Un article de Roger Jordan : Qui est Chrystia Freeland, la candidate principale de Washington au poste de secrétaire général de l’OTAN ?

Je partage avec vous un article de Roger Jordan qui rejoint assez bien trois articles que j'ai déjà publiés sur mon site internet dans le passé, c'est-à-dire : "Le grand-père de la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, était un collaborateur nazi" (21 mars 2019), "Révolution de couleur et haute trahison : Justin Trudeau et Chrystia Freeland, petite-fille d’un collaborateur nazi, ont pris d’assaut le Canada pour y instaurer la dictature des Globalistes" (20 février 2022) et "Sur les pas de son grand-père, Chrystia Freeland a été surprise en train de brandir la banderole de l’UPA, une organisation fasciste ukrainienne qui a collaboré avec l’Allemagne nazie" (3 mars 2022). Je vous souhaite une très bonne lecture.

Le New York Times a récemment rapporté que Washington promouvait la vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, comme sa « candidate principale » pour succéder à Jens Stoltenberg au poste de secrétaire général de l’OTAN lorsque le mandat du Norvégien expirera en septembre 2023. Freeland est soutenue par l’impérialisme américain pour diriger l’alliance militaire agressive parce qu’elle est un faucon de guerre ayant des liens personnels et politiques étendus avec le fascisme ukrainien, qui est devenu un mandataire clé de la guerre prédatrice des puissances occidentales contre la Russie.

La sélection du prochain chef de l’alliance dirigée par les États-Unis est considérée comme une question cruciale à Washington et dans les capitales européennes. Le prochain secrétaire général supervisera quelque 300 000 « forces de haut niveau de préparation » de l’OTAN en Europe et jouera donc un rôle déterminant dans la poursuite de la guerre des puissances impérialistes, visant à soumettre la Russie au statut de semi-colonie et à prendre le contrôle de ses ressources naturelles.

D’une manière typique d’un journal qui a fait de la propagande trompeuse pour chaque guerre d’agression américaine au cours des trois dernières décennies, le Times a couvert sans vergogne les liens personnels et politiques de Freeland avec les forces d’extrême droite et carrément fascistes dans son rapport du 4 novembre. Après avoir noté la présence de Freeland à Kiev en 2014 pour « célébrer » le coup d’État dirigé par les fascistes qui a renversé le président élu pro-russe Viktor Ianoukovitch, le Times observe : « Son grand-père ukrainien, un immigrant reconnaissant au Canada, était plus jeune impliqué dans un mouvement nationaliste ukrainien qui considérait les nazis comme des repoussoirs utiles pour contrer les Soviétiques. » Contrairement à cette représentation anodine du grand-père de Freeland en tant que jeune homme égaré, le fait est que Mykhailo Chomiak était un collaborateur nazi de haut niveau. Du début de 1940 aux premiers mois de 1945, il a été rédacteur en chef du seul journal de langue ukrainienne autorisé à publier dans la Pologne occupée par les nazis.

Michael Chomiak (arrière, gauche) avec un officier allemand et un autre groupe de fonctionnaires du gouvernement général à Cracovie. La source des photographies est le chercheur ukrainien-canadien Alex Boykowich, qui a rapporté ses découvertes dans les archives de Chomiak.

Krakivski Visti (Cracovie Nouvelles), qui a été produit sur une presse à imprimer volée à un Juif qui a péri dans un camp de la mort nazi, a publié un flot constant de saletés racistes antisémites et antipolonaises, a régulièrement loué Adolf Hitler en tant que chef d’une nouvelle Europe et un allié de l’Ukraine, et a activement fait campagne pour recruter la 14e division de la Waffen SS, la soi-disant division de Galice. La division Galice a participé à d’horribles massacres de Juifs et de Polonais en 1943 et 1944.

Chomiak était membre de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), qui a collaboré étroitement avec les nazis, s’est joint à la guerre d’extermination contre l’Union soviétique et a été impliqué dans des centaines de milliers de morts de Polonais et de Juifs pendant l’Holocauste. L’OUN était une organisation explicitement fasciste qui s’était fixé comme objectif la création d’un État ukrainien ethniquement pur.

La faction à laquelle appartenait Chomiak, l’OUN Melnyk (M), servit directement les occupants nazis en s’intégrant dans l’appareil administratif et de sécurité du gouvernement général (Pologne occupée par les nazis). L’autre faction, dirigée par Stepan Bandera, l’OUN (B), s’est concentrée sur l’intégration de ses forces dans l’armée et a prétendu agir de manière plus “indépendante” des nazis. Les activités des deux factions et leurs efforts pour un État ukrainien « indépendant » dépendaient en réalité entièrement du patronage de l’impérialisme allemand nazi. Après la chute du Troisième Reich, Chomiak a trouvé refuge avec des milliers de collaborateurs nazis au Canada et aux États-Unis. D’anciens membres de l’OUN fasciste ont été parmi les premières recrues de la CIA nouvellement créée, qui s’est surtout préoccupée de recruter des forces anticommunistes en pleine guerre froide.

Le Canada est devenu un acteur clé en permettant aux complices d’Hitler de blanchir leur histoire et d’écrire un nouveau récit, selon lequel le nationalisme ukrainien s’est battu pour la « libération » contre l’Allemagne nazie et l’Union soviétique en même temps. En plus de permettre à des dizaines de milliers d’anciens membres SS et autres collaborateurs nazis de s’établir au Canada, Ottawa a soutenu financièrement une campagne idéologique visant à légitimer le nationalisme ukrainien d’extrême droite, notamment en parrainant le Congrès ukrainien canadien et en créant l’Institut canadien d’études ukrainiennes de l’Université de l’Alberta à Edmonton.

L’État est intervenu pour aider les forces d’extrême droite associées à l’OUN à prendre le contrôle de biens et d’autres actifs appartenant à des groupes représentant la diaspora ukrainienne qui avaient été des bastions du socialisme et de la politique de gauche avant la Seconde Guerre mondiale.

Freeland a émergé de ce milieu. Après avoir travaillé comme étudiante sur la soi-disant “Encyclopédie de l’Ukraine”, un projet visant à dissimuler le soutien actif des nationalistes ukrainiens à Hitler et aux nazis dirigé par l’éditeur de Krakivski Visti, Volodymyr Kubiyovych, Freeland s’est rendue en Ukraine soviétique à la fin des années 1980 pour attiser le nationalisme ukrainien d’extrême droite dans lequel elle avait été scolarisée.

Chrystia Freeland, étudiante en échange à l’Université de Harvard. Les autorités soviétiques l’ont qualifiée de « fauteuse de troubles bien connue ».

L’État canadien a facilité le retour en Ukraine d’un grand nombre d’exilés et de leurs descendants ayant des liens avec des groupes nationalistes d’extrême droite au cours des années suivantes, dont beaucoup ont émergé comme des figures importantes dans l’établissement d’une Ukraine capitaliste indépendante après la dissolution de l’Union soviétique par les staliniens. Halyna Chomiak, la mère de Freeland, est retournée en Ukraine pour créer la Fondation juridique ukrainienne, qui a participé à la rédaction de la constitution du pays.

L’importation la plus importante que ces forces ont ramenée en Ukraine était une souche virulente de nationalisme d’extrême droite. Comme Freeland l’a observé dans un essai de 2015 intitulé “My Ukraine, Putin’s big lie” (Mon Ukraine, le grand mensonge de Poutine) : « La conscience nationale de l’Ukraine était faible. » L’État canadien, soutenu par l’influent politique Congrès ukrainien canadien, a contribué de manière significative au cours des années suivantes à faire revivre le culte de Stepan Bandera, avec pour résultat que des dizaines de statues et d’autres monuments commémoratifs au chef fasciste ont surgi dans l’ouest de l’Ukraine.

Cette histoire explique en grande partie pourquoi Freeland s’est assuré une position aussi importante dans la préparation et la conduite par l’impérialisme canadien de la guerre menée par les États-Unis contre la Russie. Après que le coup d’État fasciste de Maidan a porté au pouvoir un régime pro-occidental à Kiev en 2014, incitant la Russie à annexer la Crimée en réponse, Washington et Ottawa ont pris l’initiative de réorganiser les forces armées ukrainiennes.

Ils ont supervisé l’intégration de milices fascistes comme le tristement célèbre bataillon Azov dans ses rangs. Les troupes canadiennes impliquées dans une mission d’entraînement militaire en Ukraine ont donné des instructions aux membres d’Azov et de Centuria, un groupe d’élite d’officiers fascistes de l’armée. Le Canada s’est simultanément joint au renforcement massif des forces militaires de l’OTAN à la frontière occidentale de la Russie en dirigeant l’un des bataillons avancés de l’alliance en Lettonie. Le déploiement de bataillons similaires en Estonie, en Lituanie et en Pologne a poursuivi la marche vers l’est de l’alliance militaire agressive visant à encercler la Russie, qui a commencé au lendemain de la restauration du capitalisme par les staliniens en Russie et en Europe de l’Est.

Freeland a été ministre des Affaires étrangères pendant une grande partie de cette période, avant d’être promue par le premier ministre Justin Trudeau au poste de vice-première ministre et ministre des Finances à la suite des élections fédérales de 2019. Lorsque les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN ont réussi à inciter Poutine à son invasion réactionnaire de l’Ukraine en février, Freeland est devenue l’une des principales porte-parole des sanctions économiques impitoyables, notamment le retrait de la Russie du réseau mondial de paiements SWIFT. Elle a également servi d’interlocutrice clé entre le gouvernement ukrainien et ses maîtres impérialistes, se vantant plus tôt cette année d’avoir des conversations quotidiennes avec le Premier ministre et le ministre des Finances ukrainiens.

Le fait que Freeland soit maintenant proposé au poste le plus élevé de l’OTAN souligne le caractère prédateur de la guerre impérialiste menée par les États-Unis et l’OTAN contre la Russie. Loin des puissances occidentales intervenant pour défendre la « souveraineté » et la « démocratie » de l’Ukraine, comme le prétendent sans cesse des publications comme le Times, le conflit consiste à piller les riches ressources naturelles de la Russie et à prendre le contrôle de la masse continentale eurasienne géostratégiquement cruciale. Ces objectifs exigent le déploiement d’une force militaire impitoyable à l’étranger, menaçant le monde d’une conflagration nucléaire, et des méthodes non moins brutales de répression étatique dans le pays pour écraser l’opposition populaire à la subordination des ressources de la société à la guerre et à la conquête impérialistes. C’est pourquoi les impérialistes ont cultivé des liens intimes avec les forces fascistes.

L’utilité politique de Freeland pour le Times et de son lectorat majoritairement de la classe moyenne supérieure, qui constitue un groupe clé de soutien à la guerre impérialiste, est qu’elle unit ses liens étroits avec le fascisme ukrainien avec la dose requise de politique identitaire.

Pour ces couches sociales, il est bien plus important que Freeland devienne « la première femme secrétaire générale de l’OTAN » que le fait qu’elle soit un faucon de guerre déclaré et une nationaliste ukrainienne d’extrême droite qui décrit un important collaborateur nazi comme l’un de ses héros. Confrontée au dossier collaborationniste nazi de son grand-père en 2017, Freeland l’a qualifié de “désinformation russe”. Elle a rendu hommage à plusieurs reprises à Chomiak pour lui avoir enseigné la culture et le nationalisme ukrainiens.

Pendant son mandat de ministre des Affaires étrangères du Canada, Freeland a proclamé qu’Ottawa poursuivait une « politique étrangère féministe » en déployant des troupes en Lettonie, en formant des néonazis en Ukraine et en participant à des exercices de « liberté de navigation » dans la mer de Chine méridionale. En 2017, Freeland a annoncé une augmentation des dépenses militaires de plus de 70 % en une décennie et a prononcé un discours liminaire sur la nouvelle stratégie de défense du Canada qui citait la Russie et la Chine comme des « menaces » à la sécurité nationale.

Freeland entretient également des liens étroits avec la bureaucratie syndicale, que le gouvernement libéral du Canada considère comme un partenaire clé dans l’application de l’austérité pour payer la guerre et la répression de la lutte des classes. Depuis que la guerre a éclaté, Freeland a été invitée à prendre la parole à plusieurs conventions syndicales, dont la convention Teamsters 2022 en juin.

La nomination de Freeland au plus haut poste de l’OTAN n’est en aucun cas garantie. Depuis sa formation en 1949, l’alliance est traditionnellement dirigée par un Européen, tandis qu’un général américain occupe généralement le poste de commandant suprême allié en Europe.

La perspective qu’un Canadien et un Américain occupent les deux postes de tête de l’OTAN ferait sans aucun doute froncer les sourcils parmi les impérialistes européens, en particulier dans des conditions où l’Allemagne a saisi la guerre pour raviver ses ambitions de grande puissance mondiale. Ces tensions géopolitiques mises à part, les fauteurs de guerre à Washington, Ottawa, Berlin et Bruxelles pouvaient difficilement trouver une figure politiquement plus appropriée pour diriger leur alliance militaire de mort et de destruction que Chrystia Freeland.


Chrystia Freeland s’associe régulièrement à l’héritage, aux symboles et aux rituels des fascistes ukrainiens de la Seconde Guerre mondiale. En 2016, elle a conclu un discours d’ouverture à l’UCC en amenant ses membres à chanter la salutation banderite “Gloire à l’Ukraine! Gloire aux héros!” (Voir clip vidéo). Elle a parlé devant la Ligue des Ukrainiens Canadiens, qui a été fondée par des cadres de l’OUN (B) et de l’UPA en 1949, et se consacre à ce jour à la propagation du nationalisme ukrainien d’extrême droite et de la dévotion sectaire au fasciste Bandera.
L. Boulanger
5

« Je suis toujours impressionnée par votre rigueur, votre professionnalisme et à quel point vous pénétrez le sujet que vous exposez. Surtout, ne changez pas et continuez à nous informer avec autant de profondeur! Un grand et immense merci! »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
765860cookie-checkUn article de Roger Jordan : Qui est Chrystia Freeland, la candidate principale de Washington au poste de secrétaire général de l’OTAN ?
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
volto

Très bon article! Le Canada en 1945 comme les States récupère d’abominables nazis ukrainiens pour les futures guerres contre l’URSS!

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
1
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x