires et policiers à se lever maintenant et à protéger vos proches contre cette tyrannie médicale imposée par le gouvernement », a déclaré Chledowski dans la vidéo, ajoutant qu’il n’était pas vacciné.

Après une enquête de la police militaire, Chledowski, commandant de batterie à l’École du Régiment royal de l’Artillerie canadienne, a été accusé de deux chefs d’accusation de conduite préjudiciable au bon ordre. Mais la Défense nationale a confirmé que les procureurs militaires ont décidé de ne pas procéder devant une cour martiale. « À la suite d’une évaluation effectuée par le directeur des poursuites militaires, il a été déterminé que les accusations ne seraient pas portées devant une cour martiale (portées devant un procès) », a écrit le porte-parole de la Défense nationale, Andrew McKelvey, dans un courriel. « Dans cette affaire, le Service canadien des poursuites militaires a déterminé que l’intérêt public n’était pas suffisant pour justifier de porter des accusations. »

« Des mesures appropriées ont été prises face à cette situation », a ajouté McKelvey, mais il a souligné que les informations ne pouvaient pas être divulguées car elles étaient protégées par la Loi sur la protection des renseignements personnels. Chledowski a été libéré des Forces canadiennes le 20 juillet 2022. La raison est protégée par la Loi sur la protection des renseignements personnels, a déclaré McKelvey. Les récentes tentatives pour contacter Chledowski ont échoué. Il n’a pas non plus répondu aux demandes de commentaires en février 2022, mais il a déclaré à l’époque : « Ce que j’ai dit est ce que j’ai dit ».

La décision de ne pas traduire Chledowski en cour martiale tout en engageant une action en justice contre Topp met en évidence un système de justice militaire défavorable aux soldats de rang inférieur, a déclaré Millar. « Je suis déçu que le directeur des poursuites militaires n’ait pas traité James Topp équitablement. » Lors de la cour martiale de Topp, l’armée a présenté les actions du réserviste comme similaires à celles des émeutiers pro-Trump qui ont pris d’assaut le Capitole des États-Unis en janvier 2021. « Il s’agit d’une affaire concernant un adjudant expérimenté et chevronné qui a tiré parti de son grade et de son uniforme pour défier publiquement sa chaîne de commandement et son gouvernement démocratiquement élu », a déclaré le procureur, le major Ben Richard.

Juge militaire Cmdr. Julie Deschenes a réprimandé Topp pour ses actes, soulignant qu’il avait violé ses devoirs en tant que membre des Forces canadiennes. « Vous avez admis que faire ces émissions et ces déclarations en tant que membre des FAC (Forces armées canadiennes) en uniforme était une erreur », a-t-elle déclaré. « Maintenant, vous faites face aux conséquences. » Topp, qui a reconnu qu’il était sur le point de se suicider pendant la pandémie, avait plaidé coupable aux deux chefs d’accusation de conduite préjudiciable au bon ordre. Il a reçu une sévère réprimande et une amende de 4 000 $.

Millar a remis en question la décision du parquet militaire de présenter Topp comme un émeutier américain du 6 janvier alors qu’ils avaient déjà décidé de ne pas poursuivre Chledowski en cour martiale, dont la vidéo appelait les troupes à se soulever contre le gouvernement. « S’ils pensaient qu’il était juste de (ne pas tenir de cour martiale) pour Chledowski, alors ils avaient le devoir de faire la même chose avec Topp », a déclaré Millar. En réponse aux commentaires de Millar, la porte-parole de la Défense nationale, Andrée-AnnePoulin, a écrit dans un courriel que « le grade ou le statut des membres ne jouent aucun rôle dans les décisions prises par les procureurs des FAC ».

Peu de temps après la mise en ligne de la vidéo de Chledowski, les Forces canadiennes ont publié une déclaration indiquant qu’elles prenaient des mesures contre le major. « Une des caractéristiques de notre démocratie est le principe selon lequel l’armée est responsable envers nos responsables dûment élus », indique le communiqué. « La discipline est un autre principe clé qui sous-tend notre efficacité en tant qu’armée. Ceux qui ne respectent pas ces principes sapent les fondements mêmes de notre institution. Il faut faire confiance à nous tous pour servir. »

album-art
Dystoman
00:00

Eric Montana
5

« Merci Guy Boulianne pour l'énorme travail de réinformation que tu accomplis quotidiennement. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
1014100cookie-checkL’adjudant James Topp risque la peine maximale alors que le major Stephen Chledowski ne sera pas poursuivi en cour martiale au Canada
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
1
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x