DOPE, Inc.: le livre de l’EIR qui a rendu fou Henry Kissinger — La guerre de l’opium de la Grande-Bretagne contre les États-Unis et le monde

J’ai récemment fait l’acquisition d’un ouvrage très important et reconnu internationalement pour le dévoilement qu’il fait des différentes ramifications entre la Couronne britannique, la Société fabienne, la City de Londres, ainsi que des individus tels que George Soros, Lord Jacob Rothschild, Bertrand Russell et Aldous Huxley pour ne nommer que ceux-ci. Il s’agit de l’édition originale du livre intitulé “Dope, Inc.: Britain’s Opium War Against the U.S.”, publié une première fois à New York en 1978. Comme l’écrit Joss Leblond sur la plateforme Goodreads, cet ouvrage est « un livre génial pour comprendre quelques mécanismes cachés de ce putain de monde et les vrais visages de ses acteurs (avant et jusqu’au 20ème siècle, pas après) ». Cet ouvrage important a connu plusieurs rééditions, sous différents titres, dont : “Dope, Inc.: The book that drove Henry Kissinger crazy” (1992) et “Dope, Inc.: Britain’s Opium War Against the World” (2010). Cette dernière édition comporte 752 pages que vous pouvez consulter ici. Un autre utilisateur écrit sur la plateforme Goodreads :

« Dope Inc. présente des arguments solides, non seulement en reliant les points et en théorisant, mais également en documentant de manière incontestable, que le commerce mondial de l’héroïne était et est toujours contrôlé par un réseau de pieuvres d’élites mondiales « respectables », y compris des aristocrates britanniques jusqu’à la Maison de Windsor, des banquiers juifs basés en Grande-Bretagne qui financent et blanchissent de l’argent pour les opérations liées à la drogue, une poignée de familles protestantes anglo-saxonnes blanches super riches de sang bleu de la région de la Nouvelle-Angleterre aux États-Unis, avec des subalternes comme la soi-disant mafia, les triades chinoises et montre également à quel point le trafic de drogue est étroitement lié au commerce de l’or et du diamant. Une autre chose que j’ai trouvée intéressante est la façon dont leurs serviteurs, comme les Bronfman et les Kennedy, ont gravi les échelons, passant du statut de gangsters peu recommandables à celui de serviteurs de haut niveau des élites. Les Bronfman se sont mariés avec les Rothschild et les Kennedy avec l’aristocratie britannique. »

Vous trouverez ci-dessous la traduction française d’un article de Jeffrey Steinberg, intitulé « The Book That Still Drives British Royals Mad Is Back », qui fut publié à l’origine dans le Vol. 37 No. 47 de la revue Executive Intelligence Review (EIR). Le dossier Dope, Inc. fut commandé par Lyndon H. LaRouche, Jr. (1922 – 2019), fondateur du Mouvement LaRouche et des revues Fusion et EIR. Voici ce que celui-ci écrivait dans la préface du livre “Dope, Inc.: Britain’s Opium War Against the U.S.”, en 1978 :

C’est avec une certaine fierté que nous dédions ce livre aux agents de renseignement et d’application des lois américains, souvent méconnus, qui sont si souvent, si obscurément, morts ou ont langui dans un emprisonnement immérité dans la guerre silencieuse des États-Unis contre le trafic de drogue illégal de la monarchie britannique vers notre pays.

Ce livre est publié avec des remerciements particuliers aux responsables des services de renseignement et des forces de l’ordre qui nous ont apporté une aide extraordinaire en recoupant les faits et en reconstituant l’histoire. Il s’agit notamment de responsables non seulement aux États-Unis, mais aussi de l’allié français de notre nation, ainsi que de patriotes au Canada, aigris contre ce que les Bronfman et d’autres ont fait à leur nation et à la nôtre.

Il n’est pas exagéré de résumer la situation ainsi : la seule comparaison valable pour le trafic de drogue britannique vers les États-Unis aujourd’hui est la guerre de l’opium menée par la monarchie britannique contre la Chine au XIXe siècle. Il y a plus qu’un parallèle. Les mêmes HongShang et d’autres intérêts bancaires qui ont développé leur richesse dans le commerce de l’opium en Chine sont impliqués dans le volet financier du trafic contre les États-Unis – aidés par les principaux éléments du lobby sioniste qui contrôlent le crime organisé aux États-Unis et dans les Caraïbes depuis. le début des années 1920.

Il s’agit d’une forme calculée de guerre politique menée par la monarchie britannique contre les États-Unis. Non seulement les intérêts financiers du Canada, de Hong Kong, de Singapour et des Antilles britanniques, basés à Londres, sont impliqués dans le retrait de dizaines de milliards des États-Unis – notre plus grande source de pertes de balance des paiements – mais il s’agit d’une guerre politique pré-calculée. Dans les années 1920, le maléfique directeur du renseignement britannique – et chef de la Société Aristote – Bertrand Russell a proposé cette utilisation de drogues comme une subversion politique. Parmi les collaborateurs les plus éminents de Russell dans cet effort se trouvait Aldous Huxley, coordinateur de l’introduction des substances psychédéliques auprès de la jeunesse américaine dans les années 1960.

La lutte contre les drogues illégales et contre les forces maléfiques de la « décriminalisation » n’est rien de moins qu’une guerre contre la Grande-Bretagne, dans le but de sauver notre jeunesse et notre nation de la destruction que la monarchie britannique nous a projetée.

➽ DOPE, Inc. : Le livre qui rend toujours fous les Royautés britanniques est de retour

Par Jeffrey Steinberg, décembre 2010

Pour la première fois depuis 1992, le best-seller clandestin des éditeurs de l’Executive Intelligence Review, qui a dévoilé le contrôle de la monarchie britannique sur le commerce illicite mondial de la drogue, Dope, Inc., est de nouveau imprimé. Progressive Press a publié une édition limitée d’un ouvrage élargi de Dope, Inc., publié pour la première fois en 1978, mettant à jour jusqu’en 2009 la longue et sordide histoire du contrôle vertical exercé par Londres sur le commerce illégal de la drogue, qui rapporte des milliers de milliards de dollars par an. L’édition mise à jour détaille l’explosion mondiale de l’héroïne et de l’opium en provenance d’un Afghanistan ravagé par une guerre de Trente Ans organisée par les Britanniques, et l’émergence des cartels de la drogue mexicains massivement armés, opérant librement, juste à la frontière américaine.

Le matériel actuel est tiré de la couverture exclusive et continue de l’EIR sur ces développements. Il met également en lumière le rôle de George Soros, de Londres, dans la promotion de la légalisation de la drogue aux États-Unis, alors qu’il dirige ses propres fonds spéculatifs offshore basés aux Antilles néerlandaises, pour siphonner les liquidités du marché noir à travers le système monétaire mondial.

Soros, dont la carrière a été lancée sur le capital de démarrage des Rothschild, est également l’un des nombreux canaux britanniques d’influence et de contrôle sur le président Barack Obama et le Parti démocrate, à travers son Open Society Institute et sa Democracy Alliance ; ce dernier, un club de milliardaires corrompus composé de gestionnaires de hedge funds et d’autres spéculateurs financiers liés au système offshore anglo-néerlandais.

Le moment parfait

Ce qui rend le timing de la nouvelle édition de Dope, Inc. si spectaculairement précis, c’est l’effondrement final et imminent du système financier mondial de l’actuel Empire britannique, très centré sur le Groupe Inter-Alpha, qui prospère grâce aux revenus de la drogue, comme les vampires prospèrent grâce au sang humain. Le Groupe Inter-Alpha, depuis sa création en 1971, en tant que cartel bancaire à l’échelle européenne dirigé par les cercles de Lord Jacob Rothschild, est au centre même de la City de Londres et de l’empire monétariste offshore de la monarchie britannique. À leur récent apogée, Inter-Alpha contrôlait 70 % des actifs bancaires mondiaux. Les milliards de dollars générés chaque année par l’argent de la drogue et d’autres fonds criminels, qui alimentent l’actuelle guerre de l’opium britannique contre le monde, constituent une partie vitale de ce système offshore. Et sans le système Inter-Alpha, les milliards de narcodollars n’ont nulle part où aller !

La relation symbiotique entre le système financier international centré sur la City de Londres et Dope, Inc. a été soulignée par Antonio Maria Costa, qui était jusqu’à récemment directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Après l’éclatement de la bulle financière mondiale en 2007-2008, Costa a souligné le rôle central joué par l’argent de la drogue, dans le maintien de ce système financier spéculatif sous assistance respiratoire.

Dans une interview accordée le 27 janvier 2009 à l’hebdomadaire autrichien Profil, Costa observait franchement : « Dans de nombreux cas, l’argent de la drogue est actuellement le seul capital d’investissement liquide pour acheter un bien immobilier, par exemple. Le plus gros problème du système bancaire et, par conséquent, ce capital liquide [des flux de drogue] est devenu un facteur important. » Sur le site Internet de l’ONUDC, Costa a souligné qu’« avec la crise bancaire qui étouffe les prêts, ces groupes criminels riches en liquidités sont devenus les seules sources de crédit ».

Alors que Costa a correctement identifié la dépendance du système financier aux revenus de la drogue provenant de ses plantations lointaines d’opium, de cocaïne et de marijuana, il a négligé de mentionner une autre caractéristique essentielle de l’appareil Dope, Inc., qui a des conséquences opérationnelles immédiates. Dope, Inc. dépend totalement des centres financiers offshore britanniques pour blanchir ses milliards de dollars de revenus criminels. Sans le contrôle hiérarchique de Londres sur ces centres offshore, Dope, Inc. s’étoufferait avec ses propres revenus.

Aujourd’hui, avec les événements qui se déroulent en Irlande, en Espagne, au Portugal, en Grèce et en Italie, l’ensemble du système Inter-Alpha est à bout de souffle. Et tout l’argent de la drogue sur la planète ne pourrait pas sortir les banquiers de leur état de faillite. Si le groupe Inter-Alpha, et tout ce qu’il représente, fait faillite, alors Dope, Inc. elle-même est condamnée.

La colère de la Couronne contre LaRouche

Depuis la publication en 1978 de la première édition de Dope, Inc., la famille royale britannique et l’ensemble de son appareil de renseignement et de courtisan se sont déchaînés contre Lyndon LaRouche, le fondateur et rédacteur en chef de l’Executive Intelligence Review (EIR), et l’homme qui a commandé le dossier Dope, Inc. en premier lieu.

Avant la publication de Dope, Inc., la maîtrise de la Grande-Bretagne sur le commerce mondial de la drogue était largement inconnue, malgré l’histoire des guerres de l’opium de la Compagnie britannique des Indes orientales contre la Chine au XIXe siècle. Les agences d’application de la loi et de renseignement du monde entier considéraient le commerce mondial de la drogue de bas en haut, comme une fonction de réseaux criminels clandestins agissant dans l’ombre. Même après l’effondrement en août 1971 du système de taux de change fixes de Bretton Woods de Franklin Roosevelt et l’explosion de la déréglementation bancaire qui a suivi, conduisant à l’émergence de centres financiers offshore tels que les îles Caïmans, les Antilles néerlandaises, les îles anglo-normandes, l’île de Man et à Dubaï, la présomption persistante était que l’argent de la drogue était blanchi à travers des valises remplies d’argent, déposé dans des casinos et passé clandestinement à travers les frontières dans les cales des navires et dans les compartiments cachés des voitures et des camions.

Si les banques étaient impliquées, c’était le résultat d’une corruption individuelle de la part des directeurs d’agences et des caissiers.

Dope, Inc. a bouleversé ce monde fantastique et a jeté une lumière vive sur le contrôle de Londres sur le commerce mondial de la drogue. Et, parallèlement au message selon lequel le blanchiment d’argent lié à la drogue est un processus descendant, conçu depuis la ville de Londres, Dope, Inc. a également abordé le motif stratégique derrière la promotion par la Grande-Bretagne des drogues destructrices d’esprit. Comme à l’époque des guerres de l’opium, l’objectif des Lords of Dope, Inc. était de soumettre des populations entières à une forme d’esclavage mental — ce que le britannique Fabien Aldous Huxley décrivait clairement comme un « camp de concentration de l’esprit ».

S’exprimant au nom de l’oligarchie britannique en 1961, Huxley a déclaré lors d’un auditoire à la faculté de médecine de l’Université de Californie à San Francisco :

« Il y aura, dans la prochaine génération, une méthode pharmacologique pour faire aimer aux gens leur servitude et produire une dictature sans larmes, pour ainsi dire. Produire une sorte de camp de concentration indolore pour des sociétés entières, de sorte que les gens, en fait, leurs libertés leur seront retirées, mais ils en profiteront plutôt, car ils seront distraits de tout désir de rébellion par la propagande, ou le lavage de cerveau, ou le lavage de cerveau renforcé par des méthodes pharmacologiques. Et cela semble être la révolution finale. »

Il s’agissait en fait de la politique britannique de longue date de Dope Inc. : éliminer la créativité humaine et détruire la possibilité d’un système d’État-nation souverain.

LaRouche et EIR se sont immédiatement attiré une haine profonde à l’égard de la Couronne britannique, dès le jour où Dope, Inc. est descendue dans la rue en 1979. En quelques mois, une campagne de calomnie, de chaos et de tentatives de meurtre a été lancée contre LaRouche, menant finalement à la poursuite et à l’emprisonnement de LaRouche en 1989, par le président anglophile George H.W. Bush.

Au cours de la guerre de Londres, pour faire taire son ennemi le plus puissant, ils ont nécessairement exposé un vaste réseau d’actifs et de dupes, de l’avocat de la mafia Roy Cohn à la Ligue anti-diffamation de B’nai Brith, en passant par le libertaire anglophile William F. Buckley Jr., à l’effrayant de Wall Street John Train, au dernier président de l’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev.

Retracer ces réseaux impliqués dans le ciblage de LaRouche et de ses associés ramenait toujours à la même adresse : la Couronne britannique !

L’« Empire brutal »

Comme Lyndon LaRouche l’a expliqué à maintes reprises au fil des années, le problème ne vient pas des habitants des îles britanniques, qui ont été autant que n’importe qui d’autre les victimes de l’empire. Le problème est « l’Empire brutal », l’appareil des institutions à charte de la Couronne, y compris la City de Londres et ses banques offshore, ses compagnies d’assurance, ses compagnies maritimes et ses sociétés commerciales ; l’appareil de propagande ; et la pénétration de Wall Street et de Boston, où des familles dirigeantes, comme la famille Weld du procureur fédéral, William Weld, ont fait fortune en tant que partenaires juniors de la British East India Company dans le commerce de l’opium, remontant à l’époque des clippers de l’époque. XVIIIe et XIXe siècles.

Il est normal que Dope, Inc. soit à nouveau accessible au public américain en ce moment. L’Empire britannique est à bout de souffle, alors que le Groupe Inter-Alpha lui-même se noie sous l’effondrement de la plus grande bulle financière de l’histoire, alors même que la guerre de l’opium de Londres contre l’humanité cible les nations de tous les continents avec ses poisons mortels. à une échelle sans précédent. Aujourd’hui plus que jamais, Dope, Inc. est un manuel de combat incontournable pour quiconque veut survivre à la désintégration imminente de cet empire maléfique et garantir que la civilisation ne s’effondrera pas avec lui.


Jacqueline Perrousset
5

« Merci encore pour toutes vos infos et les deux merveilleux livres La Société Fabienne et L"Arche de Gabriel qui désilleraient même les yeux d'un aveugle s'il acceptait de voir. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
975820cookie-checkDOPE, Inc.: le livre de l’EIR qui a rendu fou Henry Kissinger — La guerre de l’opium de la Grande-Bretagne contre les États-Unis et le monde
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
krista

Merci beaucoup, je n’en avais pas connaissance.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
1
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x