WebSeeds et Brighteon poursuivent Facebook, Google, Twitter, NewsGuard, le ministère de la Défense, le Homeland Security et d’autres …

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.
Les entreprises de Mike Adams, WebSeeds et Brighteon, poursuivent Google, Facebook, Twitter, NewsGuard, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis, le département de la Défense des États-Unis, le Global Engagement Center, l’Institute for Strategic Dialogue (ISD) et d’autres pour collusion de censure financée par le gouvernement et coordonnée à l’échelle mondiale contre Mike Adams, le Health Ranger, Natural News et la plateforme Brighteon.

JOUR DU SOUVENIR, 2024 : Le même jour où nous honorons nos ancêtres et les soldats tombés au combat qui se sont battus pour les libertés fondamentales sur lesquelles repose notre république constitutionnelle, nous intentons des poursuites contre un éventail de grandes plateformes technologiques, d’ONG étrangères et de grands ministères gouvernementaux, tout cela, selon nous, a été délibérément utilisé comme arme pour réduire au silence la liberté d’expression des Américains. Le procès, déposé devant un tribunal fédéral — le tribunal de district des États-Unis pour le district ouest du Texas (division d’Austin) — explique : « Les États-Unis ont aidé à identifier, financer et faciliter la suppression de la liberté d’expression des Américains par des entreprises privées. » Le procès présente des preuves concluantes qui révèlent que les départements du gouvernement américain ont spécifiquement nommé Brighteon, Natural News et Health Ranger pour cible de censure.

Le procès est déposé sous le nom d’action civile 24-cv-00576, déposée le 27 mai 2024.

La plainte dénonce la coordination mondiale d’un vaste complexe industriel de censure impliquant des entités gouvernementales, des plateformes Big Tech et des ONG privées telles que l’Institut pour le dialogue stratégique (ISD), le Global Disinformation Index et d’autres entités similaires. Le procès fait également référence à dix accusés « Joe Doe » dont l’identité sera révélée lors de l’enquête préalable.

Voyez ci-dessous l’entrevue de l’avocat Jeffrey Greyber et du consultant expert Jason Fyk.

➽ Le gouvernement américain s’est livré au « blanchiment de la censure » pour faire taire le discours des Américains

Par Mike Adams, le 27 mai 2024

En résumé, le procès affirme que le gouvernement des États-Unis, en violation de la Constitution des États-Unis, s’est livré à un « blanchiment de censure » en collaborant avec (et en aidant à financer) des organisations étrangères dont les directives de censure ont été adoptées par les plateformes technologiques pour faire taire de manière sélective le discours de certains Américains.

Les discours visés par ce vaste complexe de censure comprenaient :

  • Discours favorable à Donald J. Trump.
  • Discours critiques envers Joe Biden, Hillary Clinton ou les adversaires politiques de Trump.
  • Discours qui remet en question les discours officiels sur le COVID, y compris les demandes de vaccins obligatoires, de masquage, de distanciation sociale et de mesures de quarantaine forcée, dont il a depuis été démontré qu’elles manquent toutes de fondement scientifique rigoureux.
  • Discours qui promeut les concepts de nutrition, de médecine naturelle, de plantes médicinales, de superaliments ou d’autonomie alimentaire tels que le jardinage familial, le lait cru, la permaculture et la conservation des semences.

Jason Fyk, consultant expert sur le dossier, résume ainsi la gravité et l’importance de ce procès : « Si nous n’arrêtons pas cela, l’Amérique tombera. C’est la réalité que nous devons maintenant accepter. »

Voici une citation que je propose à propos de ce procès, qui peut être librement utilisée et attribuée à moi par n’importe quel média :

« Ce procès documente et expose de manière exhaustive le complexe industriel de censure coordonné à l’échelle mondiale qui a été déployé de manière inconstitutionnelle contre le peuple américain, en violation directe du premier amendement. Il met en valeur le vaste éventail d’acteurs mondiaux impliqués dans le « blanchiment de la censure », y compris les Big Tech complices. des plateformes telles que Google et Facebook, de puissantes institutions gouvernementales telles que le ministère de la Défense et des ONG étrangères qui se sont engagées de manière malveillante à réduire au silence de manière sélective le discours des Américains, en se basant entièrement sur le contenu de leur discours. »

X (anciennement Twitter) est nommé dans la poursuite en raison de l’interdiction continue par Twitter du compte @HealthRanger et de son interdiction continue de toute mention des liens vidéo Brighteon.com dans les publications Twitter.

Le premier amendement de la Déclaration des droits de la Constitution des États-Unis garantit le droit à la liberté d’expression pour tous les Américains, y compris les propos que d’autres pourraient trouver offensants ou de mauvais goût. Aucun pouvoir n’est accordé au gouvernement fédéral qui lui donne le droit de mettre sur liste noire les voix des Américains simplement parce que le gouvernement décide qu’il n’est pas d’accord avec un tel discours. De plus, le recours à des ONG ou à des sociétés technologiques étrangères comme mandataires ne dispense pas le gouvernement fédéral de son devoir de protéger et de garantir les droits du premier amendement de tous les Américains.

Comme le documente le procès, le gouvernement des États-Unis a utilisé des pouvoirs techniquement améliorés destinés à surveiller ou à limiter les discours des terroristes étrangers et a utilisé ces pouvoirs comme une arme contre le peuple américain, ciblant des millions d’Américains ordinaires qui déclaraient des choses que le gouvernement ne voulait pas que l’on voie ou entende. La militarisation du gouvernement contre la liberté d’expression du peuple américain est précisément ce que le Premier Amendement était censé empêcher, et renverser cet abus flagrant de collusion entre le gouvernement et les entreprises est exactement l’objectif de ce procès.

Le graphique suivant résume certains des liens entre les ministères du gouvernement américain, diverses ONG et les grandes plateformes technologiques, tous de connivence pour me faire taire, Natural News, Brighteon et d’autres propriétés d’édition associées, causant de nombreuses années de préjudice financier direct, une perte substantielle d’audience et une vie de dommages à la réputation :

En effet, à travers ce mécanisme, le gouvernement fédéral des États-Unis a cherché à me détruire complètement ainsi que les différentes plateformes dans lesquelles j’engage le public à exercer la liberté d’expression. Le procès d’aujourd’hui avertit le gouvernement, les grandes plateformes technologiques et toutes les ONG impliquées qu’ils seront tenus responsables des dommages considérables qu’ils ont intentionnellement infligés, et que nous défendrons le droit de tous les Américains de s’exprimer librement, même si un tel discours critique les intérêts du gouvernement ou des entreprises.

À propos des plaignants :

Brighteon Media, Inc. est propriétaire des plateformes de liberté d’expression en ligne Brighteon, notamment Brighteon.com, Brighteon.social, Brighteon University (BrightU.com), Brighteon.io et Brighteon.AI. Fondé sur les principes de la liberté d’expression, Brighteon a tendance à attirer des voix censurées sur d’autres plateformes. Ce sont généralement des voix qui prônent les principes de liberté et d’honnêteté, auxquels le gouvernement fédéral des États-Unis s’oppose avec véhémence.

Webseed, Inc. est l’opérateur de NaturalNews.com et d’autres propriétés de publication Web, fondées en mettant fortement l’accent sur la liberté en matière de santé, la nutrition, la sécurité alimentaire, la prévention des maladies par la nutrition et la médecine alternative. Les autres propriétés Web détenues par Webseed, Inc. incluent Herbs.news et Health.news.

Mike Adams, alias le « Health Ranger », est un écrivain d’investigation primé, un non-conformiste de premier plan en matière de technologie, détenteur de brevets, directeur de laboratoire de spectroscopie de masse et ardent défenseur de la liberté en matière de nutrition et de santé. Il est l’auteur du livre à succès « Food Forensics » et l’auteur de Survival Nutrition (SurvivalNutrition.com) et de nombreux autres livres et programmes audio. Depuis au moins dix ans, Adams a été la cible de fausses diffamations, de listes noires et même de déplateformes financières, et est largement considéré comme l’un des pionniers des médias alternatifs en Amérique. Adams est un scientifique spécialisé dans l’alimentation et possède deux brevets couvrant la décontamination par radio-isotope au césium 137 du tube digestif humain et l’élimination des métaux lourds toxiques des aliments. Il est également directeur du Consumer Wellness Center à but non lucratif (ConsumerWellness.org) et dirige l’équipe de science des données du CWC dans le développement de modèles de langage d’IA « Neo » qui sont librement distribués au public via Brighteon.AI.

CONTACT MÉDIAS – AVOCAT PRINCIPAL :

Jeffrey L. Greyber, Esq.
jgreyber@greyberlaw.com
561-702-7673
www.Greyberlaw.com
Boca Raton, Floride


Jean-Marie Picard
5

« C'est important et très intéressant ce que vous faites. Merci. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.