L’Observatoire Euro-Med des Droits de l’Homme déclare que Israël frappe la bande de Gaza avec l’équivalent de deux bombes nucléaires

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

GENÈVE 2 novembre 2023 — Israël a largué plus de 25 000 tonnes d’explosifs sur la bande de Gaza depuis le début de sa guerre à grande échelle le 7 octobre, l’équivalent de deux bombes nucléaires, a déclaré l’Observatoire Euro-Med des Droits de l’Homme (Euro-Med Human Rights Monitor) dans un communiqué de presse publié aujourd’hui. Selon l’organisation de défense des droits de l’homme basée à Genève, l’armée israélienne a reconnu avoir bombardé plus de 12 000 cibles dans la bande de Gaza, avec un nombre record de bombes dépassant les 10 kilogrammes d’explosifs par personne. Euro-Med Monitor a souligné que le poids des bombes nucléaires larguées par les États-Unis sur Hiroshima et Nagasaki au Japon à la fin de la Seconde Guerre mondiale en août 1945 était estimé à environ 15 000 tonnes d’explosifs.

En raison des progrès technologiques affectant la puissance des bombes, les explosifs largués sur Gaza pourraient être deux fois plus puissants qu’une bombe nucléaire. Cela signifie que la puissance destructrice des explosifs largués sur Gaza dépasse celle de la bombe larguée sur Hiroshima, a déclaré Euro-Med Monitor, notant que la superficie de la ville japonaise est de 900 kilomètres carrés, tandis que celle de Gaza ne dépasse pas 360 kilomètres carrés. kilomètres.

La déclaration du groupe de défense des droits de l’homme souligne qu’Israël utilise des bombes au pouvoir destructeur énorme, dont certaines pèsent entre 150 et 1 000 kilogrammes, et cite une déclaration récente du ministre israélien de la Guerre, Yoav Gallant, selon laquelle plus de 10 000 bombes ont été larguées sur la seule ville de Gaza. L’utilisation par Israël d’armes interdites au niveau international lors de ses attaques contre la bande de Gaza a été documentée, a déclaré Euro-Med Monitor, en particulier l’utilisation de bombes à fragmentation et de bombes au phosphore, qui sont des substances cireuses toxiques qui réagissent rapidement à l’oxygène et provoquent de graves effets secondaires. degrés de brûlures.

L’équipe d’Euro-Med Monitor a également documenté des cas de blessures parmi les habitants de Gaza dus aux frappes aériennes israéliennes, similaires à celles causées par les bombes à fragmentation susmentionnées. Ces petites bombes hautement explosives provoquent des blessures pénétrantes par éclats d’obus et des explosions à l’intérieur du corps, laissant les victimes avec de graves brûlures qui entraînent la fonte de la peau et parfois la mort. Les fragments de ces bombes provoquent un gonflement inhabituel et un empoisonnement du corps, ainsi que des blessures internes causées par des fragments transparents qui n’apparaissent pas sur les radiographies. L’utilisation par Israël de bombes hautement explosives dans des zones densément peuplées constitue la plus grande menace pour les civils dans les conflits armés modernes, a déclaré Euro-Med Monitor, et explique le nivellement complet des quartiers résidentiels de Gaza et la gravité globale de la dévastation généralisée.

L’organisation de défense des droits de l’homme a également souligné que les attaques destructrices et arbitraires d’Israël constituent une violation du droit humanitaire international, qui stipule que la protection des civils est obligatoire dans tous les cas et en toutes circonstances, et que le meurtre de civils est considéré comme un crime de guerre dans les conflits armés internationaux et non internationaux et peut être assimilé à un crime contre l’humanité.

Les Conventions de La Haye de 1899 et 1907 et la Convention de Genève de 1949 réglementent toutes deux les droits humains fondamentaux en temps de guerre afin de prévenir les effets mortels sur la santé des armes interdites par le droit international, dont certaines parce qu’elles ont le potentiel de provoquer un « génocide ». « L’attaque ou le bombardement, par quelque moyen que ce soit, de villes, villages, habitations ou bâtiments non défendus est interdit », selon l’article 25 du Règlement de La Haye relatif aux lois et coutumes de la guerre terrestre.

Or, l’article 53 de la Quatrième Convention de Genève stipule que « Toute destruction par la Puissance occupante de biens immobiliers ou personnels appartenant individuellement ou collectivement à des personnes privées, ou à l’État, ou à d’autres autorités publiques, ou à des organismes sociaux ou coopératifs, est interdite, sauf lorsque cette destruction est rendue absolument nécessaire par des opérations militaires. » Les violations de l’article 147 de la Quatrième Convention de Genève sont considérées comme des infractions graves au droit des conflits armés et donc comme des crimes de guerre.

L’Observatoire Euro-Med des Droits de l’Homme a appelé à la formation d’un comité international indépendant chargé d’enquêter sur le volume d’explosifs et d’armes internationalement interdites utilisé par Israël contre les civils dans la bande de Gaza. L’organisation de défense des droits de l’homme a également appelé la communauté internationale à demander des comptes à tous les responsables de ces attaques inhumaines et à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir que justice soit rendue aux victimes palestiniennes.

À propos de Euro-Med Human Rights Monitor

L’Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme est une organisation indépendante à but non lucratif dirigée par des jeunes qui défend les droits humains de toutes les personnes en Europe et dans la région MENA, en particulier celles qui vivent sous occupation, en proie à la guerre ou à des troubles politiques et/ou ont été déplacés en raison de persécutions ou d’un conflit armé.

Euro-Med Monitor a été créée en novembre 2011 et est enregistrée en Suisse (CH-660.0.748.015-1), où elle a son siège officiel. L’idée d’Euro-Med Monitor est inspirée par la volonté des peuples de se rebeller contre la tyrannie et l’oppression qui ont balayé la région arabe en 2011 et continuent de s’infiltrer partout. Euro-Med Monitor s’efforce de soutenir ces mouvements en semant les graines d’une mobilisation internationale et en stimulant les organisations de défense des droits de l’homme et les décideurs à se concentrer sur la violation du droit des peuples à l’expression et à la liberté.

Actuellement, en plus de notre bureau administratif/politique à Genève (siège de nombreux organes des Nations Unies liés aux droits de l’homme), Euro-Med Monitor dispose d’un bureau régional dans les territoires palestiniens occupés, en plus de représentants et de collaborations avec des organisations au service du reste de la région MENA. pays et Europe. Euro-Med est géré par un personnel de haut niveau dispersé dans ces pays et guidé par un conseil d’administration.

Notre étendue de travail

Euro-méditerranéen fonctionne en complément et en partenariat avec d’autres organisations de défense des droits de l’homme dans la région MENA. Grâce à nos bulletins d’information, nos interviews vidéo et nos rapports approfondis, nous exposons des incidents avec des détails non disponibles dans d’autres sources et enquêtons sur de vastes modèles de comportement qui nécessitent une attention soutenue. Lorsque cela s’avère utile, nous formulons des recommandations pour faire face aux crises humanitaires et aider les personnes touchées.

A travers ces véhicules, nous cherchons à :

  • Augmenter la sensibilisation et l’appréciation du droit des droits de l’homme dans les pays de la région.
  • Tirer parti du droit international pour tenir pour responsables les auteurs de violations des droits de l’homme.
  • Apporter un coup de main aux institutions locales pour la mise en œuvre de projets communs.
  • Inciter les organisations internationales et européennes de défense des droits de l’homme et les décideurs à se concentrer sur des violations particulières.
  • Mettre en évidence les défis auxquels sont confrontées les populations marginalisées.
  • Encourager l’utilisation de canaux pacifiques et légaux pour dénoncer les auteurs de violations des droits de l’homme, y compris les parties qui entravent le travail des juristes.

Questions d’intérêt :

  • Traitement des civils pendant les conflits armés.
  • Droits des réfugiés et des migrants.
  • Droits des jeunes.
  • Droits des femmes et des enfants.
  • Liberté d’expression.
  • Exécutions extrajudiciaires.
  • Tortures

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Gilbert Toutfaire
5

« Monsieur BOULIANNE honore sa famille et notre ancien royaume de France. Il devrait être décoré par notre Président des Arts et des Lettres. Encore merci pour la tâche accomplie par un homme de bonne volonté. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.