Le livre « La treizième tribu : l’empire Khazar et son héritage », par Arthur Koestler. Les Khazars détruisent-ils le plan de Dieu pour les Juifs ?

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Il y a un peu plus de un an, j’ai fait l’acquisition de l’édition originale du livre de Arthur Koestler, intitulé “The Thirteenth Tribe: The Khazar Empire and its Heritage” (La Treizième Tribu : L’Empire khazar et son héritage), publié une première fois en 1976 par la maison d’édition Random House à New York. Auteur et journaliste, Arthur Koestler est né le 5 septembre 1905 à Budapest de parents juifs, Henrik et Adele Koestler (née Jeiteles). En 1931, Koestler rejoint le Parti communiste allemand, mais il démissionne en 1938 après avoir été déçu par le stalinisme. Après avoir déménagé en Grande-Bretagne en 1940, il publie son roman “Darkness at Noon”, un ouvrage antitotalitaire qui lui vaut une renommée internationale. Au cours des 43 années suivantes, Koestler épousa de nombreuses causes politiques et écrivit des romans, des mémoires, des biographies et de nombreux essais. En 1949, Arthur Koestler a commencé à travailler secrètement avec un département de propagande anticommuniste britannique de la guerre froide connu sous le nom d’Information Research Department (IRD), qui republierait et distribuerait nombre de ses œuvres et financerait également ses activités. En 1968, il reçoit le prix Sonning « pour [sa] contribution exceptionnelle à la culture européenne ». En 1972, il est nommé Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique (CBE).

Dans “La Treizième Tribu : L’Empire khazar et son héritage”, Koestler avance la thèse selon laquelle les Juifs ashkénazes ne descendent pas des Israélites historiques de l’Antiquité, mais des Khazars, un peuple turc originaire et peuplant un empire au nord et entre la mer Noire et la mer Caspienne. L’hypothèse de Koestler est que les Khazars – qui se sont convertis au judaïsme au VIIIe siècle – ont migré vers l’ouest, vers l’actuelle Europe de l’Est (principalement l’Ukraine, la Pologne, la Biélorussie, la Lituanie, la Hongrie et l’Allemagne) aux XIIe et XIIIe siècles, lorsque l’empire Khazar s’effondrait. Koestler a utilisé comme sources les travaux antérieurs de Douglas Morton Dunlop, Raphael Patai et Abraham Polak. Koestler a soutenu qu’une preuve que les Juifs ashkénazes n’ont aucun lien biologique avec les Juifs bibliques éliminerait la base raciale de l’antisémitisme européen.

À la fin du dernier chapitre du livre, Koestler résume ainsi le contenu et ses intentions : « Dans la première partie de ce livre, j’ai tenté de retracer l’histoire de l’empire Khazar en me basant sur les rares sources existantes. Dans la deuxième partie, chapitres V-VII, j’ai compilé les preuves historiques qui indiquent que la majeure partie de la communauté juive orientale — et donc de la communauté juive mondiale — est d’origine khazare-turque plutôt que sémitique. Dans le dernier chapitre, j’ai essayé de montrer que les preuves de l’anthropologie s’accorde avec l’histoire pour réfuter la croyance populaire selon laquelle une race juive descendrait de la tribu biblique. »

Je partage ci-dessous deux textes du révérend Theodore Winston Pike, le premier datant du 28 août 2013 intitulé “Les « juifs » sont-ils vraiment khazars ?”, et le second du 18 mai 2006 intitulé “Les Khazars : détruisent-ils le plan de Dieu pour les Juifs ?”. Mais avant cela, j’aimerais faire remarquer que le nom Ashkénazes dérive de la figure biblique d’Ashkenaz, premier fils de Gomer, fils de Japhet, fils de Noé et patriarche japhétique de la Table des peuples (Genèse 10). Selon le récit biblique, Noé a une femme et trois fils : Sem, Cham et Japhet. Ashkenaz est le petit-fils de Japhet qui est à l’origine des peuples d’Eurasie japhétique. En effet, Japhet serait le père des Européens, bien que l’adjectif « japhétique » ait parfois été utilisé comme synonyme de « caucasien ». tandis que Sem (Sam ou Sém) est le père des peuples sémites dont descend le patriarche Abraham, lui-même l’ancêtre des Hébreux (Isaac) et des Arabes du nord (Ismaël). Si l’on se fie aux textes bibliques, les Ashkénazes — qui constituent avec les Séfarades et les Mizrahim l’un des principaux groupes ethniques juifs — n’ont rien en commun avec le patriarche Abraham et les sémites, puisqu’ils descendent du patriarche Ashkenaz dont les descendants furent d’abord associés aux cultures scythes, puis plus tard aux territoires slaves et, à partir du XIe siècle, à l’Allemagne et à l’Europe du Nord, ou au peuple indo-européen.

En définissant les origines des Ashkénazes, Alan Brook déclare dans son livre “The Jews of Khaz­aria” (Les Juifs de Khazarie) que « la situation géographique des Ashkénazes, basée sur les références de la Torah, peut être centrée autour du sud de la Russie, de l’Arménie et de l’Asie Mineure. Les Ashkaenoi (askae ou Askai) étaient le peuple également connu sous le nom de Phrygiens ou Mysiens (Meshech). » Certains historiens affirment que le nom Ashkenaz s’applique exclusivement aux Juifs allemands. Cependant, des preuves plus récentes montrent qu’ils avaient immigré des régions du sud de la Russie, de l’Asie occidentale et de l’Asie Mineure — cette région clairement identifiée comme étant le lieu et l’origine des anciens Khazars. Le nom désignait à l’origine les Iraniens et fut plus tard donné comme nom du dieu de Meshech, Men Askaenos. « Il convient également de souligner », ajoute Brook, « qu’Ashkenaz n’est devenu une désignation juive définitive pour l’Allemagne qu’au XIe siècle. »

« Selon l’explication du Talmud », écrit Hugo Freiherr dans son livre “Die Chasaren: Historische Studie“, « Ashkenaz désigne donc un pays proche de la mer Noire entre l’Ararat et le Caucase, dans la région originelle de l’empire Khazar. » Là encore, c’est précisément la localité géographique de l’empire Khazar. L’observation talmudique est appuyée par l’Écriture qui nomme Ashkenaz comme descendant non pas de Sem mais de Japhet en passant par Gomer, et dont les oncles étaient Magog et Tubal (Genèse 10:3). Selon le généticien et bioinformaticien israélo-américain, Eran Elhaik, une étude historique du nord-est de la Turquie « a révélé quatre anciens villages – Iskenaz, Eskenaz, Ashanaz et Ashkuz – dont les noms dérivent du mot Ashkenaz, tous regroupés à proximité de la Route de la Soie – l’ancien réseau de routes commerciales. Et il est probable que ce soient ces villages qui marquent l’emplacement des terres perdues d’Ashkenaz. » (Réf.: “Unearthing Biblical Ashkenaz, the motherland of Ashkenazic Jewry and Yiddish“)

Ashkenaz (orthographe alternative : Ashchenaz) n’est mentionné que dans un seul écrit biblique autre que 1 Chroniques 1:5, qui n’est qu’une autre référence à la généalogie comme descendant de Japhet. Dans le livre du prophète Jérémie, Dieu annonce qu’Israël doit faire appel à d’autres nations comme alliées pour porter ses jugements contre Babylone. Parmi ces alliés, qui ne font pas partie d’Israël ou de Juda et ne peuvent donc pas être comptés parmi les Juifs, se trouve Ashchenaz : « Elevez une bannière dans le pays! Sonnez de la trompette parmi les nations! Préparez les nations contre elle, Appelez contre elle les royaumes d’Ararat, de Minni et d’Aschkenaz! Etablissez contre elle des chefs! Faites avancer des chevaux comme des sauterelles hérissées! » (Jérémie 51:27) L’historien israélien, Shlomo Sand, écrit dans son livre “Comment le peuple juif fut inventé” : « La tendance courante des convertis à rechercher, par tous les moyens, une filiation directe avec les pères du mythe fondateur biblique n’a pas épargné nombre des fils de Khazars, qui eux aussi préférèrent s’imaginer comme des juifs descendant des tribus d’Israël. »


Introduction du révérend Ted Pike

L’article ci-dessous est une transcription éditée de mon étude biblique enregistrée sous ce titre sur Truthtellers.org. Il répond largement à une curiosité sans précédent quant aux origines possibles des Khazars de la communauté juive « ashkénaze » européenne. Cet intérêt résulte en grande partie des recherches génétiques du Dr Eran Elhaik, publiées dans la prestigieuse revue scientifique Genome Biology and Evolution en janvier dernier [2013], ainsi que d’une interview de Ha’aretz avec Elhaik. Je considère également le nouveau livre de Texe Marr sur ce sujet et j’ai inclus de nombreuses parties de mon article de mai 2006, « Les Khazars : détruisent-ils le plan de Dieu pour les Juifs ? »

Depuis plus d’un siècle, les sionistes religieux prétendent que les Juifs modernes ont droit à la Palestine parce qu’ils sont des descendants légitimes d’Abraham. Les chrétiens et les juifs fervents croient tous deux que la légitimité d’Israël dépend d’une race juive relativement pure.

C’est pourquoi le livre de 1976 du romancier juif Arthur Koestler, La Treizième Tribu, fut une bombe politique et théologique. Koestler révèle comment la nation eurasienne centrale de Khazarie s’est convertie au judaïsme en 740 après JC. Environ un million de guerriers et de commerçants huns/turcs sont devenus au moins aussi pieux que les vrais Juifs (sépharades/orientaux) d’aujourd’hui, dont les lignées génétiques remontent à Abraham. Les Khazars se convainquirent bientôt qu’ils étaient d’authentiques Juifs. Aujourd’hui, affirme Koestler, la plupart des « Juifs » dans le monde descendent principalement de ces anciens Turcs, et non d’Abraham !

Qu’est-ce que cela signifie pour des millions de chrétiens américains désireux de bénir les enfants d’Abraham ? Cette corruption Khazar du sang juif a-t-elle également corrompu le plan de Dieu pour la rédemption ultime d’un reste juif repentant ?

Dans ce rapport spécial, je conclus que la fusion des Khazars est un fait historique mais qu’elle n’a pas du tout détruit le plan de Dieu pour les Juifs. Loin de là! La conversion d’un million de Gentils asiatiques contribue en réalité à accomplir les prophéties bibliques.


➽ Les « juifs » sont-ils vraiment khazars ?

Par Ted Pike, 28 août 2013

Le Dr Eran Elhaik est un généticien de classe mondiale au centre médical Johns Hopkins. Ses recherches sur les origines juives ont donné naissance à une thèse bouleversante. Il est tout à fait d’accord avec Koestler selon lequel la majorité des Juifs d’aujourd’hui ne peuvent revendiquer aucune ascendance à Abraham. Ce sont principalement des descendants des Khazars. Depuis Koestler en 1976, aucun universitaire n’a remis en question avec autant de succès les « faits » acceptés sur les débuts de la communauté juive moderne d’Europe de l’Est (« ashkénaze »).

Dans une interview avec Ha’aretz en décembre 2012, Elhaik a déclaré que ses recherches génétiques révèlent de manière décisive que « les Juifs d’Europe centrale (principalement polonais) sont à 38 % Khazar tandis que les Juifs d’Europe de l’Est (principalement russes) sont à 30 % Khazar. » Pourtant, il affirme que d’autres composantes génétiques incluent celles d’origine moyen-orientale dont la source est probablement mésopotamienne, bien qu’il soit possible qu’une partie de cette composante puisse être attribuée aux Juifs israéliens. (Cela pourrait inclure des Juifs authentiques qui furent transportés à Babylone au VIe siècle avant JC par Nabuchodonosor et y prospérèrent pendant 1 600 ans). Une telle influence génétique n’est cependant pas assez forte, dit Elhaik, pour suggérer une origine moyen-orientale ou israélienne des Juifs ashkénazes. Mais il affirme qu’il existe des preuves génétiques très solides liant les Juifs d’Iran, du Caucase, d’Azerbaïdjan et de Géorgie aux Juifs européens, c’est-à-dire à ceux dont les ancêtres sont des Khazars. Elhaik rejette l’hypothèse du « Rheinland » selon laquelle les Juifs d’Allemagne et d’Occident auraient migré vers la Pologne et l’Europe de l’Est vers le XVe siècle après J.-C., créant en seulement cinq siècles une population ashkénaze européenne d’environ 11 millions. Il dit que les Khazar Ashkénazes de l’Est n’ont aucune similitude génétique avec les Sépharades de l’Ouest qui étaient censés les avoir largement aidés à les engendrer.

… parmi les différents groupes de Juifs européens et non européens, il n’y a pas de liens de sang ou de famille. Les différents groupes de Juifs dans le monde d’aujourd’hui ne partagent pas une origine génétique commune. Nous parlons ici de groupes très hétérogènes et liés uniquement par la religion.

Il dit : « Le génome des Juifs européens est une mosaïque de peuples anciens et son origine est en grande partie Khazar. » Elhaik maintient la séparation rigide entre les Juifs sépharades relativement authentiques de l’Ouest et les Khazar Ashkénazes de l’Est. Il s’agit d’une distinction soulignée pour la première fois par Koestler et réitérée dans mon livre largement diffusé “Israël: Our Duty, Our Dilemma” (Israël : notre devoir, notre dilemme) et dans la vidéo “The Other Israel” au milieu des années 1980.

Le livre de Marrs dit que « les Juifs sont des Khazars »

Le travail d’Elhaik a inspiré mon ami et leader chrétien antisioniste Texe Marrs à écrire un nouveau livre, “DNA Science and the Jewish Bloodline” (La science de l’ADN et la lignée juive). Ainsi, aujourd’hui, lorsque vous voyez un « Juif », vous rencontrez en réalité un Khazar qui pratique le judaïsme. Le Khazar n’a pas de sang israélite. Ses ancêtres ne sont pas les Israélites de la Bible.

Mais nous devons nous rappeler que, au moins depuis l’époque de Salomon, les Juifs ont émigré hors de Palestine. L’histoire rapporte qu’après la destruction de Jérusalem en 70 après JC, la dispersion des Juifs racialement authentiques vers l’Est et l’Ouest s’est poursuivie pendant au moins 1 300 ans, bien avant toute possibilité de mariages mixtes significatifs avec les Khazars. Les descendants de la diaspora juive, bien qu’ils ne soient qu’une minorité et avec divers degrés de mélange de gentils, existent toujours, principalement les Juifs orientaux « Mizrahim » du Yémen, d’Iran, d’Afrique du Nord, etc. et les Juifs séfarades d’Europe et d’Israël. Les Sépharades constituent à eux seuls jusqu’à 16 % de la population juive mondiale et plus de la moitié des Juifs religieux en Israël aujourd’hui. En Israël, ils composent le parti Shas à la Knesset et sont généralement orthodoxes, antichrétiens et anti-arabes.

Pourtant, Marrs donne l’impression dominante que les Juifs dans leur ensemble sont des Khazars et Elhaik le prouve. En fait, Elhaik affirme seulement que les Ashkénazes européens, qui représentent 83 à 85 % de la communauté juive mondiale, sont majoritairement Khazars. Le fait qu’il existe aujourd’hui près de 3 millions de Juifs authentiques contredit l’impression générale que donne Marrs selon laquelle les Juifs racialement authentiques ont pratiquement disparu et que tous les Juifs d’aujourd’hui sont des Gentils.

Les Khazars détruisent-ils les prophéties bibliques ?

Comment alors la thèse d’Elhaik selon laquelle la plupart des Juifs d’aujourd’hui sont des hybrides juifs/Khazars a-t-elle un impact sur la prédiction souvent répétée de la Bible selon laquelle le Christ rachètera un reste de Juifs repentants lors de sa seconde venue ? Cela confirme la Bible. Bien qu’il s’agisse d’une surprise eschatologique de grande ampleur, l’infusion des Khazars dans le judaïsme ne fait aucune violence au plan global à long terme de Dieu pour le jugement ultime et la rédemption d’une minorité de Juifs repentants.

Alors que les Hébreux approchaient de la Terre Promise il y a 3 500 ans, Dieu les avertit qu’ils avaient le choix : obéir à Dieu et être bénis et habiter dans ce pays, ou lui désobéir et être maudits et exilés. L’une des nombreuses façons dont Dieu a dit qu’Il ​​maudirait une nation juive désobéissante est de la garder très petite. « Après avoir été aussi nombreux que les étoiles du ciel, vous ne resterez qu’un petit nombre, parce que tu n’auras point obéi à la voix de l’Eternel, ton Dieu. » (Deutéronome 28:62)

Israël n’a pas obéi à Dieu. Elle a crucifié son Seigneur et époux spirituel, Jésus-Christ, en criant : « Que son sang soit sur nous et sur nos enfants ! » Pour leur désobéissance, les Juifs encourirent la malédiction de rester en petit nombre. Cette malédiction reste en vigueur aujourd’hui.

Pendant l’Exode, la population hébraïque était d’environ 2 millions, et atteignit environ 5 millions et demi à l’époque de David, 500 ans plus tard. Quelle est aujourd’hui la population des Juifs descendants de la tribu de Juda et de Benjamin ? 2 950 000. Étonnamment, après trois millénaires et demi, les Juifs authentiques ne sont plus que 950 000 de plus que lorsque Moïse les a fait sortir d’Égypte ! Cela représente un gain de moins de 300 nouvelles personnes par an.

Comparez cette croissance démographique anémique avec la postérité d’un autre descendant d’Abraham : Ismaël. Le père du monde arabe était le fruit de l’union d’Abraham avec la servante de Sarah, une Égyptienne de souche hamitique et non sémitique. Contrairement aux descendants de Juda, racialement authentiques mais rebelles, Dieu a dit qu’Il ​​magnifierait les descendants du métis Ismaël. «… L’ange de l’Eternel lui dit: Je multiplierai ta postérité, et elle sera si nombreuse qu’on ne pourra la compter. » (Genèse 16:10) Quelle est la population du monde arabe aujourd’hui ? Entre 200 et 300 millions ! À 250 millions, cela représente une augmentation de 62 500 par an ! En vérité, la promesse de bénédiction et de malédiction de Dieu ne pourrait pas être accomplie avec plus de puissance.

La malédiction de la petitesse qui s’accroche aujourd’hui à la communauté juive racialement authentique n’est pas une faiblesse héréditaire. L’Exode rapporte que lorsque Dieu avait du « respect » pour les Hébreux, ils jouissaient de pouvoirs de reproduction prolifiques. Ils sont passés de quelques centaines à plusieurs millions 400 ans plus tard.

Aujourd’hui, l’incapacité des Juifs à suivre le rythme phénoménal de la reproduction arabe est une source de frustration chronique pour le peuple israélien et ses dirigeants.

Copie d’une lettre, soi-disant adressée à Ḥasday b. Šapruṭ, d’un juif khazar décrivant la conversion des Khazars au judaïsme. Parfois connu sous le nom de « texte de Schechter ». [Université de Cambridge]

Israël sera opprimé

Dieu a également menacé que des « étrangers » gouverneraient perpétuellement Israël si celui-ci n’obéissait pas. « L’étranger qui sera au milieu de toi s’élèvera toujours plus au-dessus de toi, et toi, tu descendras toujours plus bas; il te prêtera, et tu ne lui prêteras pas; il sera la tête, et tu seras la queue. » (Deutéronome 28:43-44) En 740 après J.-C. (ou, comme le prétendent certains experts, environ un siècle plus tard), des “étrangers” Khazars ont envahi le judaïsme dans une étrange tournure du jugement divin. Ils ne l’ont pas fait territorialement mais spirituellement et génétiquement. Les Khazars se sont approprié le Talmud et la Cabale (Zohar), les promesses d’Abraham et même le nom de « Juif ». Regroupant une population mondiale désormais estimée à 11,2 millions, les Ashkénazes modernes, la principale force derrière le sionisme du XXe siècle, dominent l’autorité gouvernementale, militaire, économique et religieuse d’Israël. Les 950 000 Juifs authentiques (sépharades) en Israël, trois fois moins nombreux, sont largement exclus et discriminés par la majorité Khazar au pouvoir, qui compte environ 3,7 millions de personnes. Les frictions couvent entre les deux groupes.

Dans son livre, “The Life of an American Jew in Racist, Marxist Israel” (La vie d’un juif américain dans un Israël raciste et marxiste), l’Américain ashkénaze Jack Bernstein raconte la discrimination dont il a été victime après avoir épousé une sépharade. Il dit qu’à côté des Arabes et des chrétiens, les Sépharades sont les plus victimes de discrimination en Israël.

Les Khazars rendent possible le contrôle juif du monde

Ainsi, nous avons une énigme au sein de l’Écriture Sainte qui est résolue par l’infusion Khazar : Dieu prévient que les Juifs deviendront le plus petit des peuples à cause de leur désobéissance. L’Écriture prophétise également que les Juifs rebelles donneront naissance à Babylone la Grande, qui contrôlera le monde par les Juifs, un exploit bien au-delà des capacités de l’actuelle minorité séfarade/orientale.

De toute évidence, Dieu a décidé de permettre aux prosélytes khazars très doués et prolifiques de Pologne et de Russie de devenir les défenseurs les plus passionnés du judaïsme, développant la Cabale, créant la franc-maçonnerie, le socialisme et la révolution mondiale. Ils portent désormais l’essentiel du fardeau de la corruption et de la destruction de la civilisation afin qu’un nouvel ordre mondial juif puisse être établi sous la direction du faux messie d’Israël, l’Antéchrist. Les bolcheviks juifs qui ont engendré le communisme et le libéralisme étaient ashkénazes. Tous les magnats juifs des médias d’Hollywood qui corrompent l’Amérique et le monde sont des Ashkénazes, tout comme ceux qui contrôlent Wall Street et la Réserve fédérale, dominent le Congrès et encerclent Obama et la Maison Blanche. Ainsi, depuis la Pologne khazare, le Talmud juif et le rêve de révolution et de contrôle du monde de la Kabbale ont inondé les nations.

Mais Dieu sera fidèle à sa promesse, abondamment consignée dans les Écritures, de châtier Israël apostat, y compris ses convertis Khazars. L’Antéchrist se retournera contre la grande prostituée Israël, détruisant le contrôle mondial sioniste. Il persécutera impitoyablement tous les Juifs, racialement purs ou non, avec les plus grandes souffrances de l’histoire de l’humanité. Une minorité de Juifs se repentiront de la Grande Tribulation et se tourneront vers Christ lors de sa seconde venue. Dieu est très précis sur le fait qu’à ce moment-là, l’honneur de servir Jésus comme prêtres dans son royaume millénaire ne reviendra pas seulement aux descendants authentiques de Juda, les Sépharades, mais, comme Il le promet dans Ézéchiel 47:22, « Vous le diviserez en héritage par le sort pour vous et pour les étrangers qui séjourneront au milieu de vous, qui engendreront des enfants au milieu de vous; vous les regarderez comme indigènes parmi les enfants d’Israël; ils partageront au sort l’héritage avec vous parmi les tribus d’Israël. »

Dieu n’en a pas fini avec les Juifs

Pourquoi Marrs ne parvient-il pas à souligner l’existence de près de 3 millions de Juifs génétiquement authentiques ? C’est parce qu’il veut supprimer l’obligation envers les Juifs en tant que facteur de la pensée chrétienne. En tant qu’antisioniste et partisan de la théologie du remplacement, il considère la vénération continue, presque adoratrice, des juifs et d’Israël par les chrétiens comme la principale raison de l’ascension du pouvoir suprémaciste juif dans le monde d’aujourd’hui. Il croit que l’abandon de toute alliance entre Dieu et les Juifs et, à la place, le fait de donner de telles bénédictions à l’Église (comme il prétend que Galates 3 l’encourage) est le moyen le plus sain et le plus direct de réduire l’influence sioniste sur les évangéliques et le monde occidental. .

Mais l’existence des Juifs sépharades/orientaux, qui accomplissent parfaitement la malédiction divine de la petitesse et de l’oppression par les Khazars ashkénazes, est d’une importance vitale. Elle nous rappelle que Dieu n’en a pas fini avec les Juifs sur le plan racial, national et de l’alliance. Bien que Dieu ait greffé spirituellement les Gentils qui croient en Christ dans Son olivier spirituel, l’apôtre Paul avertit les chrétiens de ne pas « se vanter des branches [juives] » (Romains 11:18), en disant que quiconque accepte Christ hérite de tous les biens de Dieu. les bénédictions de la nouvelle alliance et Il a complètement abandonné les promesses de son alliance avec les Juifs en tant que race – s’ils se repentent. Au lieu de cela, Paul cite Ésaïe 59:20, disant : « Et ainsi tout Israël sera sauvé, selon qu’il est écrit: Le libérateur viendra de Sion, Et il détournera de Jacob les impiétés. » (Romains 11:26) Ceci et des centaines d’écritures de l’Ancien Testament prédisent la repentance nationale juive au « jour du Seigneur », la seconde venue du Christ. De toute évidence, ni l’histoire ni le mélange génétique n’ont fait disparaître la race juive. La théologie du déplacement ne devrait pas non plus faire disparaître la promesse de Dieu de « détourner l’impiété de Jacob » en tant que nation.

C’est pourquoi il est si important que les chrétiens, contemplant les ossements secs et blanchis de l’incrédulité juive, ne concluent pas que tout espoir d’un renouveau national de la foi en Jésus parmi eux est impossible. Au lieu de cela, comme Dieu l’a dit à la vallée des ossements desséchés : « Vis ! » et ils sont revenus à la vie (Ézéchiel 37), Il a promis d’apporter la vie et l’espoir en Jésus à une nation de Juifs séfarades repentants et à leurs convertis Khazars. Cela se produira quand enfin le vrai Messie d’Israël viendra dans la gloire et le jugement et mettra fin à son grand conflit avec Sion.


➽ Les Khazars : détruisent-ils le plan de Dieu pour les Juifs ?

Par Ted Pike, 18 mai 2006

Sceau découvert lors des fouilles sur les sites khazars. Plutôt que d’avoir été fabriqués par des Juifs, ceux-ci semblent être des disques solaires chamaniques.

Depuis plus d’un siècle, les sionistes prétendent que les Juifs modernes ont droit à la Palestine parce qu’ils sont des descendants légitimes d’Abraham. Les chrétiens fervents et les juifs fervents croient tous deux que le plan de Dieu pour Israël implique une communauté juive racialement authentique. C’est pourquoi le livre de 1976 du romancier juif Arthur Koestler, La Treizième Tribu, fut une bombe politique et théologique. Koestler révèle comment la nation d’Eurasie centrale, la Khazarie, s’est convertie au judaïsme en 740 après JC. Ces 2 millions de guerriers et commerçants turcs sont devenus au moins aussi pieux que les vrais Juifs (sépharades-orientaux), dont les lignées génétiques remontent à Abraham. Les Khazars se convainquirent bientôt qu’ils étaient réellement d’authentiques Juifs. Aujourd’hui, affirme Koestler, la plupart des “Juifs” dans le monde descendent principalement de ces anciens Turcs – et non d’Abraham !

Qu’est-ce que cela signifie pour les millions de chrétiens américains si désireux de bénir les enfants d’Abraham ? Cette corruption Khazar du sang juif a-t-elle également corrompu le plan de Dieu pour les Juifs ? Dans ce rapport spécial, je conclurai que la fusion des Khazars est un fait historique, mais qu’elle n’a pas du tout détruit le plan de Dieu pour les Juifs. Loin de là! La conversion de ces 2 millions de Gentils a effectivement accompli la prophétie biblique et confirme puissamment l’alliance éthique intemporelle de Dieu avec son peuple élu.

Les affirmations controversées de Koestler

De nombreux chrétiens et juifs se sentaient profondément menacés par la thèse de Koestler. Les chercheurs et les études génétiques ont tenté de le démystifier. Pourtant, l’historien et auteur Kevin Alan Brook a largement documenté la thèse fondamentale de Koestler. Et dans son livre fascinant, “Les Juifs de Khazarie” (The Jews of Khaz­aria), Brook a confirmé Koestler d’une manière que de nombreux Juifs trouvent étonnamment acceptable. Sur www.khazaria.com, Brook propose un trésor d’anciens commentaires sur la conversion Khazarienne. Il fournit également des déclarations de dizaines d’érudits au cours du siècle dernier qui confirment Koestler.

Des dizaines d’historiens juifs et slaves ont accepté les origines khazares de la communauté juive d’Europe de l’Est. L’archéologie récente révèle comment les convertis Khazars ont migré vers l’Europe de l’Est, notamment en Pologne. Là, ils ont contribué à la création d’importantes populations « juives » ashkénazes d’Europe de l’Est. Des millions de leurs descendants ont immigré en Amérique au tournant du XXe siècle et sont devenus riches grâce aux affaires, au gouvernement et aux médias.

Brook cite cette déclaration de 1962 du Jewish Journal of Sociology, qui est typique pour beaucoup :

« Les érudits polonais s’accordent sur le fait que ces colonies les plus anciennes (juives polonaises) ont été fondées par des émigrés juifs de l’État Khazar et de Russie, tandis que les Juifs du sud et de l’ouest de l’Europe ont commencé à arriver et à s’installer seulement plus tard, principalement à partir de la fin du XIe siècle, pendant les périodes de persécution dans leurs pays d’origine.

« Le fait que la première mention des communautés juives en Pologne trouvée dans les sources juives au XIe siècle précise Przemyśl, une ville située aux confins des zones colonisées par les Russes et les Polonais, semble indiquer qu’une certaine proportion au moins de la population juive (au début, la majeure partie) provenait de l’est, du pays khazar, et plus tard de la Russie kiévienne. L’origine khazare de l’ancien terme désignant les cimetières juifs, kawiory, suggère l’arrivée la plus ancienne des Juifs de l’Est. Ce terme a été repris dans les archives historiques polonaises en référence aux cimetières juifs de Cracovie et de Sandomierz. Les spécialistes s’accordent à penser que la principale activité des Juifs venus de l’Est était l’agriculture, très développée chez les Khazars, bien qu’ils aient probablement aussi exercé d’autres activités, en particulier l’artisanat et le commerce. »

Adam Vetulani : « The Jews of Medieval Poland ». The Jewish Journal of Sociology, Vol. IV, n° 2 (December 1962), pp. 274-295.
La Chronique de Radziwill« Les Khazars exigent un tribut des clairières ; la décision de ce dernier de payer de la fumée sur l’épée ». Plume et encre, fin du XVe siècle. Événement représenté : « … et Kozare dit : “Rendez-nous hommage.” Ayant pensé à la clairière, l’épée fut emportée par la fumée. » À gauche, la légende du dessin : « Ils rendent hommage à la clairière avec une écorce de fumée… ». La chronique originale se trouve à la Bibliothèque de l’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg. — [Runivers]

Les Juifs sont là pour la durée

Malgré les persécutions et la menace d’assimilation, les Juifs relativement authentiques sont encore très présents dans le monde. Ils accomplissent la prophétie du Christ selon laquelle « cette génération (race) ne passera point, que tout cela n’arrive ». (Matthieu 24:34) Pourtant, contrairement aux attentes, ils sont présentés comme une minorité réprimée au sein d’une majorité de Gentils beaucoup plus importante et agressive. Dans une étrange symbiose, les Khazars entraînent avec eux des Juifs racialement authentiques vers la réalisation des objectifs de l’Antéchrist. Sous la malédiction de Dieu de rester petit, les Séfarades-Orientaux ne seraient jamais capables d’atteindre de tels objectifs par eux-mêmes. De telles ambitions partagées incluent leur ascendant prophétisé sur les nations (Ézéchiel 38, 39), la reconstruction de leur temple à Jérusalem et la réception de leur faux messie — l’Antéchrist, qui s’assiéra dans leur temple, se proclamant Dieu (Matthieu 24:15, 2 Thessaloniciens 2:4).

Pour rendre tout cela possible, Dieu a permis la greffe des hordes khazars, une nation d’une grande intelligence et d’une grande créativité, mais qui possédait aussi historiquement une nature dominante et guerrière, ainsi que des compétences et un instinct rapace pour le commerce et la finance. Aussi incroyable que cela puisse paraître, ils devinrent des propriétaires encore plus dévoués du Talmud et surtout de la Cabale, qu’ils utilisèrent comme carburant pour leur propre racisme et révolution.

L’une des raisons pour lesquelles les Ashkénazes israéliens n’apprécient pas les Séfarades-Orientaux est qu’ils ont adhéré au sionisme bien plus tard, en grande partie après la création de l’État d’Israël en 1948. Historiquement, les Sépharades-Orientaux n’étaient pas d’accord avec l’affirmation sioniste-chrétienne évangélique selon laquelle l’obéissance à Dieu n’est plus une condition préalable à l’occupation de la Palestine par les Juifs. Ces juifs, essentiellement orthodoxes, pensaient qu’ils étaient en exil à cause de leurs péchés. Ils affirmaient que ce n’est que lorsque le Messie viendrait, persuadant le peuple juif de se repentir, qu’une communauté juive véritablement obéissante serait autorisée à revenir sur la terre promise par Dieu. Cependant, avec les succès spectaculaires du sionisme, la plupart des séfarades ont capitulé. Les dirigeants ashkénazes n’ont ni oublié ni pardonné leur hésitation. En conséquence, les Juifs authentiques d’Israël restent sous la coupe des étrangers khazars, en parfaite conformité avec le Deutéronome 28. Ils sont littéralement la queue, tandis que les Khazars sont la tête.

Qui donc constitue ce reste « juif » repentant, si souvent prophétisé qu’il se repentirait à la seconde venue du Christ ? Les Khazars seront-ils inclus ? Le Christ, dans Ézéchiel 47, parlant depuis son prochain temple millénaire alors qu’il règne à Jérusalem, donne la réponse. « Vous le diviserez en héritage par le sort pour vous et pour les étrangers [Khazars] qui séjourneront au milieu de vous, qui engendreront des enfants au milieu de vous; vous les regarderez comme indigènes parmi les enfants d’Israël; ils partageront au sort l’héritage avec vous parmi les tribus d’Israël. » (Ézéchiel 47:22) Le Christ indique clairement que, comme dans l’Ancien Testament, les Gentils qui adhèrent sincèrement au judaïsme, même dans sa condition apostate, peuvent le faire et être comptés dans la nation juive.

Dieu en a-t-il fini avec l’Israël national ?

Depuis les révélations de Koestler, divers critiques politiques et théologiques du sionisme se sont emparés des Khazars comme preuve que le destin que Dieu avait réservé à Israël a maintenant été détruit par le mélange des Khazars.

Pourtant, Dieu est plein de nouvelles miséricordes. Il y a des milliers d’années, Lui et de nombreux grands prophètes et hommes et femmes pieux ont travaillé, en grande partie en vain, pour faire sortir une maigre récolte de justice du sol sec et rocailleux de l’incrédulité d’Israël. Les Pharisiens, dans leur Talmud, traitent Jésus de « fou », se moquant de son affirmation selon laquelle il recevra finalement l’obéissance du peuple juif (Sanhédrin 67a). Beaucoup croient aujourd’hui que les Juifs sont devenus si méchants et corrupteurs qu’il est inconcevable qu’ils puissent un jour connaître une effusion massive de grâce de la part de Celui que leurs pères ont crucifié et injurié.

Mais Jésus-Christ est le Rédempteur qui étend son amour au pécheur le plus ignoble qui lui demande miséricorde. Il a formé le peuple juif pour montrer les richesses de son amour à toutes les nations. Il ne sera pas frustré dans cette ambition, même par la profondeur de leur apostasie.

Ne soyez donc pas étonné qu’Il ​​puisse miraculeusement sauver un reste de Juifs. C’est un miracle que chacun d’entre nous soit sauvé. Il a déjà sauvé les Juifs. Il peut recommencer.


Anthologie2020PUB007

Robin Caron
5

« Vos pensées rejoignent les miennes. Merci de si bien nous informer. Bravo à vous M. Boulianne. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
990710cookie-checkLe livre « La treizième tribu : l’empire Khazar et son héritage », par Arthur Koestler. Les Khazars détruisent-ils le plan de Dieu pour les Juifs ?
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

10 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
yasmine

Bonjour
Rapide point de vue à confronter….
Dans le coran comme dans la bible, Dieu dissocie la lignée des enfants d’Adam de ceux de Cain/Israël….Banou Adam// Banou Israël…..
Pour moi Israël est Cain…Coran sourate 5 verset 25 à 35…
Sourate 17… les premiers versets…. des descendants d’IsraËl sont sur l’arche avec Noé…
Pour moi la lignée des prophètes passe depuis Adam, par Noé, Abraham…
Et pour moi Israël n’est pas Jacob.
Les enfants d’Israël revendiquent que les prophètes viennent d’eux mais je ne le crois pas.
Ils se sont mélangés aux vrais Hébreux, certains ont essayés de s’ intégrer dans les vrais Hébreux mais ils falsifient tout, ils corrompent tout et les torts sont portés par les vrais hébreux et les faux juifs de la synagogue de satan…
Jesus dans évangile de Jean leur dit que leur père n’est pas Abraham, car “si vous aviez Abraham pour père vous feriez ce qu’a fait Abraham….”
Israël est un parasite dominé par satan qui veut prendre le pouvoir en falsifiant la vérité….il est de la postérité du serpent….pourtant dans le CORAN il est dit que les 2 fils qui s’affrontent sont les enfants d’ADAM… et là je n’ai pas l’explication…
Ça prend bcq de temps de lire et de comprendre….
je vous remercie pour votre indulgence

joanna

*** Cet article est interessant mais en meme temps il y a aussi beaucoup d’opinions melanges au travail historique qui gâche la qualité de l’article et sa recherche et des erreurs sur l approche juive.

*** Les juifs sepharades sont les plus tolérants par rapport aux autres religions car habitues a vivre avec des arabes et chrétiens en harmonie.
*** Le texte contient également des generalisations qui ne semblent pas neutres sur les juifs. Le terme des de juifs méchants, corrupteurs, révolutionnaire, racistes & bien d’autres termes désobligeants dans ce texte etc… tout ceci caricature le juif dans des termes inadequates pour un travail qui se dit scientifiques ou théologiques.
*** Dans toutes les religions, il y a des gens biens et pas bien, des gens capables de se repentir etc. qui est l’auteur pour “juger “, juger appartient seulement a Dieu.
*** Dans la religion juive, la soumission a Dieu est normal ou qu’ils vivent, comme dans la plupart des religion monothéistes chrétiens ou musulmans. Cependant la realisation de la prophétie de la guerre de Gog & Magog , selon la religion juive forcera “tous” les juifs a retourner sur leur terre (Cannan), suite aux persecutions liees a cette guerre.
Selon cet article, les vrais juifs “sepharades” ont un droit sur la terre, pas les autres.
*** Il aurait été interessant de faire une comparaison par rapport a la religion juive basée sur la TORAH etc. aussi pour donner aussi plus de comprehension aux différents types de juifs et leur croyance…. Une tentative de comparer avec la chretiennete comme la vrai voie spirituelle est la croyance religieuse de l’auteur et son interprétation personnelle.
*** Il aurait aussi pu rappeler que la descendance d’ Edom serait lies aux fake juifs et non pas celle de Judah.
*** Rester seulement factuel aurait été mieux pour être sur de son authenticité dans son approche
*** Le point important est que toute personne qui respecte les 7 obligations des lois de Noahides peuvent faire partir d’Israel et du peuple juif – ce qui est mentionne dans l ‘article et est correct. etc….

Daniel38

Vous dîtes que les juifs Sépharades sont plus tolérants. Ou peut-être sont ils plus habitués à cacher leur idéologie raciste. Citation du rabbin Ovadia Yosef (un érudit du Talmud et leader sépharade) : “Les goyim sont nés seulement pour nous servir. Ils n’ont aucune place dans le monde, excepté de servir les peuples d’Israel.”

En ce qui me concerne je ne crois pas que Dieu va punir (surtout de façon horrible) les juifs apostats ou qui que ce soit. Dieu est amour, il ne punit pas. Par contre, celui qui vit par les armes meurt par les armes, et celui qui cultive la haine en lui-même la recevra en retour tôt ou tard. C’est une sorte de loi de l’attraction. Donc tous ceux qui ont cultivé en eux cette haine et se mépris d’autrui, en feront l’amère expérience.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
10
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x