Voici une lettre ouverte adressée au peuple par Bert Olivier, professeur émérite de l’Université Nelson Mandela, intitulée : Le moment est venu

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Je partage avec vous une lettre ouverte au peuple de Bert Olivier, intitulé « Le moment est venu », publiée le 10 mai 2024 sur le site internet de Brownstone Institute. Bert Olivier travaille au Département de philosophie de l’Université de l’État libre (University of the Free State) à Bloemfontein, en Afrique du Sud. Celui-ci fait des recherches en psychanalyse, poststructuralisme, philosophie écologique et philosophie de la technologie, littérature, cinéma, architecture et esthétique. Son projet actuel est « Comprendre le sujet en relation avec l’hégémonie du néolibéralisme ».

Étudiant en licence, Bert Olivier a découvert la philosophie un peu par hasard, mais ne l’a jamais regretté. Parce que Bert en savait très peu, la philosophie s’est avérée être pour ainsi dire tout à fait dans son domaine, à cause de l’enseignement de Socrate, selon lequel la seule chose que nous savons avec certitude, c’est à quel point nous en savons peu. Armé de cette « docta ignorantia », Bert entreprit d’enseigner à ses étudiants la valeur du questionnement et découvrit même que l’on pouvait écrire de manière convaincante à ce sujet, ce qu’il fit dans les années 1980 et 1990 sur une variété de sujets, y compris une opposition à aparté. En plus de la philosophie, il enseigne et écrit sur ses autres grandes passions, à savoir la nature, la culture, les arts, l’architecture et la littérature.

Face aux nombreuses actions irrationnelles des gens, et désireux de les comprendre, il s’est ensuite lancé dans la psychanalyse et la théorie sociale, et parce que la philosophie cultive en chacun un sens aigu de la justice, il a plus récemment été en exploitant le peu de connaissances dont il dispose pour s’opposer intellectuellement aux injustices provoquées par le système économique dominant aujourd’hui, à savoir le capitalisme néolibéral. Sa devise est tirée de l’œuvre d’Emmanuel Kant : « Sapere aude ! » (Osez penser par vous-même !) En 2012, l’Université métropolitaine Nelson Mandela lui a décerné le titre de professeur émérite. Bert est attaché à l’Université de l’État libre (University of the Free State), en Afrique du Sud, en tant que professeur honoraire de philosophie.

album-art
Par Bert Olivier pour Brownstone Institute
00:00

Lettre ouverte au peuple : L’heure est venue

C’est le cœur lourd, mais plein d’espoir, que j’écris ceci. Après tout, il n’est pas facile d’admettre que l’on se trouve dans un lieu historique où l’on peut entrevoir rien de moins que la disparition possible, mais heureusement peu probable, d’une société caractérisée par la prédominance de la liberté. J’utilise le terme « prédominance » à bon escient, car la liberté n’est jamais absolue, mais toujours inscrite dans certaines limites sociales et juridiques, et tant que l’on agit dans le cadre de celles-ci (par exemple la constitution d’un pays), on peut dire qu’on est « libre ». Mais ce qui s’est produit au cours des quatre dernières années et quatre mois, sous la forme d’imposition de limites beaucoup plus strictes que jamais aux peuples du monde, est le signe avant-coureur de bien pire à venir ; en fait, cela préfigure la perte quasi totale de la liberté humaine. Cela pourrait même — et ce n’est pas exagéré — conduire à l’extinction de l’espèce humaine.

C’est cette idée de perdre la liberté dont nous jouissions autrefois, couplée à la considération que ce seraient nos enfants et petits-enfants qui souffriraient le plus sous le régime tyrannique qui est prévu, qui m’a incité à écrire cette lettre ouverte. Une « lettre ouverte » implique bien sûr qu’elle ne s’adresse à personne en particulier, mais à tout le monde en général ; Pourtant, paradoxalement, elle ne pourrait avoir un quelconque effet que si les personnes qui la lisent prenaient à cœur son « message ».

Quel est mon message ? C’est essentiellement une leçon de courage moral. Si vous avez fait l’autruche depuis 2020, il est temps de vous tenir debout et de reconnaître ce qui se passe dans le monde, à savoir un effort bien planifié et concerté pour asservir la grande majorité de l’espèce humaine, à l’exception de ceux qui le feront. être éliminés sans cérémonie – en plus de ceux qui sont déjà tombés sous la faux de la Faucheuse (ou devrais-je dire la seringue ?).

Ne pensez pas que, si vous êtes un parlementaire obéissant et jusqu’ici respectueux des lois de votre pays, ou si vous êtes un médecin qui a exécuté les instructions douteuses de votre supérieur médical (qui est redevable au Forum économique mondial ou à l’OMS), vous serez épargné. Vous ne ferez pas partie du club des « élites », appelées à tort, qui sont en fait des parasites ; c’est un club à adhésion fermée. En d’autres termes, il y a toutes les raisons de commencer à riposter, au lieu de participer au processus d’installation silencieuse d’un régime totalitaire juste sous votre nez. Arrêtez d’être lâche – un jour, les enfants de vos enfants auront honte de vous. Rendez-les plutôt fiers ! En 2021 déjà Brandon Smith écrivait :

« …la guerre est déjà à nos portes. Une personne a deux choix : se battre ou être réduite en esclavage. Il n’y a pas de troisième option. Il n’est pas possible de s’éloigner. Il n’y a pas de possibilité de s’en cacher et il n’y a pas de solution passive. »

Vous pourriez donc, si vous acceptez que nous devons tous mourir un jour, faire volte-face et découvrir en vous ce que vous ne saviez pas avoir : le courage. Ne pensez pas que des personnes courageuses telles que le Dr Naomi Wolf, Robert F. Kennedy, Jr., le Dr Joseph Mercola, le député britannique Andrew Bridgen et bien d’autres que je n’ai pas la place de nommer ici, sont suffisamment inhumaines pour être inconscient de la peur. Le courage ne signifie pas l’absence de peur, mais la capacité, aussi difficile soit-elle, d’agir malgré sa peur. Vous vous souvenez peut-être de cette chanson inspirante du film Le Roi et moi, où Anna chante :

Chaque fois que j’ai peur,
je garde ma tête droite
Et je siffle un air joyeux,
Pour que personne ne soupçonne
que j’ai peur.
En tremblant dans mes chaussures,
Je prends une pose insouciante
Et je siffle un air joyeux
Et personne ne sait
que j’ai peur.
Le résultat de cette tromperie
est très étrange à raconter,
Car lorsque je trompe les gens que je crains,
je me trompe aussi moi-même !
Je siffle un air joyeux,
Et à chaque fois
Le bonheur dans la mélodie
Me convainc que je
n’ai pas peur !
Fais-toi croire que tu es courageux
Et l’astuce te mènera loin ;
Tu peux être aussi courageux
Comme tu fais croire que tu l’es.

Cela peut ressembler à une simple romantisation de la peur, mais ce n’est pas le cas ; ce que cela signifie réellement, c’est que, face à un danger ou à une menace quelconque, il faut agir, et si cela nécessite d’agir comme si l’on était courageux, qu’il en soit ainsi. C’est le jeu des acteurs qui lui confère le sens du courage. Bien sûr, il existe une réaction de type « combattre ou fuir », génétiquement inhérente à chacun de nous sur des bases évolutives, comme le confirme le fait que la plupart des gens dans le monde ont, jusqu’à présent, choisi l’option « fuir » – pas nécessairement en le sens physique, mais psychologiquement, en continuant comme d’habitude, comme si de rien n’était. Mais réfléchissez-y : si fuir dans une situation dangereuse signifie simplement que vous serez coincé plus tard, sans nulle part où fuir, ne vaut-il pas mieux prendre position maintenant ?

Cela ne garantit pas qu’aucune mesure de rétribution ne sera prise à votre encontre par votre ou vos antagonistes — ou par les lâches qui les servent — bien entendu. Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais en ce qui me concerne, je préfère courir ce risque plutôt que de ne pas pouvoir faire face à mes amis et à ma famille, simplement parce que je suis entré dans un état de déni alors que je savais, au fond de moi, qu’il y avait quelque chose de pourri dans l’État du Danemark.

Il est facile de se tromper en croyant que tout va vraiment bien et que bientôt les signes qui donnent un sentiment de malaise disparaîtront et que la vie redeviendra parfaite. Cependant, à l’heure actuelle, n’ignorez PAS ces signes révélateurs ; quelque chose ne va vraiment pas dans le monde, et si vous souhaitez vraiment revenir à un semblant de normalité et de civilité, regardez la vérité en face et sifflez cet air joyeux en prélude à l’action. Nous avons atteint le point où tout est en jeu — non seulement nos vies, mais aussi notre avenir et celui de nos descendants en tant que citoyens libres.

Bien que l’ampleur de la menace actuelle contre notre liberté soit vaste, dépassant tout ce qui a existé auparavant dans l’histoire, ce n’est pas la première fois que des gens doivent décider de résister ou de se révolter contre une telle menace. Pendant la Seconde Guerre mondiale, par exemple, ce ne sont pas seulement les soldats qui ont dû rassembler leur courage sur le champ de bataille pour s’opposer et anéantir la menace que le fascisme représentait pour le monde, lorsque [six millions] de Juifs ont été assassinés dans les fameuses chambres à gaz d’Auschwitz, Dachau et d’autres camps de la mort, sans parler des millions d’autres personnes qui ont péri dans d’autres pays comme la Russie.

De nombreuses âmes courageuses ont par exemple rejoint les mouvements de résistance dans les pays occupés par les nazis, sachant pertinemment que si elles étaient appréhendées, elles seraient probablement exécutées. Même un individu membre du parti nazi – Oskar Schindler – a eu le courage de concevoir un plan pour sauver les Juifs de son industrie (en Pologne) d’une mort probable. Son histoire a été capturée dans le film La Liste de Schindler (basé sur un roman historique), réalisé par Steven Spielberg, et il transmet les risques ainsi que le courage qu’il a fallu pour mener à bien un projet aussi audacieux.

La liste des individus connus qui ont risqué leur vie dans une lutte pour la liberté tout au long de l’histoire ne s’arrête pas là, et il est salutaire de rappeler certains d’entre eux. Il s’agit notamment de Dietrich Bonhoeffer, le théologien allemand, qui s’est révolté contre les nazis et a été assassiné par eux, et de Spartacus, le gladiateur qui s’est rebellé contre la puissance de Rome pour libérer les esclaves de leur joug inhumain. Nous pouvons ensuite ajouter le Mahatma Gandhi, Steve Biko et bien d’autres, qui illustrent tous leur volonté de se battre pour leur liberté. Ce qu’ils avaient tous en commun, c’était de se rebeller contre un oppresseur facile à identifier, mais pas si facile à vaincre.

Aujourd’hui, il est beaucoup plus difficile d’identifier ceux qui sont en train d’exécuter la (tentative) de coup d’État mondial, simplement parce qu’ils font tout leur possible pour déguiser tout ce qu’ils font comme étant d’une manière ou d’une autre bénéfique pour l’humanité, alors qu’en fait, c’est exactement le contraire. Si vous avez régulièrement été trompé par les idiots (tels que les grands médias) au service du Nouvel Ordre Mondial, apprenez à rechercher des sources d’information alternatives, telles que Global Research, Redacted, The People’s Voice, Children’s Health Defense, The Daily Clout et ZeroHedge.

On nous a dit que les villes en 15 minutes, par exemple, sont la voie à suivre pour atténuer la « crise climatique ». Les preuves suggèrent cependant qu’il s’agit là d’une dissimulation de l’intention du FEM, d’utiliser les limites délimitant les carrés de 15 minutes, non pas comme des marqueurs que les gens pourraient traverser librement s’ils le souhaitent, mais comme des barrières électroniques permanentes pour limiter arbitrairement nos mouvements. Êtes-vous prêt à accepter cela ? Et si c’est le cas, réalisez-vous que, dès que votre liberté de mouvement vous est retirée, vous vivez en réalité dans des conditions totalitaires ?

Il existe plusieurs autres moyens par lesquels les technocrates déterminés à contrôler la population mondiale souhaitent le faire, comme certains d’entre vous le savent peut-être. Mon plaidoyer pour vous est qu’une fois que vous en avez pris conscience, vous refusez fermement de vous laisser tromper et de croire aux mensonges des organisations qui composent le Nouvel Ordre Mondial — principalement le FEM, l’OMS et les Nations Unies.

Surtout, NE VOUS CONFORMEZ PAS. Si nous avions tous pratiqué le non-respect des règles pendant la « pandémie » de Covid — qui n’était pas une véritable pandémie, mais un essai pour un régime totalitaire — les « autorités » n’auraient pas pu faire grand-chose. Mais trop de personnes ont choisi de s’y conformer, laissant ceux qui ne l’ont pas fait vulnérables. Même si une nouvelle « pandémie » devait être déclarée, ne vous conformez pas et n’acceptez pas un autre soi-disant « vaccin » – il est pratiquement certain qu’il vous tuera intentionnellement. Découvrez plutôt comment vous pouvez vous protéger contre un agent pathogène à partir de sources d’information alternatives et fiables, telles que le site internet du Dr Mercola ou America’s Frontline Doctors.

Cette lettre ne s’adresse pas seulement aux gens ordinaires et éveillés qui ont souffert de la tyrannie naissante ; après tout, les « peuples du monde » comprennent ceux qui ont capitulé devant les menaces et le chantage qui leur ont fait croire qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de « jouer le jeu », sous peine de perdre leur emploi ou même leur vie. J’ai une nouvelle pour vous : il y a toujours une alternative aux menaces des autres, et cette option est celle où se trouve votre salut, où votre conscience ne vous harcèlera plus de sa voix silencieuse, vous rappelant que vous n’auriez pas dû céder à ceux qui veulent vous enrôler comme un allié dans leur quête de contrôle du monde. Voulez-vous reconquérir votre liberté ? Alors, faites-le. Ne pas choisir la liberté présuppose toujours la liberté de choix.

Si vous faites partie de ces pathétiques membres du Parlement britannique qui sont restés silencieux tandis que la seule âme courageuse de la Chambre, Andrew Bridgen — la voix de la raison, s’il en est une, et la conscience de tout le Royaume-Uni, comme c’était — a appelé ses collègues parlementaires à reconnaître que les « vaccins » contre le Covid ne sont pas vraiment des vaccins et tuent en grand nombre — c’est pourquoi ils devraient être suspendus immédiatement — ​​profitons de l’occasion lorsqu’elle se présentera à nouveau pour se lever et déclarez votre solidarité avec M. Bridgen. Vous pourriez être surpris de constater que d’autres pourraient emboîter le pas. Dites que vous ne pouvez plus garder le silence.

Il en va de même au Parlement européen, où quelques individus courageux et consciencieux ont pris position contre les tyrans, en particulier contre l’OMS et sa tentative de forcer l’humanité à conclure un « traité sur la pandémie » qui lui donnerait un pouvoir sans précédent sur tous les peuples du monde. monde, suspendant de fait la souveraineté de tous les pays membres. Cette inimitable guerrière intrépide et féroce au nom de tous les citoyens du monde, l’Allemande Christine Anderson, devrait être distinguée pour sa position inébranlable contre l’OMS et l’empire du mal dirigé par Klaus Schwab, le malveillant potentiel empereur du Nouvel Ordre Mondial. Si nous pouvions tous suivre son exemple, le monde serait bientôt libéré.

Je lance donc un appel à tous ceux d’entre vous — en particulier ceux qui ont jusqu’à présent vécu dans le déni — qui liront cette lettre ouverte, pour qu’ils trouvent la force d’âme, la résilience et, par-dessus tout, le courage et la foi en eux-mêmes, afin que nous puissions réussir à débarrasser le monde de la coterie malfaisante de technocrates néo-fascistes qui se cachent sous l’égide de l’ONU, du FEM et de l’OMS, de sorte que nous puissions réaffirmer nos droits et devoirs éthiques et politiques les uns envers les autres dans un monde voué à la paix au lieu d’une guerre intestine à de nombreux niveaux. L’humanité a toujours lutté pour la paix en tant qu’idéal ; cela vaut la peine de le faire à nouveau.



Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Eric Paquet
5

« J'en profite pour vous féliciter pour votre travail de recherche. C'est toujours éclairant de vous lire, d'autant plus que vous prenez la peine de bien vérifier vos infos. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
1110160cookie-checkVoici une lettre ouverte adressée au peuple par Bert Olivier, professeur émérite de l’Université Nelson Mandela, intitulée : Le moment est venu
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x