“Intelligence artificielle ou eugénisme ?” – Maya Habegger recevait en duel l’écrivaine française Véronique Lévy et le docteur Laurent Alexandre

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Le 28 mai 2023, Maya Habegger recevait dans un épisode de Space Twitter (X) le docteur Laurent Alexandre au sujet de la sortie de son livre “La guerre des intelligences” paru aux éditions Jean Claude Lattès, et Véronique Lévy, auteure du livre “Chœur de chair” paru aux éditions Artège. Les interlocuteurs et leurs invités ont profité de l’occasion pour soulever un duel ultime entre l’Espérance d’une humanité qui accepte sa vulnérabilité et le déterminisme de l’androïde dit “augmenté” ou inhumain. Pas transhumain, encore moins surhumain, mais amputé de son humanité. Qu’est-ce que l’intelligence ? L’IA est-elle “intelligente” ? N’est-elle pas plutôt un programme : ultra puissant… Atomisant le noyau du vivant. A l’ordre de qui ? Ne risque-t-elle pas d’être une arme de triage pour l’internationale mondiale eugéniste ? Sous prétexte de l’immortalité pour tous et de pandémies artificielles, restrictions des déplacements ou la bonne mort pour les handicapés, les pauvres, les vieux, les “inutiles”… un jour.

Véronique Lévy écrit sur sa chaîne Youtube : « La restriction budgétaire colonise déjà le secteur de la santé : bientôt, le crédit social pour les jeunes, les sains… le débit pour les autres. L’immortalité et la santé pour tous est l’appât dans l’enfer du crédit des “meilleurs”, panurges qui ont “cru” à l’idole. La “révolution” transhumaniste est un archaïsme utilitariste. La monnaie de cette économie inhumaniste sera nos chairs numérisées. La tentation exterminative des inhumains se résoudra-t-elle dans la numérisation ultime de la Santé? Les “régulateurs” de vies imposent déjà “l’euthanasie virtuelle” ou “bug” qui vous delete d’un clic, des réseaux d’algorithmes. DCD incognito. Économie des soins, sonnant et trébuchant, dans l’escarcelle de Satan. Les administrateurs de la santé forcée se libèrent de leur culpabilité sur le dos virtuel de l’IA. C’est elle, désormais, qui exécutera l’effacement de l’Homme, de manière impeccable. Proprement. Sans état d’âme. » L’écrivaine française poursuit son texte :

« Esclavage tentaculaire, indolore. L’IA sans conscience se risquera-t-elle à la solution échec et mat ? La performance est au prix de nos âmes. L’Humanité malgré l’IA c’est une guerre aux confins de l’Histoire : Goliath se dresse contre le royaume. David en est le gardien. La France est l’héritière de cette Promesse qui n’est pas de ce monde. Il y a une autre voie : celle de l’IA au service de l’Amour. Pas de la guerre. Pas de la course à l’armement, de la puissance et de la peur. Car le danger n’est pas l’IA : ce sont les inhumains, les Caïnites, de l’espèce de Caïn.

« Pour les gourous de la technoscience, la liberté est l’ultime symptôme à exterminer : celui, irréductible, des “incapables” et des “fêlés”, menaçant de hacker le système de la banque mondiale des génomes. L’espérance et la Foi, réduites aux catacombes, sont la dissidence des SAINTS… ceux qui renonceront à la dictature du SAIN. Désignés comme les boucs antisanitaires par le Système des réseaux de triage de la guerre, ils seront les êtres humains survivants. Des temps qui sont les derniers, à la lisière de l’Histoire. Juste avant l’aurore. »

Space Twitter (X)
Space Twitter (X)
Le duel entre Véronique Lévy et Laurent Alexandre
Loading
/

À propos de Véronique Lévy

Véronique Lévy, née le 29 août 1972, est une écrivaine française, née dans une famille juive d’Algérie et convertie au catholicisme. L’un de ses arrière-grands-pères maternels était le rabbin de Tlemcen. Son père, André Lévy, est originaire de Mascara et, à 18 ans, s’engage pour la défense de l’Espagne républicaine avant de combattre au sein du 2e bataillon de marche, sous les ordres du général Diego Brosset. Sa mère est née Dina Siboni. Elle a deux frères, Philippe et Bernard-Henri Lévy, de vingt-trois ans son aîné.

En 1946, son père s’installe à Casablanca dans le quartier d’Anfa et fonde une entreprise d’importation de bois africains. Après avoir passé plusieurs années au Maroc, alors protectorat français, sa famille s’installe en France, à Neuilly-sur-Seine, en 1954.

Véronique Lévy entend parler pour la première fois de Jésus à l’âge de 3 ans, sur une plage d’Antibes, par une fillette catholique, raconte-t-elle. Elle se passionne immédiatement pour le Christ, « cet homme supplicié dont elle devine l’amour inconditionnel et absolu » mais elle n’en parle à personne, persuadée que son nom — « celui d’une des douze tribus d’Israël » comme le lui répète son père — la tient éloignée de l’Église, affirme-t-elle dans son livre “Montre-moi ton visage“.

Son frère Philippe ayant été victime d’un grave accident de voiture en 1969, sa mère consacre énormément de temps à ce frère diminué. Dès sa naissance, Véronique est en manque d’affection. À 12 ans, c’est le décès de sa grand-mère, dont elle était particulièrement proche, qui la plonge dans des terreurs nocturnes. À peine entrée dans l’adolescence, elle est victime d’un viol. Elle se réfugie dans la séduction et les amours éphémères. Provocante et instable, elle est envoyée en pension, où elle est bouleversée par le Jésus de Nazareth de Zeffirelli, projeté au réfectoire.

Pendant les vingt-cinq années suivantes, elle mène ce qu’elle considère comme un parcours « chaotique ». Elle fait des études de lettres, puis d’infirmière, prend des cours de théâtre et, après tous ces échecs, devient créatrice de bijoux. Elle crée notamment des bijoux pour des défilés de mode. Elle fait alors la rencontre de Pierre-Marie Delfieux, qui devient son directeur spirituel. Après deux ans de catéchuménat, elle est baptisée dans la nuit de Pâques 2012, en présence de son frère, Bernard-Henri Lévy. Elle pense un temps à devenir carmélite et fait vœu de chasteté.


À propos de Laurent Alexandre

Laurent Alexandre, né le 10 juin 1960 à Paris, est un haut fonctionnaire, chirurgien-urologue de formation, entrepreneur, chroniqueur, écrivain et militant politique français. Fils de dentistes et frère d’une psychiatre — il a également eu un frère aîné qu’il n’a pas connu, mort à l’âge de deux ans après avoir avalé un produit toxique dans le cabinet familial —, Laurent Alexandre est docteur en médecine de l’université Paris-VI (1991) et diplômé de l’IEP Paris (section Service public, promotion 1989).

Interne des hôpitaux de Paris en chirurgie urologique, Laurent Alexandre effectue en même temps le programme MBA d’HEC (programme appelé ISA à l’époque) de 1988 à 19906 pour se former au management d’entreprise sur le campus de Jouy-en-Josas. Il intègre ensuite l’ENA (1992-1994). Il se fait connaître comme cofondateur du site Doctissimo en 1999 puis par ses prises de position dans les années 2010 sur le développement de l’intelligence artificielle, le recul de la mort, la génétique et le transhumanisme.

Souvent présenté comme futurologue, il intervient régulièrement dans les médias au cours des années 2010 : il est notamment chroniqueur dans Le Monde et L’Express. Il est aussi particulièrement suivi sur Twitter et YouTube. Par ailleurs, il détient et préside depuis 2009 DNAVision, une société belge de séquençage d’ADN, et possède des actions dans une quinzaine de sociétés en Europe, essentiellement dans les technologies NBIC.

Ses positions sur des sujets clivants suscitent débats et polémiques. Parfois présenté comme un défenseur du transhumanisme, il affirme en endosser uniquement le diagnostic. Sur la génétique, il est accusé d’eugénisme, qualificatif qu’il récuse, et ses propos sont contestés au sein de la communauté scientifique. Il s’oppose de manière virulente aux écologistes et aux collapsologues, dont Greta Thunberg, et est régulièrement accusé de relativiser le réchauffement climatique, ce dont il se défend.

Secrétaire national de Démocratie libérale en 1997, il se présente dans les années 2010 comme de «centre gauche», «libéral» et «macroniste», mais il est particulièrement suivi et apprécié à droite et à l’extrême droite. En 2014, il participe à un débat dans une conférence du collectif “La Manif pour tous” en tenant une position favorable à la gestation pour autrui (GPA). Il défend également la procréation médicalement assistée (PMA).


LaRem Desivir
5

« Merci infiniment pour l’énorme travail de réinformation que vous faites. 🙏 La lutte est vraiment épouvantable, avec tous ces parlementaires achetés par ces tarés!! »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.