Découverte : le film Vij (Вий) tourné au studio Mosfilm en 1967 constitue un exemple presque unique d’un film d’horreur en Union soviétique

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Je partage avec vous ma découverte cinématographique récente. Il s’agit du film d’horreur soviétique Vij (Вий) réalisé par Konstantine Erchov et Gueorgui Kropatchiov. Il est sorti sur les écrans en 1967 et a été regardé par plus de 32 millions de téléspectateurs en Union soviétique. Les gens le regardent avec plaisir encore aujourd’hui, et à en juger par les critiques de Kinopoisk, le film fait toujours bonne impression, malgré le fait que le spectateur moderne soit gâté par les effets spéciaux de l’industrie cinématographique qui a fait un grand pas en avant. Adapté d’un récit fantastique de Nicolas Gogol, il constitue un exemple pratiquement unique d’un film d’horreur en Union soviétique. L’idée de l’adaptation cinématographique de “Vij” appartenait au directeur du studio de cinéma Mosfilm, Ivan Pyriev. Ce n’est que par manque de temps qu’il propose de tourner le film à deux étudiants des cours supérieurs de réalisation de l’Union des cinéastes de l’URSS.

« C’est le genre de film que les réalisateurs de films d’horreur modernes devraient admirer. Un film pour les âges. Un chef-d’œuvre du cinéma russe et mondial. »

« Il y a des inexactitudes mineures, mais elles ne sont pas très visibles. Cela donne même au film une certaine originalité. Les effets spéciaux sont d’assez bonne qualité pour l’époque. »

« Beaucoup de choses dans le film sont construites sur des effets visuels : des sifflements, des grincements, des sons inattendus. Tout cela crée l’ambiance souhaitée dans l’image, créant un fil conducteur entre le spectateur. »

Le synopsis se lit comme suit : Après avoir reçu la bénédiction du recteur, les joyeux et facétieux séminaristes du monastère partent en vacances. Khaliava, Khoma et Gorobets, en rentrant à pied chez eux, rencontrent une très vieille fermière qui accepte à contre-cœur de les héberger pour la nuit. C’est une sorcière qui ne va pas tarder à faire prendre le « baptême de l’air » à Khoma. Avec le secours de ses prières, il s’en sort et se venge en rouant de coups la sorcière qui se transforme en ravissante jeune fille mais inanimée. Épouvanté, Khoma retourne au monastère où on lui apprend qu’une fille a été retrouvée agonisante. Le recteur exige qu’il aille la veiller et dire les prières de circonstance. Arrivé au village où elle se trouve, il apprend qu’elle est morte. En la voyant, il reconnaît celle qu’il avait laissé inconsciente sur le chemin et malgré tous ses efforts on l’oblige à la veiller pendant trois nuits. Alors c’est le début d’une série d’événements ahurissants que la vodka et les prières sont impuissantes à conjurer.

Le tournage du film a eu lieu dans trois églises orthodoxes d’Ukraine : dans l’église en bois de la Bienheureuse Vierge Marie dans le village de Gorokholin Les (Горохолин Лес), district de Bohorodchansky, région d’Ivano-Frankivsk, dans l’église cosaque en bois de Saint-Georges dans le village de Sedniv (Седнев), région de Tchernigov, construit sans un seul clou, et dans le monastère Yeletsky de Tchernihiv (Чернигов). Le matériel filmé sur place a déçu la direction de Mosfilm, se révélant « trop réaliste ». Il a été décidé d’impliquer dans le travail le célèbre conteur de cinéma Alexandre Ptouchko (Алекса́ндр Луки́ч Птушко). En conséquence, une grande partie du matériel filmé par Ershov et Kropachev n’a pas été utilisée et un certain nombre d’idées sont restées sans mise en œuvre. L’apparence de Viy a également été modifiée (selon le plan de Kropachev et Ershov, Viy était censé ressembler à un centurion). Un certain nombre de scènes ont été repensées et tournées. Ptouchko a créé la combinaison de Viy, développé son design et conçu la mécanique des doigts.

Il existe de nombreuses rumeurs et mythes autour du film. Une partie de cela est vraie (par exemple, que pendant le tournage, Natalya Varley est tombée du cercueil à la suite d’un dysfonctionnement technique et que Leonid Kuravlev a miraculeusement réussi à la rattraper), une partie est de la fiction. Il y a une histoire sur une certaine malédiction du film. Ainsi, il est associé à un incendie dans l’église en bois de la Bienheureuse Vierge Marie où le tournage a eu lieu. Cet incendie s’est produit le 20 février 2006 et l’église a entièrement brûlé. Une légende particulièrement intéressante raconte que les tentatives répétées de projection du film « Viy » lors d’une croisière en mer ont échoué. Il semblerait qu’une tempête ait éclaté au début du film, qui s’est calmée immédiatement après la fin de la projection.

« Viy » est devenu à juste titre l’un des leaders de la distribution de films soviétiques en 1968, attirant 32,6 millions de téléspectateurs, et dans les années 1970, le film a été acheté pour une distribution étrangère en Argentine (titre de distribution “Viy – O Espírito do Mal”), aux États-Unis (titre de distribution “Viy or Spirit of Evil”), Finlande (titre de distribution “Velho”) et France (titre de distribution “Vij”). De précédentes adaptations du classique de Gogol ont été tournées, en 1909 une version avait été tournée par Vassili Gontcharov au studio Pathé à Moscou, et une par Ladislas Starewitch en 1916. Une version a été réalisée en 3D en 2014 sous le titre La Légende de Viy. Il y eut aussi le dessin animé “Viy” de Alla Gracheva (1996)́ et le long métrage “La Sorcière” de Oleg Fesenko (2006).


➽ Le dessin animé « Viy », par Alla Gracheva (1996)

A l’époque soviétique, une grande attention était accordée aux projets destinés aux enfants. Mais tous ne se sont pas révélés gentils et brillants. Ainsi, en 1984, est sorti le dessin animé « Il y aura une douce pluie » (Будет ласковый дождь), qui a fait dresser les cheveux même sur les adultes. La production est basée sur l’histoire post-apocalyptique du même nom de Ray Bradbury. Son personnage principal est un robot qui continue d’exécuter les commandes qui lui sont données, même si la famille qui le possédait n’est plus en vie. Cependant, tout comme tous les autres habitants de la planète Terre, ils ne sont plus en vie.

Pour sa part, la réalisatrice et scénariste Alla Gracheva s’est tournée vers le travail de Nicolas Gogol avec le dessin animé “Viy”. Créé par le studio de cinéma Ukranimafilm en 1996, ce film a été réalisé dans un style traditionnel dessiné à la main. Il s’agit du dernier dessin animé d’Alla Gracheva. Les séminaristes de Kiev, le théologien Khalyava et le rhéteur Tiberiy Gorobets, se rencontrent dans une taverne où ils discutent de la mort mystérieuse de leur ami Khoma Brut. Dans l’ensemble, le film suit le livre. Certes, Khoma ne bat pas la sorcière après l’atterrissage (il s’avère qu’elle meurt à la suite d’une chute et non d’un passage à tabac). Et il y a des mots de la dame que Gogol n’avait pas. La troisième nuit, elle appelle le Prince des Ténèbres à prendre l’âme de Khoma et à la libérer. Pour ce faire, elle demande d’envoyer une armée. Et l’armée des mauvais esprits arrive. Il est curieux qu’ici, comme dans le brillant film de 1967 avec Kuravlev, Viy lui-même n’inspire pas la peur. Gogol décrit cette créature en détail, mais pour une raison quelconque, ils en filment et en dessinent une autre.

Le critique du journal Kommersant, Stanislav F. Rostotsky, a noté que le dessin animé était mis en scène « assez près du texte » de l’histoire de Gogol. Le Centre national Alexandre Dovjenko écrit : « Parmi les autres adaptations cinématographiques de Gogol, celle-ci s’est avérée la plus proche du texte. Les décorateurs du film ont créé une image magnifique et subtile de l’Ukraine cosaque « baroque » et l’ont peuplée d’un certain nombre de monstres différents. La palette de couleurs est plus sobre, presque terne, ce qui est généralement courant dans l’animation des années 90. » Le dessin animé est décent, intéressant et, par endroits, il évoque vraiment la peur. Mais c’est très court, de nombreuses scènes de l’histoire sont omises, mais elles pourraient susciter l’intérêt et à certains endroits même décorer l’intrigue, y ajouter un peu d’humour. Mais dans l’ensemble, le tableau mérite attention et respect.


➽ « La Sorcière », un long métrage de Oleg Fesenko (2006)

La Sorcière (Ведьма) est un long métrage tourné en 2006 par le réalisateur Oleg Fesenko d’après l’histoire “Viy” de Nicolas Gogol. Le budget du film était de 2,5 millions de dollars. Comme l’a expliqué le producteur du film Sergueï Dolganov, le film n’est pas une répétition directe de l’œuvre de Gogol. Il s’agit précisément d’une tentative d’histoire moderne. Par conséquent, le scénario offrait initialement suffisamment de liberté pour l’interprétation et l’exploration créative. « Compte tenu des traditions du genre du film d’horreur, nous avons essayé de les préserver en introduisant un élément de sous-estimation et d’intrigue dans la fin du film », a-t-il déclaré. Le tournage a eu lieu en Estonie, où les cinéastes ont réussi à retrouver une immense église en cours de restauration. Le film mettait également en vedette des acteurs estoniens (Arnis Licitis et Lembit Ulfsak), capables de créer des images réalistes d’une petite ville européenne.

Le synopsis se lit comme suit : Journaliste joyeux et charmant, Ivan est connu pour sa passion pour les événements mondains et les scandales publics. Dès lors, la proposition du patron d’aller enquêter sur la nature des phénomènes mystérieux qui se produisent dans une ville isolée est perçue sans grand enthousiasme. Dans l’intention de se débarrasser rapidement de cette mission ennuyeuse, Ivan prend la route. Cependant, le soir, sa voiture se retrouve sur une route abandonnée, ce qui conduit le héros jusqu’à une vieille maison, où le voyageur égaré parvient à trouver refuge. Lorsque l’horloge sonna minuit, une charmante jeune fille nommée Meryl apparut sur le seuil de la pièce. Grand amateur de compagnie féminine, il use de tout son charme et répond rapidement à la réciprocité. Ivan ne se doute pas que l’étreinte d’une douce jeune fille va se transformer en un véritable cauchemar.

Le film est une interprétation très libre du “Viy” de Gogol, ses événements se déroulent à une époque et dans un pays évidemment différents, mais la principale différence est que Viy est absent du film et que le principal antagoniste est la sorcière Meryl elle-même. Malgré cela, le complot général avec le clergé, contraint de résister aux mauvais esprits dans le temple pendant trois nuits grâce au pouvoir de la prière, est préservé. La fin du film diffère de l’original : contrairement à Khoma Brut, Ivan avait assez de force pour vaincre la sorcière. Pour travailler sur le film de Fesenko, une équipe de spécialistes d’effets spéciaux hautement qualifiés ayant participé à des projets tels que “La veille de nuit” (Ночной Дозор), “Garde de jour” (Дневной Дозор), “Mort d’un empire” (Гибель империи) a été invitée.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez newsletter@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Annoula Watsu
5

« M. Boulianne. Je vais commander tous vos livres pour les ajouter à ma collection. Selon moi, vous êtes le meilleur journaliste au Québec. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
1113990cookie-checkDécouverte : le film Vij (Вий) tourné au studio Mosfilm en 1967 constitue un exemple presque unique d’un film d’horreur en Union soviétique
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x