Déjà « fauteuse de troubles bien connue » en 1989 selon Moscou, Chrystia Freeland évoquait le mouvement populaire radicalisant l’Ukraine

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

La vice-première ministre du Canada et ministre des Finances, Chrystia Freeland, celle qui aura su réprimer les manifestants lors du “Convoi de la Liberté” à Ottawa durant l’hiver 2022 en gelant leurs comptes bancaires et en emprisonnant certains d’entre eux, a elle-même fait l’éloge des manifestations et de la montée du mouvement populaire radicalisant l’Ukraine dans un article paru en 1989 dans un journal étudiant. Le fondateur de COAT, Richard Sanders, écrit dans le numéro 70 du magazine “Press for Conversion!” : « La carrière médiatique de Chrystia Freeland a commencé à la fin des années 1980 avec un travail pour des organes de propagande ukrainiens dans lesquels son grand-père, Michael Chomiak, était profondément impliqué. Son entrée adolescente dans cet emploi (parfois financé par le gouvernement canadien) a probablement été facilitée par Chomiak qui, après avoir été un propagandiste de guerre nazi, est devenu un incontournable parmi les ethnonationalistes ukrainiens de la guerre froide au Canada. »

Sanders poursuit dans son article : « En 1989, à l’âge de 20 ans, son ingérence politique dans le mouvement séparatiste ukrainien a incité l’URSS à déposer une plainte officielle auprès de l’ambassade du Canada à Moscou. En la qualifiant d'”ennemie banderite de l’État soviétique”, ils lui ont donné un statut de paria qui a été utilisé pour lui conférer une célébrité médiatique au Canada. Freeland a ensuite intelligemment tiré parti de cette nouvelle célébrité pour l’aider à passer de l’écriture pour les publications ukrainiennes d’extrême droite à la presse d’entreprise grand public occidentale. Un an plus tard, elle a reçu plus d’éloges des médias pour son ingérence en Ukraine et pour avoir obtenu l’équivalent 2020 de 85 000 $ pour une bourse d’Oxford de la succession de Cecil Rhodes, un suprémaciste blanc de premier plan qui était fier de profiter de l’esclavage, de l’impérialisme et de la guerre. » (PDF)

Le 27 février 2022, Freeland a été surprise en train de brandir la banderole de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), une organisation fasciste ukrainienne qui a collaboré avec l’Allemagne nazie. Sa mère, Halyna Chomiak Freeland, était quant à elle une avocate et militante. De 1992 à 2002, elle a participé à la rédaction de la Constitution de l’Ukraine et de ses codes de procédure civile et pénale. En 2014, Chrystia Freeland a défilé et promu le Festival ukrainien de Toronto auquel participaient des membres du groupe “Secteur droit” (Правый сектор). Les objectifs de ce groupe néo-nazi était de collecter des fonds afin d’acheter du matériel militaire pour l’envoyer à leurs combattants en Ukraine. Et tout ceci se déroulait sous les yeux de tout le monde, au Centennial Park de Toronto, au Canada. Aidan Jonah écrit sur la plate-forme d’enquête The Canada Files : « Chrystia Freeland sait tout sur la glorification des collaborateurs nazis ukrainiens. Freeland est également profondément liée au Congrès ukrainien canadien (UCC) et à la Ligue des Canadiens ukrainiens (LUC), qui glorifient le groupe fasciste de l’Union des ressortissants ukrainiens et les collaborateurs nazis ukrainiens. »

Je partage donc avec vous la traduction en français de l’article écrit par Chrystia Freeland. intitulé : “Popular Movement Radicalizing Ukraine” (Mouvement populaire radicalisant l’Ukraine), paru dans le numéro de mars-avril 1989 du journal “Student“. Je partage cet article à des fins d’archivage, ainsi que pour nourrir votre soif de connaissance et de culture personnelle.


« Radicaliser l’Ukraine depuis les années 1980 est l’œuvre d’une vie de Chrystia Freeland ! Que le Canada fasse d’elle la vice-première ministre du Canada condamne la nation canadienne. »

— 🅰pocalypsis 🅰pocalypseos (@apocalypseos)
En 2014, les Ukrainiens canadiens célèbraient le Jour de l’Indépendance avec un festival au Centennial Park à Toronto. Parmi la foule se trouvaient des membres du groupe “Secteur droit”. Ils sont décrits comme les militants radicaux les plus en vue du pays.

Mouvement populaire radicalisant l’Ukraine

Par Chrystia Freeland – Student, mars-avril 1989

En Ukraine, la république non russe la plus peuplée, les réformes de Gorbatchev n’ont pas amené une révolution d’en haut — mais elles ont permis à l’opposition de sortir de la clandestinité. La lutte entre une alliance d’éminents écrivains, dissidents et militants politiques et l’État brejnevite s’est cristallisée autour de la tentative de former un mouvement populaire. Quelle que soit son issue, cette bataille promet d’avoir un effet profond sur l’Union soviétique. Si un mouvement populaire ukrainien est autorisé à se former, il sera le chaînon manquant dans la chaîne des mouvements d’opposition qui sonnent Moscou de la Baltique à l’Asie centrale. Mais pour continuer à réprimer la marée montante de l’opposition, des mesures toujours plus sévères seront nécessaires, ce qui pourrait inciter le public à riposter et discréditerait certainement la perestroïka.

La formation d’un mouvement populaire ukrainien a été évoquée publiquement pour la première fois à Lviv, la capitale de l’Ukraine occidentale réputée de longue date pour sa volatilité politique, comme point culminant d’un été de manifestations. Des chiens ont été dirigés contre la foule, des manifestants ont été battus et arrêtés, et l’un des militants les plus en vue, Ivan Makar, a été emprisonné pendant trois mois. Ces mesures réussirent à empêcher la formation d’un mouvement populaire.

En lisant ce texte, rappelez-vous la Loi sur les mesures d’urgence mise en place par Justin Trudeau et Chrystia Freeland au mois de février 2022 lors du “Convoi de la Liberté” des camionneurs à Ottawa. Rappelez-vous le gel des comptes bancaires et l’emprisonnement suspicieux de certains manifestants.

L’action s’est maintenant déplacée vers Kiev, la capitale traditionnellement la plus passive. Le 13 novembre, lors d’une manifestation écologique rassemblant 10 000 personnes, le plus grand rassemblement de masse à Kiev soviétique, la formation d’un mouvement populaire a été préconisée comme le seul moyen de résoudre la crise écologique de l’Ukraine. Dix jours plus tard, 33 personnes, dont d’éminents écrivains et universitaires ainsi que des représentants de groupes sociaux « non officiels » et de collectifs d’ouvriers, ont formé un groupe d’initiative, basé sur l’Union des écrivains, pour diriger la création d’un mouvement populaire ukrainien. Les collectifs de plusieurs instituts, dont l’Institut de littérature, ont déclaré leur soutien au groupe d’initiative la semaine suivante. L’annonce de sa création dans le numéro du 8 décembre de l’organe très lu de l’Union des écrivains, Literaturna Ukraïna, a montré que ce groupe ne pouvait pas être confiné aux marges « non officielles ».

Dans les coulisses, le groupe d’initiative continue de fonctionner. À la mi-décembre, un programme pour le mouvement populaire a été rédigé, selon un membre qui s’attendait également à ce que ce programme soit publié dans Literaturna Ukraina d’ici la fin janvier. Comparés à leurs homologues moscovites au franc-parler, ou aux Estoniens ouvertement insoumis, les membres du groupe d’initiative — parmi lesquels se trouvent des sommités littéraires comme Ivan Drach et Dmytro Pavlychko — sont remarquablement circonspects dans leur comportement.

Ils ont pris grand soin de s’assurer que leur programme apparaîtra comme l’œuvre d’un groupe et non d’individus en se réunissant pour l’écrire dans des maisons “sûres”, en demandant que les noms des auteurs ne soient pas signalés et en prévoyant de le publier sans signatures personnelles. Faisant écho à une peur commune, un écrivain explique : « nous ne voulons pas rendre nos noms publics car si Gorbatchev s’en va, nous serons tous punis ».

Travaillant de concert avec les écrivains officiellement reconnus, il y a toute une liste de groupes sociaux indépendants dont les membres vont des dissidents endurcis aux néophytes politiques inspirés par la perestroïka. Les groupes les plus actifs à Kiev sont Hromada (Communauté), un groupe d’étudiants universitaires, Spadshchyna (Patrimoine), une société culturelle, divers groupes écologiques, Memorial, la branche ukrainienne d’une organisation entièrement soviétique basée à l’Union des cinéastes dont l’objectif est de commémorer les victimes du stalinisme, l’Ukrains’ka Hel’sins’ka Spilka (Union ukrainienne d’Helsinki), l’incarnation actuelle du Groupe ukrainien d’Helsinki qui surveille le respect par les Soviétiques de l’accord d’Helsinki sur les droits de l’homme depuis 1976, et l’Ukrains’ka Demokratychna Spilka (Union démocratique ukrainienne-UDS), la branche ukrainienne du parti d’opposition politique autoproclamé en Union soviétique.

Ci-haut trois articles concernant Chrystia Freeland publiés dans le Leader-Post, le Ottawa Citizen et le Red Deer Advocate au mois de mai 1989.

Ces groupes ont épousé diverses causes. Hromada a œuvré pour la préservation des monuments historiques ; Spadshchyna a parrainé de nombreuses conférences sur des sujets historiques et littéraires; les différents verts ont manifesté l’été dernier contre l’abattage de la forêt Holosicv à Kiev. Mais ils ne se contentent plus de ces actions au coup par coup. Certains ont été radicalisés par l’incalcitrance du gouvernement. « A travers nos conflits avec l’administration (lors d’une campagne pour la préservation des monuments historiques) nous avons réalisé que sans soulever des questions politiques nous ne pouvions pas résoudre d’autres problèmes », explique V. T., membre de Hromada. Pour d’autres, travailler sur des causes locales spécifiques a été une première étape stratégique dans un plan visant à monter un défi politique plus large. Un exemple de cette tactique est la manifestation écologique de novembre. L’un des motifs que les membres de Spadshchyna et Hromada, des groupes non concernés par l’écologie, avaient pour organiser la manifestation était d’accéder à un tribunal public d’où commencer la formation d’un front populaire.

La décision de faire précéder une critique politique générale d’un travail sur des questions plus mineures n’est pas seulement le produit des contraintes imposées par le régime. Outre la considération pratique qu’une réunion sur l’écologie sera tolérée mais que les participants potentiels à un congrès d’un parti d’opposition seront arrêtés (comme le montre la détention de membres de l’UDS le 22 janvier), il existe une croyance largement répandue selon laquelle l’opposition doit gagner le soutien des peuples avec un bilan d’actions positives. « Les ressources politiques pour former un front populaire existent depuis longtemps en Ukraine », explique Oles Shevchenko de l’Ukrains’ka Hel’sins’ka Spiika, « mais nous avons d’abord voulu gagner le soutien du peuple. » Un membre de Spadshchyna convient que « pour qu’un défi politique réussisse, nous devons renforcer la conscience du peuple ».

Après des mois ou des années de travail de terrain, les groupes sociaux indépendants sont parfaitement disposés à laisser les écrivains officiellement reconnus prendre la tête de la formation d’un mouvement populaire. Plutôt que d’en vouloir aux écrivains pour les positions relativement privilégiées qu’ils occupent, les groupes non officiels sont, selon les mots d’un membre de Hromada, « très reconnaissants envers les écrivains ». « Nous avons besoin de l’implication des écrivains », déclare Shevchenko. Leur importance nationale leur confère une certaine immunité politique : aucun mouvement dirigé par Ivan Drach ne peut être réprimé aussi ouvertement que les manifestations d’été à Lviv. A leur tour, les groupes sociaux indépendants ont facilité le travail des écrivains. Un membre du groupe d’initiative dit que la résistance du gouvernement à la formation du groupe s’est apaisée lorsqu’il a été souligné que si les écrivains n’étaient pas autorisés à former un mouvement populaire, les militants indépendants finiraient par le faire par eux-mêmes.

Le gouvernement de Shcherbyts’ky (Shcherbyts’ky est le secrétaire général conservateur de l’Ukraine) s’est opposé à la formation d’un mouvement populaire avec tous les moyens à sa disposition : arrestation et détention des militants indépendants, manifestations à huis clos pour l’avant-garde officielle. Les épisodes les plus récents du mélodrame de la répression policière pour lequel l’Ukraine est devenue connue sont la détention de 60 militants le 21 janvier pour empêcher l’UDS de tenir un congrès prévu et la peine de 15 jours de prison infligée au dissident Stefan Khmara pour sa participation le 20 janvier dans des tentatives non autorisées à Chervonohrad de sélectionner librement des candidats pour les élections de mars. Les personnalités publiques font l’objet d’un harcèlement plus subtil. Au lendemain de la création du groupe d’initiative pour la formation d’un mouvement populaire, Ivan Drach, son chef, est convoqué au siège du Parti communiste, vraisemblablement pour justifier son action. D’autres membres du groupe d’initiative ont été interrogés sur leur implication sur leur lieu de travail.

La réaction du Kremlin à la formation d’un mouvement populaire en Ukraine est une autre affaire. Les Ukrainiens, comme Oles Shevchenko, soulignent rapidement que la stagnation de leur république est synonyme de stabilité pour Moscou. Les événements récents, cependant, suggèrent que Gorbatchev est peut-être en train d’exclure Shcherbyts’ky. Shcherbyts’ky est le seul membre du politburo à ne pas avoir la garantie d’un siège aux élections de mars. De plus, en décembre, son commandant en second, et réputé idéologue en chef, a été remplacé par un loyaliste de Gorbatchev. Moscow News s’est aventuré là où aucune publication ukrainienne n’a osé aller, publiant le 15 janvier un article dans lequel Ivan Dziuba, un membre du groupe d’initiative, prône ouvertement « la constitution d’un front populaire » qui « pourrait travailler à la solution des problèmes politiques et socio-économiques généraux et à la réalisation et à l'”avancement” pratique des problèmes de développement national-culturel ».

Dziuba ne précise pas quelle sorte de solutions un mouvement populaire ukrainien proposera à ces « problèmes politiques et socio-économiques généraux », personne ne l’a fait. Même sur une question aussi centrale que le rôle du Parti communiste, il n’y a pas de consensus. Vasyl laremenko, professeur de littérature à l’Université de Kiev et membre du groupe d’initiative, insiste sur le fait que « nous (membres du groupe d’initiative) sommes communistes ». Un membre de Hromada est d’accord. Il est devenu communiste en 1985 après l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev et dit ne pas le regretter. Mais un autre membre de Hromada pense que c’est naïf : « nous savons à quoi nous attendre du Parti communiste et ce n’est pas bon. » La décision d’appeler l’organisation proposée un mouvement populaire plutôt qu’un front populaire reflète une compréhension de cette multiplicité d’opinions. Dmytro Pavlychko a d’abord proposé le terme “mouvement” lors de la conférence de presse qui a précédé le meeting écologiste pour garantir « une démocratie interne. Chaque groupe-membre peut avoir sa propre plateforme ».

Une position que les groupes membres, y compris le groupe d’initiative des écrivains, partageront certainement est un engagement envers la langue et la culture ukrainiennes.

Bien que l’ukrainien soit encore peu parlé dans les rues de Kiev, il n’y a pas un seul groupe d’opposition actif dans la capitale qui mène ses activités en russe. La défense de l’ukrainien n’est pas une anomalie de la sous-culture politique. Les membres du groupe de rock le plus populaire de Kiev ont choisi — malgré leur faible maîtrise de la langue en coulisses — de ne chanter qu’en ukrainien. Suffisamment avertis pour ne pas être détournés par « une campagne de fumée pour l’ukrainisation » qui, selon Oles Shevchenko, sera lancée par le gouvernement ce printemps, les groupes d’opposition rejettent le pouvoir central de Moscou avec leur utilisation consciente et consciencieuse de l’ukrainien.

L’écologie, la préservation des monuments historiques, la langue nationale, la démocratisation, autant d’enjeux servant à jeter les bases de la formation d’un mouvement populaire, sont présentés par les membres du groupe d’initiative comme les points clés du programme qu’ils ont rédigé. Plus significatif que cette liste fragmentaire de causes que même les porte-parole de Shcherbytsky prétendent maintenant endosser est le défi politique à l’hégémonie du Parti communiste et à la centralisation soviétique que constituerait un mouvement populaire indépendant. Les Ukrainiens plaisantent avec ironie en disant que les Brejnevites du placard cherchant un répit après les bouleversements à Moscou prennent des vacances en Ukraine. Ils chercheront un nouveau lieu de villégiature une fois qu’un mouvement populaire ukrainien se sera formé.

Le 20 mai 1989, le journaliste Don Retson de l’Edmonton Journal (Alberta, Canada) rapportait que, alors qu’elle était étudiante en échange à l’Université de Harvard, les autorités soviétiques de l’époque ont qualifié Chrystia Freeland de « fauteuse de troubles bien connue ».

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Paul Philippe
5

« Il est bien fondamental de toujours sauvegarder et lire tout article et bien prendre connaissance de toute informations que vous mettez à notre disposition pour être informé. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
789970cookie-checkDéjà « fauteuse de troubles bien connue » en 1989 selon Moscou, Chrystia Freeland évoquait le mouvement populaire radicalisant l’Ukraine
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
bob

Déja tout un sac à merde. Une femme infiltrée pour nous pourrir la vie et notre tranquillité. C’est comme si le pire ennemi du canada s’efforcerait à le détruire par dedans.

Est-t-il possible de faire la preuve de ses crimes et ses plans destructeur et de soumettre son cas à un juge impartial. Il semble qu’elle a trimbaler les problèmes politique du pays de ses parents et que nous devons en payer le prix. Pourquoi cette sorte de sorcière se sert d’un poste de responsabilité à des fins de politique vengeresse et pourquoi elle siège à la Chambre des Communes ?

Il y a semble-t-il une dangereuse élue au sein du gouvernement du Canada à qui ont laisse une trop grande marge de manoeuvre à traficoter des lois pour un dessin malveillant.

Le canada est un bateau percé.

Montréalité

Tout a une fin. Et un karma.

lustucru

Ce que je sais, c’est que Chrystia Freeland a participé à la répression impitoyable des camionneurs de la liberté au Canada (ce qui en dit long sur sa conception du rôle des politiques. C’est comme Macron avec les gilets jaunes, Thatcher avec les mineurs, etc.)

On peut pousser le peuple à bout et lui tirer dessus quand il se révolte, selon elle .Le rôle des politiques est, au contraire, de garantir les libertés fondamentales des citoyens, et de prévenir les mutations économiques pour ne précipiter personne dans la faillite et la misère….pas de pousser le peuple à bout et donner le coup de grâce comme à un taureau dans l’arène, et se faire acclamer pour cela, en plus !

Sinon, je comprends de cet article, que Chrystia Freeland réagit à l’occupation soviétique de l’Ukraine. C’est une nationaliste extrémiste avec des colorations suprémacistes et nazies. Elle est donc “anti-russe” fanatique, disposée à entraîner le Canada dans une guerre totale contre les russes (ce qui inclut les populations civiles, les opposants politiques, et qu’elle pourrait mobiliser le gouvernement canadien pour mettre à exécution les opposants au régime de Zélensky avec les listes “mirotvoretz”. (ce qui a de quoi effrayer notre ami Guy Boulianne.) mais, par delà tous ceux qui figurent sur cette liste, c’est le sort politique du Canada, et du monde dit “libre” qui est en jeu, car ce personnage “Chrystia Freeland” brigue des postes importants dans l’OTAN. Avec tous ceux qui ont infiltré les USA, et les pays occidentaux, nous ne sommes plus du tout dans “l’après guerre” depuis 1945…mais bien, dans l’avant 3ème guerre mondiale.

Nous devons tous comprendre que non seulement , nous n’avons pas besoin de ce personnel politique, mais surtout pas au sommet de la hiérarchie mondiale.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
3
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x